Chapitre 69 : Enlace-toi

 

Couché sur le canapé, j’attendais le retour d’Hestia. Je n’étais pas spécialement heureux ou impatient. Il était aussi possible que nous ne puissions finalement pas les emmener avec nous, alors je ne voulais décevoir personne, ce qui allait s’avérer compliqué étant donné que tout le monde paraissait si heureux. Je me demandais comment elles réagiraient en apprenant que finalement, elles ne pouvaient pas partir … Décideraient-elles de mettre fin à leurs jours ? Probablement, elles avaient l’air plutôt désespérés après tout, elles préféreraient mourir ou chercher une nouvelle opportunité que continuer à vivre dans cet endroit. Mais Christina les empêcherait probablement de se suicider, car je savais maintenant qu’elle possédait une volonté à toute épreuve, faisant d’elle une personne sur qui il était possible de dépendre.

Les femmes dans la pièce discutaient les unes avec les autres mais baissèrent d’un ton en remarquant mon silence, me croyant perdu dans mes pensées. J’essayais en vérité de dormir tout en réfléchissant à la finalité de tout ça. Elles se mirent à chuchoter doucement, mais mon ouïe surdéveloppée me permit d’entendre leur conversation.

 

– Point de Vue de Christina –

La pièce devint tout à coup silencieuse, et apparemment, James venait de s’endormir ? Je n’en étais pas sûr à cause de son masque, mais rester silencieuses me paraissait être un meilleur choix que de le déranger. Je lui avais déjà demandé quelque chose de ridicule, et je préférais rester de son bon côté après avoir vu son mauvais côté … En fait, son mauvais côté ne me dérangerait pas vraiment s’il était un peu plus doux …

Tout à coup, mon visage se mit à brûler lorsque je me rappelai cet instant, quand son visage était si près du mien … Non, je devais me calmer, il avait minimum 2 ou 3 ans de moins que moi alors je devais arrêter d’avoir des idées étranges si je ne voulais pas le faire fuir … Ou pire, le faire me détester !

Je me tournai vers les filles pour voir comment elles allaient. Plusieurs regardaient en direction de James tandis que d’autres étaient nerveuses et perdues dans leurs pensées. Je n’étais pas bien différente d’elles, et moi aussi, j’étais heureuse qu’il nous ait acceptées.

– Ehm, vous pensez que nous devrions lui faire ‘’ces choses’’ maintenant ? Pour … Pour le remercier …

Murmura doucement Angela. De toutes les personnes du groupe, Angela était la plus pure et naïve. Une telle pureté était même surprenante après toutes ces années passées ici, mais elle avait passé celles-ci à réaliser quelques labeurs physiques ou a recevoir des cours. Même les gardes n’avaient pas le droit de la toucher sous peine d’être sévèrement punis par la maitresse des lieux, Chase. Angela était considérée comme un bien rare, alors elle était resté pendant toutes ces années isolée du monde extérieur, gardée dans cette maison comme un bétail précieux.

Son visage était rouge vif, et paraissait même briller dans l’obscurité de la pièce tandis qu’elle baissait la tête. En la voyant agir ainsi, les autres filles firent un sourire amer, mais nous comprenions toutes ce qu’elle voulait dire par ‘’ces choses’’. En entendant ça, mon cerveau se mit à bondir dans toutes les directions …

Je pouvais voir que les autres pensaient la même chose et que plusieurs filles se mirent à rougir en baissant les yeux. Nous nous rappelions toutes ce qui se trouvait sous se masque, alors nous ne pouvions nous empêcher d’espérer.

Je m’empressai de secouer la tête … Je devais me calmer, je n’étais plu une adolescente. Nous étions toujours des esclaves. Qui sait, peut-être qu’il ne faisait que jouer la comédie en jouant les gentlemen, mais qu’une fois seuls, il montrera son vrai visage !

– …

Non, même moi je n’y croyais pas, mais cela restait une possibilité n’est-ce pas … ?

– Dans quel endroit pensez-vous que nous irons ?

Demanda l’une des femmes assise à côté de moi. Elle tenait ses jambes contre son corps, et ses longs cheveux noisette bloquaient ses yeux baissés.

Je soupirai. Ce n’était pas un soupir de désespoir, mais de soulagement, un soupir que je pouvais enfin laisser échapper sans me sentir triste comme avant.

– Je ne sais pas, mais ce sera surement mieux qu’ici. Mais notre priorité maintenant est de faire en sorte qu’il ne nous déteste pas, nous devrons travailler dur, et ainsi, je suis sûr qu’il ne se servira pas de nous à de mauvaises fins !

Tout le monde acquiesça fermement. Je pouvais voir une passion brûlante naitre dans leurs yeux, et elles se perdirent à nouveau dans leurs pensées.

Je me mis à repenser à ma famille et à mes amis, à l’endroit de ma naissance et aux 2 dernières années de ma vie. J’avais maintenant 20 ans, et le monde avait probablement changé depuis le temps. Je ne savais pas si je reverrais ma famille, ils pensaient probablement que j’étais morte, étant donné que ‘’cet homme’’ m’avait donné une mission impossible. Je me demandais s’ils allaient bien ? Comment avaient-ils vécus ces 2 dernières années, et se souvenaient-ils toujours de moi ? M’avaient-ils cherché ou pleuré ?

Je n’avais jamais vraiment pensé à tout ça depuis mon arrivée ici, mais maintenant que je pouvais enfin partir d’ici, je voulais recontacter ma famille. Mais … J’étais maintenant une esclave …

Je me tournai un instant vers James … Il était mystérieux et je savais qu’il n’était ni bon ni mauvais, il se contentait de suivre ses objectifs et ordres. Mais en même temps, il pouvait être étonnamment gentil. Peut-être n’avait-il pitié de nous que parce que nous étions des femmes, mais en même temps, nous n’avions pas l’air de l’intéresser. Je pouvais voir dans ses yeux des étincelles de désir, mais qui étaient presque instantanément éteintes, ce qui blessait en quelque sorte ma fierté de femme. Mais ce n’était pas comme si je pouvais faire quelque chose, même sa subordonnée essayait de se rapprocher de lui en vain …

Non, nous lui faisions pitié mais pas parce que nous étions misérables ou parce que nous étions des femmes. Je l’avais perçu dans ses yeux froids lorsqu’il m’avait demandé de choisir si je voulais partir seule ou mourir et laisser les autres partir. A part de la détermination, j’y avais vu une légère sympathie … peut-être que nous lui faisions potoé à cause d’une expérience personnelle ?

Tandis que je pensais à tout ceci, l’une des filles me donna un coup de coude avec un sourire amusé.

– Hey, ne t’emporte pas trop, tu n’as pas encore gagné son cœur. Peut-être qu’il choisira quelqu’un d’autre, comme moi par exemple …

Son annonce sans honte me fit ouvrir grand les yeux. Les autres femmes parurent encore plus surprises mais il y avait aussi dans leur regard une certaine envie et détermination. Les unes après les autres, elles commencèrent à dire la même chose mais de façon vague, sans se confesser vraiment. Notre petite conversation se transforma vite en compétition pour savoir qui allait l’obtenir en premier, à laquelle je participai bien sûr … Après tout, moi aussi j’avais ma fierté de femme.

Toutes les femmes ici avaient des pensées tordues, alors je ne pouvais pas perdre. Qui sait, peut-être allaient-elles même essayer de le violer pendant la nuit, alors je devais le protéger.

En pensant ça, je l’imaginai, m’attachant dans une cage et me faisant toutes sortes de choses … Oui, je devais le protéger de toutes ces femmes aux pensées perverses !

 

– Point de Vue de Dawn –

Je sentis mon visage rougir en entendant leur conversation se transformer rapidement en compétition, mais ici, c’était moi le prix à gagner. Je ne me souvenais pas avoir accepté tout ça, mais en même temps, je préférais ne pas commenter. Je restai donc silencieux et fis semblant de dormir. Mais bien sûr, je ne pouvais pas dormir à cause de leur ‘’débat’’ …

Cela faisait 20 minutes qu’Hestia était partie. Je commençais à me poser des questions, peut-être s’était-elle perdue … ? Je décidai d’utiliser la connexion entre nous afin de l’appeler.

– Pourquoi prends-tu autant de temps ? Tu t’es perdue ?

Demandai-je à travers mon esprit. Je la sentais au 1er étage, mais après quelques secondes elle me répondit enfin,

– Ehmm … Jeune Maître, je crois que nous avons un problème …

*BOUM !*

Tout  à coup, une gigantesque explosion retentit à l’étage. La pièce se mit à trembler, faisant tomber la poussière au plafond. Une quantité incroyable de fissures apparurent sur les murs et le plafond … Que se passait-il au juste ?

Les femmes furent surprises et effrayés en entendant l’explosion. Plusieurs se mirent à tousser après avoir inhalé accidentellement de la poussière.

Je me levai en vitesse et prit ma veste en me connectant avec Hestia,

– Hestia, que se passe-t-il ? Où es-tu ? Réponds-moi !

– …

Je ne reçus aucune réponse mais je savais qu’elle n’était pas morte étant donné que la connexion fonctionnait toujours. Elle avait l’air extrêmement occupée …

*BOUM !*

Une autre explosion se fit entendre et la pièce trembla à nouveau. Christina et les autres femmes se tenaient déjà à côté de moi, attendant que je leur dise quoi faire.

– Maître James …

– Sortez tout de suite. L’endroit n’est plus sûr et le bâtiment risque de s’effondrer à tout instant.

M’exclamai-je en mettant ma veste. Christina paraissait inquiète, comme les autres, mais elle hocha la tête et commença à donner des ordres aux filles.

Une fois cela réglé, nous quittâmes en vitesse la pièce. En regardant dans le couloir, je vis de nombreuses personnes courant vers la sortie. Des gardes et esclaves couraient à toute vitesse, la peur sur le visage.

J’attrapai l’une des esclaves se dirigeant vers la sortie et lui demandai ce qu’il se passait.

– Il … Il y a une sorte de fou au 1er étage, avec de larges ailes blanches et une robe blanche. Il tenait une gigantesque épée et se battait contre une femme en feu …

– Dans quelle pièce se battaient-ils ?

La femme esclave paraissait pressée et se mit à réfléchir à ma question avant de me répondre,

– Dans le bureau, pièce 21. Vous ne pouvez pas le rater, il s’agit de la première porte à gauche après les escaliers.

J’acquiesçai afin de la remercier puis la laissai partir. Elle se remit à courir, mais une autre explosion retentit et la fit tomber au sol. Elle essaya de se lever, mais apparemment elle s’était tordu la cheville.

– Tiens, lève-toi. Je vais t’aider.

Christina arriva aux côtés de la femme et lui proposa sa main. Celle-ci l’accepta en la remerciant. Tandis que je réfléchissais à quoi faire, elle me demanda,

– Tu ne viens pas avec nous ?

Demanda Christina. Elle voulait que je vienne, tout comme le reste des filles, mais je secouai la tête.

– Ma subordonnée est en haut, si je la laisse seule, quelle sorte de maitre serais-je ? Partez en premières, cela risque de prendre un peu de temps.

Christina et les filles parurent déçues mais acceptèrent avant de quitter la maison avec l’esclave blessée.

Je leur fis un au revoir de la main et courus vers les escaliers en passant à côté de nombreux employés et esclaves. Toutefois, je continuai d’essayer de contacter Hestia afin de recevoir quelques informations sur la situation. Après quelques minutes de silence, j’arrêtai d’essayer et me concentrai sur ma course. Je ralentis légèrement le temps en courant et arrivai enfin aux escaliers menant à l’étage. Toutefois, tout était rouge … Pendant un instant, je crûs qu’il s’agissait de la couleur naturelle des escaliers, mais je me rendis compte de mon erreur en voyant plusieurs cadavres dans les escaliers. Il s’agissait d’employés et de gardes, tous coupés en 2 ou 4 morceaux. La scène était horrible, et tandis que je me tenais là confus, je vis 3 individus portant des robes blanches et des épées blanches à une main. Ils avaient aussi des ceintures comprenant divers gadgets, et je pouvais voir des pistolets automatiques accrochés à leurs hanches et épaules.

Ils me virent eux aussi et se retournèrent vers moi. En les regardant, je remarquai qu’il s’agissait de 2 hommes et d’une femme. Tandis qu’ils se tenaient là dans une mer de sang et de cadavres, j’observai aussi leurs robes qui étaient d’un blanc immaculé et sans la moindre tâche de sang, ce qui me rendait d’autant plus confus. La femme qui paraissait être le leader du groupe sourit, puis marcha vers moi, épée en main.

– Ahh, un autre être souillé est arrivé. Es-tu venu ici pour être enlacé la lumière ? Si c’est bien le cas, ne t’inquiètes pas, tu seras pardonné pour tes péchés si tu ne résistes pas à l’étreinte de Dieu !

– ~ Laisse-toi enlacer ! ~

Les 2 hommes collèrent leurs mains ensemble comme s’ils priaient et me répétèrent cette phrase en boucle … Flippant.

J’observai la femme qui attendait ma réponse. Son épée était sortie et des tâches de sang étaient visibles sur sa pointe. Mon regard se dirigea vers ses yeux et je fus surpris de n’y voir aucun mensonge ou aucune tromperie. Elle pensait vraiment cela et justifiait ses actions par ces mots … Les 2 hommes n’étaient pas bien différents, et les 3 souriaient joyeusement, ce qui faisait tâche dans ce décor ensanglanté …

J’invoquai tout à coup mon épée plasma sans l’activer, puis répondis,

– Laissez-vous enlacer vous-mêmes bande de tarés.

– Nous le ferons, mais juste après toi … PAUVRE FOU INSOLENT !

Tout à coup, ils devinrent fous de rage et chargèrent dans ma direction à une vitesse surhumaine … Mais cela ne m’impressionnait pas, et j’arrêtai le temps.

*Clic*

 

Chapitre Précédent                                                                                                                              Chapitre Suivant

Accueil

3 réflexions sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 69

  • Avatar
    24 août 2016 à 11 h 56 min
    Permalien

    Merci vivement la suite 😉

    Répondre
  • Avatar
    25 août 2016 à 23 h 17 min
    Permalien

    Allez viens laisse toi enlacer ~ ca fait froid dans le dos x)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :