Aujourd’hui, je souhaite vous faire découvrir une pépite de science-fiction éditée par Akata (ça fait quelques mois que nous n’avions parlé de mangas Akata sur Error404 !). Nos temps contraires, je ne te laisserai pas mourir de Gin Toriko fait partie de ces nouveautés de fin octobre qu’il ne faut pas rater.

L’humanité, ne pouvant plus vivre sur Terre, s’est réfugiée dans l’espace, cloîtrée dans des « Cocoons ». Arata, Tara, Caesar et Louis sont des enfants précieux : des « néotènes », ces êtres qui, malgré leur apparence prépubère, possèdent la maturité d’adultes. Leurs corps se sont adaptés à la vie dans l’espace et, à ce titre, ils incarnent l’espoir et l’avenir de la race humaine. Quand un jour, ces quatre-là rencontrent une mystérieuse femme aux longs cheveux verts, atteinte de la « maladie de Daphné », leurs destins basculent à jamais…

Si j’ai été attiré par Nos temps contraires, c’est pour plusieurs raisons – bien sûr pour les thèmes abordés (une société où toutes les interactions sont codifiées mais où le genre n’a pas l’air d’avoir de l’importance, le rapport à l’autre…). Aussi, le fait qu’il s’agisse d’une série courte (8 tomes). Une autre des raisons qui m’ont poussé à m’intéresser au manga de Gin Torik : la science-fiction, tout simplement. Un genre trop mal-aimé ici. Finalement, la lecture de l’extrait m’a convaincu !

Un manga à part

Le shôjo de science-fiction est assez rare dans le paysage manga pour attirer à lui seul toute mon attention. Dans Nos temps contraires, les relations humaines sont au centre du récit, avec des personnages complexes et variés. Les néotènes sont des êtres qui ne grandissent et ne vieillissent pas comme les humains. Même s’ils vivent dans des cocons différents (Japon, Amérique, France et Inde), ils se réunissent régulièrement. Leurs interactions sont possibles parce qu’ils ont été liés les uns aux autres par un contrat durant leur enfance. La population des cocons semble extrêmement mélancolique de leur vie sur Terre, et nostalgique des époques passées (les tenues de Tara et de Louis, le masque d’Arata, la simulation de l’été 1975 qu’ils passent ensemble au début du récit…).

J’ai beaucoup aimé cette diversité, et j’espère qu’elle sera développée par la suite également. Ce premier volume promet une aventure intelligente, et j’ai hâte d’en apprendre plus. Les chapitres sont fluides et le côté futuriste crédible. L’univers est expliqué au fur et à mesure de la lecture, sans aucune lourdeur. Les relations entre nos quatre héros est d’emblée ficelée de manière efficace et attendrissante. La rencontre avec Gion ne laissera personne indifférent ; elle chamboulera nos héros et fera terriblement avancer l’intrigue. Je suis curieuse de voir si la maladie prendra une place encore plus importante dans la suite de l’histoire. Nos temps contraires, je ne te laisserai pas mourir est à découvrir de toute urgences !

© 2017 Gin Toriko (AKITASHOTEN)  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :