Chapitre 83 : Débat Enflammé

 

*Glup Glup Glup*

– Aaaaaah.

Je laissai échapper un soupir de soulagement après avoir bu mon verre d’eau, le goût du bacon toujours présent dans la bouche.

Les filles avaient elles aussi presque fini de manger et paraissaient satisfaites par la nourriture. Certaines commencèrent même à discuter sans être gênées de ma présence mais il régnait toujours une certaine tension dans l’air. Cela était inévitable, et j’essayai de ne pas trop y prêter attention.

Je ne connaissais pas ces femmes depuis longtemps, mais avoir écouté leurs histoires me suffisait pour que je leur fasse confiance. En les regardant, je pensai qu’il était enfin temps de leur demander …

– J’aimerais maintenant discuter avec vous de votre avenir puisque vous êtes toutes réunies ici. Je pense que cela est tout a fait raisonnable étant donné que je ne m’attendais pas du tout à recevoir des esclaves chez moi … sans offense.

En entendant mon discours respectueux, plusieurs hochèrent la tête tandis que d’autres rougirent, mais elles comprenaient toutes ce dont je voulais parler. Les quelques filles se tenant en cuisine arrêtèrent de nettoyer les plats et se tournèrent vers nous, dirigeant toute leur attention vers moi.

Au final, je me remis à parler des effets du contrat d’esclave et de comment un esclave pouvait mourir s’il s’écartait trop de son maitre. Toutes connaissaient de telles explications mieux que moi, mais elles m’écoutèrent attentivement jusqu’à ce que j’arrive au cœur du problème …

– Que voulez-vous faire ?

Demandai-je aux filles présentes dans la pièce. La question soudaine m’attira quelques regards confus et je dû clarifier ma question. Je leur expliquai que je pouvais en discuter autour de moi et peut-être inverser les effets du sort engravé dans leurs âmes. Cette explication entraina une profonde surprise de leur part, à l’exception de Christina qui m’interrompit afin de me faire part de ses propres explications sur le sort.

– Il est presque impossible d’inverser un sort aussi proche de l’âme. Ce processus entraine beaucoup trop de risques et la moindre erreur risquerait d’entrainer la mort de la personne essayant de retirer le sort. Il est possible de mourir paisiblement en laissant derrière soi un corps intact, ou de finir mutilé et de mourir de la façon la plus atroce qui soit … Faites-moi confiance, j’ai vu des personnes tenter de contrer ce sort, et personne n’a réussi. J’ai même vu un mage de 10ème rang essayer, pour au final mourir aux côté de l’esclave qu’il tentait de sauver …

S’exclama, une certaine émotion dans la voix. Elle se souvenait probablement de la mort de ce mage mais s’empressa de l’oublier et de se diriger vers moi d’un air déterminé. Elle se plaça devant moi avant de poser un genou à terre, ce qui me surprit.

– J’ai déjà décidé de mon destin au moment où vous m’avez accepté Maitre Dawn. Je suivrais vos ordres, quels qu’ils soient. Ma loyauté ne sera dirigée que vers vous … alors s’il-vous-plait, pourriez-vous m’accepter une fois de plus … ?

Ses derniers mots continrent une pointe de stress mais aussi de passion, et elle resta dans sa position agenouillée, me rendant nerveux à mon tour. Mais je repris rapidement mes esprits et la regardai droit dans les yeux en lui demandant,

– Ne veux-tu pas revoir ta famille ? Ta mère, ton père, tes frères et sœurs ? Qu’en est-il de la revanche ? Cet homme dont tu m’as parlé, ne souhaites-tu pas recevoir justice ?

Elle trembla en entendant cela. Mes mots étaient difficiles à ignorer car tout le monde avait quelqu’un de proche, même moi j’avais Stella … Et la revanche était aussi quelque chose que je ne pouvais oublier, peu importe ce que l’on me disait ; une rancœur était une rancœur, et celle-ci ne pouvait être oubliée qu’après que la cible ait reçue ce qu’elle méritait. Pas une seule personne sur cette terre ne pouvait ignorer la vengeance face à un acte de trahison. Cela valait encore plus lorsque la personne nous trahissant était un proche.

Elles comprenaient toutes ce concept de base même si elles ne voulaient pas l’admettre. Frapper quelqu’un nous ayant frappé, il s’agissait de l’instinct de l’homme, Christina le savait très bien mais sa réponse n’en fut pasm oins surprenante.

– Retourner chez moi est inutile, et pour ce faire, il me faudrait marcher sur un nombre incommensurable de cadavres, ce qui vous importunerait grandement. De plus, je ne veux pas inverser le sort placé sur mon âme car je crains de mourir trop facilement. Mais la raison principale pour laquelle je ne veux pas rentrer chez moi est que … J’en ai assez de la lutte pour le pouvoir ayant lieu chez moi … De mes frères et sœurs se retournant les uns contre les autres pour recevoir l’héritage familial, et des personnes comme Christopher essayant de s’insinuer dans ma vie sentimentale simplement pour le profit. Toutes ces années d’esclavage m’ont fait comprendre les risques de retourner chez moi, et leur faire croire en ma mort est peut-être la meilleure solution. Après tout, Maitre Dawn, vous êtes maintenant la seule raison pour laquelle je peux accepter tout cela, et je souhaite vous servir jusqu’à ma mort. Même si le chemin est difficile, même si je dois souffrir pour y parvenir, je ne regretterais jamais de rester avec le sauveur m’ayant ordonné lors de notre première rencontre d’arrêter de sourire. Il s’agit donc de ma décision, et je ne reculerais pas, même si vous me refusez. Si en effet vous me refusez, la vie n’aura plus aucun sens à mes yeux …

Son discours était extrême mais véridique et sincère, me faisant furieusement rougir. J’avais l’impression qu’elle me confessait son amour, ce qui n’était peut-être pas très loin de la vérité … qui sait.

Je la regardai, réfléchissant en me grattant la tête d’un air gêné. Je ne pouvais pas la repousser, ce qui était encore plus embarrassant. Elle était même prête à se suicider si elle ne pouvait pas me servir, et n’acceptait pas le moindre refus … comment était-il possible de raisonner une personne aussi déraisonnable ?

Tandis que je me creusais les méninges, Elisabeth s’avança elle aussi et tout comme Christina plaça un genou au sol, un large sourire sur le visage.

– Je suis tout à fait d’accord avec Christina. Je n’ai nulle part où aller, je n’ai pas la moindre famille ou amis, et rester avec un prince aussi charmant que le propriétaire de ces lieux me parait être une solution extrêmement attractive … Même si je suis une assassin, je tiens mes promesses et paye mes dettes de ma vie s’il le faut, alors s’il-vous-plait, acceptez-moi moi aussi pour la seconde fois.

Elle me fit un clin d’œil séduisant en disant cela, me donnant à la fois une mauvaise idée et la vérité. Ses mots étaient sincères et emplis de sa fierté en tant que personne de morale.

Après que ces deux femmes se soient agenouillées, les autres firent de même unes à unes, formant autour de moi un cercle. Elles me donnèrent unes par unes leurs raisons, que ce soit pour me remercier ou pour satisfaire leur honneur.

Pour je-ne-sais-quelle raison, elles parlèrent toutes d’une façon exagérée et travaillée, me donnant ainsi encore plus de difficulté à voir la moindre tromperie dans leurs paroles venant littéralement du cœur. Même Sarah qui se tenait à côté de moi voulait rester à mes côtés, et lorsque je lui demandai pourquoi elle répondit simplement,

– Parce que …

Rien de plus. Cela ne paraissait pas être une raison mais en était aussi une. Cela me rendit confus au plus au point et je regardai toutes les filles autour de moi avant de lever les mains et de m’écrier,

– D’accord d’accord d’accord ! Relevez-vous ! Je comprends, j’accepte ! Vous n’avez pas besoin d’être toutes aussi formelles …

En me voyant rougir, les filles se mirent à rire en se levant. De toutes ces filles, Christina avait l’air d’être la plus amusée par la situation. Huh, elle avait tout prévu depuis le début … Quelle fille maline.

Ce n’était pas comme si j’avais ignoré la possibilité qu’elles souhaitent rester ici. Non, je m’attendais à ce que Christina reste avec quelques filles, mais pas toutes. Je pensais qu’elles voulaient rentrer chez elles afin de retrouver leurs êtres chers, mais la situation n’avait apparemment pas évoluée comme je m’y attendais … Non, cela importait peu. Cela ne changeait rien. J’allais juste devoir corriger légèrement mes plans, rien de plus … J’allais aussi devoir en parler avec Steward. Je ne l’avais pas appelé depuis mon retour, et comptais le faire juste après la fin de cette réunion.

– Qu’est-ce que j’ai raté ? Pourquoi est-ce que Dawn est tout rouge ? Racontez-moi !

Je soupirai en me tournant vers Hestia qui venait tout à coup d’apparaitre dans la pièce. Elle regardait curieusement tout le monde et étudiait mon visage d’un air curieux. Les filles ne parurent pas vouloir lui expliquer et se regardèrent toutes entre elles en souriant …

– Peu importe, pourquoi es-tu venue ? Tu as fini ?

Je changeai rapidement de sujet, curieux mais aussi très embarrassé. Hestia s’en rendit compte mais se tut avant de me répondre en souriant,

– Oui, la fillette se repose actuellement sur ton lit. J’ai fait tout mon possible mais je n’ai pas réussi à guérir son œil. Faire disparaitre toutes ses cicatrices m’a prit du temps, mais c’était au final un jeu d’enfant pour moi !

S’exclama-t-elle avec énergie comme si de rien n’était, faisant sourire tout le monde. Mais au final, elle ne pouvait pas m’avoir. Son front était légèrement humide et ses yeux montraient des signes de fatigue … Elle avait vraiment tout donné et l’avait caché comme s’il s’agissait d’un détail, ce que cela n’était absolument pas.

– Oh vraiment … C’est bon à savoir.

Répondis-je avec un sourire rayonnant trahissant ma découverte. Je fis exprès de la regarder droit dans les yeux, ce qui la fit sursauter lorsqu’elle se rendit compte que j’avais aperçu sa condition … mais elle ne rajouta rien.

Ceci fait, je me retournai vers les filles, une idée en tête. Mais pour le moment, je devais placer tout le monde dans une chambre et leur faire visiter la maison … Elles allaient maintenant vivre ici avec moi, Hestia, Leraje et Stella.

– Nous avons 2 étages et une cave. Etant donné que vous allez rester ici, je vais vous montrer vos chambres. De plus, vous pourrez utiliser le bain après la visite. Est-ce que cela convient à tout le monde ?

– Oui !

Répondirent-elles à l’unisson en souriant à l’idée d’avoir une chambre et de prendre un bain. Je leur expliquai aussi quelques détails supplémentaires sur le bâtiment, leur racontant qu’il s’agissait d’un lieu mi-maison mi-boutique. Je leur expliquai aussi dans quel pays et ville nous nous trouvions, un lieu qu’elles connaissaient apparemment déjà mais n’avaient jamais visité. Elles jetèrent un coup d’œil par la fenêtre et virent les voitures et piétons circulant dehors, s’occupant de leurs affaires, et ne purent s’empêcher de sourire devant un tel spectacle. Des hommes passèrent plus d’une fois dans la rue et ne purent s’empêcher de s’arrêter en voyant les filles par la fenêtre avant de continuer leur chemin en se retournant de temps en temps par ici.

Ainsi, la visite de la maison continua pendant une heure environ. Après avoir fini de visiter le rez-de-chaussée et le premier étage, je leur donnai leurs chambres. Pour le moment, nous n’avions que 5 chambres à coucher entièrement meublées, dont 2 que moi et Stella nous utilisions. Bon, en fait, Stella n’utilisait jamais sa chambre, mais cela importait peu et j’assignai 2 à 3 filles par chambre. Sarah, la fillette aux cheveux blancs et Stella allaient dormir dans une chambre tandis que les 10 autres filles, Hestia incluse, allaient dormir dans les 3 chambres restantes. Je n’étais pas inquiet quand à l’espace car même après avoir placé 6 personnes dans une même chambre, l’espace restait largement suffisant. A l’avenir, j’allais probablement rénover légèrement les chambres afin de pouvoir donner à chaque fille sa propre intimité. Mais pour le moment, cela allait faire l’affaire et paraissait être au goût de tout le monde.

Et bien sûr, ma chambre était pour moi et Leraje étant donné que nous étions tous les deux des hommes. Mais en y repensant, il n’avait jamais utilisé de chambre et préférait rester sous forme d’objet ou d’ombre afin de surveiller le bâtiment et s’assurer de sa sécurité. Il était en fait une sorte de garde du corps pour ma sœur et le job avait l’air de lui plaire.

Tout le monde paraissait d’accord sur le fait que je possède ma propre chambre, mais plusieurs filles rajoutèrent que cela ne les dérangerait pas de dormir avec moi, ce qui entraina un débat enflammé sur la question de qui allait dormir en premier avec moi … Je voulais leur dire que je pouvais dormir seul mais Hestia s’invita dans la conversation en affirmant être la seule à pouvoir dormir avec moi, questionnant la volonté et le courage des filles qui s’empressèrent de la contredire.  Au final, en ayant marre d’un tel débat idiot, je leur criai d’arrêter et leur fis la morale. Et tandis qu’elles étaient assises à genoux sur le sol, un air honteux et désolé sur le visage …

*Dring Dring Dring*

Surpris, je remarquai que mon téléphone sonnait. Les filles l’entendirent aussi et me regardèrent tandis que je sortais le téléphone de ma poche et en regardais l’écran … Il s’agissait de Steward.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                Chapitre Suivant

Accueil

3 réflexions sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 83

  • Avatar
    20 septembre 2016 à 16 h 06 min
    Permalien

    Merci pour le chapitre 🙂

    Répondre
  • Avatar
    20 septembre 2016 à 19 h 59 min
    Permalien

    Le jolie petit harem que voilà ^^ plus sérieusement je pense que la sécurité de sa soeur et de sa maison n’est plus à contredire , j’ai bien envie de savoir comment steward va réagir mais surtout chronos

    Répondre
  • Avatar
    21 septembre 2016 à 10 h 13 min
    Permalien

    Le plus important c’est que steward a decouvert qui etait les parents de dawn et surement ou il etait avant qu’ils se rencontrent. C’est comment il va reagir a ca qui est important ^^
    Et pour chronos il avait pas du remarqué que sa montre avait plus de pile…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :