Sherlock Holmes : The Devil’s Daughter

 Bigben Interactive  | Frogwares
PC, Xbox One et PlayStation 4

Bonjour/Bonsoir ! J’ai récemment joué à Sherlock Holmes : The Devil’s Daughter  sur PS4, comme j’ai fortement apprécié ce jeu je me suis dis qu’il fallait vous en dire un mot ! (Surtout qu’il est souvent en promotion alors bon pourquoi se priver ?).

Alors Sherlock Holmes : The Devil’s Daughter est le huitième épisode de la saga, je la prends en route pardonnez-moi, où l’on retrouve ce bon vieux détective avec son compagnon Watson et sa fille adoptive Kate.  Cette dernière sera d’ailleurs au centre du fil rouge du jeu avec la nouvelle voisine de Mr Holmes : Alice de Bouviers

Un peu comme un recueil de nouvelles ayant tous un petit quelque chose en commun vous résoudrez 4 enquêtes sur fond de la relation entre Sherlock et Kate qui semble compliquée. 

Le visuel et le sonore 

La première chose qui m’a frappé en commençant ce jeu c’est sa très belle réalisation. L’acteur dont s’est inspiré le studio pour le personnage de Holmes est très convaincant, ce serait (d’après mes enquêtes sherlockiennes) Jon Hamm que vous avez pu voir dans Mad Men (entre autre).
Tous les décors sont entre réalisme et BD, tous remplis de détails avec lesquels interagir et qui pourraient aussi servir d’indices par la suite ! 

Les musiques, bien que discrètes s’inscrivent parfaitement dans le jeu et savent renforcer les moments importants. Par contre il est vraiment dommage de ne pas voir accès aux voix originales même si pour une version française je suis très surprise par sa qualité. 

Le gameplay

J’ai trouvé le jeu assez facile à prendre en main, maintenant que j’ai un peu plus d’expérience, mais je ne suis pas sûre qu’il conviennent à des débutants pures. Le jeux est truffé de mini-jeux qui demandent une petite connaissance des joysticks. 

Vous avez le choix entre menez l’enquête façon Sherlock ou plus vous concentrer sur la vie du détective. La première option ne vous guide pas lorsque que vous dressez les portraits de vos rencontres/suspects. Il d’ailleurs à vous de tirer les bonnes conclusions dans un temps limité !
Alors que la seconde vous aide un peu, vous ne baladez pas le curseur comme voulu mais avancez/reculez sur les zones avec des indices. 

La prise en main du personnage est assez classique et agréable, vous pouvez choisir entre la vue 1ère ou 3ème personne selon votre convenance.
Le petit détail qui m’a énormément plu : vous n’incarnez pas toujours Sherlock Holmes ! Parfois il faudra prendre une autre forme pour mener à bien l’enquête.

Les enquêtes/l’histoire 

L’histoire de fond avec Kate n’est pas très présente tout du long du jeu, mais plutôt à la fin dans une sorte de prologue où l’on retrouve une scène avec Kate qui me fait penser à une scène de  Life is strange avec le personnage de Kate (coïncidence je ne crois pas ) !

Les 4 enquêtes sont bien menées, toutes différentes les unes des autres. Je les trouve cela dit un peu courtes, en moyenne 1h30 chacune – cela dépend aussi de si vous faites jusqu’au bout les mini-jeux qui servent d’énigmes. Vous pouvez les passer cela ne change rien à l’histoire. Ce qui est chouette pour les moments difficiles et en même temps j’aurai aimé que cela ai des conséquences sur l’historie.

Ce que j’ai beaucoup apprécié dans ce jeu ce sont les outils à notre disposition : le palais mental qui permet de faire des déductions en fonction des indices récupérés au fur et à mesure des enquêtes. Bien réalisé même s’il guide peut-être un peu trop le joueur. 

Aussi pour mener à bien vos enquêtes vous devrez user de l’art du déguisement grâce à la palette d’habits et de postiches disponibles. C’est un outil amusant et réaliste, même si tous les costumes ne serviront pas… 

Les ultimes outils à utiliser pendant les enquêtes qui sont spécifique à Sherlock Holmes sont la vue détective et la vue imagination

Conclusion

Sherlock Holmes : the devil’s daughter est un jeu agréable visuellement, prise en main facile ; avec des enquêtes parfois un peu trop dirigées et simples mais le joueur passe un bon moment en compagnie du célèbre détective.  

2 pensées sur “Sherlock Holmes : The Devil's Daughter

  • 19 janvier 2018 à 0 h 07 min
    Permalink

    connais pas, sa ma donnai envie je vais l’achète au plus vite 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :