The Perfect Insider

Kazé –  Sorti le 25 Janvier 2017 en Bluray/DVD dès 24.99€

Réalisé par Mamoru Kanbe

Adaptation animé du roman Subete ga F ni Naru de Mori Hiroshi paru en 1996, The Perfect Insider est un animé un peu à part. Tel un Hercule Poirot au pays des geeks, le scénario, flirtant entre l’intrigue policière et réflexions philosophiques, met en scène des personnages intrigants et où le monde informatique est sublimé à travers une animation haut en couleur. Sorti dans un beau coffret collector, je vous propose de découvrir avec moi les bonnes surprises que vous réservera ce petit ovni de l’animation japonaise. Nous retiendrons  quatre points positifs, et deux points négatifs sur cette série.

 

 

Plus + tableau

  • Un design épuré et réaliste

L’un des gros points forts de cette série c’est son esthétisme ! Mélangeant habilement les codes du dessin numérique, de l’art cubique et du dessin traditionnel on ne peut qu’être admiratif ! Collant parfaitement à l’atmosphère du roman policier par un jeu entre lumière et ombres, et par le réalisme des traits des personnages, le spectateur en prend pleins les yeux . L’univers de l’informatique et la pensée de « l’ingénieur » est ainsi sublimée par des couleurs chatoyantes, l’aspect géométrique de la mise en scène notamment dans l‘opening et l’ending. Le chara-design est simple et épuré renforçant un réalisme intéressant et permettant au spectateur une plus forte identification. J’ai jamais vu autant de jaune vif à l’écran ! Voici un petit aperçu ci-dessous. 

 

  • Une intrigue entraînante et bien menée

Bien que je n’ai n’ai pas tout compris à la série tout de suite, l’histoire est loin de laisser indifférent. Qui est cette Shiki Magata, jeune programmeuse de génie ? Pourquoi vit-elle recluse ? Est-elle vraiment coupable de ce qu’on lui reproche ? Qui est donc son assassin ? Il est compréhensible de ne pas parvenir à imbriquer toutes les pièces dès le début, cela serait nous gâcher le plaisir. The Perfect Insider va parfois sciemment perdre le spectateur mais tout en le gardant intéressé, curieux, afin de ne pas créer un fossé trop large entre les idées véhiculées et données par les différents protagonistes. Chaque épisode a la délicieuse tendance à finir sur un petit cliffhanger, ce qui pousse toujours plus loin la curiosité. Bien que l’identité de l’assassin peut vite se deviner, les explications sont assez déroutantes et certaines ficelles de la narration sont pas si simples à deviner par avance. On se laisse donc facilement porter par cette enquête qui nous pousse vraiment à l’introspection. Les indices sont ainsi mis en avant sous plusieurs formes, dont des flash-back, pas du tout envahissants, nous permettant de mieux cerner le background des personnages.

 

  • Des personnages charismatiques

Bien que les personnages sont ne pas du tout attachants (et c’est fait exprès !), ils dégagent une aura assez intéressante et possède chacun une psychologie très travaillée ! J’ai vraiment adoré le personnage de Shiki Magata, une fille mystérieuse à la mentalité psychopathe qui pousse à s’interroger sur notre condition d’existence. Certains passages peuvent faire écho à la série Evangelion par moment. Principaux comme secondaires, chaque protagoniste a son rôle-clé à jouer. Le professeur Souhei Saikawa, brillant et taciturne presque désintéressé du monde, est un anti-héros assez travaillé. Seule le personnage de Moe Nishinosono la jeune assistante capricieuse et amoureuse de Souhei, est assez décevant car elle ne sert qu’à mettre en valeur notre anti-héros bien que son background (notamment sur son passé assez ressemblant celui de Shiki) est bien exploité par moment. Les motivations des personnages sont nébuleuses et leurs méthodes défient les conventions morales. On touche ici véritablement à la psychologie puisque l’essentiel de la série consiste en réalité à entrer dans la tête d’un psychopathe pour essayer de comprendre sa logique, et qu’en échange celui-ci remet en question nos propres automatismes humains sur des points fondamentaux tels que la mort, l’amour et l’identité.

  • Un gros travail dans l’écriture des dialogues et sur le fond sonore

Je vous préviens que le premier épisode peut vous sembler intelligo-pompeux, mais il n’est pas représentatif de toute la série pour ceux qui n’aiment pas les longues scènes de réflexion et qui en auraient peur ( moi je vous l’avoue j’adore !). Néanmoins, on peut retenir l’énorme travail autour de la construction psychologique des personnages et les thèmes abordés. On aura souvent des références philosophiques aux questions soulevées au début, mais dans une optique de réflexion et d’introspection en guise de fil rouge. Pour autant, les épisodes suivants porteront beaucoup plus sur le concret et sur des événements plus terre-à-terre, évitant ainsi au spectateur d’être larguer. La série jongle donc parfaitement sur différents styles : j’ai adoré décortiquer chaque dialogue et la référence s’y accrochant pour essayer de résoudre l’énigme au fur et à mesure des épisodes. La bande son participe formidablement à cette mise en scène et mêlant un style pop et du classique avec une scène d’ouverture sur le morceau Prélude de la 1ère Suite pour violoncelle solo de J.S. Bach. Une musique qui fait toujours son petit effet !

Moins -

  • Des scènes « fan-service » qui font tâche

Certains passages ne font pas vraiment avancer l’histoire et ne fait que mettre en valeur la relation assez « spéciale » de Moe avec son professeur. Des scènes qui touchent parfois le ridicule et le cliché des animés de type « shôjos » contrastant énormément avec le reste de l’intrigue. Bien que c’est parfois agréable  d’avoir des passages plus légers pour moins s’alourdir de discours philosophiques pompeux, les scènes de jalousie et les cris hystériques de Moe sont parfois insupportables. On en profite aussi pour mettre en valeur ses formes ainsi que celles « de ses rivales » par des scènes en maillot de bain qui arrivent comme un cheveu sur la soupe. Hormis le personnage de Shiki, les autres personnages féminins (bien qu’ayant toutes un potentiel intéressant) ne sont malheureusement pas essentielles ce qui est fort dommage. 

  • La série est trop courte ! 

La conclusion arrive trop rapidement et les deux derniers épisodes nous donnent l’impression de vouloir expédier l’histoire rapidement. C’est bien dommage car certains aspects de l’enquête ne sont pas décrits et la psychologique de Shiki ne sera pas exploitée jusqu’au bout (comme celui de pouvoir dédoubler sa personnalité..). Les dernières scènes assez symboliques par leur esthétique ne permettent pas d’amener une véritable fin. On n’a pas vraiment non plus droit à une véritable mise en scène finale montrant tout le procédé du meurtre de A à Z. On n’est pas dans une animé gore évidemment mais au moins une scène d’exposition aurait été appréciable pour mieux ressentir les émotions qui se jouaient. Deux épisodes de plus n’auraient pas été de trop (et aussi pour prolonger cette belle expérience un peu plus longtemps bien sûr).

The Perfect Insider est un bon polar, qui se penche parfois sur des sujets existentiels (l’amour, la mort, notre raison de vivre …), mais sans perdre de vue les vrais attentes des spectateurs en termes de scénario. Cet animé nous fait découvrir une histoire sombre nous incitant par moments à jeter un autre regard sur de nombreuses situations que les normes sociales nous poussent, à tort ou à raison, à condamner. Du lourd pour un animé qui nous semble banal en apparence. Cette oeuvre nous prouve que la Japanimation a encore beaucoup de belles surprises à nous offrir, et peut casser les codes pré-établis dans son genre. Mixez un peu d’Evangelion et Monster et vous obtenez un animé vraiment original et hyptonisant avec The Perfect Insider !

La série est disponible dans un superbe format collector en Bluray et DVD comprenant des chouettes bonus : sous la forme d’un artbook (144 pages) composé d’interviews, d’illustrations des personnages et décors, un résumé pour chaque épisode, et des explications autour de la démarche artistique de la série et sur la construction identitaire des personnages. De quoi prolonger l’expérience de The Perfect Insider au maximum ! 

Merci beaucoup à Kazé de nous avoir envoyer le coffret de cette série  pour la présentation de cette critique 🙂 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :