Initialement sorti en anglais en 2018, Shards of Infinity nous arrive en français grâce à Iello. Est-ce un énième jeu de deckbuilding ou apporte-t-il de la nouveauté ?

Une mécanique de base bien rodée

Shards of Infinity ne vient pas pour redéfinir complètement le genre du deckbuilding. On retrouve la mécanique habituelle de construction de deck en cours de partie. Un marché de cartes commun aux joueurs et un deck de départ commun. A son tour de jeu on joue les cartes de sa main dans l’ordre de son choix pour en appliquer les effets. Vous allez ainsi obtenir des cristaux pour acquérir de nouvelles cartes ou de la puissance pour attaquer vos adversaires. Ces ressources ne sont disponibles que pour le tour en cours et perdues si elles ne sont pas dispensées. En revanche, votre niveau de maîtrise ne baissera jamais. Une fois vos cartes jouées elles vont dans votre défausse tout comme les cartes achetées et vous pourrez les jouer plus tard dans la partie. En effet, lorsque votre deck est vide, vous mélangez votre défausse pour vous reconstituer un deck. Enfin si vous êtes un habitué des deckbuilding tout ça vous est connu donc voyons voir ce qui change.

Quelques idées bienvenues

Comment se démarquer des autres deckbuilding avec tout ceux qui existent ? Dans Shards of Infinity on peut remarquer deux points sur lesquels il se démarque. Le premier concerne les cartes mercenaires. En effet, ces cartes qui apparaissent dans le marché commun peuvent être enrôlées et utilisées immédiatement. Pas besoin de les mettre dans votre défausse et d’attendre de les piocher. En revanche, elles iront sous le paquet de carte du marché à la fin de votre tour. Pratique quand on a besoin immédiatement d’un effet ou d’un type de carte pour déclencher des bonus. Le second point correspond à une autre “ressource” du jeu : la maîtrise. Cette ressource un peu particulière ne se dépense pas et représente plutôt votre niveau qui augmente au cours de la partie. L’intérêt d’augmenter son niveau de maîtrise est de déclencher des effets de cartes plus puissants mais également de remporter la partie grâce à une puissance infinie.

Fin de partie

La partie se déroule jusqu’à ce qu’il n’y ait plus qu’un seul joueur encore en jeu. Soit en les éliminant au fur et à mesure de vos attaques, soit en déclenchant la puissance de l’éclat de l’infini. Pour cela vous devez atteindre le niveau de maîtrise maximum et  jouer la carte éclat de l’infini qui vous procure une puissance infini et vous permet d’éliminer tous les autres joueurs.

Avis

J’ai trouvé les parties très plaisantes à jouer car elles sont fluides et dynamiques. J’affectionne les deckbuildings et les nouveautés apportées sont appréciables pour renouveler le genre. En revanche, j’ai eu la sensation, par rapport à la répartition des différentes cartes, que les stratégies ne sont pas aussi riches qu’un star realms par exemple (jeu que je trouve assez similaire de part la mécanique et l’objectif final). Peut-être que les extensions déjà existantes changeront certainement cela.

 

  • Un insert pas tellement utile et fonctionnel
  • La possibilité de s’acharner sur un joueur dans les parties à 3 ou 4 ne plaira pas à tout le monde
  • Devoir regarder les autres jouer lorsqu’on est éliminé
  • Une impression de déséquilibre entre les stratégies

 

 

 

  • Une boîte à la bonne taille pour la quantité de matériel
  • Les mercenaires qui apportent de la nouveauté
  • Des parties fluides sans temps mort (à moins d’être éliminé tôt dans la partie et d’attendre les 30 minutes de durée moyenne)
  • Des extensions qui existent déjà en VO et qu’on aimerait en VF rapidement

 

 

En résumé

Un jeu simple et rapide pour des règlements de compte comme on les aime. Au final un deckbuilding bien sympathique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :