Crypt Of The Necrodancer

crypt logo

– Dansez, fantômes, dansez ! –

Crypt of The Necrodancer, c’est un jeu indépendant développé et édité par Brace Yourself Games et sorti le 23 avril 2015 sur PC/Mac/Linux. Il s’agit d’un genre de jeu assez nouveau puisqu’il mélange deux types très très connus et appréciés en ce moment. D’une part le classique rogue like, sauce The Binding Of Isaac, de l’autre côté un jeu de rythme pas forcément évident au premier abord.

D’ailleurs, c’est bien le nom de Danny Baranowsky que l’on retrouve dans les crédits pour la musique originale du jeu ! De quoi envoyer du très très lourd quand on connaît ses précédentes œuvres ! (notamment… The Binding Of Isaac, tiens donc !)

Le style rétro du jeu est dans la lignée de la plupart des jeux indés qu’on nous sort aujourd’hui. D’une part on a le regret du graphisme « déjà-vu », mais on a aussi la joie de voir qu’ici, celui-ci est drôlement efficace et adapté à la bande son.

Le jeu de rythme s’annonce donc… rythmé !

Dance Dance Revolution !
Dance Dance Revolution !

 

– If there’s something strange, in your neighborhood… –

Le principe du jeu n’est pas compliqué, mais le mettre en application l’est déjà bien plus. Sur le bas de l’écran, un coeur qui bat, et des pulsations qui s’en approchent à des rythmes différents. Ce rythme là, il est donné par le « BPM » (Battements par minute) de votre musique ! Il faut savoir qu’il est possible de jouer au jeu avec ses propres mp3, ce qui est très appréciable ! Ainsi une chanson lente (reggae par exemple) permettra au joueur de prendre son temps entre chaque action, tandis que du drum’n’bass deviendra bien plus compliqué. En effet, si le joueur n’appuie pas en rythme sur une touche de déplacement/action au moment où les pulsations entrent en contact avec le coeur central, alors vous passez votre tour sans rien faire et les monstres eux avancent tout de même ou vous attaquent. Il est donc indispensable de jouer bien en rythme pour avoir une chance de remporter.

Le gameplay est particulièrement hardcore et punitif : le jeu est composé comme un donjon à plusieurs étages, une douzaine en comptant les boss et salles secrètes en tout genre, avec un bestiaire plutôt bien fourni. Il faut penser que chaque monstre possède son pattern de « danses » et vous devez ainsi apprendre à vous placer au bon endroit sur le dancefloor de sorte à le contrer le plus efficacement possible sans prendre de coups.

Oui bah ça va hein, j'était pas en forme...
Oui bah ça va hein, j’était pas en forme…

 

– Il n’y a pas que des fantômes, vous savez –

Avec sa douzaine de levels, la possibilité d’ajouter sa propre collection de mp3, pleins de héros aux pouvoirs différents et un bestiaire très fourni, le contenu de Crypt Of The Necrodancer est très dense. Le principe du rogue like permet également une grande rejouabilité. À chacune de vos parties vous gagnerez des diamants dépensables dans le « menu » du jeu, qui permettront de rendre vos runs suivants plus simples (à la manière de Rogue Legacy par exemple). Vous pourrez acheter des armes qui frapperont plus loin, ou orientées de différentes façons, obligeant alors à modifier vos « pas de danses » pour chacun des monstres. Les différents personnages ont également des particularités qui leur sont propres, comme le barde par exemple qui retire l’aspect « compliqué » du jeu en supprimant le coeur et le rythme à respecter pour jouer.

 

Le menu, une salle remplie de surprises !
Le menu, une salle remplie de surprises !

 

Plus + tableau Moins -

Bande Son : Danny Baranowsky quand même !

Rejouabilité.

Mélange Rogue-Like / Jeu de rythme réussi !

Graphismes un peu passe-partout.

Conclusion :

Le jeu n’a donc pas de réel défaut et s’avère être un des must-haves indépendants en 2015 au même titre que Rogue Legacy, Spelunky, Don’t Starve ou The Binding of Isaac. À la difficulté relevée, la musique (et même vos propres mp3) vous permettent de personnaliser le jeu et jouer à l’album/le jeu de vos envies ! Médaille d’or !

Médaille - Or

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :