Samedi 15 février dernier, nous étions à la machine du moulin pour le retour de Starset. Deux ans après leur dernière date en headline, un an et demi après leur concert avec Shinedown : les voilà de retour dans la capitale pour promouvoir leur nouvel album « Divisions ».

A 18h30, les portes s’ouvrent et la foule commence à rentrer. Elle est accueillie par un DJ set de synthwave mais le public parisien n’a pas l’air conquis par cette performance.

C’est à 19h30 que le show de Starset commence et c’est bien connu : avec eux rien n’est laissé au hasard. Show light, décor, vidéo, costumes : tout est pensé au millimètre près. L’entrée préparée du groupe permet de faire monter la tension dans la salle. La violoniste et la contrebassiste du groupe entrent en premières – pour ceux qui se poseraient la question : elles ne sont présentes que lors des tournées headline du groupe. Le reste du groupe les suit de près. Le batteur, le bassiste, le batteur et le guitariste arrivent têtes cachées sous leurs capuches.

Les lumières s’éteignent

..

.

Quelques secondes plus tard, le chanteur Dustin Bates est au centre de la scène et entame les premières paroles de « Manifest » (tiré de « Divisions »).

Habillés dans une tenue que l’on pourrait apparenter à celle de Rey dans Star Wars (lâche un commentaire si tu es fan aussi), le groupe passe de vidéos sur un écran installé sur scène derrière le batteur. Lors du set, l’écran défile des vidéos préenregistrées des paroles / de fonds colorés changeant au fil du rythme ou même des vidéos du groupe en direct (des caméras étaient installées à certains endroits stratégiques de la scène).

A partir de la 4ème chanson, une femme apparaît sur l’écran installé (pour des questions pratiques de rédaction, nous l’appellerons Mme H dans ce report). Elle parle de hacking et d’un certain docteur : la salle est perplexe (très perplexe même) mais cela fait partie du show. Elle concluera par :

« ENJOY TONIGHT’S DEMONSTRATION »

Sur ce le groupe reprend de plus bel et enchaîne avec « Ricochet ». On remarquera que l’énergie du guitariste n’a pas baissé depuis le début, il bouge tellement que sa capuche se met et s’enlève seule jusqu’à se prendre sur le haut du manche de sa guitare plus d’une fois !

Le set continue et le groupe enchaîne quelques chansons et font même une reprise de Led Zeppelin ! Tout ça, c’est juste avant de sortir de scène subitement… Deux réponses possibles :

A : Une mise en scène ou B : un concert avec un goût de trop peu ?

Pour information, c’était réponse A (heureusement pour nous et pour ceux qui se seraient trompés … je n’ai pas les mots). Une nouvelle vidéo se lance et Mme H commence à parler de difficultés techniques, l’image se brouille à plusieurs reprises, on a du mal à comprendre les paroles et le message entièrement mais on retiendra tous le message principal qu’elle a voulu faire passer ‘Destroy the architect’. Après ce message vidéo plus qu’énigmatique, une vidéo d’un système qui se reboot se lance avec un compte à rebours de 3 minutes.

Je vous passe les détails des 3 minutes les plus longues du concert … ce qu’il faut retenir c’est que Starset est revenu sur scène à la fin 😊

A noter, ils avaient quitté la tenue de Rey et remis leurs combinaisons habituelles ! Ils finiront leur concert avec la même énergie et un public remonté à bloc. Viens la fin du concert, mais en bon Starset même la sortie est soignée par le groupe – à la fin seul la violoncelliste et la contrebassiste étaient présentes sur scène. Après un dernier salue à Paris et aussi après lancé quelques affaires (baguettes, pick de guitare toussa toussa), Starset quitte la scène.

Note de la fin : ceux qui voudraient en savoir sur Mme H, on vous invite à aller les voir en live ^^ (on va pas spoiler le meilleur)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :