Alors que le match de rugby France/Angleterre bat son plein, le grand bar O’Sullivans de Pigalle était déjà plein à craquer en arrivant, à tel point que les gens étaient entassés entre supporters hardcore du match et headbangers prêts à prendre le Backstage du bar d’assaut. C’est vers 19h10 que les salles de cette salle qui m’était encore inconnue s’ouvrirent. Une très jolie salle à la forme atypique; mais scène assez petite, avec un son plus que correct pour la plupart du concert.

Crédits photos : Romain Keller

– Thousand Below 19h35-20h –

Thousand Below © Romain Keller

Jolie mise en bouche avec ce quintet californien de San Diego. Thousand Below propose un post-hardcore un peu dans la veine de Dance Gavin Dance qui arrivera après. Le premier truc stupéfiant sur scène : les écarteurs d’oreilles DÉMESURÉS du batteur ! Juste monstrueux ! Le public headbang un peu et réagit légèrement au groupe qui prend toute la place sur scène mais sans remuer totalement la foule malgré un début de set très propre. C’est lorsque leur 4ème titre Sleepless commence que le public va se réveiller et jumper durant toute la chanson à la demande du chanteur aux bras entièrement tatoués de dragons, . Le set finira en trombe avec même le premier pogo de la soirée sur leur dernier titre. Une excellente première partie pleine de bons riffs et d’une voix très bien posée. Le son de la salle ce soir est particulièrement clair (malgré le fait que nous étions placés juste sous l’enceinte de droite la plupart du temps du concert avec le photographe pour 404)

Les screams et chants clairs s’enchaînent sans fausses notes, et on replonge en adolescence et l’époque où l’on écoutait tous du post-hardcore !

FACT : Le saviez-vous ? Le groupe post-hardcore/metalcore de Glamour Of The Kill qui régala mon adolescence (et peut-être la vôtre) a annoncé son retour le 12 mars et je vous invite à jeter une oreille si vous ne connaissiez pas. Oui cela n’a rien à voir avec ce concert, mais il fallait quand même le noter !

– Dance Gavin Dance : 20h20-21h10 –

Dance Gavin Dance © Romain Keller

Le léger retard de Thousand Below continue de se répercuter ici, mais 5 minutes serait vraiment chipoter… Sauf qu’ici la salle avait décidé de passer avant le concert et entre Thousand Below et DGD du Orelsan et autres joyeuseries du rap français… Pas sûr que c’était la soirée la plus adaptée pour faire mouche durant ce genre de soirées ! Le sextet post-hardcore californien (le post-hardcore californien était en forme ce soir !) monte sur scène, clairement trop à l’étroit à six sur la toute petite scène du Backstage dans une salle désormais pleine à craquer.

Dance Gavin Dance © Romain KellerTilian (chant clair) et Jonathan (scream) occupent bien évidemment le devant de la scène et entrent accompagnés des 4 autres membres, bouteilles de Powerade à la main. Sponso ou alors soirée sans alcool? Bonne question mais c’est la première fois que je voyais ce genre de boissons pour tous les membres du groupe. On notera en plus un petit détail amusant : Jonathan est monté sur scène et a posé devant la batterie un petit flacon de miel (qu’il n’utilisera finalement pas). C’est assez inquiétant qu’un chanteur scream ait besoin de miel pour chanter et que le son provienne de la gorge et non pas du ventre… Disons qu’il devait plutôt avoir un petit coup de froid et un petit mal de gorge plus qu’une potentielle aide au chant en cas de voix qui déraillerait. En tout cas il n’en eut pas besoin et le son de tout le concert fut d’une propreté incroyable. Le groupe sonnait vraiment proche de l’enregistrement studio en live, les voix étaient tels qu’elles, et la voix aïgue de Tilian est forcément stupéfiante en live. Le groupe représentera majoritairement son dernier album « Mothership », datant déjà de 2016. Plus de la moitié du set sera issu de cet album (ce qui est plutôt logique puisque c’est l’album où sont présent les deux chanteurs actuels. Les fans de la première heure auront quand même le plaisir de retrouver leur plus gros single We Own The Night, au milieu de la flopée de titres du dernier opus tels que Chucky vs The Giant Tortoise (qui ouvrira le set), Summertime GladnessInspire The Liars (en guise de final, très classe !) ou encore Young Robot.

Avant de partir, Jonathan nous offra une petite macarena, comme ça, gratuitement !

Ce soir, le set sera relativement court puisqu’il s’agit d’un co-headline entre Dance Gavin Dance et Veil Of Maya qui suivra, donc à peine 50 minutes pour chaque groupe. C’est dommage car on en aurait bien pris un peu plus ! On a hâte d’entendre un peu de nouveauté chez Dance Gavin Dance, car le groupe assure carrément en live.

Dance Gavin Dance © Romain Keller

PS : Ah oui, si vous cherchiez les activités nocturnes de PewDiePie, le célèbre Youtuber suédois, il est en fait membre fondateur de Dance Gavin Dance à la batterie. Matt Mingus a un faciès proche de la star des réseaux sociaux assez déroutant !

On a pensé à récupérer la setlist au sol avant que les roadies la retirent, alors la voici :

Setlist :

Chucky vs. The Giant Tortoise
Summertime Gladness
On the Run
Frozen One
Me and Zoloft Get Along Just Fine
Flossie Dickey Bounce
Young Robot
Betrayed By The Game
We Own the Night
Man of the Year
Inspire the Liars

– Veil Of Maya : 21h40-22h30 –

Veil of Maya © Romain Keller

Veil of Maya © Romain KellerC’est au tour de la seconde tête d’affiche et dernier groupe de monter sur scène. Veil Of Maya, quatuor ni californien ni de post-hardcore vient fouler la scène déjà bien usée par les précédents groupes qui l’auront mise à mal durant toute la soirée à bouger partout. Pourtant ce n’était encore rien à côté de Lukas Magyar, frontman et chanteur du groupe qui était littéralement une pile électrique durant le concert. Scream puissant, on sentait la passion et la rage dans les yeux de Lukas pendant le concert. Le chanteur aimait d’ailleurs attraper des gens du public au premier rang derrière la tête et les approcher de lui en face à face, droit dans les yeux en screamant avec eux dans le micro.

Veil of Maya © Romain Keller

Une très belle image de violence (dans le bon sens) et de rage que l’on peut ressentir dans la musique de Veil of Maya. Plus que de la musique, le groupe a su nous transporter totalement dans leur univers le temps de cette petite heure. N’étant peut être pas le plus grand fan du groupe de première heure, bien que j’apprécie, ce concert était vraiment d’une très grande qualité et il faut le reconnaître, les membres étaient des monstres scéniques qui ont su totalement s’approprier l’espace qui leur était donné. Malgré le petit problème de son sur le tout début du set (les personnes avec boules quies ne devaient tout simplement pas entendre de chant tellement il était bas et faible).

Danny Hauser et Marc Okubo,  respectivement à la basse et à la guitare échangeaient fréquemment de place, nous permettant de profiter de chacun des membres du groupe de chaque côté. D’ailleurs, c’était rigolo de voir que la basse de Danny avait plus de cordes que la guitare de Marc !

C’est le dernier album « False Idol » qui sera aussi le plus défendu très largement

Petit moment d’incompréhension en fin de set. Le rappel arrive sur leur plus gros succès Mikasa et un écran géant descend du plafond… puis remonte quelques secondes après. On ne sait pas trop si le groupe voulait diffuser une vidéo qui n’aurait pas fonctionné ou bien était-il aussi surpris que nous en voyant cet élément descendre. J’opte plutôt pour la première option puisque l’écran est quand même resté quelques secondes avec un roadie qui courait partout derrière la scène complètement affolé ! Dommage pour cela, mais on aurait bien voulu savoir qu’est ce qui allait être diffusé sur cet écran… Probablement le clip de Mikasa, mais qui sait… On devra donc laisser libre cours à notre imagination sur ce coup-là.

 

Setlist : 

Whistleblower
Nyu
Leeloo
Ellie
Punisher
Overthrow
Lisbeth
350
Unbreakable
It’s Not Safe to Swim Today
Doublespeak
Aeris
Lucy
Mikasa (rappel)

Ce concert, format américain avec des concerts plus court mais mieux répartis a permis de profiter à fond de trois excellents groupes durant cette soirée au Backstage. Pas de fausses notes pour les groupes présents ce soir au Backstage By The Mills qui auront réussi à conquérir ce soir le coeur des fans de tous les groupes respectifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :