[CRITIQUE] Doctor Who – Deep Breath


Doctor Who: Reprise saison 8

Hellooow bande de whovians !

Authentique institution chez nos amis britanniques, Doctor Who qui a fêté ses 50 ans en novembre 2013 revient pour une nouvelle saison très…dinosauresque!

En effet, après un épisode spécial Noël quelque peu mitigé, le premier épisode de la saison 8, avec ce coup-ci un nouveau docteur à l’affiche, en a fait baver plus d’un. Aussi, quoi de plus normal que je vous propose de revenir dessus.

Dans la mémoire des spectateurs, la saison 7 n’avait pas réussi l’exploit d’être assez pertinente pour que l’on s’en souvienne réellement. Je revois vaguement des dinosaures, des cyborgs, un vaisseau spatial. Comment ? Ce que je viens de citer se trouve aussi dans ce premier épisode ? Humm…


Dans cet épisode, Deep Breath ou Une profonde respiration, le Docteur et Clara se retrouvent propulsés, eux et une T-Rex (oui je précise «une» parce que la «sexy lady» fera battre des cœurs) dans un Londres victorien quelque peu différent de ce à quoi la série nous avait habitués.

Souvenez-vous, au fil des saisons nous avons déjà eu l’occasion de voir le Docteur en scène dans un Londres victorien ambiance SteamPunk. Néanmoins, la ville était toujours restée très belle, très propre (parce que, oui, lorsque la population est en danger de mort la propreté des rues est importante); chose qui n’est plus tellement le cas ici puisque je la trouve plus en désordre.

Parlons peu, parlons bien, parlons Treizième car, après une introduction toute douce à laquelle se mèle une pointe d’humour décalée, c’est ce que nous attendons tous : les premiers pas de Capaldi.

La porte du Tardis s’ouvre et Peter Capaldi en sort son prédécesseur. Description de la scène assez obscure? Je m’explique. Tout frais sortie de sa POLICE BOX c’est un débit de parole rapide partant dans tous les sens de façon délirante que nous offre l’acteur britanique ce qui, du coup, me rappelle fortement Matt Smith. Petite déception à ce niveau-là puisque la transition du Docteur n’est pas très marquée. Néanmoins cela permet un traitement du personnage assez obscur puisque c’est un peu plus tard dans l’épisode qu’une certaine ambiguité va apparaître. Face à un clochard, le Docteur va laisser apparaître un côté sombre (à la manière d’Eccleston) jonglant entre une santé mentale plutôt douteuse et l’amnésie.

Capaldi offre un nouveau Docteur que l’on essaie de compendre en même temps que Clara (ce qui est agréable) et j’ai plus que hâte de voir ce que donnera le Docteur dans l’épisode deux car j’ai plus eu l’impression de voir le personnage en coup de vent dans cette reprise.

En guise de sublime transition j’aimerais donner une mention spéciale à l’Impossible Girl. Clara est un personnage avec qui je n’ai jamais réellement accroché. Outre le fait qu’elle remplaçait Amy Pond (je plaide coupable, j’ai eu du mal à accepter son départ), j’ai toujours eu cette impression que le personnage n’était pas tellement développé. Cet épisode rattrape donc le temps perdu en mettant au beau fixe la réaction et les sentiments de Clara face au changement de son meilleur ami (oui, tout le monde ne peut pas accepter ça aussi bien que Rose). C’est avec plaisir que l’on voit Clara perdre son sang froid et agir sous l’adrénaline seule, abandonnée du Docteur. Nous retrouvons donc des thèmes déjà abordés tel que l’acceptation (changement brutal de personnalité) et la perte de confiance. On peut donc voir le changement de relation entre Clara et le Docteur; celui-ci semble devenir plus paternel. C’est, à mon sens, un duo qui fonctionne tout aussi bien.

Côté ennemis, un retour en arrière s’impose. Les droïdes de The Girl in the Fireplace mettent le Docteur face à ses souvenirs, ce qui est un mignon rappel de la saison 2. Cependant, j’ai du mal à ne pas penser aux anges et au fameux clignement lorsque je vois qu’il ne faut pas respirer en présence de ces robots.

Pour notre plus grand plaisir, le trio Vastra/Jenny/Strax (j’adore ce Sontarien) revient en force et ajoute quelques doses d’humour à l’épisode.

Avec un épisode qui s’étire sur une heure et quart je ne trouve rien de bien épique à noter. Celui-ci lance quelques pistes ainsi que de nouveaux éléments et j’ai hâte de voir leur développement dans les prochains épisodes.

Toutefois, même si j’ai, dans l’ensemble, apprécié cet épisode je retiendrai particulièrement le caméo absolument adorable de Matt Smith qui passe le flambeau à son successeur et demande à Clara de ne pas l’abandonner et de l’aider.
Petite larmichette versée pour ma part.


Et vous, avez vous aimé cet épisode ? Le nouveau Docteur vous a-t-il plu ?
N’hésitez pas à nous laisser votre avis !

[CRITIQUE] Game of Thrones – La série du moment!

Entré en matière

Game of Thrones, la série du moment ! L’épisode 9 de cette 4eme (merveilleuse) saison est sorti hier, et j’écris ce petit article en attendant l’épisode final de la saison qui promet du spectacle !

Les débuts

Game of Thrones est une série inspirée des romans du même nom écrits par George R.R. Martin. La première saison est sortie en 2011, nous en sommes cette année à la saison 4 et, n’ayons pas peur de le dire, la série a incontestablement progressé depuis ses débuts ! Le jeu d’acteur qui était pour certains (beaucoup ?) médiocre, les effets spéciaux qui ont pu bénéficier d’un budget croissant, le style de réalisation qui a beaucoup changé.. Tout a été amélioré au cours des saisons pour finalement arriver à la saison 4, qui ne possède que très peu de défauts.

La montée en puissance

Lors de la saison 1, bon nombre d’acteurs débutaient sans doute (âge de certains, jeu d’acteur d’autres). Le trajet de Kit Harington (Lord Snow) à travers cette série symbolise le mieux sa montée en qualité. Son jeu n’a jamais cessé de s’améliorer. On peut aussi parler du changement de philosophie de la série à propos des scènes sanglantes : de la saison 1 à la 4, leur présence a été légèrement diminuée, les sons sont globalement moins exagérés, et elles sont filmées avec plus de… délicatesse. Un exemple pour les connaisseurs : selon moi, si la dernière scène de l’épisode 8 de la saison 4 avait été tournée lors de la 1ère saison, le moment… fatal aurait été filmé et même mis en valeur.

Une flopée de personnages

Game of Thrones a le don de présenter des personnages qui ne progressent pas longtemps. Ce n’est bien sûr pas le cas de tous, certains persistent depuis les premières images de la série jusqu’au dernier épisode aujourd’hui sorti, mais on peut penser à Jaqen H’ghar, ami de Arya pendant la saison 2 et personnage PASSIONANT mais qui disparait à la fin de cette même saison ! On veut une suite ! On veut qu’Arya le retrouve ! D’autre personnages suivent le même concept mais parfois avec des fin plus funestes (Obeyrin :’(). Faire tourner les personnages et tenir en haleine les spectateurs qui se demandent devant chaque épisode « Mais qui va mourir aujourd’hui ??? », est la plus grande qualité de Game of Thrones.

Le mot de la fin

La saison 4 se finira dimanche/lundi prochain, mais sûrement pas la série et tous les fans attendront la suite avec impatience ! Quand on voit la qualité croissante de cette série, on ne peut qu’espérer une saison 5 splendide ! Qui sait, peut-être cette blondasse de Daenerys se mouillera-t-elle un peu les pattes et passera dire bonjour aux Lannisters ?

Quitter la version mobile