Chapitre 68 : Sourire de Joie

 

– Jeune maître, le ticket dont vous parliez arrive demain. Avez-vous trouvé une solution pour trouver la fille ?

Demanda Hestia en s’asseyant sur le bord du canapé, juste à côté de mon torse. Sa question était soudaine et j’y pensais justement, mais je n’y avais pas trouvé de réponse et avait donc décidé de chercher et demander aux passants jusqu’à la trouver. Puis, je comptais la faire appuyer sur le bouton de la montre afin qu’elle rentre chez elle, plutôt simple.

Je me tournai vers elle et lui répondit,

– Non, mais je n’ai pas vraiment besoin d’en trouver une. Nous allons simplement fouiller le colisée pour la trouver, même si cela nous demande de retourner l’endroit.

Un profond regret apparut sur le visage d’Hestia, qui afficha un sourire amer avant de s’exclamer,

– Je … Je vois …

Je vis les femmes sur le lit faire la même expression, un air de tristesse en plus. Je ne comprenais pas pourquoi elles agissaient ainsi mais je ne devais probablement pas leur demander et décidai donc de rester silencieux, jusqu’à ce que Christina saute du lit d’un air décidé et s’approche de moi. Hestia descendit du canapé afin de se diriger vers le reste des filles afin de nous observer … J’avais du mal à comprendre la situation, que me voulait-elle ?

– Maître James, ce que je vais vous dire pourra vous paraitre extrêmement égoïste de ma part, mais pourriez-vous écouter ma requête ?

Je fus légèrement surpris mais acquiesçai, lui sommant de continuer. Elle toussa pour s’éclaircir la gorge et continua,

– Je ne vais pas tourner autour du pot et je vais être tout à fait directe … Pourriez-vous nous emmener avec vous ?

S’exclama-t-elle d’une voix suppliante.

Heh … Quoi ? Pourquoi ?

Ma confusion devint visible sur mon visage. Mais puisque je portais un masque, elle ne s’en rendit pas compte et pensa juste que je réfléchissais à sa requête. Après quelques secondes, je repris enfin mes esprits et devinai pourquoi Hestia insistait pour emmener Christina avec nous. Elle avait probablement discuté avec elles et décidé de les aider …

Je jetai un coup d’œil en direction d’Hestia qui souriait amèrement. En voyant mon regard, les autres femmes furent intimidés alors je me tournai à nouveau vers Christina. Je me remis droit et m’assis normalement sur le canapé. En regardant droit dans ses yeux, je me mis à réfléchir …

En me voyant perdu dans mes pensées, Christina parut vouloir prendre la parole afin de m’empêcher de refuser. Et après quelques secondes d’hésitation, elle se jeta enfin à l’eau,

– Maître James, nous pouvons vous être d’une grande aide. Si vous nous laissez vous montrer ce que nous savons faire, nous vous prouverons que nous n’avons pas seulement été choisies pour être des … ehm …

– Esclaves sexuels ?

M’exclamai-je crûment, ce qui fit rougir les femmes et leur fit baisser les yeux. Même Hestia parut impressionnée par mon indélicatesse, alors que je ne venais que d’admettre la vérité. J’avais répondu ainsi afin de voir si elle allait avoir le courage de continuer … et c’était effectivement le cas. Un profond regret apparut sur son visage, mais elle hocha la tête et continua,

– Oui, exactement … Comme vous le savez, je suis une puissante mage venant d’une grande famille. Mais le plus important est le fait que je sois une mage de rang 8 …

Elle fit un sourire gêné en s’exclamant cela. Toutefois, je n’y prêtai pas attention et me concentrai sur ce qu’elle venait de dire.

Une mage de rang 8 … Alors mon escorte était en vérité l’une des plus puissantes mages existantes, mais en même temps elle était bloquée ici en tant qu’esclave … Je ne savais vraiment pas quoi en penser. Cela paraissait totalement ironique de finir ici avec une telle force, mais en même temps je ne pouvais qu’admirer sa force et son courage, surtout  à son âge. D’après mes estimations, elle devait avoir entre 18 et 21 ans … Enfin non, ce n’était pas important pour le moment.

Elle voulait que je la prenne avec moi avec les autres femmes, mais je ne savais pas quoi lui répondre. Si quelqu’un apprenait que j’avais des esclaves, cela risquerait de me poser des problèmes. Et comment expliquerais-je tout ça à Steward ? Bon, il l’ignorerait probablement, mais qu’en sera-t-il de Cecilia ?

En réfléchissant, j’eus tout à coup une idée,

– Je ne peux pas tout simplement vous couper vos colliers ?

En entendant cela, elle devint pâle pendant un instant en touchant par réflexe son collier. Puis elle m’expliqua,

– Le couper ne nous aidera pas, nous avons déjà reçues la marque d’esclave et ce collier est juste là pour que nous ne nous échappions pas. S’il est coupé, la marque sur nos cous sera invoquée et nous mourrons d’une crise cardiaque. De plus, retirer la marque est impossible car elle est liée à l’âme. Nous avons de grandes chances de mourir en essayant de retirer le sort, alors ce n’est pas une option envisageable …

Cela ne me surprit pas, j’avais déjà émis une telle hypothèse.

Je soupirai, ce qui fit rougir Christina qui se sentait coupable en me demandant quelque chose comme ça.

Il me fallait réfléchir rationnellement, je n’avais pas besoin d’accepter. Je pouvais tout simplement refuser et en finir ainsi, mais je pouvais aussi accepter afin qu’elle m’aide à trouver la fille. Mais en acceptant, 11 femmes différentes aux capacités exceptionnelles me suivraient … Elle voulait que je l’emmène avec les autres femmes car elle ne voulait pas rester esclave toute sa vie, et ses amies comptaient pour elle …

Je jetai un coup d’œil en direction des femmes sur le lit, et je pus voir dans leurs yeux une profonde tristesse et résignation. Une brume vide allait réapparaitre dans ces beaux yeux. Je savais que n’importe quel homme accepterais dans une telle situation, et en profiterais probablement sur le plan sexuel … qui sait, peut-être étais-je tout simplement bizarre.

En voyant leurs visages tristes, je me souvins de moi-même … Hah, j’étais vraiment un idiot n’est-ce pas ? A prendre pitié lorsqu’il n’y avait pas de place pour celle-ci.

*Wouush*

Tout à coup, j’invoquai mon épée plasma et l’activai avant de la pointer vers le cou de Christina, touchant presque son collier. Je l’avais sortie si rapidement que Christina ne s’en était même pas rendu compte et fut momentanément confuse, regardant abasourdie la lumière dorée près de son cou. Elle pouvait sentir la chaleur de la lame, celle-ci ne brûlait pas à une telle distance mais restait cependant peu confortable. En réalisant la situation, Christina se figea et des sueurs froides parcoururent son corps. Elle savait qu’au moindre faux mouvement, sa tête allait tomber …

Les autres femmes prirent peur en me voyant agir ainsi. Même Hestia parut surprise, mais n’essaya pas d’interférer. Elle se contenta de fermer les yeux, ne souhaitant pas voir la suite.

– Ehh … Maître James ?

Demanda-t-elle, me suppliant presque. En la regardant froidement, je vis des gouttes de sueur perler sur son front et sur l’épée plasma avant d’être évaporées par celle-ci.

Elle me regarda droit dans les yeux, dans ce vaste puits froid, qui ne fit que l’effrayer davantage. Elle avait du mal à se l’imaginer elle-même, mais c’était comme se tenir nu au sommet du Mont Everest, son adversaire sachant quel allait être son prochain mouvement ou sa prochaine réaction. Cette nudité la fit rougir pendant un instant. Elle se sentait froide et vulnérable, et essaya presque instinctivement de cacher sa poitrine et ses parties génitales mais s’arrêta en chemin. Elle continua à me regarder.

– Je vais te laisser 2 choix. Premier choix : je t’emmène avec moi, mais je n’emmène pas les autres femmes.

Je m’arrêtai de parler et attendis afin que cette phrase se grave dans son esprit. Après quelques secondes, elle eut enfin le courage de me demander,

– Quel est le deuxième choix ?

Je dirigeai ma main libre vers mon masque. Puis, attrapant le rebord, je le soulevai depuis la base, révélant ainsi mon visage. Les femmes dans la pièce parurent abasourdies en me voyant, et même Hestia ouvrit grand les yeux et la bouche en voyant mon visage pour la première fois … Quand à Christina, elle ne fut pas bien différente, de plus, elle était la personne la plus proche de moi. Je vis donc son visage devenir rouge vif, paraissant sur le point d’exploser.

Mais cela changea rapidement lorsque je souris froidement, et que l’atmosphère glaciale s’invita à nouveau dans la pièce.

– Deuxième choix : je te tue et je prends le reste des femmes avec moi. Tu es la seule  à choisir, alors dépêche-toi. Est-ce que tu m’as bien compris ?

J’avançai lentement l’épée plasma vers son cou afin de l’effrayer. Elle se mit à réfléchir profondément et après quelques secondes, je vis sur son visage une profonde hésitation. Elle essaya à plusieurs reprises de se tourner vers ses amies, mais je l’en empêchai. C’était à elle de décider, et il s’agissait de quelque chose que je devais savoir. A sa place, si je devais décider, mon choix serait …

Tout à coup, Christina ferma les yeux, l’épée plasma illuminant son visage. En la regardant sans même cligner des yeux, je vis qu’elle ne transpirait plus et que les battements de son cœur s’étaient calmés … Elle avait décidé.

Elle rouvrit les yeux, un air de regret mais aussi de détermination sur son visage, et m’annonça,

– Je choisis le 2ème choix.

Soudain, la pièce tomba dans les ténèbres et les femmes se mirent à trembler de plus belle. La plus jeune, Angela, commença à pleurer et cria en direction de Christina,

– Non ! Ne fais pas ça ! Je ne veux pas que tu meures, choisis le numéro 1 ! Tu le mérites. Tu as même eu le courage de lui demander, ce que nous ne pouvions pas faire …

Les autres femmes parurent toutes déprimées et coupables et se rangèrent du côté d’Angela, disant à Christina de partir seule. Christina sourit, heureuse en entendant à quel point elles l’aimaient. Mais au final, elle secoua la tête et s’exclama,

– Je préfère que vous soyez toutes heureuses ; il ne faut pas être égoïste ou avide. Moi, je suis justement là à cause de mon égoïsme, alors, pour une fois, j’aimerais sauver quelqu’un …

Ses mots touchèrent les femmes qui se mirent à pleurer. Ils me touchèrent moi aussi, mais pas autant qu’elles étant donné que je n’avais jamais eu de camarades en prison. J’avais toujours été seul, tentant de protéger ma sœur du mieux que je le pouvais … Oui, c’était mon but, vivre et protéger ce qui m’était proche.

Christina se retourna vers moi et ferma les yeux, une unique larme coulant de son œil gauche. Elle était triste, mais avait l’ait l’air de ne rien regretter, alors elle attendit sa fin. Après 5 minutes d’attente, elle se rendit compte que rien ne se passait et se demanda si tout était déjà terminé. En ouvrant lentement les yeux, elle se rendit compte que … rien ne s’était passé. Le faisceau lumineux avait disparu de son cou et j’étais couché sur le canapé, mon masque sur le visage.

– Ehh … qu’est-ce que …

Christina parut confuse et me regarda d’un air surpris.

– J’ai bien reçu ta détermination et celle de tes amies. Allez vous reposer, nous partons demain une fois le ticket reçu. Hestia …

Hestia sourit et vint vers moi d’un air joyeux, son sourire était comparable à un soleil tandis qu’elle s’approchait de moi.

– Oui Jeune Maître ? Hehe.

Je savais à quoi elle pensait, et elle allait probablement m’ennuyer à nouveau avec ça à l’avenir. Mais pour l’instant, j’avais une tâche à lui confier,

– Va voir Chase et dis-lui que je prends les 12 femmes. Si elle veut quelque chose en retour, essaye de négocier avec elle. Sinon, reviens ici sans lui dire un mot de plus.

Christina devint folle de joie en entendant cela, mais après quelques secondes, elle se rendit compte de quelque chose et me demanda,

– Attendez, nous sommes 11, qui est la 12ème ?

J’avais failli oublier cela et donnai donc un détail de plus à Hestia.

– Demande à Chase de m’amener une petite fille avec de longs cheveux noirs, celle qui a été achetée récemment. Elle saura de qui je parle.

 En entendant cela, Christina parut surprise. Elle comprenait apparemment de qui je parlais, mais resta silencieuse et ne posa pas de questions. Elle se retourna vers ses amies qui pleuraient de joie et de soulagement et leur somma de reprendre leur calme.

Hestia quand à elle hocha la tête et sortit de la pièce à toute vitesse.

Tandis que tout le monde retournait à ses occupations, je soupirai en empruntant une position un peu plus confortable sur le canapé. Christina se tenait toujours au même endroit, elle se retourna et me murmura doucement,

– Merci …

Cette fois-ci, je souris, me rappelant l’incident dans le fiacre lorsque nous nous étions rencontrés pour la première fois. Cette fois-ci, son merci paraissait bien plus heureux que le dernier.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                Chapitre Suivant

Accueil

4 réflexions sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 68

  • Avatar
    23 août 2016 à 11 h 46 min
    Permalien

    Tellement cool que j’en oublie de respirer X) pas mal de stress dans se chapitre dis donc mais rassurer de voir qu’il les emmène , même la petite <3

    Répondre
  • Avatar
    25 août 2016 à 23 h 00 min
    Permalien

    Eh ouais, dawn il est comme ca, il ajoutes des femmes a son harem par dizaine, pas comme les autres qui en trouve une nouvelle tout les 50 chapitres. Tu controles le temps ou bien? Faut faire les choses en grand xD

    Répondre
  • Avatar
    29 mars 2017 à 21 h 37 min
    Permalien

    Moi je vous le dit Demi dieu(je crois) Badass et Il a un harem avec une Dragonne un Phoenix ‘ et une dizaine de fille ultras belle bah ptn chapeau l’artiste

    Répondre
  • Avatar
    20 janvier 2018 à 20 h 23 min
    Permalien

    Je pensais qu’il allait essayé de lui enlevé le collier en mode pause (d’ou la question sur sa mort)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :