Sœurs d’Ys est conte revisité. Je ne connaissais pas du tout la légende de la citée engloutie d’Ys, en Bretagne, avant d’entamer ma lecture.

La couverture est d’un beau vert avec du marquage à chaud (l’image ci-contre ne lui rend pas honneur, le jaune est souvent utilisé pour que ce soit lisible sur écran). C’est un BD, certes, mais cette récente sortie (16 septembre) des éditions Rue de Sèvres est dense (224 pages).

Relationnel compliqué

Héritières du royaume d’Ys, Rozen et Dahut sont aussi proches qu’elles sont différentes. Après la mort (plutôt mystérieuse) de leur mère, elles s’éloignent. L’une vit au château, seconde son père le roi Gradlon, prends part aux connivences de la cour. L’autre préfère traîner en forêt et communier avec les animaux.

Aventure, fantasy (magie), mystère… Les thèmes ne manquent pas ! Les personnages féminins ne sont pas dépeints comme des demoiselles en détresse, loin de là. Mais il s’agit avant tout d’un conte doux-amer, avec son lot de tristesse, de trahisons, de monstres et de sang… Les monstres marins et le sang, c’était un peu « la surprise » pour moi.

Beauté graphique

J’ai adoré le trait de l’illustratrice, Jo Rioux, et ses paysages. La découpage des planches donne un aspect rythmé ou lent, en fonction des besoin du scénario. Il permet aussi de beaux moment sans aucun texte, où les illustrations – splendides – prennent tout l’espace. C’est le cas par exemple de ces pages qui montrent les sœurs grandir.

On a souvent l’impression que les personnages « flottent » (vêtements, cheveux…) et cela amène un joli parallèle avec l’importance qu’a l’eau dans le récit. J’ai eu quelques difficultés, par moments, à apprécier les visages qu’elle dessine. Une question de style qui, pour ma part, n’a pas ma préférence.

Un conte noir

Le scénario de Sœurs d’Ys est plus complexe que ce que le résumé laisse percevoir (sang, sexe, violence psychologique…). La nudité et le sexe ne sont pas montrés explicitement, contrairement aux têtes coupées. Sœurs d’Ys raconte l’histoire d’une famille au pouvoir, une histoire d’amour, de pouvoir et d’amour du pouvoir… Dahut utilisera sa magie pour préserver la cité et ses richesses au prix de grands sacrifices. Sombre et intense, Sœurs d’Ys n’est pas passé loin d’être un coup de cœur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :