— Pandora’s Tower, la Belle ne se trouve pas toujours en haut de la Tour —

Le 16 avril 2015 a débarqué sur la console virtuelle le fameux RPG « Pandora’s Tower », initialement sorti en 2012 sur Wii en Europe. Ce RPG a fait partie de l’un des trois RPG sollicités par une pétition européenne (avec le très bon Xenoblade Chronicles qui vient d’ailleurs de ressortir lui aussi en version boîte sur 3DS et The Last Story).
Cette pétition demandait simplement la sortie en Europe du jeu, sorti un an plus tôt au Japon. Suite au succès rencontré par le jeu à sa sortie sur Wii, il était d’une évidence que Nintendo allait en profiter pour le ressortir sur la Wii U, et à très bon prix ! Comptez seulement 14,99 € pour un RPG d’une durée de vie très très confortable (environ 25 heures pour une partie classique). C’est bien moins que toutes les versions boîtes qui ont atteint des sommes faramineuses vu la vieillesse relative du jeu (environ 70€ encore aujourd’hui). Il est très fréquent que les RPG japonais voient leur prix augmenter au cours du temps, contrairement à tous les autres types de jeux qui ont plutôt tendance à dévaluer.

— Elena, votre Bête à vous —

pandora_s_tower_by_biodio_wallpaper-1920x1080
Bon ça va, on a connu plus moche comme bête !

Ici les rôles de la Belle et la Bête vont être inversés. Vous, Aeron, le héros, allez devoir traquer des bestioles dans les treize tours de « La Brèche » pour récupérer leur chair afin de la donner à manger à votre dulcinée, Elena. En effet, votre amour de toujours a été victime d’une malédiction qui la fait se transformer en monstre peu à peu, et le seul moyen d’empêcher cela est de manger de la viande (pourtant le peuple dont vous êtes tous deux issus est végétarien, allez savoir pourquoi !) des plus gros monstres de la planète, évidemment. Le scénario est donc basé sur ce couple et l’homme qui vient au secours de sa dulcinée, rien de très original de ce côté-là. Le fait de devoir récupérer de la viande sachant qu’ils sont végétariens en est presque ridicule d’ailleurs, mais bon, pourquoi pas, cela change de la relique magique qui sauvera tout l’univers et que seul vous pouvez aller chercher !
L’interaction entre vous et votre copine se fait elle très bien, les doublages sont très corrects et les dialogues entre les deux tourtereaux (et la grand-mère qui sert aussi de guide tout au long du jeu) sont très convenables. Aeron a également la possibilité d’offrir des cadeaux à sa chère : petite particularité, tous les cadeaux offerts apparaîtront de part et d’autre dans votre « refuge » où vous rentrerez après chaque visite de tour. Un jeu qui s’adapte donc vraiment à votre aventure ! D’ailleurs, il y a même cinq fins différentes en fonction de votre progression et de votre façon de faire !

— My name is Ing, Alias Ing. —

Pandora’s Tower, sorti à l’époque de la Wii, fait parti de ces jeux remplis de gros pixels. Pour un jeu de 2011, il reste techniquement correct, mais le portage sur des TV maintenant toutes full HD ne se fait pas à merveille. Si vous jouez en regardant la TV, l’aliasing est omniprésent ! En revanche, si vous jouez en regardant votre Wii U Gamepad, un effet de flou viendra prendre la place de l’aliasing… Pas franchement mieux. Les musiques quant à elles ont gardé leur très grande qualité, l’ambiance retranscrite par le jeu également, le jeu reste assez agréable à jouer au-délà de l’aspect graphique qui pique un peu les yeux de nos jours. Le gameplay quant à lui se veut typique de l’Action-RPG, même presque répétitif, malgré la panoplie de monstres présente. Dans chacune des tours, vous devrez trouver le point de départ d’une ou plusieurs grosses chaînes s’étendant dans tout le donjon, et les briser afin d’ouvrir la porte menant au boss du donjon. Ainsi, vous pourrez aller affronter le boss et récupérer sa précieuse viande. Miam !
Aeron est également occupé d’une chaîne métallique multifonction. Comprenez ici que vous pourrez vous agripper aux murs avec, déclencher des mécanismes, ouvrir des portes et diverses autres choses. En revanche, pour achever des ennemis, il faudra les attraper dans la chaîne avec une touche et les éliminer avec une autre (au Gamepad) ce qui n’est ni intuitif, ni même utile. À la Wiimote ce problème se ressent un peu moins, mais reste tout de même présent.

"La Brèche", la fameuse. Bon ici l'artwork est très joli, c'est un peu moins le cas en jeu, désolé.
« La Brèche », la fameuse. Bon ici l’artwork est très joli, c’est un peu moins le cas en jeu, désolé.

 

Plus + tableau Moins -
  • Musiques et doublages bien réalisés.
  • Durée de vie excellente pour le prix.
  • Ambiance globale du jeu.
  • ALIASING.
  • Utilisation de la chaîne pas toujours intuitive

Conclusion :

Pandora’s Tower, le jeu tant acclamé par la critique sur Wii revient donc avec brio sur Wii U. Conservant les soucis et les bons côtés de sa première sortie, la version se montre vraiment identique à la première. Avec son ambiance attrayante et son univers à part qui saura faire oublier des graphismes vraiment en déca de ce que l’on peut voir aujourd’hui, Pandora’s Tower reste un plaisir pour tout amateur de RPG qui se respecte. Médaille d’argent.

Médaille - Argent

Pandora’s Tower, Ganbarion, Nintendo, 16 avril 2015, version ré-éditée finale Wii U.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :