Encore une fois, c’est la couverture du livre qui m’a attiré (comme c’était le cas avec Grace and Fury). La promesse d’un roman à trois voix, aussi. Édité chez Bayard Jeunesse, Rule est le premier roman d’une duologie. L’autrice est nouvellement traduite en France.

Trois jeunes filles filles en provenance des différentes contrées du royaume de Kolonya. Une convocation auprès du roi… Chacune cache un lourd secret. Persuadées qu’elles courent à leurs pertes, Zofi, Florencia (Ren) et Akeylah se rendent auprès de celui-ci.
Le roi, mourant, révèle être leur père biologique. L’héritier ayant été assassiné, le roi compte sur ses filles cachées pour prendre sa place sur le trône. Très vite, les trois filles comprennent qu’une personne connaît leurs secrets. Elles devront s’unir pour trouver l’identité du maître-chanteur.

Un trio gagnant

Le point fort de Rule vient de ses personnages, et des trois héritières en particulier. Ce récit à trois voix dans les chapitres se passe sans difficulté. Les voix s’alternent parfois, ce qui ajoute également du rythme. Utiliser plusieurs voix pour un même roman est devenu un trope du genre young adult. Ça permet d’éviter quelques longueurs, même si c’est parfois amené maladroitement.
Zofi, Ren et Akeylah ont vécu et évolué dans des contrées éloignées, dans un univers familial et social différent. Trois personnages distincts, avec leurs forces, leurs faiblesses, leurs caractères. J’ai mis du temps à m’attacher, mais j’ai beaucoup aimé Zofi. Voyageuse, elle a grandi en marge des autres, sans réellement appartenir à une seule contrée. De manière globale, à part quelques nobles interchangeables, j’ai croisé des personnages secondaires variés et développés de manière raisonnable. Je n’ai pas été convaincu par les histoires d’amours amenés dans le récit, par contre.

La patience est de mise

Les riches descriptions et l’histoire des contrées (j’adore ça !), c’est super. Mais parfois, l’autrice reste un un peu vague. Je regrette que les Arts, leurs créations et leurs histoires ne soient pas plus exploités. On apprends que les Arts fonctionnent avec le sang : les personnages doivent donc se mutiler pour utiliser les sorts. Les Arts Vulgaires semblent extrêmement intéressants. Seulement voilà, comme les trois héritières, on en sait très peu à leurs sujets ! Ainsi, la magie, qui tient une part important de l’histoire, n’est expliquée qu’en surface. Il faut attendre presque la moitié du livre pour avoir de plus amples explications.

Les intrigues ne manquent pas, entre les tensions, les complots, les rumeurs à la cour… Pourtant, il m’a rapidement semblé évident que je n’aurai pas les réponses à mes questions à la fin du livre. Eh oui ! Il faudra attendre la suite. Rule d’Ellen Goodlett est une lecture divertissante mais qui laisse sur sa faim.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :