Parasite Eve

Avant la déferlante Final Fantasy 7 Remake j’ai personnellement profité du confinement pour creuser un vieux titre de Squaresoft, le dénommé Parasite Eve. Si le titre et la série a globalement une bonne réputation parmi les plus aguéri, il est probable que le jeu ne vous est pas familier du tout. Et pour cause, Parasite Eve n’est jamais sorti en Europe ! Ce qui n’est bizarrement par le cas de ses suites Parasite Eve 2 (PS1 -2000) et The 3rd birthday (PSP – 2010).

Aya Brea, flic de choc !

L’histoire se déroule à New-York, vous incarnez la charmante Aya Brea, inspectrice de police du NYPD. Invité par un prétendant à l’opéra, la pièce tourne rapidement au cauchemar quand la chanteuse principale Melissa Pearce entame sa vocalise et que le public se met à s’embraser soudainement. Seule Aya Brea n’est pas affectée, et a même ressenti une mystérieuse connexion avec la cantatrice. Ni une ni deux, elle se lance à sa poursuite.

Scénario digne d’un polar

L’histoire est très romancé, et pour cause. Le jeu s’inspire lui-même du livre Parasite Eve de Hideaki Sena, dont il est la suite directe. On ressent réellement ce coté polar surnaturel, surtout avec le choix des lieux (L’opéra, le poste de police, le musée, l’hôpital…). L’enquête suit une progression logique. Il ne s’agit ici ni d’un monde ouvert, ni d’un jeu ultra-linéaire. On est dans une narration qui frise la perfection.

Un hybride RPG / Survival-horror

Le jeu est à mi-chemin entre un Final Fantasy et un Resident Evil. On retrouve la technique des plans fixes, qui offrent de superbes représentation des différents lieu de Manhattan. Les combats se rapprochent plutôt des RPGs : une barre d’ATB, des points de vies, des équipement (armes, armures…), des items (Médicaments, potions…) et du tour par tour. Seule différence : on peut déplacer le personnage quand on n’attaque pas.

Un jeu intemporel… on veux aussi un remake !

Alors qu’en est-t-il de Parasite Eve en 2020 ? Les graphismes en plan fixe n’ont vraiment rien perdu de leur superbe et ont un charme intemporel ; l’ambiance générale et les musiques sont réussi. Le gameplay quand à lui reste acceptable et assez maniable, bien qu’aujourd’hui, il serais peut-être plus adapté et intéressant de proposer une manière de jouer similaire à Resident Evil 2 Remake.

 

 

 

  • Scénario et narration au poil Même si parfois les explications s’embrouillent dans des détails un peu complexe (la mitochondrie), on comprend globalement où on va. (Et en plus comme personne connaît le jeu on évite les spoils !)

 

  • Lieux bien choisi  Si New-York est parfois trop utilisé dans pas mal de jeux-vidéos (notamment les open-world comme GTA, Spiderman, The Division 2…), on redécouvre ici le vrai Manhattan culturel.

 

  • Ambiance générale, personnages et bestiaire Les graphismes, la musique et le scénario n’ont rien à envier à un Silent Hill. Les personnages sont bien défini entre les protagonistes et les antagoniste. Et niveau monstres, on est aussi servi !

 

  • Des modes supplémentaires Le jeu propose une nouvelle aventure EX et un niveau supplémentaire. Toujours appréciable pour ceux qui veulent faire le jeu à fond.

 

  • Les musiques parfois répétitives Si le jeu propose une bande-son d’une qualité indéniable, les thèmes tournent parfois un peu en rond, et certains niveau utilisent le même thème que d’autres.

 

  • Quelques lenteurs Le personnage semble se déplacer un peu lentement surtout sur l’axe vertical. Un peu pénible car il faut faire des aller-retour pour gérer l’inventaire.

 

  • Les combats parfois un peu trop nombreux Quand on tourne en rond à fouiner, c’est toujours rageant de se manger un combat aléatoire.

 

18/20

Un titre oublié de Squaresoft, qui reste un hit et mériterait aussi un Remake !

 

Pourquoi j’ai Ragequit Final Fantasy XV

Pourquoi j’ai ragequit Final Fantasy XV

Square Enix

Exclusivité PlayStation 4

  C’est une édition spéciale qui coûte la peau du cul, mais honnêtement, j’aurais pu dépenser le double – que dis-je – le triple pour avoir ce jeu dans les mains. Dix ans après qu’on l’a annoncé, je l’ai en version physique devant les yeux. C’est l’achèvement d’une vie, mes rêves se réalisent – du moins jusqu’au prochain The Elder Scrolls. Avec d’infinies précautions, j’ouvre la boîte. Le CD est magnifique, il y a la mystérieuse et emblématique figure métaphorique des Final Fantasy dessus. Cette fois, c’est une femme qui dort debout. Génial.

Un temps d’installation interminable plus tard, le jeu se lance.

«  Un final fantasy pour les fans et les nouveaux venus. » Me dit l’écran. « Moi, je suis fan. » que je lui réponds. Je me dépêche : nouveau jeu, difficulté normale, oui je veux le tutoriel.

Je crois que c’est là que ça a commencé à chier. « Appuyez sur le joystick droit pour regarder à droite » ; « Bravo, vous n’êtes pas con » ; « Appuyer sur x pour attaquer » ; « Bravo» ; « Attaquez trois fois » ; « Bravo » ; « Appuyez sur carré pour parer » ; « Bravo » ; « Parer trois fois » ; « Bravo ».

Vingt longues minutes plus tard à répéter les mêmes gestes, j’ai appris à me téléporter, à faire des attaques éclairs et des combos. C’est à dire tout le gameplay des combats jusqu’à la fin du jeu.

M’enfin, c’est parti, le jeu commence. Apparemment je vais passer ma vie avec mes trois potos : un blondinet très blondinet dans sa tête, un gros musclé avec un cerveau de gros musclé et un mec à lunettes avec un esprit de mec à lunettes. Merci les japonais pour ces personnalités recherchées et réalistes. D’ailleurs la première femme que je rencontre est une paire de seins.

A la station-service locale, on nous vend des potions, mais aussi des pistolets, des couteaux, des bijoux, des patates, des cd de musique et de la soie d’araignée. Rien de trop inquiétant, c’est une station-service tout ce qu’il y a de plus normal.

En tant que prince très riche, je n’ai bien sûr absolument pas un rond. Le prince Noctis va encore plus loin en demandant le plus innocemment du monde : « C’est quoi un gil ? », la monnaie du pays dans lequel les protagonistes vivent. Autrement dit, il n’y a pas trop d’éducation pour les rois dans le monde d’Eos.

Comment gagner de l’argent dans un RPG ? En allant éliminer quelques fourmis géantes bien sûr. Elles ont l’air dangereux, mais Noctis peut appuyer sur R1 puis continuellement sur x pour s’en sortir comme un chef. Alors, même si la caméra est partie en vrille pendant plusieurs seconde et a décidé de faire une fixette sur le soleil chatoyant d’Eos, ce n’est pas bien grave, Noctis se débrouille comme un grand. Des poulets aux liches géantes et ce jusqu’à la fin du jeu, x vous sauvera. Square Enix a depuis longtemps décidé qu’appuyer sur un bouton était le meilleur moyen de se battre.

M’enfin, le moment est venu. Mes amis, le jour est arrivé. Il est temps de monter dans la sublime voiture noire qu’on nous a fait miroiter dans les trailers depuis une décennie. Appelée Regalia, elle est royale, rutilante, flambant neuve et décapotable. Je me vois déjà rouler à travers les déserts et les forêts du jeu à une vitesse folle, écrasant sur mon passage les poulets mutants et les enfants égarés comme dans un GTA. Je monte, claque la portière, rejette mes cheveux de BG en arrière et je démarre dans un vrombissement à faire pâlir une Ferrari. Je m’élance.

Je tourne à droite. Impossible. Je tourne à gauche. Impossible. J’accélère. Impossible. La voiture est coincée sur la route et ne peut absolument pas en dévier.

Je ragequit.

[TERMINE] [CONCOURS] Un album "Sors Tes Couverts" – Fastened Furious

Peut-être avez-vous déjà lu notre interview du groupe power pop punk rock Fastened Furious sur Error404 ? Si non, on vous invite à le faire de suite ! Quoi qu’il en soit, les FF ont décidé de VOUS faire un cadeau ! On met donc en jeu leur dernier album « Sors Tes Couverts » en jeu ! Le concours est ouvert jusqu’au vendredi 30 mai à 23h59 ! Pour participer, c’est facile ! Inscrivez-vous sur le module du concours (vous n’avez qu’à le faire qu’une seule fois et vous pourrez participer par la suite à tous les concours du site ! Pareil si vous reliez vos comptes Facebook et Twitter à notre module, vous n’aurez à le faire qu’une fois pour toutes !), et inscrivez vous aussi sur le site www.error404.fr afin de pouvoir commenter la super interview qu’on a faite du guitariste des Fastened Furious (et d’autres articles !) !

Tiens, des poivrons et des Furex dans le frigo ! J’voulais bien me faire une petite fête justement !
Bonne chance à tous pour le concours !

1 Album "Sors Tes Couverts" des Fastened Furious à gagner !

[WTC?] What The Covers ? #1 : Happy Edition

Bonjour à tous ! J’ai l’honneur de vous présenter la première chronique d’Error404.fr !


What The Covers ? #1 : Happy – Pharrell Williams

Bienvenue dans cette première chronique de What The Covers ? ! Tout d’abord qu’est ce que WTC ? WTC, c’est un peu comme Incroyable Talent, mais avec des gens connus et des gens pas connus. Non en fait, ça n’a rien à voir. WTC va présenter dans chacune de ses éditions une chanson très populaire, que l’on entend à la radio H24 et qui a souvent parfois tendance à nous énerver, on sature, on l’a dans la tête le jour, la nuit, tout le temps ! Bref, WTC, c’est la vraie alternative à cela ! On va vous proposer toutes les semaines la version originale de la chanson choisie, suivie de 5 covers, réalisées le plus souvent par des petits groupes ! (réaliser des covers permet souvent de se faire connaître auprès d’un public plus large, car on sait que les gens connaissent déjà le titre s’ils ne connaissent pas le groupe qui la joue. C’est une technique qu’emploient quasiment tous les groupes, mêmes ceux qui ont une certaine notoriété. C’est aussi une façon super cool de rendre hommage à un titre qu’on a bien aimé !). Chez Error404, on fait pas de préférences, malgré le fait que le rédacteur de cette chronique a une tendance pour le rock/metal/electro, il écoute de tout et est ouvert à tous les genres : c’est pourquoi on passera des covers de TOUS les genres : aussi bien du rock, que du rap, de la souk, du slam, des chansons humoristiques, du metal, et même de la trance-neo-ambiant-house-jazz-fuzz-techno-drum’n’jungle-bass-metalcore-electro-scratching-fusion etc !

En espérant que vous allez aimer cette première édition !

Version originale – Pharrell Williams



Cover #1 : Version Punk/Rock Made in France – Fastened Furious


Une très bonne cover dans un style bien entraînant qu’est le punk/rock ! Notre préféré ici ! Les Fastened Furious, petit groupe sudiste joue un power-pop/punk/rock qui va en faire bouger plus d’un ! Ils ont récemment joué au Printemps de Bourges et sont toujours en tournée (Sud de la France). Cette cover leur a valu l’éloge d’être meilleure cover de la semaine sur le BillBoard la semaine du 28 avril 2014 ! On retrouvera d’ailleurs bientôt le groupe en interview pour Error404, et on aura une petite surprise avec eux d’ici peu ! Pour suivre leur actu ou en savoir plus sur la tournée, c’est ici !

Cover #2 : Version Sad – Woodkid


Woodkid… A t-on besoin de présenter l’homme à la barbe toujours impeccable ? Tête d’affiche de nombreux festivals cet été, Woodkid a su se faire une place sur la scène française, mais également internationale ! Son premier album « The Golden Age » est disque de platine. Yoann Lemoine de son vrai nom n’est pas un inconnu du milieu : il a réalisé plusieurs vidéoclips, notamment le très farfelu Teenage Dream de Katy Perry ! C’est donc dans le même esprit que son premier album qu’il nous propose une version revisitée de Happy, qui pour le coup, ne l’est pas franchement. (Version Sad Remix). Pour suivre son actu ou en savoir plus sur sa tournée de festivals : c’est ici !

Cover #3 : Version Metal – PelleK


PelleK, chanteur du groupe du même nom, s’amuse à faire des covers… Il s’amuse tellement à en faire que le groupe ne fait plus que ça ! Des reprises de Disney, les derniers hits, des animes, des jeux vidéos, le groupe « metallise » toutes ces chansons et ne rate jamais son coup ! Le chanteur étant capable de chanter sur plusieurs octaves, les possibilités du groupe à revisiter tous les tubes sont immenses ! Ils nous proposent donc pour ce coup-ci une version très sympathique de Happy, qui part dans des aigus incroyables, et sans fausse note ! Si vous voulez suivre l’actu du groupe c’est ici ! Il y a fort à parier que l’on retrouvera PelleK dans d’autres WTC vu le nombre de covers à leur actif !

Cover #4 : Version Electro/Funk – NEUS Remix


Quand j’ai vu cette cover, j’ai été obligé de vous la mettre ! J’adore l’electro funk, ces cordes qui retentissent sur des loops electro, j’ai toujours trouvé ça intéressant musicalement. Me demandez pas pourquoi, car je ne saurais franchement pas vous expliquer les raisons de cela ! Quoi qu’il en soit, le dj NEUS nous propose une version electro d’Happy très calme, reposante, qu’on prend plaisir à écouter après une dure journée ! On peut suivre l’artiste ici !

Cover #5 : Version… WTF IS THIS?- Telfaz11


Et oui, WTC c’est déjà fini *ooooooooh* ! On finit donc sur une touche de fun avec Telfaz11 ! Il s’agit d’un petit collectif qui a mis l’humour en avant. Après tout, Happy, c’est pas fait pour faire la gueule, alors je peux vous dire que ce clip et cette version vont vous donner le sourire sans hésitation ! Des idées originales, une voix qui tient la route, un clip barré, et vous obtenez Telfaz11 ! Bonne écoute et à la prochaine pour un nouveau WTC? (Je pourrais vous mettre le lien de Twitter pour Telfaz11, mais à moins de parler arabe, vous pouvez rebrousser chemin. Pour ceux qui en comprendront un mot, le voici quand même !)

Quitter la version mobile