La nuit est déjà bien tombée quand je rejoins mes acolytes devant la machine.

Nous rentrons sur les coups de 18 heures 30 et allons prendre places.

L’imposante batterie de Hellhammer est déjà en place pour le set de Mayhem, mais il va nous falloir un peu patienter !

– GosT-

Gost à la Machine du Moulin Rouge - Romain Keller pour Error404

À 19 heures, les lumières s’éteignent et la musique commence.

Ne connaissant pas du tout GosT, je suis surprise, je ne m’attendais pas du tout à ça.

Le guitariste et le chanteur sont bien maquillés de noir et de blanc, les cris de ce dernier ne laisseraient pas douter qu’il s’agisse de Black Metal, si ce n’est que la musique qui l’accompagne s’apparente plus à de l’éléctro qu’à du black. Je suis perplexe, mais observe attentivement.

James, le chanteur, ne manque pas d’énergie et s’agite sur scène en faisant des allers retours avec son pied de micro, agitant la tête dans tous les sens, avant de rejoindre un clavier à sa droite pour jouer quelques morceaux. 

Malgré le style différent de la tête d’affiche, la foule est réceptive. 

Après 8 titres, très électros à mon goût, sans pause, les deux musiciens quittent la scène sous les applaudissements. Le public semble globalement satisfait. Quant à moi, je dois bien avouer que ce duo m’a fait le même effet qu’un fond d’écran Windows XP.

– Gaahls Wyrd –

Gaahls Wyrd à la Machine du Moulin Rouge - Romain Keller pour E

La salle se remplie pour Gaahls Wyrd dont le style correspond peut-être plus au public que le groupe précédent. 

Le frontman arrive, portant son habituel corpse paint et son flegme légendaire. Les musiciens occupent bien la scène et nous mettent facilement dans l’ambiance. 

Comme pour Gost, les titres s’enchaînent, malgré une ou deux pauses de Gaahl où il s’immobilise pendant plus secondes, sans un bruit, avant de reprendre de plus belle. Il alterne entre voix claire, aiguë, grave, screams, growl avec une facilité déconcertante qui n’est pas pour me déplaire, je me reconnais plus dans ce style là et les pogos dans la fosse me prouvent que je ne suis pas la seule de cet avis.

Il finit par s’interrompre pour gratifier la salle d’un « merci », serrer la main d’un fan un peu plus tard mais ne communique pas plus que ça, sa voix suffit. À contrario des gratteux qui nous encouragent encore et toujours à faire du bruit et à bouger, les pogos semblent les ravir.

Le set se termine tranquillement et Gaahl quitte la scène sans plus de cérémonie, il est venu, il a vu, il a vaincu. Tandis que les musiciens restent quelques instants de plus.

Le public semble ravi et attend désormais impatiemment Mayhem. 

– Mayhem –

Mayhem à la Machine du Moulin Rouge - Romain Keller pour Error4

Les lumières finissent par s’éteindre, nous allons pouvoir passer aux choses sérieuses !

HellHammer prend place derrière son imposante batterie, rejoint sur scène par les gratteux puis par Attila, vêtu d’une toge noire avec une capuche et d’un masque sanguinolant. 

On ne voit que lui, et sa voix profonde nous rappelle bien que c’est LUI qui nous sommes venus écouter. 

La rapidité des jeux de guitares est encore plus impressionnante que ce à quoi je m’attendais, cela semble parfaitement convenir au public qui commence à s’agiter dans la fosse.

La salle est maintenant remplie à son maximum, si bien que mon acolyte et moi peinons à rejoindre la première mezzanine pour pouvoir respirer un peu. Garmonbozia a posté peu de temps avant ça que le show affiche complet ce soir !

Après quelques titres récents, la scène se vide, alors illuminée de blanc. Serait-ce la fin ? Pas du tout !

Le groupe revient, les musiciens portent à leur tour une capuche noire cachant leur visage et un caverneux « when it’s cold… » résonne des backstages. Pas besoin d’en dire plus, tout le monde a reconnu Freezing Moon ! Qui sera suivi par un peu moins d’une dizaine d’autres titres présents sur De Mysteriis Dom Sathanas et Deathcrush, pour le plus grand plaisir des fans de la première heure.

Plaisir partagé même si sur le dernier quart d’heure le show commence à se faire un peu long pour moi. Je ne dois pas être la seule à penser ça, un petit groupe d’une dizaine de personnes quitte la fosse après Freezing Moon, suivi par d’autres jusqu’à la fin du set.

Malgré ça, le public semble satisfait de la soirée en sortant de la salle !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :