Tetsu & Doberman, Tsutsumu Ohno


Tetsu & Doberman de Tsutsumu Ohno est sorti le 5 mai. Doki-Doki nous emmène à la chasse aux monstres au côté d’un duo atypique dans ce shônen d’action en 3 tomes seulement (la série est terminée au Japon).

Autrefois, un héros est intervenu pour sauver le monde. Son nom : Big One Kurogane. Mais lorsqu’il décède quelques années plus tard, son partenaire, Doberman, disparaît de la circulation. 13 ans plus tard… Tetsu Himukai est un adolescent qui travaille à mi-temps pour aider financièrement l’orphelinat où il a grandi. Au fil du temps, son admiration pour Big One a perdu de sa ferveur. Quand il apprend que son orphelinat doit être rasé pour faire place à un nouveau projet immobilier, il décide d’aller tirer les choses au clair avec le propriétaire du terrain, qui s’est entouré d’hommes peu recommandables. Tetsu ne tarde pas à se retrouver en mauvaise posture… C’est alors que surgit Doberman, l’ancien partenaire de Big One Kurogane !

Intriguée par le binôme jeune homme – chien anthropormorphe, je me suis laissée tenter par cette nouveauté alors même que les shônen… Ben, c’est pas trop mon truc habituellement ! Mais j’aime sortir de ma zone de confort et découvrir des titres différents.

Nekketsu power

De prime abord, Tetsu & Doberman semble avoir tous les tropes du shônen nekketsu classique : Tetsu, notre héros orphelin, découvre qu’il a des capacités particulières… mais surtout, il découvre qui il est vraiment et son lien avec Doberman. Doberman est assez mystérieux, posé, presque taciturne alors que Tetsu apparaît (certes courageux) tête brûlée. De par son passé et son ambition de prendre soin de l’orphelinat, on s’attache rapidement à Tetsu. Graphiquement, le trait de Tsutsumu Ohno est plaisant et dynamique.

Le premier tome expose bien le récit. L’intrigue avance rapideme : présentations de l’univers, de son binôme, de l’organisation pour laquelle il va travailler, de ses « collègues » et premières chasses, etc. et l’action n’est pas en reste. Bref, la lecture de Tetsu & Doberman est sympathique, et l’intrigue est justement dosée pour nous donner envie de savoir la suite.

Un extrait est disponible sur ce lien. Pour plus de chroniques manga, c’est par ici !

Mission : Yozakura Family, Hitsuji Gondaira


Sortie début mars, Mission : Yozakura Family de Hitsuji Gondaira nous vient du Shônen Jump et compte pour le moment 7 volumes au Japon. Pour marquer le coup, l’éditeur français – Kana – a même crée un site web.

Après la classe d’assassins, la famille d’espions ! Afin de protéger Mutsumi et de découvrir la véritable raison de la mort de ses parents, Taiyo Asano va devoir devenir membre de la famille Yozakura, une famille d’espions de haut vol ! Parviendra-t-il à survivre à ce quotidien plein de dangers pour, cette fois, réussir à protéger ceux qui lui sont chers ?

Taiyo, notre protagoniste, a trop peur de s’attacher aux autres et de les perdre. Depuis la mort de sa famille, il tente de rester « coupé du monde » qui l’entoure, refuse de participer à quoi que ce soit avec ses camarades de classe, etc. C’était sans compter sa meilleure amie, Mutsumi ! Taiyo va se retrouver forcer à intégrer une famille très particulière, pour protéger la cheffe du clan… Et cette famille, c’est une famille d’espions timbrés aux « capacités » très spéciales…

Espion x Family

Si le résumé peut faire penser à Spy X Family, Mission : Yozakura Family se distingue sur certains points. Ces titres sont, dans leur traitement et dans le fond, différents. Lors de sa promotion, Kana l’a comparé à Assassination Classroom : il faut avouer que l’humour et l’énergie qui s’en dégage sont très similaires.

Dans ce premier tome, la mise en place de l’histoire et des personnages est rapide – pour mieux se concentrer sur l’action. Le trait d’Hitsuji Gondaira est dynamique, et le découpage des planches met en avant les nombreux moments d’action ou l’humour.

Ce n’est pas le genre que j’affectionne le plus, mais le manga est efficace. Ce rythme effréné ne conviendra pas à tout le monde (j’en suis l’exemple parfait), mais on ne s’ennuie pas une seconde ! Mission : Yozakura Family reprend le schéma classique du shônen nekketsu et n’invente peut-être rien lors de ces débuts, mais a le mérite de présenter toute une galerie de personnages aux personnalités variées. Humour, action, émotions… pas étonnant que Mission : Yozakura Family remporte un tel succès au Japon ! On lui souhaite de le rencontrer chez nous aussi.

Sur le site consacré au manga, vous pourrez découvrir des fiches personnages, un trailer et même un extrait. Et pour plus de chroniques manga, c’est toujours par ici !

YOZAKURA-SANCHI NO DAISAKUSEN © 2019 by Hitsuji Gondaira/SHUEISHA Inc.
Quitter la version mobile