The Ice Guy & The Cool Girl, Miyuki Tonogaya


Un pitch résolument mignon et une couverture qui l’est tout autant : The Ice Guy & The Cool Girl, de Miyuki Tonogaya, fait partie des sorties de l’été… qui vous feront fondre de plaisir ! Ok, ok, c’est facile, les jeux de mots ne vont pas manquer sur ce titre. En tout cas, Mangetsu nous offre un manga digne d’une rom-com hollywoodienne.

Himuro est le descendant d’une yuki-onna, une femme des neiges. Par cette filiation, il plonge inconsciemment son entourage dans un environnement proche de l’Arctique lorsqu’il se concentre.
Pire encore, il passe pour un homme qu’il n’est pas : perçu comme insensible et au tempérament glacial, il est en réalité chaleureux, aime les chats et les fleurs.
Son état finit par attirer l’attention de sa collègue Fuyutsuki, dont il est secrètement amoureux. Himuro se montre alors déterminé à capturer le cœur de la jeune femme.

Sympa mais répétitif ?

The Ice Guy & The Cool Girl est un manga tranche-de-vie avec une légère touche fantastique : Himuro n’est autre que le descendant de la femme des neiges. Ainsi, à la moindre émotion, Himuro produit… de la glace ! S’il paraît froid de prime abord, il est en réalité plutôt doux et s’émerveille régulièrement de sa collègue Fuyutsuki.

Les chapitres, courts, se concentrent sur la relation grandissante entre nos deux personnages. Et qu’ils sont mignons, tous les deux : humour, quiproquos, émotions et sentiments – tout y passe et j’adore ! On se rend rapidement compte à la lecture de la sérialisation japonaise, avec les inévitables répétitions (présentations) de débuts de chapitres, qui deviennent vite redondantes. Les situations décrites, assez classiques dans ce premier tome, pourraient vite nous faire tourner en rond. Pour autant, au Japon, la série est toujours en cours et compte 6 volumes parus !

Le trait de Miyuki Tonogaya est agréable, le découpage simple et efficace. Le deuxième tome de The Ice Guy & The Cool Girl est prévu en septembre, et nul doute que je le lirai – le rythme de publication français, s’il reste espacé de quelques mois, nous évitera sans doute de se lasser. Gageons que l’autrice saura se renouveler, afin qu’on profite au mieux d’Himuro et Fuyutsuki, auxquels je commence déjà à m’attacher.

Pour plus de chroniques mangas, rendez-vous par ici !

Panda Detective Agency, Pump Sawae

Panda Detective Agency de Pump Sawae est l’une des sorties du nouveau label Mangetsu que j’attendais le plus pour ce mois de juillet.

La métamorphie, maladie incurable changeant les humains en animaux ou végétaux, ne cesse de s’étendre au Japon et à Tokyo tout particulièrement. Handa, affecté par une lente mutation en panda, et Takebayashi, son aîné à la fac, fondent une agence de détectives spécialisée dans les affaires liées à cette pandémie d’un genre nouveau.
Que cachent réellement les cinq cas sur lesquels le duo s’apprête à enquêter ? Et que révèlent ces transformations sur l’âme humaine ?

Mangetsu n’est autre que le label manga des éditions Bragelonne, lancé cette année. Après Ao Ashi (sur le football) et Le Mandala de Feu (manga historique sur l’artiste Tohaku Hasegawa), c’est au tour de Panda Detective Agency de rejoindre leur catalogue. Sortir Panda Detective Agency en même temps que la – très attendue – nouvelle édition (et traduction) de Tomié, ce n’est pas rien !

Réflexions sur l’humain

Dans ce one-shot, on rencontre deux personnages : Handa, atteint de métamorphie, et Takebayashi. Détectives privés, on les suivra dans des affaires diverses que sont les différents chapitres. Le fil rouge apparaît simple (une enquête à résoudre par chapitre). Cependant, les enquêtes en question permettent au lectorat d’en apprendre plus sur ce mystérieux virus qu’est la métamorphie. Panda Detective Agency est avant tout un récit « tranche-de-vie ».

Profondément humains, les échanges entre Handa et les personnages qu’ils rencontrent ne vous laisseront pas de marbre. Pump Sawae met donc en avant les malades et leurs proches, le fait de vivre avec un mal incurable… Mais aussi la peur de perdre un proche ou d’être oublié. La fin laisse espérer un 2e tome, mais rien n’est prévu ni commencé depuis la parution de Panda Detective Agency en 2018 dans le magazine Torch.

Panda Detective Agency est une belle lecture, douce avec une touche amère et dramatique. Le style de dessin de Pump Sawae, épuré et fin, convient parfaitement au récit et à son côté très personnel et intimiste.

Si vous souhaitez découvrir d’autres articles mangas, vous les trouverez sur ce lien.

Quitter la version mobile