Chapitre 3 : Actes Irrécupérables

 

Edit : Exserra

 

Après un court silence, la salle d’audience tomba dans un chaos total.

« Pourquoi, en présence du Roi, porte-t-il une épée ?? »

« En présence du Roi ! »

« Que font le Gardes Impériaux ?? Vite, arrêtez-le ! »

Les civils reculèrent, laissant la place aux Chevaliers. A l’intérieur du château, l’équipement est basique. Tout comme les Chevaliers de la chambre d’invocation, tous ces Chevaliers avaient la même lance courte.

« S’il vous plait attendez ! »

Cria Imeraria, faisant barrage à Hifumi de son corps frêle.

« Héros-sama, vous aussi, s’il vous plait écoutez mon histoire. »

« …..Vas-y. »

« Merci beaucoup…. »

Ses mots n’étant pas ignorés, Imeraria était légèrement soulagée. Cependant, pensant au problème, elle se prépara.

« Attends, Imeraria. »

Imeraria leva la tête en entendant la voix du Roi.

Même s’il se tenait sur le trône d’une manière relachée, son visage montrait des traces d’irritation.

« Tout d’abord, parles-nous, Héros. Je suis Wilburken Godenhaim Orsongrande, le Roi de ce pays. »

Hifumi ne détournait pas le regard d’Imeraria.

« Héros-sama ? »

« J’ai dit que j’écouterais ce que tu avais à dire. Dépêche-toi. »

Voyant Hifumi l’ignorer totalement, le Roi fou de rage frappa de sa main l’accoudoir du trône.

« M’ignorer ! Même un Héros n’est pas permis de m’ignorer ! Gardes, arrêtez cet individu ! Cela m’importe peu s’il est légèrement blessé ! »

Quatre membres des gardes chargèrent en avant suivant le décret royal, tous furent balayés en l’espace d’un instant. Sans être extravagant, un coup précis d’épée tuant efficacement. Témoins de l’élégance et de la cruauté de l’action, tout le monde dans le hall retint son souffle.

« Héros-sama. »

« Quoi ? »

« Votre nom, s’il vous plait laissez-nous l’entendre. »

« ……..Hifumi. »

Réfléchissant un instant, Hifumi répondit en donnant seulement son prénom. Son nom de famille, Touno, il pouvait tout aussi bien l’abandonner. Tuant un dieu, traversant les mondes, tuant des gens.

Même s’il n’avait aucune rancœur envers sa famille, Hifumi était seul à présent, il voulait peut-être se persuader de cela.

Entendant son nom, Imeraria regarda Hifumi dans les yeux et dit :

« Hifumi-sama, pour satisfaire nos raisons égoïstes, vous avez été amené de force dans ce monde. Je m’excuse sincèrement du plus profond de mon cœur. Vraiment, je suis désolé. »

Les personnes autour murmurèrent en voyant Imeraria s’incliner si bas.

Un membre de la famille royale s’inclinait devant une vulgaire personne. Dans ce monde, où le statut social et les relations hiérarchiques étaient la norme, il s’agissait clairement un scandale.

« Cette situation, c’est entièrement ma faute. Pour calmer votre colère, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir…Ma vie, vous pouvez la prendre ici-même si tel est votre désir. »

Les yeux bleus d’Imeraria dénués de toute hésitation étaient fixés sur Hifumi. Montrant sa détermination, elle attendait calmement sa réponse.

Cependant, le Roi éleva la voix.

« Idioties ! Comment se peut-il ! Cette personne n’est-elle pas un Héros ? Imeraria, explique-toi ! »

La voix du Roi tremblait de rage.

« Pourquoi la princesse devrait-elle baisser la tête ? Qu’est-ce que les Chevaliers prenant part au Rituel ont fait ? Qu’est-ce qu’il se passe ?! »

« ….*Explications* » (Imeraria explique à la foule)

De la bouche d’Imeraria, la réalité sur la situation choqua les personnes dans la pièce.

Des Chevaliers ont déjà été tués par l’homme appelé pour sauver  le pays. 

Et le plus surprenant, blâmer le roi d’un crime, non, dire qu’une telle chose méritait une punition. Envers le Roi, un monarque, une telle chose était inacceptable.

Du moins, pour les habitants de ce monde.

« Hifumi, il est encore temps. A genoux et jure de servir ce pays. Avec tes compétences, tu peux obtenir une position confortable. Cette grossièreté, et ces crimes, nous les ignoreront. »

Même si des personnes avaient été tuées, c’était une terrible remarque, mais en voyant la réaction des officiels civils, l’influence du Roi semblait peser plus lourd. Avec cette proposition extrêmement avantageuse, le Roi regarda de haut Hifumi depuis la plateforme, confiant.

 Cependant, pour l’homme anormal qui se tenait là, il s’agissait d’une très mauvaise décision.

« Stupide. »

Hifumi cracha ce simple mot et continua.

« Incroyable. Un homme de pouvoir qui est aussi un idiot total. Ne comprends-tu pas que ta fille essaye désespérément de te protéger, ne comprends-tu pas ta position actuelle ? Tu devrais me supplier. Moi et ta fille, que tu veux utiliser pour ce pays. Tu as tenté de priver un homme de son futur, pour tes propres raisons égoïstes. »

« Hi-Hifumi-sama…. »

Les peurs d’Imeraria se réalisèrent, la situation allait dans une très mauvaise direction.

Toutefois, il était trop tard.

Plusieurs Chevaliers chargèrent Hifumi, mais furent tués instantanément. Hifumi avait déjà atteint le summum du combat à une main. Les cibles incapables de supporter la violence devant leurs yeux reculèrent contre les murs, certains ne pouvaient même plus se tenir debout. Seul le Prince et la Reine paraissaient capables d’observer la situation sans devenir pâle.

« A-Alors quoi ? Tu ne peux pas être renvoyé dans ton monde, la méthode de retour est perdue, seul le Rituel d’Invocation a été conservé. »

En entendent les mots du Roi, Hifumi regarda Imeraria. Elle confirma ces paroles en évitant son regard et baissant les yeux.

« Tout est notre faute. C’est pourquoi…. » (Imeraria)

« Si un parent s’excuse docilement, de l’argent fera l’affaire. Bien sûr, je deviendrai aussi autonome. Devenir une sorte de subordonné est inconcevable. »

« De l’argent, huh… »

« La princesse elle-même ne possède pas de biens financiers. Parce qu’il est rare d’acheter quelque chose de sa propre poche. »

« Bien sûr, c’est le pays qui payera pour ça. »

« Pou-Pourquoi…. »

« Le criminel est le Roi. La responsabilité du Roi est celle de son pays. C’est comme ça…. »

Hifumi ne désirait pas vraiment beaucoup d’argent. Il voulait assez de fonds pour vivre dans ce monde dans l’immédat. Toutefois, il n’arrivait pas à accepter l’attitude du Roi et voulait voir sa  réaction en spécifiant une somme.

« 30% du trésor national. Ah, je recevrai aussi une excuse formelle, bien sûr. Le roi de ce pays qui s’est raté, vous rendrez publique cet événement pour que cela devienne connu de tous. »

« C’est … »

Imeraria comprenait très bien. Son père ne pouvait pas accepter de telles conditions.

Même si la quantité d’argent n’était pas un problème, rendre publique la faute du Roi, avec la personnalité de son père, ne sera pas permis dû à la dignité de la famille royale. Quelque chose comme ça serait une raison suffisante pour le faire abdiquer.

« Heh… Es-tu stupide ? Je ne peux accepter une telle condition. Regarde un peu mieux la réalité si tu veux négocier. »

Le Roi se moqua d’Hifumi en entendant ses conditions.

Même maintenant, il n’abandonnait pas sa supériorité.

« Dans ce cas, je te donnerais assez d’argent pour vivre facilement pendant plusieurs années. Tu es plutôt doué, mais un chien enragé n’est pas nécessaire. Après avoir reçu l’argent, quitte le château immédiatement. »

Dans le but de montrer un semblant de dignité aux vassaux qui commençaient à se calmer, le Roi parlait comme s’il avait l’avantage. L’autorité du Roi est plus haute que quiconque, ils se réassuraient de cela en échangeant des regards.

« Jusqu’à la fin, il ne comprend rien. Quel personnage pathétique. »

Se murmura Hifumi à lui-même,dans un soupir. Combien de personnes furent capables de l’entendre ?

Même si Imeraria l’entendit, avant qu’elle ne comprenne, la scène suivante lui sauta aux yeux.

« Meurs. »

Silencieusement, Hifumi approcha le Roi en un instant.

Avec un bruit d’herbe coupé, la tête  du Roi fut tranchée.

Chapter 3

« Hiiii… »

La tête tomba sur les genoux de la Reine, assise à côté, qui s’évanouit de peur.

De même, le Prince s’évanouit lui aussi.

« Co-Comment … »

« Les parents sont tenus responsables pour leurs enfants. Dans ce cas-là, les parents sont les commanditaires. De plus, les conditions ont été données, mais non respectées, sa mort n’était que naturelle. »

Dit Hifumi, essuyant son épée, sans aucune trace de malice dans son expression.

« Regrettable. Tu as essayé de protéger ton père jusqu’au bout, mais il était stupide. »

« M-Mais j’ai endossé la responsabilité … »

Aux murmures incohérents d’Imeraria, Hifumi continua,

« Tu y as réfléchi. As-tu suivi ce que t’a dit ton père après ça ? Selon ses propres désirs, il a tenté d’offrir réparation. Alors je l’ai tué. »

Les vassaux étaient tous abasourdis. En état de choc, personne n’osait bouger.

Mais une personne, un jeune Chevalier, vit la princesse fondre en larmes et courut vers Hifumi.

« Ne pense pas pouvoir t’enfuir après ça ! »

Un homme sortit son épée et chargea Hifumi.

« Lent. »

Hifumi ne jugea pas nécessaire de sortir son katana, passa à côté de lui et avec un rapide mouvement, frappa son menton, l’envoyant sur le sol de pierre.

Durant l’audience, un tapis était déroulé seulement sur le passage central, le jeune Chevalier était malchanceux.

Du sang frais recouvrit le sol.

« Regarde. »

Ecoutant Hifumi, Imeraria leva timidement la tête.

Une scène toute droite sortie des enfers entra dans son champ de vision.

Plusieurs cadavres de Chevaliers, sa mère et son frère, évanouis sur la plateforme.

Et…..

« Tout cela est le résultat des actions prises par ton père. Tout ça parce que vous croyiez en cet idiot. »

Hifumi regarda Imeraria.

« La différence est, tu y as réfléchi un peu. »

C’était vraiment un point de vue égocentrique, mais personne ne dit rien.

En résumant la situation, une personne qui a été blessée se venge sur le coupable. Selon les lois du royaume, tuer un kidnappeur et s’enfuir sont des droits naturels, même si Hifumi ne le savait pas.

Même si les criminels (les responsables de l’invocation) avaient reçus leur punition, c’était un Roi ici qui avait été tué, la situation était bien trop anormale.

Imeraria était assise, essayant de réorganiser ses pensées. Même s’il était difficile de comprendre précisément la personne en face d’elle, elle regardait avec attention la situation.

« Bien, maintenant … »

Hifumi regarda autour de lui, un homme s’approcha. C’était un homme plutôt musclé, d’environ 50 ans.

Parce qu’il se tenait près du trône, il devait être une personne de grande importance.

« Tu es ? »

« …. Le Premier Ministre de ce pays, Adel Fiore Vinya. »

Hifumi fixa sans expression l’homme qui tentait désespérément de supprimer le tremblement de ses genoux.

« N’aies pas peur. Si tu ne m’attaque pas, je ne t’attaquerais pas. A part ça, emmène-moi à la trésorerie. Immédiatement. »

A l’expression de doute d’Adel, Hifumi déclara légèrement.

« Justice a été rendue. »

 

Hifumi fut mené à la trésorerie par Adel, les soldats et gardes entrèrent aussi, tel que souhaité par Adel.

En entrant dans la trésorerie, il y avait des piles de pièces d’argent et d’or alignées. La moitié fut stockée dans le Trou noir.

La promesse était de 30%, Adel regarda Hifumi, protestant.

« La promesse a déjà été brisée. Même si une vie a été perdue, cette vie était sans valeur. »

Déclara tranquillement Hifumi.

Voyant la trésorerie à moitié vide, Adel avait déjà abandonné la future administration nationale. Il marchait chancelant vers la sortie avec Hifumi le suivant. Imeraria, qui il y a quelques instants pleurait dans la salle du trône, apparut.

« Hifumi-sama, s’il vous plait attendez. »

« Quoi ? J’ai déjà fini ici. »

« Tout d’abord, cette excuse….. »

Hifumi regarda suspicieusement Imeraria.

L’autre parti est un homme qui a tué son père il y a peu. Logiquement, ce serait une tâche difficile de simplement pardonner.

« Cette fois-ci, j’ai été idiote et inconsciente. Même si cela ne change pas ce qu’il s’est déjà passé, sans penser aux répercussions, j’ai fait cela. Et maintenant… »

Levant la tête, le visage d’Imeraria était vide d’expression, comme un calme chef d’état.

« Notre pays Orsongrande ne vous pardonne jamais, j’aiderai Mère et mon petit frère pour faire de ce pays un puissant royaume. Et ensuite, nous prendrons notre revanche. »

« Fufu »

Incapable de se contenir, Hifumi éclata de rire.

« Si tu veux, pourquoi ne pas concourir maintenant ? »

« Non, la puissance militaire actuelle de notre pays ne ferait pas le poids. Cela, même moi je le comprends. Il est de ma responsabilité de nous préparer. Après ça, j’aurai ma revanche. »

« Et bien dans ce cas, j’attends ce moment avec impatience. »

« Merci. Maintenant partez le plus tôt possible. La sortie est par là. »

Hifumi commença à marcher dans la direction indiquée.

Imeraria leva la main, stoppant le Chevalier approchant Hifumi par derrière. Elle savait que c’était inutile.

« Envoyez la Troisième Escouade de Chevaliers pour l’observer jusqu’à ce qu’il quitte le pays. Envoyez-moi un rapport détaillé. Cependant, toute attaque contre lui est interdite. Quand il quittera le pays, ce sera à l’Escouade d’Espionnage de prendre le relais.

« Tout de suite, princesse. »

Après avoir reçu les ordres d’Imeraria, le Chevalier partit.

« Père, S’il vous plait pardonnez la faiblesse de votre fille. Bientôt, un jour…. »

Tout en regardant le dos d’Hifumi disparaitre dans la ville, des larmes qu’elle croyait taries coulèrent le long de ses joues.

 

Et c’est ainsi que le tueur de Dieu, que l’homme qui avait tué un Roi, fut lâché dans ce monde.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                    Chapitre Suivant

Accueil

4 pensées sur “Le Héros est un Démon – Chapitre 3

  • 20 mars 2016 à 18 h 04 min
    Permalink

    trop fort je kiff se mec merci pour la decouverte 🙂
    juste une question il y a une version manga (ou autre) ?

    Répondre
    • 20 mars 2016 à 18 h 50 min
      Permalink

      Non, malheureusement il n’existe pas de manga ou anime, juste un novel 🙁

      Répondre
  • 30 juillet 2016 à 15 h 45 min
    Permalink

    En moins de 2h hifumi à tué un dieu un roi et des dizaines de chevaliers représentant l’élite en plus de piller le trésors national…..leur monde et foutus

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :