Hand Of Fate 2

Les cartes sont jetées.

Defiant Development. 2 novembre 2017. Disponible sur Steam, PS4 et Xbox One.

C’était sur ce titre qu’on avait fait les premières vidéos Youtube de Gaming sur 404 (on réfléchit à des concepts, ça va revenir ;)). Test 4O2Quatre points positifs, et deux points négatifs sur le jeu !

Plus + tableau

  • Yes, ça passe!
    Le gameplay – Toujours diablement efficace ! Le mélange de deck-building, JDR, et combats en temps réel fonctionne toujours aussi bien ! Suivez le scénario en vous déplaçant sur les diverses cases du jeu, matérialisées sous la forme de cartes et provoquant diverses actions : combats contre des monstres, apparition d’un marchand, lancer de dés pour effectuer son jet de chance (coucou le JDR !), bref les actions derrière ces cartes sont très nombreuses, et sont personnalisables grâce à votre deck-building. En effet, les cartes qui composeront votre terrain de jeu sont un mélange des cartes du MJ et de ceux que vous aurez ajoutés dans votre deck (les cartes de types « Evenements »)
  • Ambiance globale réussie – Le doublage anglais est assez prenant, et le maître du jeu nous transporte littéralement dans le jeu. On a envie de continuer la partie sans jamais en finir. Même s’il ne change pas beaucoup du premier Hand of Fate, l’ambiance générale du jeu est toujours très efficace. 
  • Powered by Stream – Des fonctionnalités ont été prévues pour jouer au jeu en live sur Twitch. Laissez le choix à vos viewers de votre parcours et mettez au défi votre streamer préféré sur le jeu. Compliquez lui la vie ou aidez le et vous pouvez alors devenir tous les MJ d’un jeu de rôle terrible pour le streamer. Un concept diabolique mais qui est absolument parfait pour s’amuser avec ses streamers. Cette fonction fait mouche et les lives sur le jeu se multiplient sur Twitch depuis sa sortie !
  • Infinité de scénarios – Qui dit JDR, dit évidemment une infinité de niveaux et de possibilités. Bien sûr, il y a un nombre de niveaux prédéfinis dans la campagne (d’ailleurs pas des plus longs, comme pour le premier opus) mais la rejouabilité pour récupérer plus d’équipements ou essayer d’autres voies pour progresser est toujours la bienvenue. Votre personnage gagne ses bonus acquis au long de l’aventure et il est donc plus aisé de revenir sur de précédents niveaux une fois ses statistiques bien augmentées. On a vraiment l’impression de jouer à un JDR papier ici.
    Equipez vous et c’est parti !

Moins -

  • Combats toujours rigides – Malheureusement, les combats en 3D ont été améliorés par rapport à Hand Of Fate 1, mais pas encore assez pour les rendre vraiment dynamique et agréables… On se contente de cliquer pour taper, appuyer sur Shift pour lancer le sort de son compagnon de temps en temps et appuyer au bon moment sur la touche de contre pour éviter de se prendre le coup de son adversaire… Très, trop classique, avec des animations qui ont du mal à suivre et à vraiment se différencier… Vraiment dommage !
    Taper. Taper. Taper.
  • Les combats en déca – L’idée du combat en temps réel au milieu du jeu de rôles est une très bonne idée qui permet à Hand Of Fate de se différencier, mais c’est encore une fois le point faible du jeu, et il gagnerait à en être plus original. J’aurai bien vu un mode de combat à la Baten Kaitos avec un système de cartes (vu qu’elles sont déjà très présentes au sein du gameplay du jeu). C’était un super système de combat qui n’a jamais été réutilisée par la suite… Bien dommage !

Hand Of Fate 2 est presque plutôt un Hand Of Fate 1.5 dans le sens où la recette de base a été reprise et pas mal améliorée, mais rien n’est venu complètement révolutionner la formule. La durée de vie reste toujours assez faible (sur le papier) mais la rejouabilité est quasi infinie, ce qui ne sera pas pour déplaire aux fans de RPG et de JDR.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :