Bonjour à tous !

J’ai eu la chance de drop une des tant convoitées clés pour le nouveau FPS signé Riot Games, Valorant. Ses similitudes avec Counter Strike en sont devenus un même : C’est très CS quand même.

Pour avoir jouer un bon millier d’heures à CS:GO, il est l’heure de la comparaison détailée !

Le feeling de tir avec les armes

C’est très CS quand même. Les sprays (= la façon de gérer comment partent les balles en restant cliqué pour tirer) ne sont pas les mêmes que sur Counter Strike mais le principe de bouger sa souris à l’inverse du mouvement naturel des pistolets reprend le même principe. Par exemple si les balles partent d’elles-même vers le haut à droite sur une arme, vous devrez gérer avec la souris votre mouvement en la bougeant en bas à gauche, pour compenser le mouvement naturel de votre pistolet et ainsi rester le plus possible sur votre cible !

La position des armes dans l’inventaire

C’est pas très CS quand même. Lorsque vous souhaitez changer d’arme, vous pouvez le faire grâce à des touches ou bien la roulette de votre souris. Contrairement à CS:GO, la molette est « verrouillée » et vous ne pouvez pas juste la faire rouler pour remonter en haut du menu. Une fois en bas, il faut la tourner dans l’autre sens. Cela évite ainsi de tourner un cran de trop pour retomber sur la première arme. A l’inverse de Counter Strike, le couteau est en première position de l’inventaire et l’arme principale en dernière position (sur Counter, c’est dans l’autre sens). Cela ne change pas grand chose, mais quand on est habitués à l’inverse depuis des années, ça surprend !

Les pouvoirs des héros

C’est souvent très CS quand même. Les pouvoirs sont souvent assimilés à des molotovs qui feront des dégâts sur quiconque marchera dessus, des flashbangs pour éblouir la vision adverse ou des smokes pour bloquer certains angles de vues. On a tout de même quelques pouvoirs plus folklorique comme ceux de Reze permettant de déployer un drône automatique ou des petits packs nous permettant de sauter et d’accéder à des spots normalement innaccessibles. Idem, son ultime envoie un missile tout droit qui explose à la rencontre du premier obstacle en faisant énormément de dégâts.

Valorant et ses pouvoirs
WAIT…WHAT?

Les maps

C’est très CS quand même. Sauf la map à trois points. 3 points à défendre à 5 personnes, cela peut paraître compliqué et oblige potentiellement un joueur à se retrouver en situation de 1v5 si tous les adversaires arrivent sur le même point en même temps… Heureusement, les maps de Valorant sont très petites et le contact avec l’adversaire

La durée des combats

C’est pas très CS quand même. Comme dit précédemment, les maps sont assez petites. A chaque début de round, on peut se placer là où l’on souhaite en attendant que les murs invisibles se retirent pour débuter le round. Ces murs laissent généralement juste un angle ou une rue entre les joueurs, ce qui permet d’entrer très très vite au contact. Cela réduit ainsi considérablement le temps des rounds. Ajoutez à cela qu’une partie de Valorant se gagne en 13 rounds VS 16 sur Counter Strike, les parties sont relativement plus courtes et s’enchaînent plus rapidement !

Le Mode de Jeu

C’est très CS quand même. Pour le moment, le seul mode de jeu disponible est le même que celui de Counter Strike : planter une bombe (un Spike ici), et attendre son explosion… Ou bien la désamorcer pour éviter le drame. La différence entre la bombe de CS et le spike de Valorant réside dans son désamorçage. Le spike peut se désamorcer en deux temps. Une fois à la moitié du temps de désamorçage, la sauvegarde se fait.

Le système d’achat

C’est un peu CS quand même. L’affichage de votre boutique d’armes en début de round est plus clair que sur Counter Strike. On y voit tout d’une traite. Il est possible d’acheter toutes sortes d’armes et de bouclier ET DE LES REMBOURSER. Si finalement votre équipe propose de faire un « round eco » (ne rien acheter pour avoir plus d’argent et acheter de meilleures armes au round suivant), vous pouvez vous faire « rembourser » votre achat impulsif ! La seule chose qui n’est pas remboursable, ce sont vos capacités. Cela étant dit, les capacités sont les achats les moins coûteux de la boutique, donc c’est peu.

Au final, Valorant, même s’il est toujours en bêta est très prometteur pour l’avenir. Si la qualité de suivi sur Valorant est équivalente à celle qu’on a pu voir sur League Of Legends ces 10 dernières années, il ne fait aucun doute que le jeu risque de conquérir de nombreux joueurs grâce à de nouveaux agents, de nombreux skins et bien plus de choses que sur son concurrent direct de chez ValvE. Il va falloir que Valve mettent les bouchées doubles pour conserver leur statut de maître en la matière si le studio ne fait pas plus de suivi que cela de son jeu. Il est vrai que le nouveau contenu sur CS:GO se fait assez chiche en général. Exigeant, punitif et difficile, l’expérience Valorant ne dépaysera pas les joueurs du FPS de Valve, mais ils risquent de surprendre les joueurs d’Overwatch, Call Of Duty et autres fast-FPS plus simple d’accès. Une fois le temps d’adaptation passé et un mode ranked permettant de matcher des joueurs de même niveau ensemble (c’est clair que pour le moment, tomber sur des joueurs ne faisant qu’une bouchée de votre équipe, c’est vite frustrant), Valorant a clairement tout le potentiel d’un grand !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :