Bonjour/Bonsoir ! You’re the worst est une série avec laquelle j’entretiens une relation très particulière : je ne l’aime pas mais je continue à la regarder.

You’re the worst c’est l’histoire de Gretchen et Jimmy, ça commence par un coup d’un soir puis une relation étrange se crée. Autour d’eux gravitent leurs ami-e-s qui sont tout aussi flingués qu’eux psychologiquement.

 

  • C’est une série vraie –  Les personnages sont antipathiques dès le début. On va les détester, ils vont êtres gênants et en même temps ces clichés sont drôles. On y retrouve certain-e-s de nos ami-e-s et parfois sa propre personne.
    Il remettent en cause les bases du couple (sans tomber dans les clichés de la romance), de l’amitié sous ses formes les plus sombres et malsaines. C’est une série à « Skins » version adulte.
    Les femmes sont présentées comme des hommes avec leurs point positifs et négatifs. Elles ont des coups d’un soir, rotent, pètent, se masturbent. Tout comme les hommes et..les femmes dans la vraie vie aussi surprise !

 

  • Les thèmes abordés – Le retour d’un ancien militaire à la vie active, l’alcoolisme, la peur de l’engagement, les difficultés de couple, l’éducation, la fidélité, la procréation, la vie sexuelle. Mais la dépression : l’accepter, la diagnostiquer et se soigner. Elle est présentée de façon soit réaliste soit vicieuse. Et sous sa pire forme : invisible par les autres et par soi.

 

  • C’est la déprime à chaque épisode – Chaque épisode nous rapporte à notre misérable existence. Si vous voulez bien déprimer c’est parfait. C’est aussi bien pour faire ressortir vos soucis de couple, débattre de la médiocrité du monde. Oubliez la politique You’re the worst fonctionne tout aussi bien.

 

  • Les personnages sont insupportables – Oui ils sont intéressants. Mais ils sont les pires personnes : profiteurs, manipulateurs, niais, pervers. J’ai plus envie de les frapper pour leur dire d’agir comme des adultes qu’autre chose. Le problème c’est que ce sont des gamins avec les tares des adultes.

You’re the worst c’est le syndrome de Stockholm qui ne fonctionne pas : je suis attachée mais je veux quand même m’enfuir.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :