La Méthode pour dessiner des mangas, Yusuke Murata


La Méthode pour dessiner des mangas de Yusuke Murata, édité par Kurokawa, est sorti le 6 mai en librairie. Bien que le titre date de 2008 au Japon, ce one-shot bourré d’humour, de conseils et d’anecdotes ne reste pas moins une sortie à ne pas rater.

Saitou, éditeur au Weekly Shônen Jump, décide de devenir mangaka afin d’être rapidement riche et célèbre… mais il ne sait pas dessiner ! Le voilà qui s’en va frapper à la porte de Yusuke Murata afin que ce dernier lui apprenne (sous la contrainte) les ficelles du métier ! Une histoire bourrée d’humour, d’anecdotes, et de précieux conseils de l’auteur ! La méthode indispensable des apprentis mangaka ! Un guide étape par étape pour bien débuter sur la voie du manga. De nombreux conseils pratiques et ludiques pour concevoir vos personnages et vous améliorer en dessin. Des recommandations distillés pas les plus grands mangakas : Mitsutoshi Shimabukuro (Toriko), Mizuki Kawashita (Ichigo 100%) et Yoshihiro Togashi (Hunter x Hunter) !

A-t-on encore besoin de présenter Yusuke Murata ? J’en doute, mais au cas où… On l’a découvert en France avec Eyeshield 21 (Glénat). Et bien sûr, il a ensuite rejoint ONE pour le titre à succès One-Punch Man (également édité par Kurokawa) dont le 22e tome est sorti en janvier chez nous.

Plus qu’une simple méthode, La Méthode pour dessiner des mangas est, si j’ose le dire ainsi presque un « vrai manga »  : il y a un scénario avec des personnages et une intrigue – même si tout sert essentiellement à développer les conseils de Murata par la suite. Ceci dit, c’est un réel avantage car cela rend la lecture plus agréable et plus marrante. Murata vous apprendra quel matériel utiliser et comment s’exercer avec, comment dessiner des visages (hommes, femmes) ou des décors…
Entre chaque chapitre, des « fiches » guident et ponctuent l’ouvrage pour donner plus de détails, d’informations ou d’anecdotes. En plus, il y a des « guests », d’autres mangaka (comme Yoshihiro Togashi, à qui l’on doit Hunter x Hunter et YuYu Hakusho), à qui il est allé demander conseils pour ensuite les partager avec nous.

La Méthode pour dessiner des mangas est un one-shot parfait pour tous les apprentis mangaka, ou pour les personnes qui souhaitent en connaître plus Yusuke Murata !

Un extrait est disponible sur ce lien. Pour plus de chroniques manga, c’est par ici !

Mashle, Hajime Komoto


Mashle d’Hajime Komoto est la nouvelle sortie de chez Kazé. Au Japon, Mashle est édité dans le Weekly Shônen Jump*. Pour l’occasion, l’éditeur a vu les choses en grand. Les deux premiers volumes sont disponibles en librairie depuis le 7 avril.

Dans un monde où la magie fait loi, il était une fois Mash Burnedead ! Élevé au fin fond de la forêt, le jeune garçon partage ses journées entre séances de musculation et dégustation de choux à la crème. Mais un jour, un agent de police découvre son secret : il est né sans pouvoirs magiques, ce qui est puni de mort ! Pour survivre, il va devoir postuler à Easton, une prestigieuse académie de magie, et en devenir le meilleur élève… La magie n’a plus qu’à bien se tenir : avec sa musculature affûtée et sa force hors du commun, Mash compte bien pulvériser tous les sorts et briser les codes de cette société !

Pour le moment, 5 tomes sont disponibles au Japon. Ce shônen sort des sentiers battus par son humour revendiqué dès les premières pages : dans un monde magique, Mash, le héros, est incapable de la pratiquer ! C’est par ses muscles qu’il va tenter de se faire accepter par les autres.

Hajime Komoto mélange aux codes du shônen une bonne dose d’Harry Potter (univers magique, créatures et personnages très ressemblants…). D’ailleurs, il ne s’en cache pas : le manga est rempli de clins d’œil au sorcier à la cicatrice, mais également aux shônen à succès comme One-Punch Man de Kurokawa (qu’on a plus besoin de présenter).

La magie du muscle

Si on veut pousser la réflexion un peu plus loin, Mashle pose également les bases de problèmes (malheureusement) courant dans notre société : être accepté malgré sa différence, la place de chacun dans un monde difficilement tolérant, le harcèlement et la violence entre élèves dans une école… Reste à voir si cela prendra une part importante dans la suite du manga – malgré l’humour prédominant.

Le trait du mangaka est très particulier, mais sied parfaitement au côté déjanté du titre. En tout cas, la lecture de ces deux premiers tomes passe comme une lettre à La Poste** : on tourne les pages sans s’ennuyer et on se marre bien ! Mais j’ai bien peur que sur le long terme (si le schéma reste le même dans les autres tomes), je ne me lasse vraiment.

Pour lire l’extrait (le premier chapitre du premier tome) : cliquez ici.
Pour plus de chroniques sur le site, cliquez là !

*Si besoin de préciser, le magazine de prépublication (hebdomadaire) de Shueisha est réputé car il a édité Dragon Ball, Naruto ou encore Hunter x Hunter – pour ne citer que quelques uns des titres de l’éditeur japonais. Actuellement, le Weekly Shônen Jump publie dans ses pages One Piece, Jujutsu Kaisen, Black Clover, Dr Stone
** Hors période de confinement total et de pandémie…

MASHLE © 2020 by Hajime Komoto/SHUEISHA Inc.
Quitter la version mobile