Lapin Marteau, vous vous en rappelez ? Non, ce n’est pas un énième opus des Lapins Crétins. Je l’avais évoqué en présentant la Game Chef 2017, il s’agit d’une maison d’édition de JDR qui se trouve du côté de Toulouse. Pour rappel, on trouve à sa tête Coralie David, auteur de la thèse « Le jeu de rôle sur table : l’intercréativité de la fiction littéraire » et Jérôme Larré, un grand monsieur du JDR actuel. Voilà pour le petit rappel, on va pouvoir s’attaquer au vif du sujet !

 

Début 2016, Lapin Marteau lançait une campagne de financement participatif pour lancer son projet « Sortir de l’auberge » avec le premier ouvrage Mener des parties de jeu de rôle. Avant toute chose, « Sortir de l’auberge », qu’est-ce que c’est ? Eh bien je pourrais difficilement mieux l’expliquer qu’en empruntant leurs mots aux initiateurs du projet, il s’agit d’une collection d’ouvrages consacrés à la théorie rôliste et à ceux qui pratiquent notre loisir. Bon, ça peut sembler un peu tordu dis comme ça, mais on va mieux comprendre en attaquant enfin l’ouvrage qui nous intéresse. 😉

 

Le livre Mener des parties de jeu de rôle, sorti en mars 2016 et financé à hauteur de 55 362€ pour 5000€ demandés (soit 1107%, ça faut beaucoup) est une mine d’or pour tout passionné de jeu de rôle. Cet ouvrage regroupe plus de 20 articles écrits par pas moins de 18 auteurs (dont les grands chefs de Lapin Marteau) sur pléthore de sujets passionnants. En effet, l’idée de base de cette collection est la suivante : le milieu du jeu de rôle regroupe tellement d’expériences, d’idées, de connaissances et que sais-je encore, qu’en échangeant entre rôliste, on se retrouve en perpétuel apprentissage et évolution. Lapin Marteau a donc décidé de créer un énorme concentré des connaissances d’un grand nombre de rôliste, pour les rendre visible. Parmi eux, on trouve, en plus de nos deux lascars, des noms tels que Tristan Lhomme ou Résultat de recherche d'images pour "mener des parties de jeu de rôle"encore Gregory Pogorzelski, des noms qui deviendront très vites familiers dès lors que vous vous intéresserez un peu à la théorie rôliste.

 

Voilà, ça fait trois fois que je parle de théorie rôliste, mais qu’est-ce que c’est vraiment ? Eh bien c’est un concept (meilleur terme que j’ai trouvé, j’espère qu’il conviendra) absolument passionnant. Vous y toucherez en lisant des articles sur le net, en regardant des interventions en convention, ou encore en discutant avec votre copain MJ. Je suis encore assez nouveau dans le domaine, j’espère donc ne pas dire de connerie (corrigez moi sinon), mais voilà mon idée sur ce qu’on appelle la théorie rôliste : c’est le fait de partager son expérience en dehors des séances de jeu de rôle et d’en tirer un apprentissage. Tiens, c’est en fait plus simple que prévu à décrire :D.

Quand vous discutez de JDR avec d’autres personnes, vous partagez votre façon de penser, vos méthodes, vos règles maisons, ou encore votre perception des règles officielles. Les autres font de même avec leur perception du jeu de rôle. Cet échange va permettre aux deux parties de modifier, parfois de façon minime, leur façon d’appréhender le jeu de rôle. Voilà ma définition de la théorie rôliste.

 

Dans Mener des parties de jeu de rôle, ce sont des auteurs, des éditeurs de jeu de rôle qui parlent. Souvent des personnes qui jouent depuis des dizaines d’années au JDR, qui en ont testé des centaines. Des personnes dont c’est le métier de penser à la meilleure façon de jouer et de concevoir le jeu. Dans ce livre, vous pourrez trouver des articles traitant de tous les horizons du loisir : Jouer en Musique, Jouer à distance, Concevoir un donjon, Ecrire un scénario, Adapter une œuvre en JDR… Je n’ai pas encore tout lu car c’est un gros pavé et que je préfère lire plusieurs fois chaque article, mais ce que j’ai pu voir pour le moment est extrêmement bien écrit, accessible à tout le monde et extrêmement riche ! Je suis actuellement en train de tester la méthode pour créer un donjon de manière aléatoire. Ayant été assez sceptique pendant la lecture, je suis surpris et heureux de constater son efficacité !

 

Pour conclure, je dirais que ce livre vous montrera que des tâches qui semble très compliquées de primes abords, sont en fait tout à fait accessible à tout le monde. Finalement, je me permets de revenir sur ce que j’ai dit un peu plus tôt : si ces auteurs ont pour métier de penser à la meilleure façon de jouer (expression un peu grossière pour décrire leur métier, j’espère qu’ils me pardonneront), cette façon n’est en aucun cas LA meilleure. On peut affirmer qu’elles sont objectivement bonnes, car réfléchies, travaillées et surtout approuvée par un grand nombre de personne, mais peut être que la vôtre vous correspond plus. C’est ça qui est génial avec la théorie rôliste : Lisez, écoutez, mais surtout adaptez ! Prenez ce qui vous plait et laissez-le reste de côté. La meilleure manière de jouer, c’est la vôtre, le temps que vous vous amusez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :