Flesh and Bone

 

Afficher l'image d'origine

Bonjour/Bonsoir ! Aujourd’hui on va parler série, danse classique et glauque. C’est une présentation un peu étrange ? Pourtant c’est ce qui résume bien la série qui en soit n’est pas mauvaise mais n’est pas la révélation de l’année. 

Je m’explique, Flesh and Bone retrace l’entrée dans l’American Ballet Compagny de New York City de Claire, jeune danseuse très talentueuse. Un peu à l’instar du film Black Swan, la série porte l’accent sur les difficultés du milieu. 

Avant de regarder la série j’ai essayé de me renseigner un maximum sur ces deux oeuvres qui traitent du milieu de la danse classique aux Etats-Unis afin de juger si c’était cliché ou non. Bilan : aucune idée. Certains journaux ont tendances à qualifier la série de « cliché » et la créatrice parle de l’enfer du milieu mais sans vouloir focaliser la série là-dessus « Donc, nous n’avons pas montré la danse juste pour l’enfer qu’elle peut être. » (source). 

Seulement, la série ne traite pas uniquement de la danse. D’autres thèmes sont abordés de façon plus ou moins subtile et ne sont pas forcément creusés, ce qui fait que le spectateur reste parfois sur sa fin. Quels thèmes donc ? L’inceste pour commencer, si vous regardez le trailer c’est évoqué dès le début et c’est aussi la première scène de l’épisode 1, les détails viennent après. Il faut pouvoir supporter ce genre d’histoires, après ça n’apporte rien. De plus je ne comprends VRAIMENT PAS le comportement de Claire, à discuter en commentaires si vous regarder la série. 

Afficher l'image d'origine

Dans le même genre de thème abordé dont je ne vois pas l’intérêt : le trafic d’esclaves sexuelles mineures. BOUM. C’est pas joyeux en plus, vous reliez ça à un mafieux russe le temps d’un épisode et voilà. Pas d’extension, bref on rajoute du glauque qui ne sert à rien. On peut aussi noter le viol, tentative du moins.

Autre chose : la tension sexuelle constante. Que ce soit entre les élèves, les profs et les élèves, c’est tout du long. Alors je veux bien que l’expression « coucher pour réussir » doive s’appliquer parfois mais là.. C’est lourd.
En parlant de sexualité il y a du nu à foison. Game Of thrones à côté c’est de la noniotte ! 

Dernière chose, oui il y a beaucoup de thèmes abordés, la malnutrition et ses conséquences. Là c’est intéressant et réel je pense. 

Le GROS point fort de cette série c’est bien évidement les parties dansées. Un véritable ballet de 13 minutes a été créé pour le final. L’actrice principale Sarah Hay est une vraie danseuse étoile, soliste au Semperoper Ballett de Dresde en Allemagne, où elle a interprété le rôle-titre dans Cendrillon et a joué dans Casse-Noisette, la Belle au bois dormant et Le Lac des cygnes (considéré comme l’un des ballets les plus difficiles, cf Black Swan). Si vous appréciez la danse donc, la performance pourra vous plaire mais je vous conseille de ne regarder que le dernier épisode alors pour voir le résultat du travail effectué pendant les cours. 

Afficher l'image d'origine

Concernant les autres personnages, très peu sont approfondis. Et encore approfondis est un grand mot. on en sait très peu, ils ont un rôle clé dans la vie de Claire mais là encore la série ne va pas au bout des choses et comme il n’y aura pas de saison 2 (annulée) on ne saura jamais le pourquoi du comment de Roméo par exemple, ou de l’avenir de Mia. 

D’un point de vue purement visuel, la présentation est très représentative de l’ambiance : alternant des images d’une ballerine qui joue avec une poudre rouge sang et des images de ville grise. 

De plus, chaque début d’épisode est précédé par son titre qui est une référence à un terme militaire. On comprend bien là la discipline qui est demandée, c’est un détail qui m’a beaucoup plu. 

Un mot sur la créatrice et productrice quand même, Moira Walley-Beckett qui est principalement connue pour avoir écrit 9 épisodes de la série Breaking Bad  et en est une des productrices par ailleurs. On peut lui faire confiance, sauf pour cette création qui n’apporte rien mis à part un sentiment de malaise tout au long des 8 épisodes.   

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :