Chapitre 89 : Inattendu (18+++)

 

Au final, Hestia parvint à ma convaincre de grimper dans le lit. Toutefois, je décidai d’instaurer quelques limites telles qu’une interdiction de toucher intime sans ma permission ou de mots suggestifs susceptibles de briser l’ambiance.

En entendant mes conditions, Hestia acquiesça, pressée de rentrer nue sous les draps avec moi. Je lui avais expliqué qu’elle pouvait maintenant remettre ses vêtements, mais elle avait refusé, affirmant qu’elle souhaitait réaliser n’importe lequel de mes rêves inavouables. Son commentaire était plutôt déconcertant, mais je décidai de garder l’esprit ouvert pour le moment ; je retirai donc ma veste et mon pantalon, pour me retrouver en caleçon et tee-shirt. Il s’agissait de la condition d’Hestia, peu importe ce que je pouvais en penser … Elle voulait que je sois au moins à moitié nu pour qu’elle ne passe pas pour la seule idiote ici. J’avais contre-attaqué en répondant que nous pouvions donc être tous les deux habillés, mais nous avions fini par négocier avant d’en arriver là …

– Allez, venez jeune maitre.

Hestia se trouvait déjà dans l’énorme lit, tapotant sur la place libre à côté d’elle. Elle était recouverte d’une large couverture rouge dévoilant une partie de sa poitrine, et son regard était tourné vers moi. Elle souriait, mais une lueur perverse résidait dans ses yeux sournois. Elle ne prévoyait peut-être rien, mais en tout ces ses désirs instinctifs étaient visibles.

Bien sûr, face à une telle situation, je ne pus m’empêcher de penser au ‘’sexe’’, dont mes seules connaissances sur le sujet provenaient de livres. Je ne savais pas vraiment comment tout cela se déroulait véritablement. Bien sûr je savais comment cela fonctionnait, et comme tout le monde, en parler m’embarrassait. C’était pourquoi j’évitais ce sujet ; j’aimais garder ma tête vide de toutes ces choses. Toutefois, il existait certaines choses dans ce monde que je n’arrivais pas à comprendre, peu importe le nombre de livres lus.

Avec ça à l’esprit, je me glissai lentement dans le lit, acceptant l’invitation d’Hestia. J’arrivai à côté d’Hestia, légèrement embarrassé …

– Discutons …

Suggéra Hestia, ce qui était plutôt un bon début. Je lui demandai donc,

– Que veux-tu savoir ?

Hestia sourit à nouveau avant de répondre,

– D’où venez-vous ?

Je ne pus m’empêcher de laisser échapper un petit rire en entendant la question d’Hestia, décidant d’aller directement droit au but. L’idée de lui confier mes secrets me soulageait, il s’agissait de la même impression que lorsque j’avais raconté mon histoire à Sera. Ainsi, je lui expliquai d’où je venais, du début jusqu’à la fin, mais décidai toutefois d’omettre quelques détails tels que ma capacité. Toutefois, je lui racontai plus de choses qu’à Sera, tel que la méthode par laquelle j’avais obtenu le Clavicula.

Je lui expliquai donc tout jusqu’à maintenant, gardant aussi secret la requête de Chronos. A la place, je lui racontai seulement que quelqu’un m’avait demandé de sauver la fillette.

– Huh … alors vous me comprenez …

Murmura Hestia. Une faible flamme était visible dans ses yeux, et paraissant soulagée, elle s’approcha de moi, me permettant ainsi de voir sa poitrine nue, qui était franchement difficile à ne pas regarder …

Me voyant essayer de détourner le regard, Hestia devint impatiente et m’attaqua de côté. Elle s’accrocha à mon dos, pressant sa poitrine contre moi et m’enveloppant avec ses bras et jambes …

– Hey, n’avais-je pas dit …

Hestia sourit, visiblement fière d’elle.

– Pas de toucher intime sans permission, est-ce que ça veut dire que tu n’aimes pas ça ?

Sa voix triste me surprit, et me donna tout à coup envie de changer ma réponse. Je murmurai donc,

– Non, pas vraiment … c’est juste que tu es un peu trop chaude, c’est tout …

– Oh, vraiment … ? Peut-être que …. Oups, désolé, j’ai failli aller à l’encontre de la règle numéro 2 n’est-ce pas ?

S’exclama-t-elle légèrement embarrassée. Mais était-ce vraiment le cas étant donné qu’elle souriait joyeusement ?

Laissant échapper un soupir, je répondis à sa place.

– Oui, alors que veux-tu faire ensuite ? Et si tu me parlais un peu de toi ? Je ne sais pas d’où tu viens, et honnêtement, tu n’y as jamais fait allusion.

En entendant ma question, Hestia souffla et je sentis la chaleur de son souffle sur mon cou. Est-ce que cela comptait comme quelque chose de suggestif ? Hestia prit la parole,

– Je ne sais pas d’où je viens, je sais juste que je n’étais à la base pas dans le Clavicula et que quelqu’un m’a sauvé juste après ma naissance. Ce souvenir est plutôt trouble mais si vous voulez savoir, depuis mon arrivée dans la Clavicula je ne pouvais voir le monde qu’à travers les yeux du propriétaire du livre. Je ne peux pas voir les évènements des propriétaires présents tels que vous, et personne n’avait réussi à ressusciter avant et ainsi compléter mes conditions. Toutefois, je pouvais m’entrainer dans le Clavicula étant donné que celui-ci possède des espaces individuels contrôlables et créables. Le seul problème est que dans un tel espace, il est impossible de créer une forme intelligente, alors qu’un être vivant tel qu’une plante peut être invoqué. Un chien ou un oiseau était impossible à invoquer, et encore moins un humain.

Plus elle parlait, plus ses mots me paraissaient solitaires et me faisaient compatir. Pour la consoler, je serrai sa main un peu plus fort, pour lui faire savoir que j’étais là pour elle. Elle prit le signal plutôt bien et se mit à rire. En riant, elle me tourna tout à coup vers elle, nous plaçant ainsi face à face. La situation devenait de plus en plus chaude à chaque seconde … Et ce n’était pas qu’une impression, de la chaleur s’échappait vraiment d’Hestia …

– Uhm … Hestia, écoute, je ne suis vraiment pas …

– Shhhhhh.

Hestia me somma de me taire. Elle contrôlait vraiment la situation dans son intégralité, ce qui me donnait l’impression de ne pouvoir rien faire, mais pas dans le mauvais sens du terme. J’étais heureux d’être avec quelqu’un sur qui je pouvais compter, mais je pensais que les choses étaient un peu trop précipitées …

– Ne vous inquiétez pas ; je m’occupe de tout …

Chuchota Hestia pour me mettre en confiance. Je sentis ses mains s’avancer vers moi, attraper les miennes et les tirer vers elle. Un instant plus tard, je sentis Hestia presser mes mains contre ses seins, me faisant sentir leurs pointes durcis. La température de son corps était incroyablement élevée, brûlant et laissant presque échapper de la fumée, mais cela ne lui faisait pas mal. Ses flammes n’étaient pas hostiles, mais délicates …

Je pouvais sentir de plus en plus la douceur de ses seins. Sa main gauche remonta le long de mon dos puis elle me tira vers elle. Mes yeux étaient fermés, mais je les ouvris au dernier moment pour voir les yeux incandescents d’Hestia. Je pouvais voir à l’intérieur tous les désirs qu’elle gardait au fond d’elle, ainsi que l’attention qu’elle me prêtait à cause de mon jeune âge. Ses lèvres pulpeuses brillaient puis … puis … puis …

– Nhhhnnn !

Nos lèvres entrèrent en contact. Hestia rapprocha ses lèvres des miennes, liant nos deux bouches et imprimant cette douceur dans nos esprits. Elle plaça sa jambe au dessus de mon corps tout en m’enlaçant. Elle paraissait légèrement effrayé de me voir partir et avait donc décidé de me bloquer ainsi, mais je ne comptais ma partir …

Je décidai de l’enlacer à mon tour, sentant sa poitrine contre mon torse. Il était évident que nous n’avions tous les deux pas la moindre expérience alors nous ne savions pas vraiment quoi faire dans une telle situation. Nous ne faisions qu’improviser afin de ne pas rendre la situation trop embarrassante et satisfaire l’autre …

Nos dents entrèrent plusieurs fois en contact, et à la troisième fois, Hestia s’écarta de moi, ayant visiblement honte d’elle. Des petites larmes apparurent avant de disparaitre, vaporisées, ce qui me rendit plutôt confus …

– Désolé … Je … Je ne suis pas très bonne à ça … je n’ai jamais … en fait, tu es mon premier alors …

La comprenant, je souris. Détestant voir son visage triste, je la tirai vers moi et l’embrassai à nouveau, tandis que mon autre main se mit à caresser son sein gauche. Je commençais à être excité, et voir Hestia faire une telle expression pour la première fois me rendait fou.

– ahhh … Ohhh …

Hestia fut surprise lorsque je pris les devants sans la prévenir. Je me mis à la caresser en l’embrassant, et elle commença à émettre des petits gémissements ça et là. Puisque ma main parcourait sa poitrine et que nous commencions à trouver notre rythme, les mains d’Hestia touchèrent divers endroits de mon corps, mes fesses en particulier. Je pouvais sentir sa langue danser dans ma bouche, et je plaçai à mon tour mes mains sur ses fesses. Mon action soudaine parut faire brûler davantage son derrière et elle écarta ses lèvres des miennes, les lames aux yeux …

– Ohhh,  je n’étais pas encore prête …

En me regardant, elle fit semblant de bouder, me lançant un regard suggestif en tirant la couverture au dessus de nos deux corps. Sous la couverture, je pouvais voir ses yeux orange emplis de convoitise même dans cet espace sombre. Cette scène était suffisante pour me rappeler que je n’étais pas avec une humaine, mais un Phénix. Toutefois, je m’en fichais et souris en lui faisant remarquer,

– Tes yeux brillent.

Cela la fit rire, et elle répondit en regardant dans mes yeux.

– Les tiens aussi, Dawn.

Je le savais déjà, et remarquai qu’il s’agissait de la première fois qu’Hestia m’appelait par mon prénom, ce qui me fit davantage plaisir tandis que nous nous regardions droit dans les yeux. Il y avait une lueur perverse dans ses yeux, et tandis que nous étions sur le point de continuer, elle prit tout à coup ma main et la mena quelque part …

– Je vais te montrer comment je me sens …

S’exclama-t-elle en menant ma main vers son entrejambe. Je devinais ses intentions, et ne comptant pas l’arrêter, continuai à contempler son regard. Je sentis ma main toucher l’entrejambe humide d’Hestia, ainsi qu’un liquide chaud recouvrir ma main. Le sentiment était étrange mais plaisant. Je commençai donc ma propre affaire en commençant à masser son entrejambe humide et contemplant ses deux seins. Puis, je commençais à sucer l’un d’eux avec passion … Hestia fut prise de spasmes et se mit à trembler incontrolablement, m’entrainant à nouveau dans son étreinte et me faisant continuer attaque sur ses seins et son vagin.

– Ahhh, ahhh, oui ! Oui oui, plus fort, plus fort, plus fort ! Entre à l’intérieur Dawn ! Mords-moi, laisse ta marque sur mes seins lubriques et fais de moi ta chose, Ahhh !

Comme attiré par ses mots vulgaires, je laissai enfin entrer mon doigt dans son vagin avant de le faire entrer et sortir à plusieurs reprises, causant chez elle une nouvelle crise de spasmes. Son dos commença à trembler, et elle se mit à gémir encore plus bruyamment.

– Je jouis, je jouis !

S’exclama Hestia, légèrement paniquée. Tout à coup, son étreinte se resserra et mon visage se logea entre ses seins tremblants. Mon doigt était toujours en action, et enfin …

– Ohhhhhhooohhhhhh ahhhh, oh mon dieu !

Hestia cria bruyamment, un peu trop bruyamment même. Mais ce n’était pas très important, tandis que je sentais couler un liquide épais et chaud qui recouvrit rapidement ma main toute entière. Ce liquide provenait de l’entrejambe d’Hestia qui tremblait violemment après un puissant orgasme. Après quelques minutes, l’étreinte d’Hestia se desserra me laissant un peu souffler et voir l’expression d’extase sur son visage.

Mais tout à coup, elle parut se rendre compte de quelque chose. J’étais toujours coincé entre ses seins et je pouvais sentir la douce odeur de sa transpiration. Un large sourire pervers apparut sur son visage …

– Nous n’en avons pas encore terminé Dawn, c’est maintenant à mon tour …

Ma tête prise de tournis, je ne compris pas tout de suite ce qu’elle voulait dire. Mais tout à coup, Hestia me plaça sur le dos et monta au dessus de moi, me donnant ainsi une vue parfaite sur ses larges seins tremblant de bas en haut au rythme de sa respiration saccadée. Je pouvais même voir son vagin, encore complètement trempé …

– Tu n’auras pas besoin de ça.

Allant directement droit au but, le regard d’Hestia se dirigea vers mon entrejambe,  et plus précisément vers l’énorme bosse formée par mon sexe sous mon caleçon. Sans perdre une seule seconde, elle agrippa mon caleçon et le déchira de toutes ses forces avant de contempler mon sexe se lever fièrement.

– C’est donc …

Murmura Hestia en extase. J’étais légèrement embarrassé en me faisant regarder ainsi, pas vraiment certain si ma taille lui convenait …

A nouveau, sans perdre de temps, Hestia se leva légèrement sur ses genoux, se plaçant juste au dessus de mon sexe.

Elle le mit en position pour ce qu’elle s’apprêtait à faire, quelque chose que justement, je désirais.

– Uhh ? Ahhh, ohhh.

– Ahh ahhh !

Tout à coup, Hestia enfonça mon sexe dans son vagin et nous laissâmes tous les deux échapper des râles. Hestia parut ressentir une légère douleur et je vis immédiatement de quoi il s’agissait. Du sang coulait de son vagin, montrant que je venais de déchirer son hymen et de prendre sa virginité …

– Tu peux bouger si tu veux, ça ne me dérange pas si c’est toi …

S’exclama-t-elle avec difficulté, des étoiles dans les yeux. Quand à moi, j’acceptai son offre avec joie. Je commençai à enfoncer mon sexe plus profondément en elle, secouant mes hanches de haut en bas. Son vagin était légèrement étroit au début, mais après quelques mouvements de piston, je parvins à bouger avec un peu plus d’aisance.

Pendant ce temps, l’expression d’Hestia paraissait de plus en plus ravie. Lorsque je m’enfonçais en elle, elle bougeait ses hanches afin d’imiter mon rythme en laissant échapper des cris passionnés. Tendant la main, j’attrapai ses seins et les caressai afin d’augmenter le plaisir.

– Hestia … Je … Je suis sur le point d’éjaculer, je dois sortir mon …

Prévins-je Hestia. Toutefois, elle se contenta de sourire et me révéla ses sentiments, légèrement désolée,

– Désolé Dawn, je ne peux pas. Ejacule en moi, remplis-moi de ta semence …

Même si je voulais sortir mon sexe de son corps, Hestia refusa et me demanda d’éjaculer à l’intérieur d’elle. Et comme si cela ne suffisait pas, elle commença même à bouger de plus en plus rapidement, m’envoyant presque directement vers un autre monde. Si je n’avais pas su dès le début qu’Hestia était un Phénix, je l’aurais probablement prise pour une Succube …

De telles pensées en tête, mon sexe ne parvint à supporter plus longtemps cet assaut. Mes boules se contractèrent et un liquide chaud se mit à envahir le corps d’Hestia. Cela la fit s’arrêter un instant, les yeux au ciel et un sourire d’extase sur le visage.

– Ahhh … ahhh Dawn, je peux te sentir en moi. Ca me rend folle … !

Hestia fut à nouveau prise de spasmes et trembla, gardant mon sexe à l’intérieur d’elle avant de s’écrouler sur moi. Nous étions tous les deux à bout de souffle, et j’étais inquiet. Inquiet d’avoir peut-être fait quelque chose d’irréversible …

Je poussai Hestia sur ma gauche puis l’enlaçai, embrassant ses lèvres tout en la tenant dans mes bras.

Hestia se rendit compte que quelque chose n’allait pas et demanda,

– Quelque chose ne va pas ? Tu n’as pas aimé ? Peut-être que …. ?

A cause de moi, elle devint anxieuse à son tour. Apparemment elle s’était méprise et pensait que je n’étais pas satisfait, ce qui n’était bien évidemment pas le cas. Non, j’étais comme ça pour une toute autre raison.

– Hestia … tu ne t’es pas écartée quand je te l’ai demandé …

– Ahh …

Elle parut se rendre compte de quelque chose et s’écarta doucement de moi, me regardant droit dans les yeux en souriant devant mon inquiétude.

– Ne t’inquiètes pas, je ne serais pas enceinte. J’ai déjà brûlé tout ton sperme à l’intérieur de moi avant qu’il n’atteigne mon utérus, c’est pour ça que je voulais que tu fasses à l’intérieur de moi … utile n’est-ce pas ?

M’expliqua-t-elle joyeusement. Son explication était plutôt dérangeante mais parvint à me soulager. Je ne saurais pas quoi faire en ayant tout à coup un enfant. Comment l’expliquerais-je à toutes les personnes habitant maintenant chez moi ?

– Ehm … Dawn, qu’aurais-tu fait si j’étais vraiment tombée enceinte ?

Demanda Hestia, les yeux baissés et le visage rouge vif. Je ne savais pas si c’était parce qu’elle était embarrassée ou tout simplement parce qu’il faisait chaud, mais je lui répondis honnêtement en me plongeant à nouveau dans son étreinte.

– J’aurais assumé mes responsabilités bien sûr. Je me serais occupé de notre enfant, peu importe l’avis des autres …

– Oh, vraiment ? Je suis si heureuse … vraiment …

Murmura doucement Hestia en posant son visage contre mon torse et versant quelques larmes. Je ne savais pas vraiment pourquoi elle pleurait, mais je savais en tout cas que ce n’était pas par tristesse …

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                Chapitre Suivant

Accueil

4 réflexions sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 89

  • Avatar
    4 octobre 2016 à 19 h 09 min
    Permalien

    😮 Merci pour se chapitre chaud de chez chaud 🙂

    Répondre
  • Avatar
    4 octobre 2016 à 21 h 44 min
    Permalien

    Un rêve qui se réalise T.T mais je sens que dawn ses fait rouiller à la fin …. Je sais pas pourquoi X) merci pour se super chapitre 😉

    Répondre
  • Avatar
    4 octobre 2016 à 22 h 28 min
    Permalien

    Dawn aura fini par craquer…
    Ce serait marrant si il se retrouvait avec un gosse dans les pattes ^^

    Répondre
  • Avatar
    7 octobre 2016 à 14 h 47 min
    Permalien

    maintenant, me reste plus qu’à espérer que ça vire pas au harem, je suis vieux jeu… mais c’est déjà trop tard…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :