Bonjour/bonsoir ! Le viol est un sujet sensible à aborder tout comme les violences, le suicide, et beaucoup d’autres sujets.
Pourtant ceux-ci ne doivent pas êtres tabous et encore moins ne pas êtres dénoncés que ce soit quand cela arrive ou par un biais médiatique pour délier les langues.

Sur les campus des universités américaines, le nombre de viols est énorme (1 femme sur 6 se fera agressée pendant ses études) et seulement 10 % les dénoncent. Par peur ? Par honte ? Beaucoup trop d’hommes sévissent sans  rendre compte de leurs actes. En plus des groupes de discussion, soutient, la présence de médias comme les séries peuvent délier les langues tout comme 13 reasons why a pu le faire à propos de beaucoup de choses ; Sweet/Vicious a apporté sa pierre à l’édifice en 2016 avant d’être injustement annulée.

Sweet/Vicious c’est l’histoire de Jules, une jeune femme à l’université qui, après s’être faite violée, décide de faire justice envers les agresseurs sexuels du campus. Elle sera rejointe par Ophelia dans sa quête. L’idée n’est pas de les agresser sexuellement ou de les humilier mais de leur faire peur et s’assurer qu’ils ne recommencent pas (à coup de batte de baseball).

Sweet/Vicious est porté par un superbe casting avec des femmes fortes et dans lesquelles les spectatrices peuvent se retrouver.
Jules est la jeune femme timide, sensible, blessée, qui cache son secret du mieux qu’elle peut tout en essayant de vivre une vie normale.
Ophelia est son opposé direct avec une grande gueule, des cheveux verts, à l’aise avec les hommes et dirige un petit trafic de drogue.
Pour finir chez les femmes, Kennedy ; meilleure amie de Jules elle est la gentillesse incarnée, bien dans sa peau, elle cherche à soutenir ses amies. Toutes sont indépendantes, petit copain ou non et se soutiennent.

J’ai également énormément apprécié le casting masculin qui n’est pas un ramassis de clichés d’hommes malveillants avec des idées derrière la tête. Ce sont des hommes normaux, gentils et bienveillants. Brandon Mychal Smith (Harris, meilleur ami d’Ophelia) ; brille par sa performance sans voler la vedette aux deux actrices principales.

Sweet/Vicious nous encourage à faire attention à nos proches, à dénoncer, à accompagner. Sweet/Vicious fait du bien au moral ; bien que la série ne soit pas toujours facile à regarder (des scènes de viols sont montrées) la vengeance faite elle nous fait nous sentir mieux. Ces hommes détruisent des vies, alors se voir écraser une main ce n’est pas grand chose.

Accompagnée d’une super bande-originale et de moments très drôles ; Sweet/Vicious a su trouver son équilibre avec un sujet plus que sensible. Bien qu’annulée la saison 1 a une fin ; ce qui ne laisse pas le spectateur frustré.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :