Chapitre 7.5 : Les Deux Faces d’une même histoire

Edit : SerGe

 

– Hey Dawn, réveille-toi, ton heure n’a pas encore sonné …

Une douce voix chuchota à mon oreille. Je sentis un souffle contre mon visage, mais il s’agissait d’une sensation plaisante.

– Eh ?

J’étais dans une gigantesque plaine, une légère brise faisant vaciller les brins d’herbe. Je regardai dans le ciel, je pouvais apercevoir le soleil briller, un ciel dénué de tout nuage.

– Bonjour Dawn.

Je me tournai et vis une fille portant une robe noir une-pièce. Elle ne s’accordait vraiment pas au décor. Avec ses longs cheveux noirs, ses yeux violets et sa peau bronzée. Elle devait faire environ 10 à 20 centimètres de moins que moi, et avait un physique menu.

– Qui… Qui es-tu ?

Demandai-je, totalement sidéré. Où est-ce que je me trouvais ?

– Hmm, une très bonne question. Mais malheureusement, je ne peux pas y répondre pour le moment.

Je demandai confus,

– Pour le moment ?

– Oui, pour le moment. Car c’est à toi de me donner un nom.

Dit-elle, d’un air joyeux en plissant les yeux.

Je réfléchis une minute à la situation. Comment étais-je arrivé ici ? Quel était cet endroit ? Pourquoi se trouvait-t-elle ici ?

– Je ne sais pas.

Murmurai-je. Elle fit une expression désabusée, tandis que je lui répétai les questions qui résidaient dans ma tête.

– Ne t’inquiète pas, tu le sauras une fois réveillé, mais pour l’instant, il faut que tu me donnes un nom.

Elle sourit tout en disant cela. Son sourire était un charmant sourire, dénué de malice. Une chose que j’avais d’ailleurs remarquée, était qu’il n’y avait ici aucune fleur ou plante, autre que de l’herbe dans cette immense plaine.

– Et bien, d’accord …

Je me grattai la tête. Je n’avais absolument aucune idée de comment la nommer. Et pourquoi devrais-je le faire ? Mais bon, malgré ma confusion, je n’avais de toute façon aucun indice sur l’endroit où je me trouvais… Alors, autant y réfléchir.

– Que dis-tu de Livi ?

J’attendis sa réponse. Elle me fixa du regard, ce qui me rendit nerveux.

– Ha haha, bien ! Je pensais que tu allais dire Lividus, ‘noir’ en latin, j’ai raison ?

– Ouais … ha… ha

Elle avait l’air tout à fait instruite, connaissant le latin. J’avais presque oublié ma situation actuelle en l’entendant rire.

– Ok, à partir de ce jour, je m’appelle Livi, maître Dawn.

Je me figeai tout à coup. Maître ?

Alors que j’étais sur le point de lui poser la question, elle me coupa l’herbe sous le pied.

– On dirait que je n’ai plus le temps. Ah, et ne t’inquiète pas, ce ne sera pas notre dernière rencontre. Nous nous reverrons dans le monde réel. Tu verras.

Je ne savais pas quoi dire. Je voulais lui poser la question, mais tout à coup, le sol se mit à trembler et le paysage s’écroula sur lui-même, disparaissant, même la fille disparue, et enfin, je me mis à tomber…, et me réveilla.

(Ouvre les yeux)

 

============================Point de vue de Cecilia================================

(30 minutes avant que Dawn ne rencontre Cecilia)

– Ahhhhh, je m’ennuiiiiiiiiie !

Assise à ma table, je remplis ma tasse de thé chaud, et commença à boire. L’école allait recommencer dans 2 semaines, et mes vacances d’été n’avaient pas été des plus fascinantes, sans que rien de spécial ne me soit arrivé.

– Ahhh …

Je soupirai et leva les yeux au ciel. Je pouvais apercevoir des nuages, des oiseaux, et le soleil. Rien qui ne sorte de l’ordinaire, à part bien sûr la gigantesque prison de pierre flottante dans ce décor parfait.

– Huuuuh …

Encore un nouveau soupir. Les gens normaux ne pouvaient pas voir ce que nous, nous voyions. Cette prison en était la preuve. Seul un mage pouvait voir le halo de magie recouvrant cette prison, la rendant invisible à l’œil nu pour n’importe quel mortel.

Cette énorme prison avait été créée un jour par Solomon, le grand roi de la sagesse. On dit qu’il possédait un incroyable pouvoir, et que sur son lit de mort, il avait utilisé tout ce qu’il lui restait de force pour faire cette prison, aussi connue sous le nom d’AerPhulake. Personne ne savait vraiment pourquoi il l’avait créée, mais tout le monde savait que personne ne pouvait s’en échapper sans que le Conseil n’utilise son pouvoir pour laisser sortir quelqu’un.

– (Soupir)

Je continuai à boire mon thé, et commença à repenser à mes vacances d’été. Je n’avais même pas quitté la maison, j’avais juste passé mon temps à lire ou surfer sur le web. Tandis que les autres sortaient, et s’amusaient… Comment faisaient-ils ?

– Je les envie …

Dis-je, l’air absent.

– Je souhaite que quelque chose d’excitant m’arrive…

Ce souhait ridicule me fit rire, et je me remis à boire mon thé. Tandis que mes lèvres touchèrent le rebord de la tasse, j’entendis une voix.

– Bonjour ?

Cela me fit sursauter et en me retournant je vis… un garçon ?

– Qui êtes-vous ?!

Criai-je.

– Je suis …

Alors qu’il était sur le point de parler, son corps tout entier se raidit, son visage devint vert pâle, et il s’évanouit dans mon jardin.

J’appelai la sécurité pour qu’elle s’en occupe. En arrivant au loin, ils virent le garçon et commencèrent à accélérer.

– Que s’est-il passé miss Cecilia ?!

Le premier à arriver était mon majordome, Steward. C’était un vieil homme, d’environ 90 ans, mais toujours énergique et frais, pouvant faire croire qu’il n’en avait que 30. Il n’était pas un Magus pour rien.

– Ce garçon …

(Bruit d’explosion venant de la forêt)

– Qu’est-ce que c’était ?

Les mots m’échappèrent. Steward se prépara et lança un sort en avance, regardant autour de lui avec vigilance.

– Groupes 2 et 3, partez enquêter. Groupe 1, restez ici et protégez miss Cecilia.

Je sortis de ma stupeur et me remis à regarder de jeune garçon. J’étais curieuse de savoir ce qu’était ce bruit, mais j’étais bien plus intriguée par son apparition. Je remarquai enfin qu’il y avait quelqu’un d’autre à ses côtés.

– Onii-chan, (snif), ne … ne meurs pas (snif) ….

Il s’agissait d’une petite fille. Elle avait l’air de ne pas avoir plus de 7 ou 8 ans. Apparemment sa sœur. Leurs habits étaient usés, mais leurs corps eux avaient l’air tout à fait propres. Enfin le garçon n’avait pas l’air de bien aller …

– Gardes ! Prenez-le et mettez-le dans un des lits ! Appelez un docteur pour qu’il puisse l’ausculter ! Dites au chef de préparer à manger ! Apportez aussi de nouveaux habits pour lui et la fille à ses côtés !

– Onii-chan…

La petite fille enlaçait toujours son frère. Cela me fit mal au cœur et je me dépêchai de faire ce qui était en mon pouvoir.

Peu après 5 minutes, un docteur arriva et examina le garçon. Selon lui, le garçon était malade et avait tout un tas de symptômes différents, qui après quelques minutes disparurent entièrement de son corps qui n’avait aucune blessure. Cela m’avait l’air très intéressant. Il fut ensuite transporté dans une chambre et posé sur le lit. La fille elle, ne l’avait pas quitté tout du long, et regardait, les yeux rouges et enflés. Les gardes étaient sur le point de la questionner, mais elle avait l’air terrifiée et s’empressa d’enlacer son frère, comme si cherchant sa protection. Alors j’intervins.

– Tout le monde, retournez à la porte et montez la garde. Je m’en occupe.

– Mais … mademoiselle.

– Pas de mais qui tienne, faites ce que je vous dis de faire.

Ils quittèrent la pièce en soupirant.

La fille n’avait pas l’air de m’avoir remarqué, et ne me parlait pas, elle ne faisait que regarder son frère. Je m’approchai d’elle.

– Salut.

– Bonjour.

Dit-elle d’une voix fragile et faible, mais assez forte pour que je puisse l’entendre.

– Peux-tu me dire qui vous êtes ?

– Mon frère m’a dit de ne pas parler aux étrangers.

Je regardai le garçon, un peu surprise.

– Et il a tout à fait raison, mais dans cette situation, nous avons besoin d’informations pour vous aider … Tu comprends ?

Attendant sa réponse, elle se tourna en face de moi et me demanda.

– Est-ce que mon frère va s’en sortir ?

J’y réfléchis un instant. Le docteur avait dit qu’il irait bien après quelques heures de sommeil.

– Oui, il a juste besoin de se reposer, puis il se réveillera.

– Vraiment ?

Après ça s’ensuivit un silence, je ne partis pas de la pièce et attendis.

– Je m’appelle Stella, et mon frère, Dawn.

Elle s’était mise à parler, ce qui me fit sourire.

– Moi, je m’appelle Cecilia, heureuse de te rencontrer, toi et ton frère.

J’essayais d’être le plus amical possible. Je ne m’y connaissais pas très bien en enfant, mais je les aimais bien.

Elle hocha la tête. Nous restâmes assis tels quels pendant quelques minutes. Je la voyais gigoter les jambes dans sa chaise alors je lui demandai.

– Quelque chose te gêne ?

Elle rougit légèrement, et avec un ton bas.

– Je …. Je dois aller aux toilettes, mais je ne peux pas laisser Onii-chan.

Je faillis rire en entendant cela, mais me retint. Je souris et lui dis,

– Hmm, ne t’inquiète pas pour ça. Suis-moi, je vais te montrer où se trouvent les toilettes. Les personnes que tu viens de voir le protégeront. Cela ne prendra qu’une toute petite minute, d’accord ?

Elle regarda la porte, puis moi, et répondit,

– D … D’accord.

Et ainsi, nous marchâmes jusqu’aux toilettes, puis nous parlâmes un peu plus et je réussis à la convaincre de manger quelque chose, de prendre un bain, et de changer de vêtements. Au début, elle refusa, mais je réussis à la convaincre. Elle était extrêmement vigilante, mais aussi puérile et timide en même temps. Nous parlâmes beaucoup, mais elle ne donna jamais d’informations concernant son frère, seulement son nom. Quand je lui demandai son nom de famille, elle me répondit qu’elle ne savait pas, mais que peut-être que son frère le saurait lui. Je trouvais ça vraiment étrange. Je lui demandai aussi d’où ils venaient, mais elle ne me répondit pas et restait silencieuse. Je ne continuai pas et changea de sujet.

Elle était mignonne et drôle. Elle avait de bonnes manières, bien plus que n’importe quel noble, ainsi qu’une étiquette provenant de la fin du 15e siècle jusqu’au début du 19e, qui était décrite dans les vieux livres de bienséance. Elle connaissait aussi beaucoup de choses. Elle répétait souvent que son frère lui avait tout appris, et qu’il était bien plus intelligent qu’elle. Parlant, elle dit sans faire exprès que c’était grâce à cela qu’ils étaient parvenus à s’échapper, ou quelque chose du genre. Quand ce mot, ‘échappés’ sortit de sa bouche, cela me stupéfia. Étaient-ils détenus captifs ? Si oui, pendant combien de temps ? Elle se mura dans le silence après ce dérapage.

Au final, elle n’avait pas beaucoup parlé de lui. Mais ce n’était pas très grave, elle était mignonne et drôle. Plus tard dans la journée, nous nous séparâmes. Elle avait affirmé vouloir protéger son frère. Je trouvais ça drôle.

Le groupe 1 revint, disant qu’un cratère de 1 mètre s’était tout à coup formé dans la forêt. Il n’y avait apparemment aucune trace de magie, il était tout à fait normal comme si rien ne s’était passé. Bizarre.

 

Une journée passa. Stella, qui était assise à côté de moi discutait et riait tout en buvant du thé. Je la trouvais très agréable. Son frère ne s’était pas réveillé, mais je savais que ça allait se passer aujourd’hui. Stella était anxieuse alors je la calmai.

– Miss Cecilia.

– Tu peux juste m’appeler Cecil.

– D’accord … Cecil, quel âge as-tu ?

– Hmm, je vais avoir 16 ans cette année, alors 15. Pourquoi ?

– Ahh, non, rien.

Tout en buvant notre thé, nous parlions et rions. Je ne m’étais jamais imaginé que je serais dans une telle situation un peu plus tard dans la journée.

 

20 minutes plus tard.

Regardant autour de moi, les 80 hommes étaient évanouis ou blessés. 80 magus, spécialement entrainés, chacun spécialisé dans chaque type de magie, ne pouvaient rien faire face au garçon, qui se tenait là devant moi. Il n’était même pas blessé ou fatigué. Ses yeux dorés émettaient une lueur, comme s’ils brillaient. Le regardant de plus près, je remarquai qu’il était plutôt beau garçon.

Enfin non, pas ‘plutôt’, c’était le plus beau garçon qu’il m’ait été donné de voir. Même les modèles dans les magazines ne lui arrivaient pas à la cheville. Je ne pouvais pas le regarder dans les yeux sans rougir et penser à son visage, alors j’évitai d’entrer en contact avec ses yeux. Je ne l’avais pas remarqué hier à cause de la terre sur son visage, et je ne l’avais pas non plus tant regardé que ça quand il dormait dans la chambre. Je me demandais bien à quoi pouvaient bien ressembler ses parents pour qu’il ait un tel visage … aaah, mince, j’avais encore rougi …

– Où est ma sœur ? Elle était avec moi. Elle a de longs cheveux rouges. Réponds-moi !

S’écria-t-il.

Je regardai autour de moi, essayant de lui dire qu’elle allait bien, mais …

– Onii-chan !

Il se retourna et …

– Stella ?

Elle était de retour des toilettes.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                    Chapitre Suivant

Accueil

3 pensées sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 7.5

  • 22 avril 2016 à 3 h 31 min
    Permalink

    Le bruit de l’explosion c’est quand dawn a atterri?

    Répondre
    • 25 avril 2016 à 1 h 23 min
      Permalink

      oui je pense que c sa vue qu’il a pas activé le temp depui qu’il a sauté 🙂

      Répondre
      • 25 avril 2016 à 18 h 27 min
        Permalink

        Ouais, mais c’etait le temps entre le moment ou il redemarrer le temps et le moment ou on a entendu le bruit qui m’as fais poser la question, mais il a pas mal marcher depuis sont atterrissage

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :