Test Biomutant sur Xbox Series X :

Bonjour tout le monde, grâce à la team Error404 j’ai eu le privilège de tester en avance la dernière production du studio THQ Nordic et en collaboration avec Experiment 101 : Biomutant.
Le jeu est disponible sur consoles et PC, est développé sur le moteur graphique Unreal Engine 4. Pour info, le jeu est un jeu Xbox One, mais testé depuis la console Xbox Series X.
Préparez-vous à embarquer dans cette aventure aussi adorable que fracassante.

Du post-apo repensé

Le jeu se déroule sur Terre, après que les humains ont tellement pollué notre planète qu’ils ont dû se résoudre à la fuir, ne laissant donc derrière eux que pollution et vestiges d’une civilisation abandonnée.

Les nombreux agents chimiques et radioactifs ont fait muter la faune et la flore, faisant ainsi évoluer les êtres vivants restants. Les animaux se retrouvent doués de conscience et de progrès technologiques. Certains se sont regroupés pour vivre ensemble dans des communautés, quand d’autres se sont retrouvés à l’état de monstres sanguinaires.
Les animaux devenus intelligents se servent des restes des technologies humaines pour créer des armes et des outils afin de se défendre, de produire des ressources et de fortifier leurs habitats. La nature a donc repris ses droits sur la Terre.
Vous évoluerez dans des environnements tels que des villes en ruines où la flore y est luxuriante, des épaves de camions-citernes recouverts de fougères, des lacs au milieux d’anciennes gares ferroviaires ou encore des souterrains abritant des rats mutés et affamés.

Mais alors en quoi cela est-il repensé ? Et bien tout d’abord par sa réalisation visuelle. Les couleurs y sont vives et prononcées. Fini le gris dominant des films post apocalyptiques. Ici tout est vert, bleu et même rose ou orange selon les zones.

De plus, le jeu nous offre un mode photo simple mais efficace, permettant de réaliser des captures d’écrans plutôt impressionnantes tant les décors du jeu sont beaux.
Et ce n’est pas tout. Les populations que vous rencontrerez sont des animaux tels que des chats, raton-laveurs, furets, renards, avec des armes et armures faites en récupérations. Une épée fabriquée à partir d’une brosse de toilette et d’une lame de couteau, un casque de football américain avec des cornes en guise de heaume … Ce côté décalé offre un vent de fraicheur au grand genre du post-apo, et cela saura ravir bon nombre de joueurs.

Notre personnage est donc une sorte de chat muté (que vous pourrez personnaliser), qui après une tragédie a fui son village pendant des années, et finit par retrouver la trace des vestiges de son ancienne vie. C’est à ce moment que notre quête commence.

 

Biomutant : une aventure à la fois poétique et haletante.

 

Dans ce jeu, vos émotions seront sollicitées de bien des façons. Le tout orchestré de façon cohérente, offrant un voyage des plus complets.

Tout d’abord, l’œuvre nous propose une narration peu commune. Tout ce qui se passe vous est raconté par votre androïde de compagnie (une petite sauterelle qui vous suit partout).
Quand vous parlez à un personnage, c’est votre androïde qui vous explique ce que l’interlocuteur vous dit. Quand vous êtes témoin d’un événement, de la même façon, on vous raconte ce qu’il se passe comme si un auteur le raconterait dans un livre. Cette dynamique est très intéressante, même si elle peut par moment nous sortir de l’action ou être difficile à suivre. Cela déprendra de votre réceptivité à ce procédé. Rassurez-vous, quoi qu’il en soit cela ne gâche en rien l’expérience du jeu.

Autre élément très poétique, l’aventure vous demandera de choisir, dès le début, entre la voie des ténèbres ou de la lumière. Dans vos actions, il vous sera demandé de choisir entre le bien et le mal, ou de rester neutre, orientant ainsi votre aventure de façon différente. Cette dynamique est plutôt bien pensée et offre à chaque joueur la possibilité de façonner son expérience selon sa personnalité. De plus, en fonction de votre orientation de karma, des aptitudes spécifiques vous seront proposées, des personnages différents traverseront votre route et certaines quêtes seront différentes. La résolution finale du jeu lui-même est modifiée par cette fonctionnalité.

Enfin, votre petit chat mutant maîtrise un art martial ancestral : le wung-fu, offrant toutes les réflexions philosophiques sur le vivant et la nature que peuvent offrir les arts martiaux de manière générale.

Toutes ces belles prestations scénaristiques sont entremêlées avec des phases d’actions et de combats dynamiques, des guerres de clans et même des affrontements de boss redoutables. Le tout pour mettre vos talents à rude épreuve et vous faire suer un peu.

Prêt pour la castagne ?

Biomutant offre un gameplay classique dans les jeux d’aventure. Vu à la troisième personne, monde ouvert et personnalisation de son personnage sont au rendez-vous.

Manette en main donc cela n’est pas dépaysant. On alterne entre combat au corps à corps et armes à distance, avec des pouvoirs qui se débloqueront le long de votre aventure. Vous choisissez au début de votre aventure une classe pour votre personnage qui définira en partie votre façon de combattre. Vous pouvez augmenter des caractéristiques, débloquer de nouveaux combos ou des pouvoirs, et améliorer vos armes et vos équipements.

La difficulté est bien équilibrée. Les trois modes de base (facile, normal, difficile) sont présents. Pour avoir fait le jeu en normal je me suis senti dans un bon équilibre entre challenge (mourir en boucle contre des boss ou de gros groupes d’ennemis) et ne pas avoir à réfléchir pour vaincre tous mes adversaires.

L’exploration se fait dans un monde ouvert assez vaste, où vous seront proposés montures et voyages rapides (merciiiii).

Avec des airs de Zelda Breath Of The Wilde, l’objectif final de votre périple vous est annoncé dès le début, mais de nombreuses quêtes viendront se greffer à votre liste de

choses à faire. Entre enquêtes, explorations et rassemblements d’équipements dévastateurs, vous devrez vous préparer à votre manière avant d’atteindre la résolution.

Les combos sont très hollywoodiens avec des « BAAM BOOM SLASH » écrits façon BD, et des enchainements qui nous rappellent des films de kung-fu.

Petit bémol, les combos sont parfois un peu maladroits, ils vous font partir dans des directions non voulues. On enchaine de manière anarchique. C’est rare mais cela se doit d’être notifié.
Pour rester sur les (petits) défauts, il arrive que certains gros ennemis ne soient pas sensibles aux coups sur l’entièreté de leur corps, mais uniquement sur la zone ou le marqueur de cible est positionné. Difficile donc de taper dans le dos pour certains boss volumineux.

Enfin, il arrive que parfois les dialogues ou les cinématiques soient mal scriptés.
En somme, que des bugs mineurs et peu fréquents qui ne diminueront en rien votre plaisir dans cet univers si particulier.

Et il n’est pas impossible que tout ceci soit corrigé dans les semaines à venir.

 

 

Un jeu qui fait du bien :

Un jeu qui sait apporter un vent de nouveauté dans un style connu, sans pour autant dépayser, et en amenant une certaine poésie là où on ne l’attend pas.

Ce Biomutant sera parfait pour tous les fans de Zelda Breath Of The Wilde, Ratchet and Clank et même Marvel’s Spiderman.
Un monde ouvert beau, drôle et épic, qui fait réfléchir sur bien des aspects (notamment l’impact de l’homme sur la nature) et qui offre une grande satisfaction dans sa découverte.
Les quelques bugs rencontrés seront vite pardonnés par le simple fait que l’on y joue un chat muté accro aux arts martiaux !
La durée de vie est d’une douzaine d’heures pour un rush de la quête principale jusqu’à parfois plus de trente heures pour les plus perfectionnistes. Le tout avec peu de redondance et un attachement aux personnages qui vous donne envie d’y retourner (et puis pourquoi pas refaire le jeu avec un karma différent).
Quoi qu’il en soit merci à Error404 pour m’avoir permis de le découvrir en avance et j’espère avoir donné envie à certains d’y jeter un joystick ou deux !
A la prochaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Exit mobile version