Les Carnets de l’Apothicaire, Natsu Hyuuga, Nekokurage

Les Carnets de l’Apothicaire est une nouveauté de janvier signée Ki-oon. Mao Mao, une jeune kidnappée, se retrouve dans le harem impérial en tant que servante. Seulement, elle est loin d’être comme les autres…

À 17 ans, Mao Mao a une vie compliquée. Formée dès son jeune âge par un apothicaire du quartier des plaisirs, elle se retrouve enlevée et vendue comme servante dans le quartier des femmes du palais impérial ! Entouré de hauts murs, il est coupé du monde extérieur. Afin de survivre dans cette prison de luxe grouillant de complots et de basses manœuvres, la jeune fille tente de cacher ses connaissances pour se fondre dans la masse.
Mais, quand les morts suspectes de princes nouveau-nés mettent la cour en émoi, sa passion pour les poisons prend le dessus. Elle observe, enquête… et trouve la solution ! En voulant bien faire, la voilà repérée… Jinshi, haut fonctionnaire aussi beau que calculateur, devine son talent et la promeut goûteuse personnelle d’une des favorites de l’empereur. Au beau milieu de ce nid de serpents, le moindre faux pas peut lui être fatal !

La découverte

J’avais très hâte de découvrir le titre. Je suis devenue une fervente admiratrice des mangas historiques depuis quelques années – on est ici dans une sorte de Chine réinventée. La série compte déjà 6 volumes au Japon et est en cours de parution mais, au départ, Les Carnets de l’Apothicaire est un light novel (roman) à succès !

Dans ce premier volume, on découvre l’univers (fermé mais spacieux) de Mao Mao et toute une galerie de personnages. Ils vont l’entourer dès sa première enquête, que ce soit les concubines de l’Empereur ou le fameux haut fonctionnaire, etc. Pas le temps pour les lecteur·rice·s de s’ennuyer ou de compatir (l’enlèvement de l’héroïne), les compétences de Mao Mao sont vite découvertes.

Les graphismes sont agréables, et le découpage efficace. Mao Mao est attachante, intelligente et passionnée. Elle n’est pas du genre à s’apitoyer sur son sort ! Les autres personnes féminins sont également intéressants, ce qui est d’autant mieux. Jinshi a un côté sérieux et frivole à la fois, et apporte une partie de l’humour présent dans le manga.

Les Carnets de l’Apothicaire est un vrai coup de cœur !

Le deuxième tome est prévu pour début mars ! Si vous êtes curieux, profitez de l’extrait du premier tome disponible sur le site Manga-News.

Pour lire plus de chroniques manga, c’est par ici !

© Natsu Hyuuga / Shufunotomo Infos Co., Ltd.
© Nekokurage, Itsuki Nanao / SQUARE ENIX

Prodigal Son, série d’enquêtes et duo terrifiant


Pour changer de mes chroniques côté lecture, je passe un peu côté série ! Michael Sheen est un acteur formidable. Il ferait presque de l’ombre au reste du cast de Prodigal Son, la dernière série d’enquêtes policières de FOX. Mais il faut avouer que le casting n’a pas à rougir face à lui. Tom Payne, qui est en tête d’affiche avec lui, complète vraiment bien ce duo improbable. Je trouve que Lou Diamond Phillips, Bellamy Young ou encore Nicholas Endicott (glaçant) collent très biens à leurs rôles.

Malcolm Bright (Tom Payne), profiler, est un ancien agent du FBI. Il devient consultant auprès du service de police de New York grâce au Lieutenant Gil Arroyo (Lou Diamond Phillips) malgré son état psychologique instable. En cause, son père, le docteur Martin Whitly, célèbre tueur en série connu sous le nom de « The Surgeon » (littéralement, « le chirurgien »). Il a été reconnu coupable du meurtre de 23 personnes et incarcéré après avoir été dénoncé par son propre fils alors que celui-ci n’était qu’un enfant. Il purge sa peine dans un hôpital psychiatrique luxueux.

Une fois rentré à Quantico, Malcolm refuse tout contact avec son père. Pourtant, après son renvoi et le début de ses missions de consultant auprès de la police de NY, les visites à la prison se font de plus en plus nombreuses… car avec l’aide (tordue) de son père (brillant mais non moins tordu), il résout plus rapidement les meurtres sur lesquels il enquête.

Une histoire de famille

Prodigal Son, c’est encore une série d’enquêtes (ou procedural en anglais) et ça se ressent. Ceci dit, les fils rouges (la relation père-fils, une victime inconnue de son père qui serait le produit de l’imagination de Malcolm) sont suffisamment présents pour que ça fonctionne. Le rythme est là, même si nous ne sommes pas sur une série d’une originalité folle. Malcolm a des problèmes à régler (terreurs nocturnes, hallucinations…), ce qui rend sa participation au sein de la police quelque peu hasardeuse. Mais passé ce fait, l’alchimie fonctionne bien – que ce soit grâce à Tom Payne, dont le personnage est attiré inlassablement vers son père, ou à Michael Sheen, en sociopathe terrifiant de lucidité.

Malcolm en fait souvent trop, mais après tout… ils sont de nature théâtrale dans la famille ! Personnellement, j’ai choisi de regarder cette série pour Michael Sheen, acteur britannique au talent indéniable (Masters of Sex, Good Omens…). J’ai eu une belle surprise concernant Tom Payne, et surtout, j’ai adoré le personnage du médecin légiste, la Dr. Edrisa Tanaka (Keiko Agena). Elle est décalée mais toujours adorable, avec son énorme crush sur Malcolm et ses réflexions WTF. Prodigal son est une série qui tient la route ; le moins qu’on puisse dire, c’est que la dynamique familiale est assez intéressante pour vouloir finir la première saison rapidement ! Finalement, c’est une série parfaite pour la période du confinement.

La saison 2, quant à elle, a déjà été commandé par la chaîne FOX (détentrice des droits aux USA). Aucune date de tournage n’a été annoncé pour le moment à cause de la pandémie. En France, la série est disponible via TF1. Vous pouvez regarder la bande-annonce en VF.

Les 20 épisodes de la première saison seront regroupées dans le coffret DVD de Warner Bros, disponible à la vente dès le 2 décembre (environ 24,5€).

MAI 2021 : Fox annonce l’annulation de la série après seulement deux saisons (annoncé un peu partout, dont ici).

Quitter la version mobile