Chapitre 78 : Illégal

 

Tandis que je réfléchissais, assis sur le lit, je remarquai le soleil se lever haut dans le ciel et illuminer la pièce.

Je me tournai vers Hestia qui dormait sur le canapé, respirant tranquillement. Elle était mignonne comme ça, et je ne pus m’empêcher de l’observer un peu plus longtemps que prévu. Puis, je repris mes esprit et me préparai à quitter la pièce en prenant ma veste et mettant mon masque.

– Tu aurais pu au moins me réveiller ou me prévenir de ton départ ! Ce n’est pas comme si j’allais te déranger en venant avec toi !

S’exclama Hestia d’un air contrariée, ce qui me fit sourire amèrement. Je me tournai vers elle, surpris qu’elle se soit réveillée alors que j’avais bien fait attention à ne pas faire de bruit. Bon, elle était connectée à moi, alors elle pouvait savoir ma position, même endormie apparemment.

Pensant ainsi, je regardai Hestia s’étirer en replaçant ses cheveux. Je me demandais si elle comptait me laisser là, à attendre, pendant qu’elle se préparait. Heureusement, cela n’arriva pas ; elle partit juste dans la salle de bain, se nettoya le visage et revint. J’étais impressionné par sa confiance en soi, ou plutôt en sa ‘’beauté naturelle’’, sachant qu’elle n’utilisait probablement aucuns cosmétiques dans sa forme humaine.

Hestia, me voyant ainsi la bouche ouverte, fit un sourire malicieux et prit la pose, croisant les bras afin d’accentuer les formes de sa poitrine. Elle s’exclama ensuite,

– Hee … Je peux vous en montrer bien plus si vous voulez …

En la voyant agir ainsi comme une idiote, je me retournai vers la porte, prêt à partir. Le fait que j’ignore sa proposition la fit bouder, ce qui ne correspondait pas vraiment à l’image d’une femme, mais plus à celle d’une jeune demoiselle gâtée. Mais je savais qu’il était possible de dépendre sur elle, alors je n’y prêtai pas plus attention. Nous quittâmes la chambre et nous dirigeâmes vers l’autre pièce dans laquelle se trouvaient les filles ; d’ailleurs, elles dormaient probablement toujours.

L’étage était silencieux, sans le moindre bruit audible à part celui de non pas, qui était étouffé par le tapis sous nos pieds. Je pouvais voir d’autres portes et essayai d’écouter à l’intérieur afin de vérifier s’il y avait d’autres personne à cet étage, pour au final découvrir que je ne pouvais rien entendre … Bizarre, je m’en fichais puisque de toute façon je n’allais pas retourner ici, mais la situation était plutôt intéressante. Je contemplai les portes un peu plus en détails et remarquai que plusieurs sigils étranges étaient gravés sur leurs coins. J’essayai de concentrer mes sens sur ces sigils et découvris qu’ils servaient à isoler ce qui se trouvait derrière la porte en empêchant les sons de passer.

Pendant que je réfléchissais, Hestia et moi nous nous arrêtâmes devant la porte derrière laquelle se trouvaient les filles. Je m’avançai et frappai 3 fois à la porte, avant d’attendre que quelqu’un nous ouvre …

*Clic*

La poignée de la porte bougea et la porte s’ouvrit, révélant Christina, les cheveux complètement désordonnés. Ses habits étaient plutôt révélateurs et en me regardant, elle plissa les yeux. Elle avait de larges cernes sous ses yeux, indiquant qu’elle manquait de sommeil. Lorsqu’enfin elle parut me reconnaitre en voyant mon masque, elle s’empressa d’arranger ses cheveux et vêtements. Je jetai un coup d’œil derrière elle et vit le reste des filles dormant un peu partout dans la pièce ; plusieurs sur le canapé, et d’autres sur le sol, de la nourriture et des boissons à la main … Elles avaient apparemment fait la fête …

Mon regard retourna sur Christina qui paraissait enfin avoir repris ses esprits après avoir arrangé son apparence. Ses joues étaient légèrement rouges d’embarras, probablement parce qu’elle ne s’attendait pas à ce que je vienne ici.

– Ehm, entrez …enfin non, non, je ne veux pas dire qu’en temps normal vous ne pouvez pas entrer mais … pourriez-vous attendre ici un instant … ?

J’hochai la tête en réponse à son discours confus, et elle referma la porte devant moi.

– Elle a vraiment du courage pour refuser de laisser entrer son maître huh.

S’exclama Hestia d’un air dédaigneux.

– Ce n’est pas comme si je les forçais à m’obéir, et honnêtement, l’esclavage n’est pas trop mon truc.

Répondis-je sur un ton légèrement tranchant. Je voulais lui rappeler que je n’allais pas tolérer la moindre attitude supérieure avec les filles. Elle n’aimait pas ça, mais son attitude allait probablement nous causer pas mal de problèmes à l’avenir, ce qu’elle n’osait pas admettre. Cela la fit grimacer, et elle se plaignit,

– Vous n’êtes pas drôle …

– Je n’ai jamais dit que je l’étais.

M’exclamai-je en souriant, et la porte s’ouvrit à nouveau devant nous, révélant une Christina un peu plus présentable. Les autres femmes se tenaient en ligne, habillées proprement et lavées, la pièce impeccable.

Hestia parut légèrement impressionnée et murmura,

– D’accord, vous gagnez …

 L’ignorant, j’entrai dans la chambre où se tenaient toutes les filles. Nous devions parler, prévoir et préparer tout ce qui allait se passer dans une heure à partir de maintenant. Je demandai à tout le monde de s’asseoir, et retirai leurs colliers en fer uns par uns.

– C’est …

Angela, qui était la plus jeune du groupe, parut surprise et choquée en voyant son collier tomber. Elle le tenait dans ses mains, une expression compliquée sur le visage. Elle ne fit preuve d’aucune émotion soudaine en constatant la perte de ses restrictions, contrairement aux autres filles qui pleuraient en souriant.

Je la regardai, ne sachant pas à quoi elle pensait en regardant ce collier.

– Vous voyez Maitre James … J’ai toujours vécu avec ce collier …

Elle n’en dit pas plus et se contenta de continuer à regarder son collier d’un air confus, mais je la comprenais. Ce collier était la marque de sa vie d’esclave, et même sans celui-ci, la magie était toujours là, la gardant esclave. Mais maintenant qu’elle était libre de ce collier et de ses restrictions, elle ne savait pas quoi faire ensuite, comme si sa vie se résumait à être une bonne esclave. Elle savait qu’il s’agissait d’une situation horrible, et rêvait de liberté, et tout ça la forçait à se remettre en cause. Elle me rappela un peu moi-même, mais ce n’était pas important.

Tandis qu’elle rêvassait, je pris le collier de ses mains et le jetait vers la pile de colliers formée par les autres filles. Le collier de fer tournoya en l’air en tomba sur la pile avec un bruit métallique. Elle regarda dans cette direction, hésitante.

– Si tu n’es pas sûre de ce que tu veux, demande aux autres ce qu’ils veulent. Après tout, tu n’es pas complètement libre étant donné que tu travailleras toujours pour moi, mais disons … dans un meilleur environnement. Je ne suis pas là pour te juger, alors c’est à toi de choisir, considère cela comme un nouveau départ.

Angela m’écouta attentivement même si elle ne pouvait pas voir mon visage. Elle comprit que j’essayais de la conforter, même si ce n’était pas du tout mon fort. Toutefois, elle me comprit en sourit en hochant vigoureusement la tête.

– Ne vous inquiétez pas Maitre James, je ne vous décevrais pas.

J’acquiesçai et lui présentai ma main. Mon geste la rendit confuse, mais elle comprit rapidement et la serra. Elle ne pouvait pas le voir, mais je souriais sous mon masque, me sentant de bonne humeur pour quelque raison que ce soit …

Tandis qu’Angela et moi nous discutions, je remarquai que tout le monde nous regardait. Lorsqu’Angela s’en rendit compte elle aussi, elle se tourna vers les filles qui discutaient toutes entre elles, n’essayant même pas d’être discrètes.

– Haah … Angela est rusée ; elle gagne des points juste sous notre nez.

– Elle grandit si vite, et court déjà derrière les hommes. Je suis jalouse, elle quittera bientôt ses sœurs pour marier un homme …

Les commentaires étaient un peu trop exagérés pour des paroles d’adultes, mais marchèrent étonnamment bien sur Angela. Son visage devint rouge vif tandis qu’elle regardait le petit groupe de filles discutant entre elles. Elles racontaient des choses afin de nous embarrasser et de nous taquiner tout en nous jetant de rapides coups d’yeux.

– A … a… Je … Non, ce n’est pas … Moi et Maitre James nous ne … Arrêtez !

Angela était maintenant rouge vif et se mit à courir après les femmes qui tentaient tant bien que mal de dissimuler leurs rires et sourires. Elles s’enfuirent devant Angel qui essayait de se mettre en colère, mais n’y arrivait pas à cause de son embarras.

– Hey, arrêtez-vous ! Vous êtes devant le maitre, et ce n’est pas un comportement acceptable !

S’écria Christina afin de mettre fin à la situation, ce qui fonctionna étonnamment bien. Tout le monde me regarda d’un air embarrassé avant de retourner à leurs sièges, mettant fin à ce petit spectacle.

– Je retire ce que j’ai dis, vous pouvez être amusant parfois.

S’exclama Hestia qui se tenait à côté de moi. Je la regardai et lui répondis à voix basse,

– Pas toujours.

Ceci dit, je commençai à leur expliquer ce que nous allions faire et où nous allions nous rendre. Mon explication parut les surprendre mais au final, une fois mon discours terminé, je leur demandai une simple chose,

– Cela peut s’avérer potentiellement mortel et je ne pourrai pas garantir à 100% votre sécurité. Vous avez deux choix : partir ou rester … Me suis-je bien fait comprendre ?

Je les regardai unes par unes. Elles n’avaient pas l’air de vouloir partit et acquiescèrent toutes avec une profonde résolution.

– Nous sommes prêtes Maitre James.

Je ne pus m’empêcher de sourire devant leur détermination ; j’avais bien fait de les prendre avec moi. Au départ, je doutais bien sûr, mais maintenant, elles avaient prises une petite place dans ma vie. Retirant mon masque et révélant mon visage, j’attirai leur attention en annonçant,

– D’ailleurs, mon nom n’est pas James, mon nom est … Dawn Timer.

Je souris en voyant leurs yeux et bouches s’ouvrir en me voyant. Hestia qui se tenait à côté de moi me pinça, et je me tournai vers son visage grognon.

– Vous et vos secrets idiots. La prochaine fois, qu’allez-vous avouer ? Que ce visage anormalement beau n’est pas le vôtre ?

Les filles regardèrent Hestia avec sympathie, ce que je ne compris pas vraiment …

– Ehmm, si je puis me permettre … Quel … Quel âge avez-vous Maitre Jam… Enfin je veux dire, Maitre Dawn ?

Demanda Angela, les joues brûlantes et n’osant pas regarder mon visage. Je n’étais pas sûr de savoir si je devais répondre à cette question, mais au final, cela était sans danger alors je répondis à leur curiosité.

– J’ai actuellement 15 ans.

Tout à coup, tout le monde se leva en me regardant comme si j’étais un extraterrestre. Même Hestia qui avait l’habitude de m’appeler Jeune Maitre ouvrit grand les yeux. Elles s’écrièrent toutes à l’unisson …

– SI JEUNE ?!

– Vous avez le même âge que moi !

S’exclama Angela en étant la seule à paraitre heureuse après avoir apprit ce fait. Elles la regardèrent toutes avec la même expression qu’elles avaient quelques minutes plus tôt. Certaines souriaient diaboliquement, ne disant rien mais trahissant leurs pensées. Angela devint encore plus rouge et se rassit, se mettant presque en boule sur sa chaise.

– Alors … toucher est encore illégal, merde.

Murmura Hestia derrière moi, me donnant une profonde envie de l’ignorer. Je continuai la conversation avec Christina, lui demandant l’avancement du sort de localisation …

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                Chapitre Suivant

Accueil

3 réflexions sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 78

  • Avatar
    11 septembre 2016 à 9 h 25 min
    Permalien

    Hestia tu devrais garder quelques-uns de tes commentaire pour toi X)

    Répondre
  • Avatar
    11 septembre 2016 à 16 h 42 min
    Permalien

    Elle est passée ou Sarah ? Sa dit qu’Angela est la plus jeune alors qu’elle a 15 ans, alors que sarah à entre 8 et 10 ans, dawn ne l’à pas prise avec les autre ?

    Répondre
    • Avatar
      11 septembre 2016 à 18 h 48 min
      Permalien

      Normalement elle est avec eux. Je suppose donc que lorsque l’auteur dit « la plus jeune du groupe », il s’agit du groupe initial constitué de Christina et des filles. Sarah est considérée à part du groupe.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :