Chapitre 76 : Ce n’est Pas Une Simple Impression

 

*Tic Tac Tic Tac*

Tandis que le temps passait sur l’horloge ancienne, Christina et moi nous nous assîmes face à face à la table.

Il était déjà minuit passé, et la plupart des gens autour de nous dormaient. Toutefois, j’avais demandé à Christina de venir me voir cette nuit afin de discuter du ticket qui allait tous nous emmener au Colisée. Je comptais trouver rapidement la fille et lui donner la montre en or afin d’en finir le plus rapidement possible. Mais le problème pour l’instant était que je n’avais que ‘’A : aller là-bas’’ et ‘’B : la trouver le plus rapidement possible’’.Je ne voulais pas perdre de temps, et vu l’état dans lequel elle se trouvait actuellement, il ne nous restait plus beaucoup de temps …

Je massai mes tempes afin de dissiper toute trace de sommeil encore en moi. J’avais fait une petite sieste en arrivant ici, et j’avais peut-être trouvé cet endroit un peu trop confortable. Tellement confortable que j’avais retiré mon masque avant de le laisser posé sur la table de chevet. J’avais remarqué que Christina avait lancé à plusieurs reprises des regards en direction de mon visage. Elle paraissait attirée par celui-ci, et n’osait pas me regarder directement.  Ses joues rouges indiquaient qu’elle était quelques peu perturbée par mon visage sans masque, alors je me demandai si je ferais mieux de le remettre. Toutefois, je décidai de ne pas remettre mon masque pour le moment, étant donné que de toute façon, elle allait bientôt voir mon visage tous les jours. Je voulais qu’elle s’y habitue petit à petit. Mes plans pour l’avenir étaient toujours les mêmes, et après ça, elle allait jouer un rôle spécial dans lequel l’interaction était la clé.

Tandis que nous étions ainsi assis, Christina m’avait aussi apporté de la nourriture. Apparemment elle avait essayé de venir plus tôt afin de discuter, mais Hestia lui avait dit que je me reposais. Elle avait donc décidé de revenir plus tard, pensant que j’aurais probablement faim. Je mangeai donc mais sans vraiment profiter du goût, je ne me sentais pas très bien, et manger n’allait pas m’aider.

– Vous allez bien ?

Demanda Christina inquiète. Elle me voyait l’esprit ailleurs, mais cela ne dura pas et j’hochai la tête. Je sortis le ticket du Colisée, qui n’était pas un morceau de papier, mais plutôt un appareil de transfert.

En me voyant sortir le ticket de ma poche, Christina le contempla, une lueur dans les yeux. Elle l’inspecta de plus près après que je lui ai donné et demandé,

– Sais-tu comment l’utiliser ?

Elle fut surprise, mais se mit rapidement au travail. Elle souleva l’appareil avec précaution et regarda le cercle en murmurant,

– Sort de Portail Dimensionnel …

Elle examina les sigils en plissant les yeux. Honnêtement, je ne comprenais pas ce qu’elle faisait, mais ne lui posai aucune question afin de ne pas la déranger dans son travail. Après tout, elle était une mage de rang 8, ce qui était équivalent à l’un des personnages de mon livre.

– C’est impressionnant. C’est un ticket de colisée, j’en ai déjà vu à de multiples reprises, mais jamais d’aussi près. Je n’ai jamais vu de tels sigils, organisés en circuits sans même interférer entre eux. Il s’agit là d’un appareil impressionnant et extrêmement difficile à fabriquer, en plus d’être petit et compact et de posséder différentes interfaces et utilités. De plus …

Christina s’arrêta en me remarquant totalement perdu, sans la moindre idée de ce qu’elle racontait. Un sourire embarrassé apparut sur son visage et elle m’expliqua en rougissant,

– Ce que je veux dire, c’est que … cet appareil est vraiment difficile à fabriquer. Seul un mage de rang 8 ou supérieur le peut. Et pour répondre à votre première question, oui, je sais comment l’utiliser sans le moindre problème. La consommation de mana est aussi très faible étant donné que l’appareil est principalement auto-suffisant …

Bien. Cela nous faisait un problème en moins. Au suivant.

Tandis que Christina s’émerveillait en examinant le ticket, je fouillai dans mon autre poche et en sortit la montre en or. La lueur émanant de l’objet attira immédiatement son attention et elle reposa le ticket sur la table afin de la regarder d’un air curieux. Elle paraissait impressionnée par la lueur dorée s’en échappant, étant donné qu’il s’agissait de quelque chose d’impossible à voir physiquement. Ses yeux brillaient, indiquant qu’elle utilisait un sort mineur afin de la voir, même si elle portait toujours à son cou le collier de fer. Je me souvins de la fois où elle avait expliqué que son collier ne scellait pas toutes les magies. Hmm … intéressant.

Même si le sujet me rendait curieux, je le repoussai dans un coin de mon esprit et lui jetai la montre.

– Attrape.

M’exclamai-je en la lançant. Je ne lui avais pas donné normalement car je voulais voir si ce sort lui permettait d’améliorer ses réflexes, ou juste de voir les choses en détail. Bien sûr, il ne s’agissait que de pure curiosité.

Et sans la moindre question, tandis que la montre volait en l’air, une lueur réapparut dans ses yeux avant qu’elle ne l’attrape sans problème et sans même lever la main. Personnellement parlant, Christina était vraiment patiente et calculatrice ; il était facile de discuter avec elle et elle était polie, mais un peu trop gentille.

Christina observa la montre en essayant de percevoir la fine essence en émanant. Elle paraissait confuse, ne sachant pas de quoi il s’agissait. Elle me demanda donc,

– Qu’est-ce que c’est ? Cette aura est étrange … elle est bien trop pure pour du mana ou toute autre essence de fée que j’ai pu ressentir jusqu’à ce jour. Mais elle est aussi trop faible pour être perçue, et même moi j’ai du mal à la ressentir …

Christina parut impressionnée par ce simple objet émettant une aura divine. Elle n’avait bien évidemment jamais rencontré de Dieu avant, et ne pouvais donc pas savoir quelle était cette essence. Mais en même temps, je ne pouvais rien lui dire, et lui demandai donc,

– Peux-tu retrouver le propriétaire de cet objet ?

En m’entendant parler sur un ton des plus sérieux, Christina comprit immédiatement qu’il s’agissait de la raison de notre présence ici. Les pièces du puzzle se combinèrent petit à petit dans ses yeux bleus intelligents et elle hocha lentement la tête.

– Oui … cela risque de me prendre du temps, mais je peux y arriver. Toutefois, il va falloir retirer mon collier.

La dernière partie fut dite sur un ton insouciant, et je comprenais ce qu’elle voulait dire par là. Cela voulait dire que je devais libérer ses pouvoirs magiques de toute restriction. Cela pouvait potentiellement être utilisé contre moi, mais je fixai ses yeux un instant. Il n’y avait dans ses yeux pas la moindre hésitation.

– Très bien, ça me va. Fais venir Chase et laisse-la …

– En fait, c’est déjà fait.

Je m’arrêtai en entendant Christina. Que voulait-elle dire par cela ? En me voyant confus, Christina tenta de m’expliquer brièvement en me donnant une enveloppe ; son sourire ne disparut jamais de ses lèvres, tandis qu’elle poussait l’enveloppe vers moi. Je pris l’enveloppe et l’ouvrit …

– C’est … ?

– Le contrat d’esclave … notre contact d’esclave pour être plus précis. Il s’agit d’un transfert de possession fabriqué par Chase elle-même. Elle a déjà noté son consentement sur le papier, et il ne manque que votre signature. Lorsque vous aurez marqué votre nom, le contrat sera scellé avant de s’évaporer.

Tout en écoutant l’explication de Christina, je parcourus le contrat des yeux. Je le lis 3 fois pour être sûr de ne pas vendre mon âme à un démon ou de devenir un esclave moi-même. En voyant mon inquiétude, Christina ne dit rien et se contenta de me regarder, inquiète elle aussi. Pendant un instant, je fus déconcerté par son habitude de baisser la tête. En sortant un crayon et signant le contrat, je m’exclamai,

– Arrête de baisser la tête ; cela te rabaisse aux yeux des gens. A mon avis, tu es bien plus attirante en regardant les autres dans les yeux. De plus, appelle-moi par mon nom, ‘’Maitre’’ est bien trop formel.

Ceci dit, Christina parut surprise. Son visage se mit à rougir, et elle répondit doucement ‘’oui’’ en levant la tête et me regardant droit dans les yeux. Je pus littéralement voir de la fumée s’échapper de ses oreilles, ce qui me fit rire. Je m’arrêtai de la regarder pour me concentrer sur le contrat dans mes mains.

*Pshhhh*

Tout à coup, le contrat se mit à trembler et à se plier avant de disparaitre. J’entendis un son sonner dans ma tête … Le Clavicula, il réagissait ?

Je secouai la tête, tentant de l’ignorer, ce qui fonctionna. Je regardai Christina qui elle n’avait pas du tout l’air affectée par ce transfert. Non, elle était affectée, mais dans un sens positif. Je vis de petites larmes se former dans le coin de ses yeux avant de couler le long de ses joues … Cela me rendit confus et déconcerté en même temps, ne sachant pas quoi faire ou dire. Christina fut la première à prendre la parole,

– Merci … Merci. Je … Non, nous … nous ne vous décevrons pas, je vous le jure.

Je ne pus m’empêcher de soupirer. Il s’agissait toutefois d’un soupir de soulagement, et je me rassis sur mon siège. Uh … ? Je pouvais ressentir quelque chose d’étrange … De quoi s’agissait-il ? Mes sens étaient en alerte, ou était-ce mon imagination ?

Je voulais vérifier les environs mais changeai rapidement d’avis. Personne n’allait m’attaquer ici, dans cette forteresse …

En pensant ainsi, je retournai mon attention vers Christina qui essuyait ses larmes. Elle se leva tout à coup de son siège, visiblement embarrassée. Elle essayait de masquer son visage avec ses mains et s’exclama,

– Je … Je vais partir maintenant afin de voir ce que je peux faire avec cette montre. Je vais travailler rapidement avant de vous prévenir quand je serais prête. Je ne vais pas vous déranger plus longtemps Mai… enfin … James … Bonne nuit !

Elle se retourna en vitesse et essaya de partir, mais je lui rappelai une autre chose importante,

– Et pour le collier ?

Elle s’arrêta tout à coup en entendant cela. Elle se mit à réfléchir puis se retourna vers moi, encore plus embarrassée qu’avant … Elle pouvait parfois être vraiment longue à la détente.

– Oui, j’ai oublié, désolé. Ehh … pour déverrouiller le collier, il vous suffit de le toucher et de dire ‘’Déverrouiller’’.

La méthode d’utilisation du collier était franchement simple. En m’approchant d’elle, je touchai la surface du collier et elle sursauta en me voyant si près d’elle …

Je le sentais … quelque chose n’allait pas …

A cet instant, comment dire … ? Un mouvement ne venant pas de moi ou de Christina se fit ressentir …

– James …. ? Uwaaah !

Tout à coup, Christina perdit l’équilibre en trébuchant sur quelque chose et tomba sur moi. Puisque je tenais toujours son cou, mon bras passa par-dessus son épaule. Puisque nous faisions tous les deux presque la même taille, sa tête s’approcha dangereusement de la mienne. Son souffle et son visage s’approchèrent de moi et nous tombâmes sur le sol, avec elle au dessus.

*Boum*

Eh … je ressentis une sensation humide sur mes lèvres tandis que nous gisions sans bouger sur le sol. J’ouvris rapidement mes yeux et me rendis compte que Christina … était sur moi et m’embrassait. Ses seins étaient pressés contre ma poitrine, et je pouvais parfaitement les sentir … Quoi… ? Comment … ? A cet instant, nos yeux se rencontrèrent. Il y avait dans ses yeux une certaine incertitude, mais aussi un certain désir …

 Je fus confus, ne sachant pas quoi faire, et repoussai lentement Christina. Mon cerveau était agité … et lorsque nous nous séparâmes enfin, nos yeux se rencontrèrent à nouveau. Je pouvais voir dans ses yeux une honte avant qu’elle ne les baisse.

– Je … Je suis désolée !

Elle se leva rapidement et tenta de partir, mais j’attrapai sa main, ce qui la surprit. Elle me regarda, confuse et effrayée …

– Déverrouiller.

*Clic*

Un petit clic se fit entendre et le collier de Christina se détacha avant de tomber sur le sol. Je lâchai aussi sa main et me retournai dos à elle en lui ordonnant sur un ton plat,

– Pars …

Elle trembla légèrement et sortis de la pièce en courant et sans rien dire. Au moins, elle ferma la porte derrière elle. Je contemplai la pièce, une profonde colère en moi …

– Montre-toi intrus, sinon …

– Sinon quoi ?

Une voix plaisante se fit entendre, et de la fumée apparut sur l’un des sièges, formant un corps …

– Alors, continuez. Que comptez-vous me faire … James ?

Je regardai droit dans les yeux le jeune homme, sans même trembler ou me figer. Il essayait de m’intimider, mais j’étais bien trop sûr de moi pour le laisser faire. Même Hestia arrivait à faire mieux que lui, je lui répondis donc en souriant,

– Cela dépend de ce que vous voulez, M. Valerian …

Lui aussi souris, et je pus voir une mince surprise dans ses yeux.

– En effet, il ne faut jamais se fier aux apparences. Surtout quand il s’agit d’une personne telle que vous, James. J’ai presque l’impression d’être un rat pris au piège …

– Je vous rassure, ce n’est pas une simple impression …

Ceci dit, j’arrêtai le temps.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                             Chapitre Suivant

Accueil

Une réflexion sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 76

  • Avatar
    9 septembre 2016 à 0 h 11 min
    Permalien

    « Ce n’est pas qu’une impression » le mec, comment il pose ses couilles sur la table

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :