Chapitre 92 : Café ?

 

Je laissai échapper un long soupir …

Actuellement, j’étais assis dans le hall du Département de Police de Los Angeles, attendant que les policiers finissent d’interroger Hestia. Cela faisait peut-être une heure que j’attendais …

Bien sûr, je pouvais partir et laisser Hestia rentrer toute seule, mais je préférais l’attendre.

Toutefois, il ne fallait pas se méprendre, Hestia n’était accusée de rien. Les policiers avaient vite appris qu’elle avait mit un terme à ce cambriolage et sauvé les otages à elle seule. De nombreux témoignages provenant des otages sauvés certifiaient cette version. Mais le problème était qu’Hestia restait très suspicieuse en entrant dans une banque avec un masque blanc. Certains policiers pensaient qu’elle était de mèche avec les cambrioleurs, ce qui était pour moi complètement idiot, mais il fallait suivre la ‘’procédure’’. Elle était donc interrogée …

Quand à moi, ils m’avaient juste demandé de rentrer chez moi. Mais apparemment je pouvais aussi rester ici, ce que je faisais actuellement. Sans mentir, j’étais inquiet étant donné qu’Hestia ne possédait pas le moindre papier d’identité. Les policiers allaient probablement s’en rendre compte en lui demandant son identité, ce qui n’allait que la rendre encore plus suspecte.

Mais en même temps, je savais que cela ne posait pas de problème majeur étant donné que Steward m’avait expliqué que ne pas posséder de papier d’identité n’était pas vraiment important, à part lorsque cela concernait une sortie du territoire national. Mais bien sûr, il était toujours utile d’en avoir juste au cas où …

– Hey gamin, tu veux du café ? Ils risquent de prendre du temps, et je peux voir que tu ne comptes pas partir de sitôt …

La question soudaine me surprit. Je tournai la tête en direction de la voix et vis une femme aux cheveux courts et noirs mesurant environ 1,85 mètre. Elle était penché en avant et me regardait avec un sourire amical tout en m’analysant … En fait, je la connaissais, et je m’attendais à la voir ici. Quel était son nom déjà … ? Maintenant que j’y repensais, elle ne s’était pas présentée n’est-ce pas ?

En la regardant, je souris afin de paraitre un peu plus amical.

– Désolé, je ne pense pas avoir entendu votre nom la dernière fois madame.

En entendant ma réponse, ses sourcils se froncèrent et elle réfléchit avant de me répondre,

– Oh, c’est vrai, je ne me suis jamais présentée. Lors de notre dernière rencontre, j’étais plutôt pressée et mon partenaire n’était pas des plus aimables. D’ailleurs, je suis toujours désolée pour ça … D’ailleurs, je n’ai pas entendu ton nom n’est-ce pas ? Laisse-moi me présenter – mon nom est Mishel Aunburn. Je suis une détective travaillant pour le L.A.P.D., heureuse de te rencontrer gamin.

Elle me proposa sa main, que je pris avec joie en me présentant à mon tour.

– Heureux de vous rencontrer Madame Mishel, mon nom est Dawn Timer. Comme vous le savez, je suis arrivé ici il y a un peu plus d’une semaine. Moi aussi je suis désolé d’être parti avec autant de précipitation.

Elle se mit à rire puis s’assit à côté de moi afin de continuer notre conversation.

– Oh, ce n’est rien … mais tu m’as l’air plutôt jeune non ? Lors de notre première rencontre, je t’ai même appelé Monsieur en voyant ta façon d’agir tout à fait mature. Cela m’avait plutôt surpris … oh, attends, j’ai failli oublier. Mon offre de café ? Qu’en penses-tu ? Rester assis ici n’a pas vraiment l’air très confortable. De plus, tu as l’air de t’ennuyer, alors pourquoi ne pas prendre une petite pause ?

Demanda-t-elle, me faisant réfléchir un instant. Je dirigeai mon regard vers la porte pensant quelques secondes … Hestia allait de toute façon me prévenir une fois l’entretien terminé, et j’avais vraiment besoin de prendre une pause. J’étais exténué, et ne m’étais pas convenablement reposé ces derniers jours. De plus, j’aimais bien le café. Je n’en buvais pas souvent, mais le goût amer me plaisait.

Une fois ma décision prise, je me tournai vers Mishel en hochant la tête pour accepter son offre. Elle sourit et me demanda de la suivre jusqu’à la salle de repos, ce que je fis. Sur le chemin, je me demandai ce que voulait en vérité cette femme. Elle n’était évidemment pas venue me voir par pitié ou pour discuter ; elle voulait quelque chose. Je le savais grâce à ses yeux, qui paraissaient avoir besoin de moi pour quelque chose … Des informations peut-être ?

J’essayai de deviner mais ne parvins pas à démêler le vrai du faux. De toute façon, je m’en fichais ; j’avais droit à du café gratuit.

De telles pensées en tête, je suivis Mishel et nous arrivâmes rapidement dans la salle de repos où étaient installées plusieurs machines à café. Elle se dirigea vers l’une des machines et pressa plusieurs boutons afin d’initier la préparation. Pendant ce temps, je regardai curieusement autour de moi.

Sur le chemin, nous étions passés devant diverses personnes travaillant à leurs bureaux. Certains discutaient tandis que d’autres fumaient afin d’évacuer le stress. Toutes ces personnes étaient différentes mais possédaient un point en commun – je pouvais voir dans leurs yeux une lueur perçante, comme si rien ne pouvait leur échapper. Il s’agissait d’une lueur sage, mais tous ne la possédaient pas. Toutefois, ils l’avaient pour la plupart, Mishel incluse.

– Si ça ne te dérange pas, peux-tu me dire pourquoi tu es venue dans une telle ville ?

Demanda tout à coup Mishel en s’asseyant à la table, en face de moi. Pendant sa question, le son de la machine à café se fit entendre, et je me mis à réfléchir à ma réponse, ou plutôt à l’histoire officielle préparée à l’avance par Steward.

– Je vivais avant à la campagne, et puisque rien d’excitant n’arrivait là-bas, j’ai décidé de venir ici pour vivre avec mon oncle.

Mishel écouta attentivement la fausse histoire de mes origines et de mes occupations. Cette histoire était en fait officielle si l’on se référait aux documents, mais ceux-ci étaient en vérité fabriqués de toutes pièces. Steward s’était occupé de cela pour moi afin que je n’aie pas à improviser maladroitement. L’histoire était écrite dans un document qu’il m’avait remis avec mes papiers d’identité, et je devais avouer qu’il s’agissait d’un travail de pro.

– Et tes parents ? En fait …

Demanda-t-elle une fois mon histoire terminée. Evidemment, je ne lui racontai pas que j’avais des parents, et lui expliquai seulement la version courte.

– Je n’ai pas de parents … ils sont morts il y a 10 ans … quand j’avais 5 ans …

Je mentis comme un arracheur de dents sans même changer mon expression et en continuant à regarder la machine à café. Mishel reçut ma réponse avec une légère sympathie, mais ne paraissait pas y croire entièrement.

– Oh, vraiment … Désolé de te rappeler tout ça. Changeons de sujet ; est-ce que tu vas à l’école et que fais-tu ici au juste ?

La dernière question me fit rire étant donné que l’histoire était longue et plutôt bizarre. Toutefois, la première était facile.

– J’ai déjà terminé l’école en autant pas mal de classes. Et pour la raison de ma présence ici, c’est une longue histoire …

En entendant cela, elle sourit. Remarquant que le café était prêt, elle se leva et remplit deux tasses.

– Je suis toute ouïe.

S’exclama-t-elle en plaçant les deux tasses de café sur la table, une pour moi et l’autre pour elle. Elle resta plutôt sereine  lorsque je lui expliquai comment Hestia avait botté les fesses des cambrioleurs et que je l’attendais ici. Je lui expliquai même l’identité d’Hestia, qui était un garde de sécurité employé par mon oncle en plus d’être par pure coïncidence une amie de ma famille. Mishel parut particulièrement intéressée par l’histoire. Elle parut surprise par toutes les choses que j’avais vécu en une journée, ainsi que par le fait que j’arrive à parler tranquillement de tout cela. Elle montra aussi un grand intérêt pour Hestia, lâchant des indices indiquant qu’elle souhaitait la rencontrer en personne.

– Wow, c’est une histoire incroyable. Je n’étais pas vraiment présente lors du braquage, mais je travaillais sur un autre cas … Tu t’en souviens peut-être, lors de notre première rencontre je t’ai demandé si tu avais vu des choses étranges ces derniers jours.

J’acquiesçai, intéressé par ce qu’elle voulait de moi sur ce sujet en particulier dont elle ne parlait sûrement pas pour rien.  Elle prévoyait dès le début de diriger cette conversation ici, visiblement intéressée par mon opinion, ce qui était étrange étant donné que j’étais arrivé dans cette ville quelques jours plus tôt. Pourquoi s’intéresserait-elle à une personne telle que moi ?

Me posant la question, je restai assis et l’écoutai parler en faisant comme si je ne savais rien. D’après ce que j’avais compris, il s’agissait de quelque chose comme ça :

Ce mois-ci, plusieurs homicides avaient été commis en ville. Tous concernaient à chaque fois 2 ou 3 personnes mortes, avec environ 1 cas par semaine maintenant, ce qui était inquiétant étant donné que ces meurtres se déroulaient à divers endroits de la ville.

Chaque fois, une personne différente commettait le crime et chaque fois, elle était abattue car ne pouvait être résonnée. Ces personnes étaient comme des animaux sauvages tuant tout ce qui bougeait, et les capturer était fortement déconseillé après les 2 premiers incidents.

De plus, les tranquillisants n’avaient pas l’air de fonctionner contre eux et les immobiliser ne servait à rien étant donné que leurs cœurs s’arrêtaient de battre dès qu’ils se calmaient.

Ces incidents étaient étranges et avaient vite donnés naissances à de nombreuses rumeurs en ville. Actuellement, de nombreuses personnes pensaient qu’il s’agissait d’une sorte de drogue rendant fou son utilisateur, mais les autopsies affirmaient qu’aucunes drogues n’étaient présentes dans les cadavres des tueurs.

Ces incidents étaient encore plus mystérieux car ils ne pouvaient être prédits ou localisés à l’avance. Mishel elle-même parut contrariée en m’en parlant, et en l’écoutant, je me souvins d’une chose qui ne venait pas des nouvelles, mais d’Illeana, la vampire, aussi connue comme la présidente du club ‘’Victoria’’. Elle avait mentionné un loup-garou devenu fou en ville et ayant tué 3 personnes, et m’avait donné une petite explication sur les Fenrirs et fonctionnement meutes de loups ; comme par exemple le fait qu’une transformation se faisait toujours avec un superviseur afin que le nouveau loup-garou ne se déchaine pas.

Elle m’avait aussi expliqué que cela était inquiétant étant donné que personne ne savait d’où provenait ce loup-garou. Une telle situation paraissait impossible étant donné que les loups-garous pouvaient se sentir facilement entre eux. A part ça, il existait de nombreuses théories sur la question, l’une d’elle étant la possibilité qu’il ait été introduit en ville sans que personne ne le sache. Il s’agissait de la théorie effrayant le plus Illeana … et elle avait probablement raison d’avoir peur.

– Tu m’as l’air perdu dans tes pensées, sais-tu quelque chose ? N’importe quoi. Je sais que tu ne vies pas ici depuis longtemps, mais le moindre indice pourrait nous aider …

S’exclama-t-elle en faisant comme si ce n’était pas grand-chose, alors que je savais déjà son objectif. Pour une raison inconnue, cette femme/détective pensait que je savais quelque chose sur cet incident, ce qui n’était évidemment pas le cas. Alors pourquoi pensait-elle cela ?

Cela me rendait confus, mais je soupirai en secouant la tête avant de lui dire la vérité,

– Je ne sais rien. Je suis parti m’occuper de quelque chose ces derniers jours, alors je n’ai même pas eu le temps d’allumer les informations.

Je vis tout à coup dans ses yeux une profonde déception. Elle pensait probablement que je savais quelque chose, et ses attentes venaient d’être déçues. Elle regarda pendant quelques secondes sa tasse de café avant d’en prendre une gorgé. Puis, tout à coup, un homme entra en urgence dans la pièce.

– Mishel, nous devons partir. On a un autre incident …

S’exclama-t-il d’un air sombre. Il me regarda un instant, confus, puis tourna la tête vers Mishel qui termina sa tasse en une gorgée. Mishel regarda l’homme et hocha la tête d’un air déterminé.

Peu après, l’homme partit, me laissant à nouveau seul avec Mishel. Je contemplai ma tasse de café chaud avant d’en prendre une gorgée, puis regardai Mishel qui était sur le point de partir.

– En tout cas, ça m’a fait plaisir de te parler gamin. Si tu as besoin de quoi que ce soit ou que tu as quelque chose à me dire, viens me voir. Je suis une officier de police après tout, mon devoir est de rendre justice. Au revoir, tu peux prendre ton temps pour finir ton café.

J’hochai la tête avant de diriger à nouveau mon regard vers ma tasse et de continuer à en boire le contenu. Mishel sortit son téléphone et commença  à discuter avec quelqu’un. J’affinai mes sens pendant un instant afin d’écouter sa conversation.

– Martin, que se passe-t-il ? Donne-moi un résumé …

– Merde … Mishel, tu dois voir ça. Nous avons 3 nouvelles victimes, et cette fois-ci, elle sont complètement déchiquetés … c’est complètement taré et ça n’a aucun sens …

– Ferme-la et dis-moi ce qu’il se passe. Je n’ai pas besoin de ton avis pour le moment.

– Si tu le dis …

Ils continuèrent ainsi à discuter jusqu’à ce que Mishel s’éloigne trop de moi. Toutefois, j’avais pu avoir une compréhension globale de la situation.

C’était un peu inquiétant, et je ne savais pas s’il s’agissait d’un nouvel accident de loup-garou. Peut-être s’agissait-il effectivement d’une drogue, qui sait …

 

Chapitre Précédent                                                                                                               Chapitre Suivant

Accueil

11 réflexions sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 92

  • Avatar
    9 octobre 2016 à 17 h 05 min
    Permalien

    Merci pour le chapitre 😉

    Répondre
  • Avatar
    10 octobre 2016 à 2 h 04 min
    Permalien

    Merci pour le chap !

    Répondre
  • Avatar
    9 janvier 2017 à 17 h 43 min
    Permalien

    C’est fini ? vu que je vois que les derniers commentaires datent de 3 mois si c’est sa je suis horriblement déçue…
    C’est quoi cette fin ???

    Répondre
    • Avatar
      9 janvier 2017 à 17 h 53 min
      Permalien

      Non, c’est pas fini. C’est juste que les chapitres d’après sont pas édités en anglais et du coup beaucoup plus durs à traduire. Je prévois de reprendre une fois que j’aurais terminé quelques projets.

      Répondre
  • Avatar
    30 mars 2017 à 21 h 25 min
    Permalien

    Quand sort les nouveaux chapitres?

    Répondre
    • Avatar
      30 mars 2017 à 21 h 30 min
      Permalien

      C’est écrit sur la page projet, et juste en dessous dans les autres commentaires –« 

      Répondre
  • Avatar
    3 septembre 2018 à 10 h 37 min
    Permalien

    Tu reprends quand ça fait un peu plus 1 an déjà ?

    Répondre
    • Avatar
      12 septembre 2018 à 13 h 35 min
      Permalien

      Patience patience. Le projet reprendra lorsque j’aurai terminé « La Fille qui a Mangé la Mort ».

      Répondre
      • Avatar
        22 juillet 2019 à 6 h 16 min
        Permalien

        Se message s’adresse au traducteur ps:je sais même pas s’il/elle le vera

        Reprendra tu la traduction de ce novel ou a tu abandonné ce projet ?

        Répondre
        • Avatar
          28 août 2019 à 11 h 44 min
          Permalien

          Le projet n’est pas abandonné. Je le reprendrais lorsque j’aurai terminé « La Fille qui a Mangé la Mort ».

          Répondre
  • Avatar
    5 octobre 2018 à 15 h 58 min
    Permalien

    Merci pour se chap toujours pas de suite

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :