Les Promeneuses de l’apocalypse, Sakae Saito


Disponible depuis le 6 juillet, Les Promeneuses de l’apocalypse de Sakae Saito était sans aucun doute l’un des titres que j’attendais le plus sur la période « pré-Japan Expo ». Et puis l’été est passé, et je n’ai pas pris le temps de vous parler de ce coup de cœur !
Alors que le deuxième tome vient d’arriver en librairie, je prends (enfin) le temps de me pencher sur cette découverte.

Yôko et Airi visitent les endroits les plus célèbres du Japon avec leur moto tout terrain. Admirer le mont Fuji depuis Hakone, pêcher sur le pont de la baie de Yokohama, sans oublier d’aller au Tokyo Big Sight. Voilà le voyage qui attend nos deux jeunes filles à moto. Hélas, le monde s’est effondré…

Carpe diem

Le Japon post-apocalyptique décrit dans Les Promeneuses de l’apocalypse est un Japon en ruines, dévasté (probablement par les hommes). Yôko et Airi, nos deux protagonistes, sillonnent le territoire japonais en moto. La civilisation humaine semble avoir totalement disparu, ou presque…

Le trait de Sakae Saito est rond « tout mignon » et contraste bien avec l’univers ravagé dans lequel les personnages évoluent. Mystères et explorations sont les maîtres mots de ce premier volume : les jeunes filles découvrent des paysages parfois tristes, souvent magnifiques et savent apprécier le moment présent.

Malgré un contexte post-apo, la lecture est rafraîchissante – presque toujours positive. Sakae Saito arriver à parsemer ses planches de quelques informations qui rendent le tout intriguant et donnent envie d’en savoir plus. Le deuxième tome est loin de se reposer sur les bases du premier ; les questions restent en suspend pour le moment. Où sont donc passés les autres êtres humains ? Qu’est devenue la sœur de Yôko ? Vivement la suite !

Pour plus de chroniques mangas, rendez-vous par ici !

Chat de yakuza, de Riddle Kamimura


Avec un titre comme celui-ci, Chat de yakuza de Riddle Kamimura semblait être fait pour moi. Une comédie feel good, mignonne, avec des chats… Les chats ont le vent en poupe ces derniers temps. Est-ce que la lecture de cette nouvelle série vaut vaut le coup ? Je penche vers le oui !

Sabu, un chaton abandonné dans la rue, grelote de froid sous la pluie, quand un jeune homme qui passait par là s’arrête devant lui… Le pauvre minou se croit sauvé, avant de voir que son bienfaiteur… a une vraie dégaine de yakuza !
Et ce qu’il va découvrir par la suite ne va pas du tout, mais alors pas du tout le rassurer !
Que va-t-il advenir de cette petite boule de poils, désormais aux mains de la pègre ?

Les mangas avec des chats ne sont pas nouveau dans le paysage manga français. Ni chez Doki-Doki d’ailleurs à qui l’ont doit l’improbable Street Fighting Cats !

Mignon et drôle

Jin, ex yakuza, recueille un petit chaton abandonné qu’il trouve dans la rue. Il le nomme Sabu. Toujours en train de s’imaginer le pire, Sabu est anxieux à chaque fois que l’humain s’approche de lui. Et pour cause : le chaton, à son grand désespoir, pense que ses jours sont comptés vu la dégaine flippante de Jin. Pourtant, Jin le bichonne ! Le décalage et les quiproquos entre Jin, la « pseudo brute » et le chaton à la bouille attachante (mais franchement apeuré) fonctionnent bien.

Le premier volume prend son temps et s’attarde sur les gags, la relation Jin-Sabu qui se met en place, le gang de yakuza (dont fait plus ou moins partie Jin) mais aussi son café à chiens et chats. Certes, ce n’est pas d’une originalité folle, mais on passe un agréable moment et je suis curieuse de lire la suite des aventures de Sabu, maintenant qu’il a rencontré les autres pensionnaires du café…

Pour plus de chroniques mangas, rendez-vous par ici !

In the Land of Leadale, Ceez et Dashio Tsukimi

In the Land of Leadale est un isekai. Le premier tome – édité par Doki-doki – est sorti le 2 février et le deuxième tout début mars. L’anime quant à lui est diffusé sur Crunchyroll, et il a l’air d’avoir beaucoup de succès (j’avoue n’avoir vu que le trailer !).

Après avoir perdu la vie à la suite d’un terrible accident, Keina Kagami se réveille dans le corps d’une haute-elfe du nom de Cayna. Ce n’est autre que le personnage qu’elle s’était créé sur « Leadale », un jeu de rôle en réalité virtuelle auquel elle était souvent connectée. Mais il semblerait que 200 ans se soient écoulés depuis l’époque où elle jouait… Sa première quête consiste donc à comprendre ce qu’il s’est passé durant toutes ces années, et elle n’est pas au bout de ses surprises !

Encore un monde virtuel ?

Les isekai, ce n’est pas ce qu’il manque en France, et ça a toujours le vent en poupe.
Cayna, notre personnage principal, se retrouve réincarnée dans le monde fantasy (et virtuel) de Leadale. Si vous me connaissez un peu, vous savez que les isekai ne sont pas « mon truc » alors même que j’adore la SFFF. MAIS – parce qu’il y a beau mais – j’ai passé un bon moment avec cette lecture. Certes, In the Land of Leadale ne deviendra pas mon manga « préféré » (de toute façon, je n’en ai pas qu’un) mais il est agréable à lire. Il démarre assez lentement, en prenant le temps de poser les bases de l’univers et de l’intrigue, comme tout tome introductif et j’ai trouvé ça plaisant. Pas d’ennui de mon côté, pas de fan service à outrance…

Le graphisme du manga, sous le crayon de Dashio Tsukimi, est agréable, fluide et avec assez de rondeur pour rendre le tout mignon-mais-pas-trop.

Au Japon, la série est encore en cours de parution (4 tomes parus pour le moment). Il faudra donc voir ce que la suite nous réserve. En tout cas, la lecture de ce premier tome m’a donné envie de découvrir la suite de l’histoire, et le deuxième tome ne m’a pas déçu. Lecture du tome 1 & 2 = pari gagné !

Pour plus de chroniques manga, rendez-vous par ici !

Tetsu & Doberman, Tsutsumu Ohno


Tetsu & Doberman de Tsutsumu Ohno est sorti le 5 mai. Doki-Doki nous emmène à la chasse aux monstres au côté d’un duo atypique dans ce shônen d’action en 3 tomes seulement (la série est terminée au Japon).

Autrefois, un héros est intervenu pour sauver le monde. Son nom : Big One Kurogane. Mais lorsqu’il décède quelques années plus tard, son partenaire, Doberman, disparaît de la circulation. 13 ans plus tard… Tetsu Himukai est un adolescent qui travaille à mi-temps pour aider financièrement l’orphelinat où il a grandi. Au fil du temps, son admiration pour Big One a perdu de sa ferveur. Quand il apprend que son orphelinat doit être rasé pour faire place à un nouveau projet immobilier, il décide d’aller tirer les choses au clair avec le propriétaire du terrain, qui s’est entouré d’hommes peu recommandables. Tetsu ne tarde pas à se retrouver en mauvaise posture… C’est alors que surgit Doberman, l’ancien partenaire de Big One Kurogane !

Intriguée par le binôme jeune homme – chien anthropormorphe, je me suis laissée tenter par cette nouveauté alors même que les shônen… Ben, c’est pas trop mon truc habituellement ! Mais j’aime sortir de ma zone de confort et découvrir des titres différents.

Nekketsu power

De prime abord, Tetsu & Doberman semble avoir tous les tropes du shônen nekketsu classique : Tetsu, notre héros orphelin, découvre qu’il a des capacités particulières… mais surtout, il découvre qui il est vraiment et son lien avec Doberman. Doberman est assez mystérieux, posé, presque taciturne alors que Tetsu apparaît (certes courageux) tête brûlée. De par son passé et son ambition de prendre soin de l’orphelinat, on s’attache rapidement à Tetsu. Graphiquement, le trait de Tsutsumu Ohno est plaisant et dynamique.

Le premier tome expose bien le récit. L’intrigue avance rapideme : présentations de l’univers, de son binôme, de l’organisation pour laquelle il va travailler, de ses « collègues » et premières chasses, etc. et l’action n’est pas en reste. Bref, la lecture de Tetsu & Doberman est sympathique, et l’intrigue est justement dosée pour nous donner envie de savoir la suite.

Un extrait est disponible sur ce lien. Pour plus de chroniques manga, c’est par ici !

Le Conte des Parias, Makoto Hoshino

Le Conte des Parias de Makoto Hoshino est une nouveauté éditée par les éditions Doki-Doki. Les deux premiers volumes sont sortis simultanément en librairie début mars. Cette histoire fantastique se déroule en Angleterre.

Après avoir scellé un pacte, Marbas le diable et Wisteria se mettent en route à travers l’Angleterre de cette fin du XIXe siècle à la recherche d’un bonheur tout simple. Mais leur errance à travers le pays ne sera pas de tout repos. Parmi les chasseurs de diables lancés à leurs trousses, il en est un qui a une place toute particulière dans le cœur de la petite Wisteria…

Wisteria, notre jeune héroïne orpheline rencontre Marbas alors qu’elle fait la manche. Ces deux êtres, esseulés, établissent rapidement une connexion. Si on devait simplifier, ce serait l’envie de découvrir le monde de Wisteria (et son innocence) d’un côté, l’ennui d’un diable immortel de l’autre.

Vivre heureux, rien que tous les deux

Ce binôme atypique, on le « connaît » parce qu’il a souvent été utilisé ces dernières années. Et il a fait ses preuves. On pense à The Ancient Magus Bride ou à L’Enfant et le Maudit, pour ne citer que ces deux titres (que j’aime particulièrement !). Des histoires aux airs de contes fantastique, une jeune fille et une créature – avec un duo improbable mais attachant, en somme.

Dans Le Conte des Parias, le schéma est simple, voire assez classique, mais fonctionne bien ! On dénote même quelques pointes de noirceur ici et là… Et la découverte de L’Ordre de l’épée présage de rebondissements plus complexes dans le scénario.

Si le trait de Makoto Hoshino apparaît parfois inégal, de belles illustrations et de belles planches ponctuent l’ensemble. L’ambiance de l’Angleterre victorienne se ressent assez peu au début, mais sert correctement le cadre de l’histoire. Elle prend de l’ampleur dans le 2e volume, ce qui laisse penser que les volumes suivants pourraient nous réserver d’agréables surprises.

Le Conte des Parias est un manga tranche-de-vie souligné d’histoires fantastiques. On découvre le monde en même temps que Wisteria – qui elle, en plus, le découvre à travers le regard de Marbas depuis qu’elle a perdu la vue.

Au Japon, le manga est en cours de parution et compte six volumes. Le premier volume présente bien l’univers, les personnages et les enjeux. Le 2e approfondie la relation entre Wisteria et Marbas. On rencontre même d’autres binômes humain-diable. On a hâte de voir ce que nous réserve la suite… Et d’en apprendre plus sur le passé de Marbas !

Lecture du premier chapitre possible sur le site de l’éditeur.

Pour plus de chroniques manga, c’est par ici !

Nokemono-tachi no yoru © 2019 Makoto HOSHINO / SHOGAKUKAN

[Manga] Les coups de cœur Manga de 2019

Vous le savez, cette année de nombreuses perles ont été publiées en France côté manga. Qu’il s’agisse de Beastars, Tsugumi Project, Le chef est une copine, Heart Gear, la trilogie de Project Itoh et d’autres, nous avons été gâtés par les éditeurs francophones !

Petit tour de mes coups de coeur de l’année ! (car oui, on ne fait pas que des concerts, on lit aussi !) 

 

Ces nouveautés manga qui nous ont fait palpiter en 2019

Divines – Eniale & Dewiela aux éditions Pika

Divines – Pika

Série en 3 tomes, Divines est le premier manga de l’auteure de L’Atelier des Sorciers, SHIRAHAMA Kamome, également aux éditions Pika.

Cette série nous raconte les mésaventures d’Eniale, une ange, et Dewiela, une démone recherchée par les exorcistes du Vatican. Bien qu’assez proches, les deux protagonistes sont également de grandes rivales, chacune cherchant à récupérer plus d’âmes que l’autre.

Avec un design précis et détaillé, SHIRAHAMA Kamome nous propose une série légère et pleine d’humour qui pose une question essentielle : les notions de bien et de mal sont-elles réellement aussi simples à comprendre ? En mettant en scène des personnages complices mais opposés par essence, l’auteure nous invite à une réflexion sur les camps historiques que sont le bien et le mal. Un manga parfait pour les fans d’humour et de maladresse !

Le tome 3 est disponible depuis le 16 octobre 2019.

 

 

Helvetica aux éditions Kurokawa

Helvetica – Kurokawa

Publiée depuis 2017 au Japon et sortie à l’occasion du 20ème anniversaire de Japan Expo, Helvatica est une série en 4 tomes publiée aux éditions Kurokawa. Issue du partenariat entre SOMEI Tsumugi et TSUKIBA Shizuka, deux lauréates du Young Jump.

Helvetica nous raconte l’histoire d’Asahi Mayuzumi, étudiant japonais, embarqué malgré lui dans une guerre invisible aux côtés d’une mystérieuse jeune femme misogyne du nom d’Aya. En partant à la recherche de « sorcières », nos deux amis vont devoir affronter une organisation dont le but est de détruire toutes les sorcières.

A l’aide d’un design très contrasté et détaillé, notre duo d’auteures nous plongent dans un univers particulièrement sombre mettant à l’honneur les côtés sombres de notre société. Cette série plaira à ceux qui aiment les dessins contrastés et les univers sombres et cyniques. Un manga fait pour les adeptes des magical girl sombres et cyniques !

Le 4ème et dernier tome est sorti le 14 novembre 2019.

Magus of the Library aux éditions Ki-oon

Magus of the Library – Ki-oon

Parmi les nouveautés 2019 des éditions Ki-oon, le magnifique Magus of the Library compte parmi les perles de la maison d’édition. L’auteur, que l’on connait pour 7th Garden aux éditions Delcourt, n’est autre que IZUMI Mitsu. La série compte actuellement 3 tomes.

Magus of the Library suit l’histoire de Shio Fumis, un jeune métisse pour qui les livres représentent tout. Souhaitant rejoindre la capitaledes livres, Afshak, afin de devenir Kahunas, notre héros doit quitter le village qui l’a vu grandir. Son voyage et ses rencontres à travers ses escales lui apprendront de nombreuses choses et lui permettront de se créer des vraies amitiés. Cependant, le plus dur reste à venir et les examens pour réaliser son rêve sont réputés pour être les plus difficiles du continent.

Avec un design détaillé, IZUMI Mitsu nous emmène dans un univers fantastique où l’adage « Le savoir c’est le pouvoir » est au centre de tout. Mettant au cœur de sa série les livres et leur préservation, l’auteur pose chez le lecteur des questions essentielles liées à la confiance en soi mais également à l’acceptation d’autrui. Ce manga plein de magie laisse rêveur. Un manga idéal pour ceux à qui l’on répète sans cesse de garder les pieds sur terre !

Le tome 3 est disponible depuis le  17 octobre 2019.

Heart Gear aux éditions Ki-oon

Heart Gear – Ki-oon

Autre nouveauté des éditions Ki-oon, le manga Heart Gear, de TAKAKI Tsuyoshi l’auteur de Black Torch, série en 5 tomes qui s’est terminée le 07 mars 2019. Le jeune mangaka revient avec une nouvelle série d’un tout autre genre que sa première oeuvre, souvent comparée à Bleach.

Dans un futur post-apocalyptique où l’espèce humaine a pratiquement disparu, TAKAKI Tsuyoshi met en scène une jeune adolescente du nom de Roue, élevée par le robot Zett. Leur train-train quotidien est perturbé par l’arrivée de Chrome, un robot qui doit tout ré-apprendre et qui est dénué d’objectif. Alors que Zett est détruit par un android fou, Chrome change d’apparence pour protéger Roue en dévalant une puissance hors du commun. Roue découvre aux côtés de Chrome que Zett peut être sauvé mais qu’un corps compatible est nécessaire. Nos héros partent alors à l’aventure dans une monde où les humains ne sont plus les bienvenus.

L’auteur nous propose là une nouvelle histoire totalement différente de son premier manga. Toujours avec un design soigné, le premier tome pose les premières bases d’un scénario qui intrigue. Abordant la destruction de l’humanité et l’évolution des machines, thème cher à la science-fantasy, TAKAKI Tsuyoshi nous dévoile de plus en plus ses talents de mangaka. Ce manga s’adresse surtout aux fans de science-fiction et de robots !

Le tome 2 sera disponible le 06 février 2019.

 

La malédiction de Loki aux éditions Delcourt/Tonkam

La malédiction de Loki – Delcourt/Tonkam

Disponible au Japon depuis début 2018, La malédiction de Loki est le premier manga d’un auteur bien mystérieux répondant au nom de Hachi. Publiée aux éditions Delcourt/Tonkam, les deux premiers tomes sont sortis le 04 septembre en simultané.

L’auteur nous plonge dans un univers fantastique dans lequel nous suivons Loki, jeune guerrier à la recherche des peintures de la sorcière. Jeune homme mystérieux, Loki parcourt le monde dans un unique but : tenir sa promesse en détruisant toutes les peintures de la sorcière. Créées par une jeune fille du nom d’Aisya depuis longtemps décédée, ces fameuses peintures aux pouvoirs magiques ont été corrompues par la noirceur du cœur humain et laissent sur leur passage de nombreuses victimes. Au cours de son périple, Loki devra affronter une organisation religieuse dont l’intérêt pour les peintures n’est pas bienveillant.

Hachi nous propose ici un manga sombre et cynique. Abordant les dérives des hommes, La malédiction de Loki met également en avant les intentions cachées des religions, qui peuvent se révéler être de puissants ennemis. Avec un design doux mais détaillé, l’auteur réussit à donner vie à ses personnages grâce à des expressions et des gestuelles bien travaillées. Ce manga s’adresse principalement aux fans d’histoires romantiques qui survivent à la mort, de malédiction et d’héros ténébreux (coucou Shakespeare).

Le tome 3 est disponible depuis le 27 novembre 2019.

 

Mes voisins les esprits aux éditions Doki-Doki

Mes voisins les esprits – Doki-Doki

Sorti en France le 03 juillet 2019 à l’occasion du 20ème de Japan Expo, le premier tome du manga Mes voisins les esprits de SHIROTORI Ushio est le premier manga de l’auteure. Il s’agit d’une toute jeune licence, publiée depuis 2018 au Japon.

Ce manga suit l’histoire d’une jeune lycéenne du nom de Yachiho qui emménage dans une maison abandonnée qui a la réputation d’être hantée. Cherchant à éclaircir le mystère qui englobe la disparition de sa mère, Yachiho va être rapidement confrontée à d’étranges événements impliquant des créatures surnaturelles, plus connues sous le nom de mononoke. Le gardien de la maison, Moro, va alors lui demander de l’assister dans son travail.

Les mononoke et yokai sont des éléments importants dans la culture japonaise et il n’est donc pas rare de retrouver cette thématique dans le manga. Mes voisins les esprits a cet avantage de ne pas se concentrer que sur un seul typique de créature magique. A travers l’histoire de son héroïne, SHIROTORI Ushio nous permet de découvrir davantage le folklore le japonais avec poésie mais également cynisme, n’hésitant pas aborder des thèmes tabous comme la mort ou l’avarice. Malgré les apparences, ce manga ne s’adresse pas forcément aux enfants mais plutôt à un public adulte qui affectionne les histoires folkloriques liés aux esprits japonais.

Le tome 2 est disponible depuis le 11 septembre 2019.

 

Les manga qui ont commencé avant 2019 mais qu’on aime toujours autant

Silver Wolf, Blood, Bone aux éditions Kurokawa

Silver Wolf, Blood, Bones – Kurokawa

Disponible depuis le 11 janvier 2018, le 8ème tome est sorti dans nos rayonnages le 05 décembre dernier. Silver Wolf, Blood, Bone est le premier manga du duo YUKIYAMA Shimeji et KONDA Tatsukazu.

L’histoire raconte l’histoire de Hans Vahpet, ancien chasseur de vampires à la retraite. Suite à la grande guerre qui opposa les humains aux vampires, lui et son équipe, les Silver Wolf, anéantirent la race des suceurs de sang. Bien des années après, de curieux événements commencent à avoir lieu dans la ville dans laquelle Hans Vahpet vit désormais. Il sera alors entraîné malgré lui dans une chasse surnaturelle dans laquelle ses anciens camarades lui feront face.

Alors que notre protagoniste principal est érigé en héros par ses concitoyens, notre duo de mangaka l’emmène faire face à ses erreurs de jeunesse, poussant ainsi le lecteur à se questionner lui-même et à se remettre en question. En dépit du cynisme que l’on peut trouver dans Silver Wold, Blood, Bone, les auteurs ont réussi à faire de Hans Vahpet un personnage attachant et plein d’humour qui ne se prend jamais réellement au sérieux malgré les situations périlleuses qu’il doit affronter. Ce manga s’adresse principalement aux fans de héros déchirés entre le devoir et les sentiments mais aussi de baston !

 

Les héros de la galaxie aux éditions Kurokawa

Les héros de la galaxie – Kurokawa

Disponible depuis Japan Expo 2018, Les héros de la galaxie est le manga issu du partenariat entre FUJISAKI Ryû (que l’on connaît notamment pour Soul HunterShi ki ou plus récemment Stray Souls) et TANAKA Yoshiki (que l’on connait pour l’anime Les héros de la galaxie ou Les chroniques d’Arslan).

A l’image de l’anime sorti dans les années 80, ce space opéra se déroule dans un futur où s’affrontent depuis de longues années L’Empire et L’Alliance des Planètes Libres. Le lecteur suit les affrontements de deux hommes, Reinhard Von Müsel et Yang Wen-li, chacun héros d’un des deux camps et chacun ayant un but bien précis.

Reprise très personnel de son roman éponyme de la science fiction, TANAKA Yoshiki nous propose là une interprétation personnelle de l’histoire de nos deux héros. Grâce au design détaillé de FUJISAKI Ryû, le lecteur se plonge à corps perdu dans une histoire de liberté, de compréhension mais également de remises en question politique. Avec son approche de la révolution, ce manga pourrait plaire aux fans de Star Wars.

Le tome 7 est disponible depuis le 14 novembre 2019.

 

Golden Kamui aux éditions Ki-oon

Golden Kamui – Kioon

Sorti en France à la fin de l’été 2016, Golden Kamui est le premier manga de NODA Satoru et est disponible aux éditions Ki-oon. Le manga a été adapté en anime et compte déjà 3 saisons.

Golden Kamui se déroule à l’époque d’un Japon en guerre contre la Russie. Saichi Sugimoto, surnommé « L’Immortel », entend parler d’une légende à propos d’un trésor Aïnou, le peuple primitif russo-japonais. Afin de retrouver ce trésor, une mystérieuse carte doit être assemblée. Les seuls indices pour mettre la main sur cette carte sont les tatouages de criminels évadés en cavale à travers tout le Japon. Cependant Sugimoto n’est pas le seul à rechercher ce trésor et il va devoir affronter des hommes tous plus dangereux les uns que les autres.

Golden Kamui est un manga fictif mais qui a su intéresser son audience au peuple oublié des Aïnous. L’auteur étant originaire de la région d’Hokkaïdo, il réussit à travers un dessin maîtrisé à rendre hommage aux paysages de l’île au nord du Japon. Avec son aspect historique, Golden Kamui pourrait tout à fait plaire aux fans des traditions japonaises et de l’histoire du pays du soleil levant.

Le tome 17 est disponible depuis le 05 décembre 2019.

 

Voici une belle sélection de manga. Et ce n’est qu’une sélection. Parmi les manga les plus populaires nous n’oublions pas The Promised NeverlandMy Hero Academia ou encore L’attaque des Titans, des titres pour lesquels un simple paragraphe ne serait pas suffisant pour présenter l’oeuvre. D’ailleurs les premières annonces pour 2020 ont déjà commencé à tomber. Et nous sommes impatients de voir ce que les éditeurs nous réservent. Et vous, quel a été votre manga de l’année ? ou vos mangas ? Et quels sont ceux que vous attendez le plus ?

 

Quitter la version mobile