Bonjour/Bonsoir ! The rain est une série danoise produite par Netflix sortie en 2018 qui vous fera redouter la pluie… Une série sur le passage à l’âge adulte dans des conditions compliques, sur l’amour des proches, sur la survie et la solidarité.

 

  • Un concept original – Une pluie meurtrière, un étrange virus. Une sœur et son frère enfermés dans un bunker pendant 6 ans  . Un seul antidote qui se trouve… à vous verrez !
    The rain n’est pas une simple série de survie avec de gros monstres ou des méchants. Ici la menace vient du ciel et il est impossible de la prévoir. Pour y échapper il faut d’abriter ce qui n’est pas toujours possible, même si on a fait scout…

 

  • Des personnages variés et équilibrés – Au départ ils sont 2 et 5 ; puis 2 et 4, puis 2 et 6 et puis ça change encore. On dira 5 principaux. Deux femmes et trois hommes. Là de prime abord l’équilibre n’est pas tenu mais Simone compte triple : sœur, leadeuse, scientifique. Avec Martin ils forment un duo de choc équilibré où leur sexe n’est jamais source de conflit dans la prise de décision.

    Léa, Jean et Patrick ont chacun leurs caractéristiques : timide, casse-cou, religieuse. Tous apportent leur capacités dans l’avancement de l’histoire, tous sont importants. Aucun n’est mis en avant ou en arrière à cause de son sexe.Et puis il y a Rasmus, mon petit coup de cœur. Tout le casting joue admirablement bien mais Rasmus encore mieux. Il est la masculinité positive. Remise en question, réflexion, douceur incarnée.
    Dans une scène particulièrement touchante il se balade avec une jeune dans la rue qui veut aller chercher du maquillage car elle n’en a jamais eu. Ce à quoi Rasmus réponds « moi non plus » en souriant.
    AH MASCULINITÉ POSITIVE JE CRIE TON NOM. C’est tellement touchant comme réponse, simple et égalitaire. Bref j’adore.

    Tous vont évoluer et se découvrir au fur à et à mesure des épisodes. Pour former un groupe qui se soutient, avec ses engueulades mais jamais liées au rapports basiques Femmes/Hommes.

 

  • Un rythme lent en apparence mais très réaliste – On marche beaucoup. on se cache. On choppe parfois une voiture mais pas pour longtemps. Des flash-backs pour tout comprendre. De la survie. De la fouille de supermarché et de bunker.
    Oui ça peut être long. Heureusement il y a de l’action, quelques moments de joie, de rire. C’est la vraie vie avec juste la bonne dose de fiction pour se maintenir en haleine. Le rythme est constant. Même dans la saison 2 où les personnages sont plus « statiques » la réalisation permet un rythme parfait. Entre scène passives et actives mais sans jamais laisser le spectateur s’ennuyer.

 

  • On flippe dès qu’il pleut –  Après la première saison je ne regardais plus le ciel l’esprit tranquille. Moi qui adore me balader sous la plus pour chanter « I’m singing in the rain » je me retiens.
    Et puis après la saison 2 ça allait mieux, cela dit que je regarde toujours où est le bunker le plus proche. on en sait jamais.
  • Mon coup de gueule habituel : Où sont les protections pour les menstruations ? J’ai l’impression qu’à chaque fois qu’il y a l’apocalypse il n’y a plus de règles? Les femmes cessent d’avoir la capacité de procréer. C’est un détail mais étant donné que la plupart des scénaristes sont des hommes forcément ils n’y pensent pas..

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :