SMELLS LIKE TEEN SPIRIT FESTIVAL #1

Victor BOURNERIAS – Léa CHESNEAU – Emmanuelle LACALM – Jeanne LE GALL
Du Samedi 29 Octobre au Mardi 1er Novembre 2016 Au cinéma Le Grand Action

logo-festival

Bonjour/Bonsoir ! Aujourd’hui je vous parle d’un festival de teen movie (films d’adolescents) qui a sa première édition ce week-end ! Un festival (je cite) sous le signe du guilty pleasure

gif-3

Lors de ce festival pour pourrez voir, revoir, découvrir des films qui sont déjà sortis, des indéits et des avants-premières en présence de l’équipe du film ! Je vous laisse apprécier le programme avant de vous présenter l’équipe et de découvrir l’interview qu’un membre de l’équipe nous a accordé 😉

programme-festival

 

Je sais pas ce que vous en pensez mais je suis bien tentée par..presque tout ! (Sauf les films qui font peur, j’aime pas avoir peur). Le teen movie n’est pas assez mis en valeur et ce festival lui rend parfaitement justice !

Crée par 4 jeunes personnes, toutes passionnées par le teen movie, se présente à travers leurs films préférés : 

VICTOR BOURNERIAS
Président du Breakfast Club
Teen movie de chevet : BATTLE ROYALE de Kinji Fukasaku. Surement le seul film réaliste sur l’adolescence.

gif-4

LÉA CHESNEAU
Présidente des Plastics (peut prédire la météo rien qu’en touchant ses seins)
Teen movie de chevet : HEATHERS, de Michael Lehmann, quand elle est de bonne humeur et CLUELESS, d’Amy Heckerling, quand elle est de mauvaise humeur.

giphy

EMMANUELLE LACALM
Présidente du Club de Ping-Pong d’Ocean City, Maryland
Teen movie de chevet : VIRGIN SUICIDES, de Sofia Coppola, pour plein de raisons (la musique de Air, la magnifique Kirsten, etc.) et aussi car ça a été la première (et dernière) critique qu’elle a écrite.

gif-6

JEANNE LE GALL
Chasseuse de vampires à Sunnydale
Teen movie de chevet : DAZED AND CONFUSED, de Richard Linklater, parce qu’il célèbre une jeunesse paumée et insouciante où l’on s’amuse de tout.

gif-5

 

Merci à Léa, la présidente des Plastics qui a répondu à nos questions <3

Pourquoi ce festival ?
Avec ce festival, nous voulons mettre en valeur le teen movie, un genre cinématographique qui nous est cher, et que nous voulons célébrer. Si le teen movie est si fascinant, c’est qu’il dépeint un âge charnière où tout se joue et où les désirs s’entremêlent : trouver son style, rentrer dans un groupe, s’intégrer au collège, au lycée ou à la fac, confronter ses parents, s’émanciper, et bien sûr faire face aux premiers émois et affronter les premières fois en général.

 

Bien que les teen movies soit un genre essentiellement tiré du cinéma américain, pensez-vous qu’il serait intéressant de le développer en france ? ( et si ils en existent déjà quels films français se rapprocheraient plus de ce genre ? ) 
Le teen movie est bel et bien un genre purement et génialement américain. Les films sur l’adolescence en France peuvent aussi être appelés des teen movies car il faut bien réussir à les rentrer dans une case. La grosse différence c’est que les français mettent plus souvent l’accent sur la relation adolescents / autorités (parents, professeurs, adultes en général). Tu peux loucher du côté des Beaux gosses de Riad Sattouf ou LOL de Liza Azuelos pour les plus récents.

 

Pour vous, qu’est ce qui caractérise le plus un tee movie, quels sont les éléments essentiels à avoir dans ce type de film ? -> Qu’est ce qu’est un bon ou mauvais tee movie selon vous ? 
Pas question de bon ou mauvais teen movie, c’est comme un bon et mauvais film. C’est difficile de définir totalement le teen movie et de répertorier exactement tous les ingrédients nécessaires : il existe mille petites nuances et c’est ça qui rend le genre si riche. Pour essayer de répondre à la question, il faudrait sûrement une chambre d’adolescent / un couloir de lycée / un campus / des adolescents en proie à leurs premiers émois sexuels.

 

Peut-on dire que les teen movies sont le reflet d’une génération ou d’une époque ?
Les teen movie ont l’air de pas mal marcher par décennie et de refléter la mode / les interrogations de chacune. Dans les années 1980, c’était la mode des teen movies d’horreur comme métaphore à la puberté (avec des loups-garous, des mains incontrôlables et souvent beaucoup de sang pour symboliser les premières règles).

 

Est-ce que les teens movies sont, d’après toi, une représentation fidèle de l’adolescence ? 
Une représentation fidèle ce serait un peu mentir. C’est plus un fantasme de l’adolescence mais qui entretient un certain imaginaire de ce que l’adolescence devrait être. Il suffit de prendre les productions Apatow : leurs réalisateurs font des teen movies pour donner du courage de l’espoir aux nerds qu’ils étaient et à ceux qui vivent la même adolescence difficile qu’eux à l’époque. 

 

Quels thèmes y sont les plus souvent abordés ? 
Pour les thèmes : l’évolution de l’enfance vers l’âge adulte et tout ce que ça entraîne : la puberté, les interrogations sur le sexe, l’indépendance, les bouleversements dans les relations avec les autres, la popularité, l’entrée à l’université…

 

Comment expliquez-vous leur succès génération après génération ?
Ohlalala. Ce sont des films cultes et souvent pop. Ce sont aussi des icônes et notamment en mode… Des films comme Clueless ont instauré une véritable idée de la mode des années 1990 par exemple. Leur succès tient peut être de leur essence nostalgique, qui titille ceux qui ont la nostalgie de leur propre adolescence.

 

Quelle a été la principale difficulté pour préparer ce festival ? 
La principale difficulté, c’était surtout de trouver les copies. C’est assez frustrant d’avoir mille idées en tête mais plus forcément de copies existantes… Au moins ça nous donne du fil à retordre et l’envie d’être encore plus inventifs !

 

Quel est votre coup de coeur dans la sélection proposée ?
Pour le coup de coeur, c’est assez difficile car on hyper contents de toute la programmation. À titre personnel, je ne peux pas m’empêcher de citer Lolita malgré moi de Mark Waters qui est la toute première raison pour laquelle j’ai voulu faire ce festival mais aussi Mary is happy, Mary is happy, un film inédit de Nawapol Thamrongrattanarit et une véritable pépite.

gif-1 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :