Berserk and the Band of the Hawk

Koei Tecmo. Koch Media. Sorti le 24 février 2017.

Soutenez Error404 et achetez le jeu sur Amazon ! 🙂

Berserk est à l’origine un manga  sorti en 1989 et publié par Kentaro Miura. L’histoire de ce seinen fait parti des plus sombres du manga, mais c’est ce qui lui a valu sa réputation et sa reconnaissance au niveau mondial aujourd’hui. Adapté de nouveau en jeu vidéo pour la troisième fois sous la forme de musou, on va découvrir rapidement si Berserk est aussi sanglant en jeu qu’en manga ! Test 3O3Trois points positifs, et trois points négatifs sur le jeu ! 

Plus + tableau

  • Proche du manga – La moindre des choses pour un jeu basé sur une autre saga est de suivre fidèlement ce dont il est tiré (ou alors proposer une histoire complètement innovante comme un spin-off à la saga, mais cela est précisé dans ce cas). Berserk le fait à merveille sur ce point et reprend l’histoire du tome 1 au tome 33 environ (il y en a 38 en France à l’heure actuelle) donc autant vous dire qu’une très large partie de l’histoire est couverte, et ça c’est vraiment cool !
    Oooh, mangez moi, mangez moi, mangez moi !
  • Pas de violence, c’est les vacances ! – Guts et ses acolytes ne dérogent pas à la règle. Le jeu est violent, inévitablement. Le genre de muso qu’on voit pulluler ces derniers temps renforcent fortement ce principe : on hache en petits morceaux des ennemis à la pelle, et il n’est pas rare de se retrouver à faire des combos de 1000 coups. Cela étant dit, le jeu tourne très bien et ne lag à aucun moment, même en plein combat avec beaucoup d’ennemis à afficher à l’écran.
  • Avec des vrais bouts d’animé dedans ! – On a tranché l’animé en tranche, on l’a étripé en petits morceaux et on l’a inséré dans le jeu… C’est plus ou moins vrai ! Entre chaque mission on retrouve des passages de la série anime culte qui vient sans cesse nous replacer exactement au bon endroit de l’histoire afin de ne pas en rater une miette. Certes ce ne sont pas des cinématiques inédites à la série, mais c’est tellement propre de retrouver cet anime des années encore après.

Moins -

  • You have no problem with english, right ? – If you’ve got any, you’ve have to skip the game. The entire game is in english, voice as subtitles. It could be annoying for everyone who’s not friendly with english (just like me as you can see in my english mistakes …!). I will never understand why we can release a game in a country without the country’s language included. I don’t think it’s that much expensive to make some subtitles, especially in a muso title… (J’espère que vous avez tous bien compris ! Si ce n’est pas le cas, vous pouvez me dire en commentaire d’aller réviser mon anglais, ou bien de passer sur ce jeu…)
  • Graphiquement pas fifou – Alors okay on a des belles cinématiques d’un animé de la fin des années 90, mais est ce que cela insinue qu’il faut adapter les graphismes du jeu aux graphismes de l’époque ? Certainement pas ! Certains plans sont plutôt sympathiques tout de même comme vous pouvez le constater juste-ci dessous, mais la plupart des autres environnements sont assez plats.
    Bon okay, là, l’effet est plutôt pas dégueu. L’exception qui confirme la règle 😀 ?
  • Qu’un musou finalement – Et oui, après tout, ce n’est qu’un musou parmi tant d’autres. On a fait récemment Fate/Extella mais il y a aussi tous les One Piece Unlimited, les Hyrule Warriors, le prochain Fire Emblem Warriors, les Dynasty Warriors tout simplement, le Muso All Stars qui arrive… Bref, si vous voulez jouer à un musou il y a clairement de quoi faire et je ne pense pas que celui-ci soit le meilleur de l’histoire du jeu vidéo (ou du moins le plus original). Le système de drop/items et de leveling lui donnant un petit côté RPG est sympathique, mais ne révolutionne pas non plus le genre. 
    Le loot, y’a qu’ça d’vrai.

 

Sans être le muso de l’année, Berserk and the Band of the Hawk reste très agréable à jouer. Ne révolutionnant pas le genre et avec des graphismes relativement pauvre pour de la PS4, Berserk offre néanmoins une expérience de jeu globale très satisfaisante : reprise fidèle du manga pour les fans, jeu fluide et fonctionnel, aspects RPG agréables. On aurait quand même voulu plus de violence encore puisque Berserk est quand même quelque chose de vraiment très gore à la base et ici on le ressent tout de même moins bien, ce qui fait perdre un peu l’âme de la série. (On sent que les classifications PEGI ou SERO et autres ont eu leur mot à dire…) C’est donc une médaille de bronze pour Berserk and the Band of the Hawk, à réserver en priorité aux fans de Berserk, mais aussi aux curieux !

Merci à Koch Media pour l’exemplaire prêté pour le test ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :