Nous sommes le 13 novembre, 4 ans pile après le triste attentat survenu au Bataclan, 4 ans que nous avons une petite pensée pour eux lorsque nous assistons à un concert… Nous honorons aujourd’hui les personnes malheureusement disparues et nous faisons perdurer la musique qui les motivaient ce soir-là.

Et ce soir Error 404 à la chance de couvrir non pas un mais deux concerts ! Vous pouvez retrouver le live report de Greta Van Fleet au Zenith de Paris juste ici.

De notre côté nous avons vu et surtout écouté le concert d’Halestorm à la salle Pleyel accompagné de New Years Day et de In This Moment en première partie. Vous l’aurez compris, il s’agit d’un concert 100% féminin au niveau du chant et ça fait du bien de voir des filles dans le milieu du hard rock / métal alternatif !

 

NEW YEARS DAY

Dès 19h30 nous accueillons New Years Day, les cinq américains qui forment le groupe donnent le ton immédiatement en lançant leur single Come For Me issu de leur dernier album Unbreakable. Ashley Costello nous fait une très belle démonstration vocale avec toutefois quelques fausses notes par moment qui n’empêchent cependant pas les fans et la salle d’apprécier sa performance. En effet la chanteuse, à la chevelure rouge et noire, a une voix puissante et très jolie. Les tubes s’enchainent et réveillent la salle, les basses ainsi que la batterie nous font trembler le corps… et on adore ça ! New Years Day a bien su chauffer la salle en nous jouant des titres de leurs deux derniers albums Malevolence (2015) et Unbreakable (2019) en ayant une formidable présence sur scène.

Setlist :

  1. Come for me
  2. Kill or be killed
  3. Fucking Hostile
  4. Shut up
  5. Skeletons
  6. Defame me

Retrouvez New Years Day sur Spotify, Apple Music, YouTube et Instagram

 

IN THIS MOMENT

 

In This Moments salle Pleyel @Kikevist_Thierry

Le second groupe de la soirée est très attendu par les fans, Don’t Stop Believin’ du groupe Journey retentit et est repris par toute la salle. Puis tout à coup la musique se stop laissant place à un silence dans le noir complet. Un superbe jeu de lumière et de son se met en place derrière le fond de scène, en effet nous avons l’impression que des éclairs frappent la scène puis une sirène retentit faisant davantage monter la pression dans la salle.

Il est 20h30, le rideau tombe et vous l’aurez compris, In This Moment est arrivé.

Je crois n’avoir jamais vu un groupe avec une telle mise en scène, à part peut-être Avatar. J’en suis encore bluffée, Marina Bring nous apparaît revêtu d’une robe blanche avec un voile blanc opaque qui lui recouvre le visage, un diadème est niché sur sa tête. Elle est accompagnée de deux danseuses dont le costume s’apparente à celui d’une bonne sœur toute blanche qui nous ferait bien flipper si on la croisait la nuit dans notre chambre.

Le groupe lance leur première chanson Fly Like an Eagle qui est une reprise de Steve Miller Band et c’est parti pour 30 minutes de bonheur.

Marina Brink nous offre une prestation époustouflante, sa voix grunge et puissante est juste magnifique. Elle nous offre également un défilé de tenues, en effet à chaque chanson elle part se changer pour nous revenir toujours plus sensuelle et charismatique.

Les chorégraphies misent en place par les danseuses et la chanteuse donnent une réelle plus-value au spectacle avec une grosse mention spéciale pour les tenues avec le masque de loup durant la chanson Big Bad Wolf grrrr (on se demande tout de même comment Marina Bring arrive à chanter tout en portant le masque).

Et comme malheureusement toute bonne chose à une fin, le décor pour Whore est installé annonçant la dernière chanson du groupe.

Un pupitre trône au milieu de la scène et la leadeuse de In This Moment ne tarde pas à monter dessus accompagnée de ses danseuses (déguisées en The Handmail’s Tale) et des autres membres du groupes. Le show est spectaculaire, un lâché de ballons baudruches géants accompagne la fin de la chanson et Marina interagit beaucoup avec le public pour notre plus grand plaisir.

Ce fut un réel moment de musique et de show de voir In This Moment et chez Error 404 on ne peut que vous conseiller de foncer les voir si l’occasion se présente.

Setlist :

  1. Fly Like an Eagle
  2. River or Fire
  3. Natural Born Sinner
  4. Big Bad Wolf
  5. Blood
  6. Whore

Retrouvez In This Moment sur Spotify, Apple Music, YouTube et Instagram

 

HALESTORM

 

 

21h40 sonne, le groupe le plus attendu de la soirée fait son entrée sous un très beau jeu de lumière verte, violette et bleue. Les premières notes de Do Not Disturb résonnent, le public est déchaîné et Halestorm va nous offrir une performance comme on en voit peu.

Halestrom Salle Pleyel @Kikevist_Thierry

La voix de Lzzy en live est incroyable, elle est puissante, claire et rock. Mais quelle voix ! Je peux vous dire qu’elle chantait super loin du micro !

Si In This Moment nous a offert un défilé de tenues, Halestorm nous offre un défilé de guitare. Lzzy changeait de guitare toutes les chansons pratiquement (pour personnellement mon plus grand plaisir). Nous avons vu passer des modèles SG, Les Paul et Explorer de toutes les couleurs !

Je vous parlais de la voix de Lzzy Hale il y a un instant, et bien dites-vous que sa voix est encore plus incroyable en acapella. Nous avons eu la chance de l’entendre sur l’intro de Familiar Taste of Poison ainsi que sur She Won’t Mind pour un moment suspendu dans le temps.

Halestrom Salle Pleyel @Kikevits_Thierry

Les autres membres du groupe ne sont pas en reste non plus pour nous en mettre plein les yeux, Joe Hottinger (guitare), Josh Smith (basse) et Arejay Hale (batterie) nous offre une série de solos tant bien à la guitare qu’à la batterie. En effet Josh Smith et Arajay Hale entament un duo basse/batterie formidable puis Arajay prend le lead pour un solo avec des baguettes XXXXL et sans surprise il joue aussi bien avec ces baguettes qu’avec des baguettes normales.

Ce qui est plaisant avec ce groupe c’est que tous les membres du groupe sont mis en avant et pas seulement Lzzy. Et cela a pour résultat un groupe vraiment connecté et qui joue vraiment ensemble. Car oui ce sont avant tout des musiciens et Halestorm s’est bien chargé de nous le rappeler. Ils n’étaient pas venus seulement jouer leurs titres, non non non ils étaient venus s’éclater tous les quatre ensembles et surtout jouer de la musique.

Lzzy Hale nous fait d’ailleurs un petit discours après Chemicals (première fois qu’ils la jouaient à Paris) pour nous dire que ce qui est beau avec la Rockfamily c’est que nous sommes tous pareils, nous aimons la musique et que nous soyons une fille ou un garçon ne fait aucune différence.

Elle nous fera également un discours rendant hommage aux victimes du Bataclan en nous disant que la première fois qu’ils sont revenus jouer à Paris suite à ce drame ils ont vu de la vie, de l’amour et de l’unité dans le public malgré la tristesse.

Pour conclure ce superbe concert Halestorm nous joue I’m the Fire et I Miss the Misery avec des démonstrations magistrales de solos, de chant, de cohésion de cohésion de groupe ! On a l’impression que cela ne va jamais s’arrêter et on n’a pas envie que cela s’arrête tellement c’est un moment de bonheur.

Setlist :

  1. Do Not Disturb
  2. Love Bites (So Do I)
  3. Mz. Hide
  4. I Get Off
  5. Black Vultures
  6. Familiar Taste of Poison (intro seulement en acapella)
  7. Amen
  8. Bass / Batterie Solo
  9. Freak Like Me
  10. Uncomfortable
  11. Vicious
  12. Apocalyptic
  13. Chemical
  14. Killing Ourselves to Live
  15. Here’s to Us
  16. She Won’t Mind (acapella)
  17. I Am the Fire
  18. I Miss the Misery

Retrouvez Halestorm sur Spotify, Apple Music, YouTube et Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :