Batman White Knight : Harley Quinn


Batman White Knight : Harley Quinn faisait partie des sortie de novembre que j’attendais le plus ! Sean Murphy est un dessinateur que j’apprécie beaucoup. J’étais également curieuse de découvrir la scénariste, Katana Collins, une autrice de romance plutôt prolifique (mais que je ne connaissais pas du tout).

Bruce Wayne est toujours enfermé en prison, payant pour ses exactions envers la ville de Gotham et tentant de se racheter aux yeux de ses anciens alliés. Mais il a à présent noué une relation de plus en plus forte avec son ancienne ennemie, l’ex-compagne de Jack Napier, Harleen Quinzel. Jeune maman, celle-ci est contactée par le GCPD pour l’épauler sur une affaire qui va faire remonter à la surface les souvenirs encore vivaces de son passé de criminelle.

Ce tome de plus de 170 pages est dense. J’ai trouvé qu’il nécessitait de s’immerger dans la lecture pour avancer dans celle-ci. On profite, à la fin du volume, de l’histoire courte Harley Quinn Black + White + Red et des illustrations des couvertures alternatives, toutes aussi belles les unes que les autres, ainsi que quelques dessins et recherches préparatoires des auteurs.

L’intrigue de Batman White Knight : Harley Quinn se situe deux ans après Curse of the White Knight.

Toujours plus d’Harley/d’Harleen

Comme le titre l’indique, Batman White Knight : Harley Quinn se focalise sur cette dernière. Femme tiraillée entre son passé, son présent et son futur. Mère célibataire (et endeuillée suite à la mort de Jack Napier/le Joker) de deux jumeaux – ses vrais bébés sont ses deux hyènes –, elle finit par accepter d’être consultante dans la police pour enquêter sur des meurtres. Bien que radiée de l’ordre des médecins (son titre de psychiatre a été révoqué), elle se laisse porter par l’enquête et finit par réendosser son costume.

Les lecteur·rice·s sont d’office transporté·e·s dans l’histoire : Harleen est une femme dépassée par les événements, qui a du mal à voir l’intérêt d’élever des enfants. Les flashbacks nous montre sa relation avec Jack, son attachement pour Bruce (en prison)…

Sans surprise, les thèmes les plus présents sont donc l’amour et le deuil, et se mélangent parfaitement sans en faire trop. Le personnage d’Harleen est très moderne – elle un côté réaliste, réellement humain – et on s’attache à elle. Et puis, ses hyènes sont si mignonnes… !

Le petit côté polar/thriller n’est finalement que ça ; assez anecdotique, mais pas dérangeant et suffisamment présent pour que ça « fasse l’affaire ».
Le dessin de Matteo Scalera est très bon, on sent la « patte » Murphy tout en étant différente – plus douce, peut-être. La colorisation est également très efficace, et signée Dave Stewart.
Si la lecture de Batman White Knight : Harley Quinn pourra dérouter les personnes qui ne sont pas très au fait des aventures du Chevalier Noir, j’ai trouvé dans l’ensemble que c’était un vrai plaisir de découvrir « Harley Quinn » différemment.

Batman White Knight : Harley Quinn est un indispensable pour les personnes qui sont fans du personnage ; iels la découvriront sous une autre facette.

Vous pouvez accéder à un extrait en ligne sur le site de l’éditeur. Pour lire plus de chroniques de comics, c’est par ici 🙂

Green Lantern Legacy, de Minh Lê et Andie Tong


Green Lantern Legacy est écrit par Minh Lê, avec Andie Tong au dessin. Il s’agit d’une des deux sorties de septembre d’Urban Link (avec The Magicians). Disponible depuis le 10 septembre, ce comics a en son cœur la notion d’héritage.

Après avoir fui la guerre du Viêt Nam, les grands-parents de Tai Phan se sont installés à Coast City. Ils y ont rebâti une vie à partir de rien, fondé une famille et ouvert le Jade Market, devenu depuis le coeur de la communauté vietnamienne du quartier. À la mort de sa grand-mère, le jeune garçon s’aperçoit à quel point elle était une femme aimée et respectée des siens, oeuvrant quotidiennement pour les immigrés en détresse et ne fléchissant jamais devant les nombreuses tentatives d’intimidations racistes des locaux, bien décidés à les faire quitter ce qu’ils estiment être « leur mère patrie ». Véritable modèle pour lui, Tai n’imaginait pas qu’elle puisse lui cacher un secret plus admirable encore. L’anneau qu’il l’avait toujours vu porter au doigt sans jamais vraiment y prêter attention était en fait le signe d’une lourde responsabilité, une mission dont il est désormais l’héritier.

Si vous avez lu mes autres chroniques, vous savez que c’est un label que j’aime beaucoup ! Bien qu’ils ne soient pas tous aussi réussis*, dans l’ensemble, je trouve vraiment intéressant cette idée de découvrir un autre pan – librement inspiré de l’histoire de nos héros (ou anti-héros) d’un personnage pourtant bien connu. Avec Green Lantern Legacy, on est là sur un récit plus personnel – plus intime.
*mes coups de cœur sont Teen Titans: Beast Boy et Victor & Nora, que j’ai eu vraiment plaisir à découvrir et chroniquer.

Un grand pouvoir implique…

Tai découvre donc à la mort de sa grand-mère qu’elle était une Green Lantern. Il fera tout pour être digne de l’anneau et du pouvoir qui lui a été confié. N’étant pas une grande connaisseuse de l’univers Green Lantern, le fait que Green Langern Legacy prenne des libertés et s’éloigne de ce qu’on peut lire habituellement dans ces comics ne m’a pas gêné. Après tout, c’est le principe même du label d’Urban Comics.

J’aime ce mélange « super héros » et thématiques de société qu’on retrouve dans le label pour les jeunes adultes. Pas étonnant que l’héritage soit au centre de l’histoire de Minh Lê (« Legacy » en même temps…). Parmi les thèmes forts abordés dans les pages de Green Lantern Legacy, on retrouve l’immigration (et l’intégration difficile), le racisme mais aussi la solidarité.

Le trait d’Andie Tong est agréable et la mise en page, dynamique. La colorisation est soignée – sans surprise, la couleur prédominante est le vert. Le scénario est un peu convenu (l’antagoniste facile à deviner) mais cela n’entache pas la lecture, qui reste fluide tout au long du récit. D’après ce que j’ai pu voir sur la toile, une suite a été annoncé ! Je la lirai avec plaisir.

Pour découvrir d’autres chroniques, c’est par ici !

Quitter la version mobile