Esprits & créatures du Japon, L. Hearn et B. Lacombe


La couverture de l'ouvrage montre un kitsune en kimono

Esprits & créatures du Japon de L. Hearn et B. Lacombe, le sublime ouvrage édité par Soleil, est disponible en librairie depuis le 2 décembre. Après le non moins magnifique Histoires de fantômes du Japon (publié l’année dernière à la même période), Benjamin Lacombe reprends ses crayons pour illustrer les histoires du folklore japonais écrites par Lafcadio Hearn.

Benjamin Lacombe s’intéresse avec cet ouvrage à la nature et à la figure animale. Après une immersion au fond des eaux, on émerge à la surface qu’on explore par le biais des racines, de la terre et des mammifères, pour atteindre le ciel et les volatiles. Ce sujet est synonyme au Japon de mystère et de respect. Comme pour le premier opus, le traitement graphique s’adapte à chaque histoire.

Un univers fascinant

Lafcadio Hearn était un amoureux du Japon. Journaliste, professeur et écrivain irlandais, il a longtemps eu « la bougeotte ». Il a vécu dans différentes contrées du monde avant de se poser au Japon, où il a pris la nationalisé japonaise. Il ne fait aucun doute qu’il portait un amour profond pour ce pays et ses histoires.

Dans Esprits & créatures du Japon, on retrouve ainsi l’homme-requin, le kappa, les cerisiers japonais, mais aussi les figures de l’éléphant blanc, du faisan ou du papillon.

J’ai, en particulier, beaucoup aimé le court conte du Cerisier du Seizième jour,  et la partie sur les kitsune, qui s’intéresse aux différents renards surnaturels, à leurs offrandes ou à leurs facéties… La retranscription de la lettre du grand conseiller (Taiko) Hideyoshi est surprenante !
Le carnet « jeux de yôkai » est lui aussi toujours présent et apporte un un côté ludique.

Esprits & créatures du Japon est un voyage à lui tout seul. Si les histoires recueillies sont variées, il est évident que les dessins sont magnifiques… Du moins si l’on apprécie le trait si particulier, à la fois fascinant et inquiétant, de Benjamin Lacombe. La fabrication n’est pas en reste, et en fait un superbe livre-objet à offrir aux amoureux de la culture japonaise !

Si vous souhaitez lire mes autres chroniques, c’est par ici !

Esprits & créatures du Japon et son prédécesseur, Histoires de fantômes du Japon, sont disponibles auprès de vos libraires. Essayez de soutenir vos librairies indépendantes préférées pendant cette période compliquée !

Le Renard et le petit Tanuki, Mi Tagawa


Rien qu’à sa couverture, je savais que j’aurai envie de lire Le Renard et le Petit Tanuki de Mi Tagawa, publié chez Ki-oon. La lecture de l’extrait laissait présager d’un titre attendrissant à souhait – et c’est le cas ! Je ne regrette absolument pas mon achat.

Senzo était un renard puissant, craint de tous. Les dieux ont décidé de le punir, et ils l’ont plongé dans un profond sommeil… 300 ans plus tard, la déesse du Soleil le laisse reprendre le cours de sa vie, mais seulement s’il accepte de prendre soin d’un petit tanuki ! Abandonné par sa famille, celui-ci a bien du mal à contrôler ses pouvoirs.

Folklore et métamorphes

La mangaka de Père & fils (série également disponible chez Ki-oon) explore à nouveau le lien familial sous forme d’un duo craquant. Mal assortis, ces métamorphes devront apprendre à vivre ensemble et à porter assistance aux autres. Senzo le noir refuse d’abord de se plier aux exigences de la déesse, mais il est vite contraint d’obéir sous peine de ressentir de violentes douleurs. L’association de personnages diamétralement opposés n’est pas une nouveauté scénaristique mais le trait de Mi Tagawa est harmonieux et apporte un plus indéniable à la lecture de la série.

Senzo, le renard agressif et bourru, et Manpachi, adorable et maladroit, sauront charmer les lecteur·rice·s. La mise en scène est simple (mais pas simpliste) et dynamique. Malgré les touches douces-amères apportées, entre autres, par les souvenirs difficiles de Manpachi et par le thème de l’abandon abordé de manière récurrente, on sort de cette lecture avec un sentiment de bien-être.

Un manga pour tous

Le Renard et le Petit Tanuki est sorti sous le label Kizuna ; c’est un titre qui pourra plaire aux lecteur·rice·s de tout âge. Entre humour, émotions et quelques passages où l’action est savamment dosée, ce premier tome offre un agréable moment de lecture. Mention spéciale au duo Tachibana et Mikumo ! Ils apportent une touche d’humour supplémentaire grâce à leurs déconvenues canines (ou humaines, lorsqu’ils sont transformés). Le Renard et le Petit Tanuki est également une excellente façon de découvrir le folklore japonais pour les néophytes.

Le seul bémol serait la présence d’événements assez convenus. On choisit donc le manga surtout pour son ambiance et les dessins de l’autrice. La série compte actuellement 3 volumes au Japon, et on ne peut qu’espérer que le scénario prenne du galon. Pour ma part, je suis curieuse de voir l’évolution de ces personnages au relationnel tumultueux.

Pour visionner le trailer, c’est par ici ! Le premier tome est disponible depuis le 5 novembre : pensez à soutenir vos libraires préférés grâce à la livraison à 0,01 cts ou au click & collect !
Pour lire ma précédente chronique sur un titre bourré d’humour et d’action : c’est par ici.

© Mi Tagawa / MAG Garden

Quitter la version mobile