C’est ce 16 avril 2015 que nous revient une vieillerie de chez Sega sur l’eShop de la 3DS. 3D Fantasy Zone 2, un shoot’em up horizontal bien de son temps. Retour sur un titre phare des années 80.

16881031368_3d12833dc3

– Un peu d’histoire, voulez-vous ? –

La sortie originale de Fantasy Zone II (oui, il n’y avait pas encore la mention 3D à ce moment-là, cela va de soi !) remonte à la MegaDrive, en 1987 ! Il s’agissait de la suite pure et dure de Fantasy Zone, premier du nom, une excellente licence de chez Sega qui fit les beaux jours de la console. Rappelez-vous il y a quelques semaines, on vous parlait de 3D OutRun, une autre vieillerie de chez Sega qui faisait peau neuve, avec succès, sur la console portable de chez Nintendo !

C’est donc ainsi que ressort Fantasy Zone II avec une jouabilité toujours aussi hardcore, des chansons toujours composées par Hiroshi Miyauchi, l’homme également à l’origine des musiques d’OutRun par exemple (tiens, tiens, encore lui ?) et une légère amélioration graphique cependant : la prise en charge de la 3D. Les vaisseaux à l’avant, le décor à l’arrière. Assez classique, on n’en attendait ni plus ni moins pour le rendu 3D d’un jeu rétro comme celui-ci.

fantasyzoneii
Je suis aussi acteur dans « Flappy Bird » à mes heures perdues.

– Opa Opa Gangnam Style ! –

Vous voici alors dans votre fidèle vaisseau, le « Opa Opa », prêt à compléter le « Story Mode » composé d’une belle plâtrée de niveaux, ou bien le mode infini pour vous améliorer encore et toujours ! Comme la plupart des jeux rétros, attendez-vous à rencontrer la difficulté (= rager violemment de haine comme quoi le jeu est truqué et que ce n’est pas votre faute si vous avez perdu) même si celle-ci est assez vite contrebalancée par le fait que l’argent remporté en tuant des adversaires est conservé entre chaque partie (ce qui permet d’économiser un peu et de faire une partie en achetant bon nombre d’améliorations pour se sauver la vie) et le fait de pouvoir recommencer après chaque niveau. Comptez au total 10 mondes/niveaux à effectuer, tous divisés en deux sous-niveaux (hormis le dernier). Lorsque vous tuez certains monstres, un portail pour changer de côté apparaît (dark ou bright). Bien évidemment, le côté bright est moins ardu, mais apporte aussi moins de points à votre scoreboard général tandis que le côté dark sera assez difficile mais multipliera vos points à foison !

– Cash Party –

Un petit vaisseau magasin viendra vous foncer dessus pour lancer le magasin et dépenser tout votre argent à n’importe quel moment ! Assez ennuyeux quand il vous arrive dessus en plein combat, il viendra vous vendre des objets plutôt sympas, mais, pour la plupart, temporaires ! Dépensez tout votre gold pour avoir seulement 30 secondes de bonus à un moment que vous n’avez pas choisi puisque cette boutique apparaît aléatoirement… Vous vous retrouverez donc avec des super canons-de-la-mort-qui-tue-tout quand il restera un pauvre ennemi tuable d’un petit tir banal, mais vous n’aurez absolument rien contre le boss… La vie est quand même mal faite, mes pauvres !

Heureusement que l’argent gagné à chaque partie est sauvé s’il n’est pas dépensé, et qu’il est possible de « l’importer » à chaque nouvelle partie !

Je te fonce dessus, et tu me files ton argent, ça marche ?
Je te fonce dessus, et tu me files ton argent, ça marche ?

On fait assez vite le tour du jeu si notre but n’est pas de faire le plus gros score possible comme la plupart des jeux de ce genre et de cette époque. En fait, tout dépendra de votre niveau. Pour ma part, j’avoue avoir été très mauvais à ce jeu et il m’aura fallu un certain temps avant de passer le début du jeu (bon okay, je l’avoue, le premier niveau…), mais les habitués finiront le jeu certainement bien plus vite que moi !

 

 

Plus + tableau Moins -
  • Graphismes rétros et ambiance sympatoche.
  • Story mode suffisant avec des boss variés pour le genre.
  • Prix tout doux.
  • Durée de vie raisonnable.
  • Le retour de Fantasy Zone, avec quelques boss supplémetaires en prime !
  • Le cash shop qui apparaît à des moments complètement aléatoires, pour le meilleur, mais surtout pour le pire.
  • Difficulté pouvant en rebuter un certain nombre.

Conclusion :

Sega continue donc dans sa lancée et poursuit la ré-édition de ses grands classiques qui ont fait les beaux jours de ses consoles de salon (RIP). 3D Fantasy Zone II ne révolutionne rien, c’est une certitude, mais il occupera très bien vos petites sessions de jeux. Médaille de bronze.

Médaille - Bronze

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :