Chapitre 2 : Le Meurtre

 

Edit : Exserra

 

Il n’était pas encore temps pour le ‘’transfert’’.

Avant il était question de Dieux, maintenant ce seront des humains qui seront tués.

« Quoi… »

Surpris par la violence soudaine de Hifumi, les deux Dieux  restants étaient en état de choc.

« Même si cela ressemble à un enlèvement, j’en suis extrêmement heureux. »

Hifumi dit sans croiser le regard des deux Dieux silencieux.

« Pour la première fois, un être vivant…même si on peut débattre sur le fait qu’un dieu soit considéré comme un être vivant…Je l’ai tué. Je me sens vraiment bien. Plus une personne marche le long du chemin des arts martiaux, plus le désir de prendre une vie augmente. Plus une personne tue, plus ses compétences augmentent. Un monde d’épées et de magie ? Les démons existent. Des créatures pouvant nous dépouiller de notre vie. On peut dire que la vie d’une personne à plus de valeur au Japon. Si j’ai une raison, je tuerais. »

Il n’y avait pas de sang sur la lame, mais Hifumi la secoua quand même.

Depuis l’endroit où la formation magique le touchait, ses pieds étaient lentement en train de devenir transparent.

« Apparemment cela prend du temps… »

« Mais, peut-on le laisser faire comme bon lui semble ? »

Le Dieu caressant sa barbe avait l’air de s’être calmé, mais le Dieu des arts martiaux n’avait pas regagné son sang-froid.

« Ah, et bien, nous ne pouvons rien faire »

« Même s’il a tué un Dieu, le transfert vient de commencer, nous ne pouvons que regarder maintenant. »

Pendant que les Dieux discutaient, le ventre d’Hifumi commençait à disparaitre.

« Hey Dieux. »

« Quoi ? »

« On se reverra. Je prendrai de nombreuses vies là-bas, répandant la terreur sur ce monde. Je reviendrai bien plus puissant. Je commencerai par me débarrasser de ceux qui m’ont appelé, ignorant mes intentions. Je hais qu’on tente de me manipuler. »

Hifumi sentit un immense pouvoir tourbillonner à travers son corps.

Le pouvoir de tuer.

Se sentant mieux, il expira lentement.

« Je changerai ce monde selon ma morale. Même s’il s’agit d’un rêve idiot….Je saccagerai ce monde de mes propre mains, et trouverai un moyen de revenir, je suis sûr que je trouverai quelque chose d’intéressant dans ce monde sans valeur. »

« Eh, quoi ?… »

« Très bien…. »

Laissant derrière un sourire faisant frissonner d’effroi les dieux, Hifumi disparut de ce monde.

« Je crois que nous avons envoyé une personne terrible… »

 

Le moment où le transfert fut complété, Hifumi braqua le katana dégainé sur la fille en face de lui.

« Eh… ? »

« Toi, ai-je été invoqué ? »

Hifumi gronda, regardant la fille d’un œil froid.

« Eh ? Eh… ? »

« Enfoiré ! Qu’est-ce que tu crois faire ! »

Avec la fille ne comprenant clairement pas ce qui se passait, les Chevaliers se mirent soudain à crier de colère.

Contrairement à eux, Hifumi était en train d’observer froidement ses environs. Les six Chevaliers encerclèrent lentement Hifumi, le menaçant avec leurs lances.

« Hiuuu… »

La fille se rendit finalement compte du katana pointé dans sa direction. Son expression changea de perplexe à terrorisée.

« Quelle grossièreté ! Sais-tu à qui tu parles ?! »

Non.

« Réponds-moi. M’as-tu invoqué ? »

Il répondit, ignorant totalement les mots du Chevalier.

« Uu… »

« Ah, parles lentement. Si la lame glisse, tu risques de mourir. »

« Ugu… »

Jetant un coup d’œil sur les Chevaliers et la fille, Hifumi n’obtint pas de réponse. Si les Chevaliers avançaient ne serait-ce que d’un demi-pas, l’épée glisserait et couperait la gorge de la jeune fille.

« Héros-sama…Je suis la personne vous ayant invoqué, il ne s’agit pas d’une erreur. »

« Qui es-tu, que veux-tu de moi ? »

« Je suis la première princesse de l’Empire Orsongrande, Imeraria Torie Orsongrande… »

Essayant de croiser le regard d’Hifumi mais échouant, elle commença à trembler de peur.

« No-Notre pays a été appauvri à cause des violents combats contre les demi-humains….

Alors nous avons reproduit cette magie d’invocation selon les anciens textes….

Etant donné qu’il s’agit d’un art secret que seul une personne de sang Royal peut exécuter, et que seuls les membres de la lignée Royale possèdent une quantité de mana suffisante, j’ai été ordonné d’invoquer Héros-sama… »

Je vois, invoquer un héros pour combattre contre le mal, un scénario classique de fantaisie. Et ainsi…

« Ordonné ? Donc, qui est l’instigateur de ce rituel ? »

« C-C’est…. »

Princesse Imeraria vit clairement l’expression de  colère dans les yeux d’Hifumi, et hésita à le lui dire. Mais Hifumi pouvait le deviner facilement.

« C’est le Roi, n’est-ce pas. Seulement quelqu’un au-dessus du rang de 1ère princesse peut te donner des ordres. Même s’il pourrait s’agir aussi de la Reine. S’il s’agit de tes parents, il est logique que tu doives obéir à leurs demandes. »

« Ah…. »

Imeraria ouvrit ses yeux en grands, paraissant plutôt troublée.

L’homme en face d’elle n’était pas un héros combattant pour un quelconque  sens de la justice, sans attrait pour le pouvoir ou l’autorité, mais plutôt une personne extrêmement dangereuse.

« N-Non, ce n’est pas ça ! Je…C’est…. »

« Combien ? »

« Eh ? »

« Ton âge. »

« Ah, 14 ans ! »

Etonnée momentanément par la question, elle répondit en hâte.

« D’accord… »

Hifumi déplaça son épée, juste un peu. En vérité, il possédait certaines valeurs, l’une d’elles étant ‘’En dessous du niveau Lycée, les parents doivent assumer la responsabilité des actions de leurs enfants’’. De plus, ‘’Les criminels n’ont pas de droits humains’’ et ‘’Ne pas faire attention aux fanatiques religieux et éducateurs’’ sont inadaptés aux lois et coutumes du Japon, à cause de quoi Hifumi avait accumulé stress et impatience.

« Donc, ceux qui doivent être tués sont tes parents, huh.. »

« Eh ???… »

A cet instant, Hifumi se tourna et brandit son katana.

L’attaque surprise visant la faille dans le cou de l’armure du Chevalier s’avéra efficace, et le Chevalier s’écroula, incapable d’émettre le moindre bruit, du sang jaillissant de son cou.

« Emettre une soif  de sang si sauvagement, ce n’est pas très plaisant, tu sais. Amateur. »

Instantanément, le katana retourna à la gorge d’Imeraria.

Exactement au même endroit, comme s’il n’avait jamais bougé.

Avec à peine une attaque, les Chevaliers étaient figés de peur, les genoux tremblant.

Dans le château, ceux qui étaient présents lors du rituel constituaient l’élite de l’élite du pays. Pourtant,  aucun d’eux n’avait pu ne serait-ce que voir la trajectoire le l’épée.

De plus, ils  n’avaient même pas vu le moment où le katana avait quitté la gorge d’Imeraria.
Voyant le talent d’Hifumi, le choc que ressentaient les Chevaliers ne fit qu’augmenter. Les épées et lances qu’ils utilisent sont lourdes et servent à couper à l’aide du poids et de la puissance.

A part pour les fins habits qu’Imeraria portait pour le rituel, ils ne pensaient pas que le fin katana pouvait endommager leurs armures. Pour Hifumi, ça n’était que sens commun de viser les points vitaux d’un ennemi sur le champ de bataille, mais à cause de  la différence de culture, ils étaient incapables de comprendre.

Le cadavre du Chevalier prouvait que les capacités de la personne l’ayant tué étaient définitivement du niveau d’un héros.

« Salaud ! »

Un Chevalier cria fou de rage, incapable de faire un pas en avant.

Par rapport à eux, Hifumi était très calme.

« Avancez si vous voulez mourir. J’ai à faire avec cette femme. »

Hifumi les provoqua calmement, baissant son katana.

A cet instant, les cinq Chevaliers restants chargèrent ensemble.

« … Technique de diversion. »

Murmura Hifumi tout en tournant son corps pour glisser sur le côté, utilisant l’élan du chevalier pour passer derrière lui.

La lance d’un des Chevaliers se planta dans l’un de ses camarades se situant à l’endroit où se tenait Hifumi, s’étant légèrement déplacé.

« Guo…Gaha »

Même si l’armure avait encaissé la majorité des dégâts, la lance perça à travers les joints, le cou de l’autre coupé par le katana d’Hifumi.

La lumière quitta les yeux du Chevalier dont les mouvements étaient restreints par la lance de son camarade planté dans son corps, et succomba.

Deux personnes sont instantanément tuées. Pour rattraper la situation, les trois Chevaliers restants prirent leurs distances.

« Faible. »

Hifumi cracha de dégout.

« Chevaliers ? Je pensais que vous résisteriez plus longtemps que ça. »

« Gugu…. »

« Vous en voulez encore ? »

« Bâtard, tu n’es rien ! »

Les Chevaliers étaient dominés par Hifumi, incapables de protéger la princesse.

Simultanément perçant et poignardant avec son katana, Hifumi passa à côté des trois Chevaliers comme s’il se promenait.

Le premier Chevalier avait une lance à travers la gorge, le second sa colonne vertébrale coupée et le troisième un couteau enfoncé jusqu’à la garde par un coup de pied de la part d’Hifumi.

« C’est terminé. »

Déclara Hifumi avec mépris, tournant à nouveau le katana couvert de sang vers la princesse.

Imeraria, ayant une confiance absolue en la force des Chevaliers Impériaux, ne pouvait que les regarder se changer en une mare de sang. C’était impensable.

« Aa….Auuu… »

« Maintenant, et si tu me guidais à tes parents ? »

Dit Hifumi sans se sentir concerné, rangeant son épée après avoir tué tout le monde.

 

Guidé par la princesse, il marchait à travers le château. Servants et gardes les regardaient à distance, mais personne ne leur adressait la parole. Voyant la princesse blême suivie par un jeune homme, personne n’arrivait à comprendre la situation.

La pièce dans laquelle Hifumi avait été invoqué, contenant les corps des Chevaliers, avait été fermée à clé quand ils étaient partis, et personne ne se doutait de ce qu’il s’y était passé. Les servants n’avaient pas le droit d’y entrer, ils savaient juste que des choses importantes se déroulaient dans cette pièce.

Un bâtiment splendide. Cela me fait penser aux images des châteaux occidentaux que j’avais vus sur le net.

Hifumi rassembla des informations en regardant tout autour de lui tout en marchant.

Ces personnes semblent être des servants, est-ce qu’ils portent des habits en chanvre ? Est-ce que le niveau de culture ici est équivalent à celui du Moyen Age ? Pourtant les habits d’Imeraria semblent être de bonne  conception…

Tout en marchant, Hifumi décida soudainement d’essayer la magie des Ténèbres qu’il avait reçu avant son transfert. Il avait prédit que la sensation étrange parcourant son corps après son transfert était sans aucun doute due au mana. En laissant une image flotter dans son esprit et concentrant le mana, quelque chose ressemblant à une brume noire se forma au-dessus de sa main gauche.

Alors c’est ça la magie de Ténébres….

Se souvenant d’un roman fantastique qu’il avait lu, il solidifia l’image dans sa tête.

Devant lui flottait un cercle noir d’environ 20 cm de diamètre. Hifumi essaya d’inséra son épée à l’intérieur.

Il semble possible de la mettre dedans…

Mettant sa main droite derrière son dos, Hifumi se concentra sur l’image et attrapa l’épée à l’intérieur du trou noir.

Il pouvait clairement sentir les contours de l’épée dans sa main.

La récupération est possible même sans le voir. Je suis bien dans un monde de fantaisie.

Tout en expérimentant, Hifumi marchait sans bruit, Imeraria marchait timidement, le bruit de ses talons remettant en ordre son esprit confus.

Est-ce une bonne idée de l’amener au Roi ?

Ou devrais-je l’amener à un  autre endroit après tout ?

Et qu’est-ce que je fais après l’avoir conduit autre part ?

Quand il saura qu’il s’est fait avoir, que se passera-t-il ?

En assumant que je serais tuée, quoi ensuite ?

Au final, quelqu’un dans le château peut l’arrêter, mais éventuellement il finira par atteindre l’endroit où se trouve père après s’être débattu.

« Pourquoi est-ce que je dois faire ça…. ? »

Murmura discrètement Imeraria, mais son compagnon silencieux avait l’air de l’avoir entendue.

« Une telle raison, toi seule aura la réponse. »

« Eh ? »

Imeraria se retourna instinctivement en entendant ceci.

« Que tu ais fait quelque chose par  simple malice, ou par profit, que quelqu’un soit reconnaissant pour cela ou soit blessé, tout cela importe peu. Le fait est qu’il y aura toujours  des conséquences. »

Une autre pensée lui traversa l’esprit.

« Toute action à une conséquence. Dans une telle situation, la raison est insignifiante, seules les actions comptent. »

Pendant que les mots d’Hifumi troublaient princesse Imeraria, ils étaient déjà arrivés devant la salle du trône.

Le Roi, attendait impatiemment la visite du héros. Ne sachant rien, un Chevalier les reçût en souriant.

« Princesse, cet homme… »

« Oui, je ferai l’introduction avec père. S’il vous plait, ouvrez la porte. »

En arrivant ici, Imeraria s’était déterminé à une chose.

Ses mots adressés au Chevalier, contrairement à avant, étaient calmes.

Dans la salle d’audience, le Roi était assis sur une  plateforme surélevée, avec la Reine et le Prince à ses côtés, les Chevaliers et officiers civils de chaque côté de la salle.

Rangeant son katana dans le Trou noir, Hifumi suivit tranquillement Imeraria.

5 mètres devant le roi, Imeraria s’arrêta. Hifumi se tenait derrière elle de mauvaise humeur.

Quelques personnes froncèrent les sourcils en voyant que Hifumi ne se prosternait pas, mais il s’en fichait.

Quand Imeraria salua, le Roi ouvrit la bouche.

« Imeraria, cette personne est-elle un Héros ? »

Mais ce ne fut pas la princesse qui répondit.

« Nan, je ne suis pas un Héros. »

Hifumi s’exclama tout en regardant le Roi droit dans les yeux.

« Permettez-moi ! Je vais être très direct ! »

Un vieil homme d’environ 50 ans, probablement un officier civil avec une splendide moustache cria, ignorant complètement Hifumi, mais tout le monde entendit ses prochains mots adressés au Roi.

« Cette femme a fait l’invocation, amenant de force cette pauvre victime d’un autre monde… »

Sorti du Trou noir, le katana brillait d’une lueur inquiétante. 

« Ce crime, paye-le de ta vie… »

Une lumière froide dans ses yeux, Hifumi sourit avec mépris.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                      Chapitre Suivant

Accueil

Une pensée sur “Le Héros est un Démon – Chapitre 2

  • 30 juillet 2016 à 15 h 32 min
    Permalink

    Pire chose à faire , emmener de force un mec qui sait manie le sabre X) o roi de 1 chapitre faite de beau reve

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :