Ce soir, on avait envie de s’amuser avec un truc qui envoie du lourd. Quoi de mieux que The Heavy pour cela ?

– Jessy Wilson –

Jessy Wilson à la Machine du Moulin Rouge par Romain Keller pou

La blueswoman américaine Jessy Wilson arrive en guise d’ouverture. Un guitariste, un DJ et elle à la voix, le show débute par un titre qui nous fait penser à ce genre de musique de bar avec une chanteuse diva accompagnée d’un instrument ou deux… Ouais, du blues en fait. L’ambiance feutrée et le timbre vocal de Jessy sillonne le public. La salle est assez studieuse : tout le monde écoute attentivement la voix de Jessy. La voix est vraiment carré, porteuse et avec de jolies modulations dans le timbre de voix.

C’est sur l’ultime chanson de son set que Jessy Wilson nous rappellera que son album a été produit par Patrick Carey, batteur du groupe The Black Keys. Elle la dédiera à son DJ qui reviendra apparemment à Paris pour se marier en janvier prochain !

D’ailleurs, le DJ avait une vraie platine vinyle reliée à son matos scénique, mais celle-ci n’a jamais été utilisée en tant que tel pendant tout le concert !

– The Heavy –

The Heavy à la Machine du Moulin Rouge par Romain Keller pour E

Si le groupe entrera sur scène sur La Marche Impériale de Star Wars, c’est Borderlands qui sera l’un des maîtres mots de la soirée. Le groupe le sait et une partie du public (dont un peu nous, on l’avoue) était venu pour découvrir les titres issus des jeux de 2K en live. Short Change Hero (Main Theme de Borderlands 2) sera joué en plein milieu de set. Put It On The Line (Main Theme de Borderlands 3) viendra quant à elle conclure l’heure et demi de show du groupe !

Au final, ces deux titres sont les plus « rockabilly » du set. Il faut dire que le groupe se présente comme un mini-orchestre rock. La batterie est marquée de lettres qui rappellent le cirque. Il est écrit « HEAVY » en LED blanches ! Cela donne un côté très classe à la batterie. Choeurs sur la droite, instruments à vent sur la gauche, guitares, batterie, basse… Il y a 11 personnes sur scène, 8 musiciens, 2 choeurs et un chanteur !

Kelvin Swaby utilisera deux micro pendant le concert, tout comme le chanteur de Starset. Chaque micro a ses propres effets, qui sont utilisés sur presque tous les morceaux à tour de rôle. C’est le dernier album, Sons, qui sera joué très principalement avec 8 titres sur 17 du set. Les fans auront aussi le droit aux titres phares des précédents albums : The Glorious Dead ou bien The House That Dirt Built.

Les titres s’enchaînent et le public sautille un peu, mais danse surtout ! Les gens dansent vraiment dans le public dans une salle bien complète à tous les étages de la Machine du Moulin Rouge. Kelvin remercie tout le monde de venir toujours nombreux à leurs concerts depuis leur première venue en 2007 en France. Ils sont même étonnés de voir qu’il y a autant de monde puisqu’ils étaient passés à Paris il y a seulement 7 mois ! D’ailleurs, Kelvin nous raconte une petite anecdote à propos de l’un des guitaristes du groupe : lors de leur dernier passage, Daniel Taylor (guitare) s’est fait volé sa guitare. Pas né de la dernière pluie, Daniel surveilla alors l’internet et la magie du web opéra à nouveau… Il a retrouvé sa guitare sur Ebay et l’a racheté ! Histoire improbable mais pourtant vraie !

Au moment du rappel Kelvin revient sur scène seul et nous demande si on veut encore une chanson, ou bien si l’on a besoin d’encore une chanson. Pour lui, c’est bien différent, et le public lui fait comprendre qu’il a besoin de cette dernière chanson !

Le groupe rejoint la scène pour un ultime What Makes a Good Man?  et How You Like Me Now? avant de nous dire qu’ils espèrent repasser au plus vite.

The Heavy à la Machine du Moulin Rouge par Romain Keller pour E

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :