UN PREMIER ALBUM POUR RESOLVE? « Between Me and the Machine »

Après avoir signé chez Arising Empire, les chansons « Seasick Sailor » et « Beautiful Hell » voient le jour. Mais Resolve n’est pas prêt de s’arrêter là et débarque aujourd’hui avec un nouveau titre, « Emerald Skies ».

Des sonorités agressives, soulignées par un motif emprisonnant

Ni une, ni deux, nous nous retrouvons dès le début tenus en haleine par la présence de riffs intenses et lourds, capturant alors l’auditeur dans un motif emprisonnant. A cela s’ajoute une voix dont la claire diction des mots amplifie d’autant plus sur l’agressivité du chant. Un chant à la fois violent qui nous offre toutefois quelques passages un peu plus mélodieux, notamment lors du refrain. On peut aussi distinguer des harmonies de voix en fond, dont une particulièrement aiguë et lancinante qui surgit suite à la dernière phrase de la première partie du refrain et qui retentit dans nos oreilles avec une force d’autant plus marquante après la pause batterie.

Puis le côté bourrin reprend, nous faisant presque sentir comme si nous étions bloqués au niveau du boss dans un jeu vidéo. Ce type de boss dont la musique chaotique peut augmenter l’adrénaline, et en même temps, ajouter une certaine tension quant à la réussite du niveau. Même pendant les moments calmes de la chanson, on ne se sent pas particulièrement à l’abris ou en sécurité. En effet, le bridge arrive telle une pause pendant cette tempête, notamment par sa douceur.

Mais cette douceur est toutefois pleine d’incertitude et apporte avec elle une atmosphère pesante. C’est du moins l’impression que nous laisse la dernière note de piano retentissante, tel un rat pris au piège dans une impasse, et la présence dans le clip d’un ascenseur vient d’autant plus mettre l’accent sur ce sentiment inconfortable dont on aimerait pouvoir s’échapper. Suite au blegh libérateur, les instruments se mettent d’accord pour se déchaîner, nous noyant alors sous un chaos sonore.

De la poésie dans l’obscurité

Si l’on s’attardait sur le titre en lui-même,  on pourrait se demander à quoi peut faire référence « Emerald Skies »? Un gaz toxique, au sens métaphorique? L’emprisonnement face aux nouvelles technologies? Le titre peut nous laisser perplexes quant à sa signification et pourtant on se laisse tout de même emporté de force dans cet univers. Finalement, c’est aussi cette obscurité des paroles qui renforce le côté poétique de la chanson, nous laissant alors voguer assez librement quant à l’interprétation de cette dernière.

En addition à cela, il y a également présence d’un texte très bien composé, avec notamment un schéma en rimes croisées qui va justement se briser au niveau du breakdown, rendant ce dernier d’autant plus marquant. On ne peut nier que Resolve a en effet choisi LA chanson parfaite pour annoncer leur album puisque les dernières paroles disent « I miss the distance between me and the machine », paroles comprenant le titre de l’album avec à l’écran la carte mère de son artwork, qui elle-même est enfermée dans un bloc comme au musée, tout en gardant une distance avec le personnage.

Un travail de lumières minutieux

Les clips de Resolve s’enchaînent, et s’il y a bien une chose que l’on peut dire, c’est qu’ils nous offrent toujours des clips de qualité, et celui-ci ne fait pas exception. En effet, on peut notamment souligner l’incroyable jeu de lumières de « Beautiful Hell », dont le rythme de clignotement ainsi que les couleurs s’apparentaient à un véritable langage qui venait illustrer la chanson. Dans « Emerald Skies », on a aussi une grande présence de ce jeu, notamment avec des clignotements de lumière blanche qui dansent au rythme de ces riffs chaotiques, nous tenant comme prisonniers, et qui vire au rouge au moment du breakdown.

D’ailleurs, on peut remarquer que tout a bien été calculé au niveau de la mise en scène pour la construction de ce breakdown, qui part ensuite dans une obscurité amenée de manière très smooth aux paroles « You vanished in a blast of light, then came obscurity« . Un parfait timing également pour les mouvements d’inclinations de caméras et les ralentis que l’on peut saluer avec honneur! Chapeau au réalisateur!

Tout à propos de ce clip dégage quelque chose de très cinématique, à commencer par le format de la vidéo qui a un ratio très allongé. Quant au choix du lieu de tournage, on peut dire qu’il est plutôt judicieux.  En effet, les paroles « I gave up on the thought of seeing the daylight again » par exemple, mentionnent cet abandon de revoir la lumière du jour. Et il se trouve que le clip se passe dans les sous-terrains à en croire l’ascenseur qui descend très bas au tout début. Les seules lumières visibles sont celles artificielles qui recouvrent le plafond. On est donc bien loin en effet d’espérer revoir la lumière du jour. Petit clin d’œil? Très probablement.

Faites-vous donc votre propre idée en regardant ce superbe clip ! Personnellement, il m’a donné envie de retourner la maison à 3h du matin tellement c’est d’un tout autre niveau.

Un premier album pour Resolve !

Avec ce nouveau clip, les lyonnais annoncent également une bien réjouissante nouvelle pour leur communauté, puisqu’il s’agit enfin de la tant attendue sortie de leur tout premier album. En effet, suite à leur EP « Reverie » en 2017, ils nous ont seulement laissé un apéritif gustatif par le biais de leurs quelques singles très prometteurs en 2019. Le moment semble enfin venu de passer à l’étape supérieure! Je ne sais pas vous, mais ces trois chansons nous laissent clairement l’eau à la bouche (ou plutôt, aux oreilles) quant à un futur qui s’annonce brillant pour Resolve.

D’ailleurs, Robin Mariat (bassiste) en a profité pour laisser quelques mots par rapport à toutes ces nouvelles.

« C’est vraiment incroyable d’enfin pouvoir dévoiler notre nouvelle chanson ‘Emerald Skies’ en plus de l’annonce de notre premier album ‘Between Me and The Machine’. Ça a été un long chemin avant d’en arriver là, mais à présent on se sent plus prêts que jamais à montrer au monde l’intégralité de Resolve.

Et quoi de mieux que ‘Emerald Skies’ pour l’annonce de notre album? On n’a pas l’occasion de le dire aussi souvent mais c’est à 100% la chanson la plus heavy que nous ayons jamais écrit. Riffs lourds après riffs lourds, c’est aussi acharné que lancinant. La réalisation de la vidéo a aussi été un sacré pas pour nous. Ça faisait un moment déjà qu’on voulait tenter de faire une vidéo un peu plus cinématique et cette chanson nous a permis de saisir le moment parfait pour le faire. On a tous poussé nos compétences de DIY à un tout autre niveau pour ce clip, et notre réalisateur, Aurélien Mariat s’est à nouveau surpassé.

A tous ceux qui ont toujours montré un quelconque signe d’appréciation envers notre groupe, j’espère que vous êtes aussi emballés que nous. Nous nous sommes donnés corps et âmes dans la confection de cet album et nous avons très hâtes que vous puissiez l’écouter! »

Sortez donc vos agendas et ouvrez grand les oreilles : Resolve sortira son album le 26 novembre 2021 via Arising Empire. Vous pouvez dès à présent pré-commander leur album. Du nouveau merch est également disponible à la vente!

 

En avant pour la tournée !

Sur d’autres nouvelles, Resolve sera aussi présent aux côtés de Glassbone et Ten56 pour la tournée de Landmvrks (déjà reportée maintes fois, mais on espère que cette fois-ci, ce sera la bonne!). En parlant de tournée, ils nous ont également offert un incroyable livestream avec Landmvrks et Glassbone que vous pouvez retrouver sur Youtube, faute de pouvoir faire la tournée en vrai. Malheureusement, ils ne seront présents que sur la partie UK et EU, mais ne joueront pas les dates françaises. Après tout, c’est peut-être un mal pour un  bien puisqu’il y a aussi l’espoir d’une potentielle tournée française en tête d’affiche pour promouvoir leur album … Et si c’est le cas, je pense qu’on peut d’ores et déjà préparer nos portefeuilles parce que ça va être une bien belle expérience.

En attendant, n’hésitez pas à manifester votre amour et soutien pour ce groupe à votre entourage et sur les réseaux. Force à notre bien aimée scène locale et les merveilleux artistes qui la comblent.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Exit mobile version