Shadow World de Vincent Bal est disponible en librairie depuis peu, publié par les éditions Omaké. C’est son côté inhabituel qui m’a convaincu d’y jeter un œil.

Grâce à leur ombre et à l’imagination débordante de Vincent Bal, les objets les plus communs se transforment en saynètes extraordinaires ! Shadow World regroupe une centaine d’œuvres de l’artiste belge dans une édition bilingue français/anglais. Dans celui-ci, Vincent Bal s’inspire des objets du quotidien et de leur ombre pour créer, en quelques coups de crayons ingénieux, de nombreuses situations cocasses.

Je ne connaissais pas du tout l’artiste, ni le concept même de « shadowlogie » et j’ai trouvé ça vraiment fun de le découvrir dans les pages de Shadow World ! Vincent Bal doit avoir un côté geek, car les films (Star Wars, Joker…) prennent une part importante de ces saynètes. Je trouve aussi très intéressant que l’ouvrage soit bilingue.

Après une présentation de Vincent Bal et un court avant-propos, on rencontre directement l’artiste avec une interview intéressante qui explique le projet, la façon dont il travaille ou le choix des objets et des dessins qui naissent de ses photos. Les pages de fin, qui expliquent (et montrent – grâce au photos utilisées) comment est née la « Shadowlogie » sont tout aussi sympa ! Vincent Bal fait preuve d’une imagination à toute épreuve en s’inspirant d’objets du quotidiens. Des films, d’instruments de musique, des lieux connus (ou non), des scènes du quotidien (un couple dans son lit, un rendez-vous chez le dentiste…).  Shadow World est un livre atypique à découvrir quand on aime l’art « fun » et insolite.

Dans son communiqué, l’éditeur précise qu’une édition collector (limitée à 500 ex) est disponible sur leur site : ça a l’air d’être une édition particulièrement réussie !
D’autres articles découvertes sont disponibles ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :