The Ice Guy & The Cool Girl, Miyuki Tonogaya


Un pitch résolument mignon et une couverture qui l’est tout autant : The Ice Guy & The Cool Girl, de Miyuki Tonogaya, fait partie des sorties de l’été… qui vous feront fondre de plaisir ! Ok, ok, c’est facile, les jeux de mots ne vont pas manquer sur ce titre. En tout cas, Mangetsu nous offre un manga digne d’une rom-com hollywoodienne.

Himuro est le descendant d’une yuki-onna, une femme des neiges. Par cette filiation, il plonge inconsciemment son entourage dans un environnement proche de l’Arctique lorsqu’il se concentre.
Pire encore, il passe pour un homme qu’il n’est pas : perçu comme insensible et au tempérament glacial, il est en réalité chaleureux, aime les chats et les fleurs.
Son état finit par attirer l’attention de sa collègue Fuyutsuki, dont il est secrètement amoureux. Himuro se montre alors déterminé à capturer le cœur de la jeune femme.

Sympa mais répétitif ?

The Ice Guy & The Cool Girl est un manga tranche-de-vie avec une légère touche fantastique : Himuro n’est autre que le descendant de la femme des neiges. Ainsi, à la moindre émotion, Himuro produit… de la glace ! S’il paraît froid de prime abord, il est en réalité plutôt doux et s’émerveille régulièrement de sa collègue Fuyutsuki.

Les chapitres, courts, se concentrent sur la relation grandissante entre nos deux personnages. Et qu’ils sont mignons, tous les deux : humour, quiproquos, émotions et sentiments – tout y passe et j’adore ! On se rend rapidement compte à la lecture de la sérialisation japonaise, avec les inévitables répétitions (présentations) de débuts de chapitres, qui deviennent vite redondantes. Les situations décrites, assez classiques dans ce premier tome, pourraient vite nous faire tourner en rond. Pour autant, au Japon, la série est toujours en cours et compte 6 volumes parus !

Le trait de Miyuki Tonogaya est agréable, le découpage simple et efficace. Le deuxième tome de The Ice Guy & The Cool Girl est prévu en septembre, et nul doute que je le lirai – le rythme de publication français, s’il reste espacé de quelques mois, nous évitera sans doute de se lasser. Gageons que l’autrice saura se renouveler, afin qu’on profite au mieux d’Himuro et Fuyutsuki, auxquels je commence déjà à m’attacher.

Pour plus de chroniques mangas, rendez-vous par ici !

Sans Expérience, Mayu Minase


Intriguée par Sans Expérience de Mayu Minase, j’ai achevé ma lecture du premier volume… mitigé. On suit la vie à deux d’un homme et d’une jeune femme, tout deux ignorant de l’amour. Après un mariage décidé subitement, le couple emménage ensemble ! Le premier volume est disponible depuis mi février chez Delcourt-Tonkam.

Le sérieux et naïf Kiyoshi Sumioka n’aurait jamais cru tomber amoureux ! C’était sans compter sur sa rencontre avec Sumi, employée dans un restaurant de bentô… Un soir alors que Kiyoshi s’est blessé en aidant une vieille dame, Sumi se précipite pour le soigner. Devant tant de gentillesse, il se retrouver à lui dire : « ÉPOUSE-MOI S’IL TE PLAÎT. »

Si on avait un doute sur la classification en seinen, on comprends à quelques pages du début de la lecture pourquoi… Au Japon, Sans Expérience est en cours de parution, et 4 tomes sont déjà sortis.

Les premiers chapitres vont très vite : présentation des personnages, rencontre « coup de foudre » (pour Kiyoshi en tout cas) et… mariage ! Mayu Minase joue avec son lectorat, entre moments comiques et gênants. La bienveillance des personnages secondaires est touchante. Les grands-parents et les anciennes caramades de Sumi, par exemple. Même l’ami et collègue de Kiyoshi, derrière ses blagues salaces, ne veut que le bonheur de celui-ci. Malheureusement, ça n’empêche pas ces moments de gêne dus à leurs inexpériences réciproques.

Le dessin, quand à lui, est efficace et tout en rondeur (que ce soit pour Kiyoshi ou pour les formes de femmes). Le manga offre également quelques pages en couleurs agréables.

OUI OU NON ?

Sans Expérience n’est clairement pas fait pour tout le monde, entre la différence d’âge des protagonistes (lui a 26 ans, elle 18 quand ils se marient – mais la proposition en mariage survient alors qu’elle est en 2e année de lycée). Les quiproquos sont nombreux, et contribuent à ces sentiments mitigés qu’on ressent au sortir de la lecture de ce premier volume. Pourtant, les personnages de Kiyoshi et Sumi sont attachants, et souvent mignons ensemble.

Les prochains tomes seront déterminants : est-ce qu’on découvrira plus en profondeur le côté mignon du couple, avec le développement d’une relation saine… ou pas ? La fin du premier volume augure quasiment un viol conjugal, ce qui laisse vraiment les choses en suspend au pire moment !

Un extrait est disponible sur le site de l’éditeur.
Pour plus de chroniques, c’est par ici !

Quitter la version mobile