Chapitre 65 : Je Suppose Que je Tue des Gens ?

 

Je voulais vraiment leur dire d’arrêter avant que la situation ne devienne vraiment dangereuse. Sur le point d’ouvrir la bouche, j’entendis quelqu’un courir vers nous de l’autre côté du couloir.

– Attends Evangaline !

Je me retournai et me rendis compte qu’il s’agissait de Chase. Elle avait changé de vêtements et retiré ses habits permettant un mouvement facile pour une sorte de robe noire dévoilant ses courbes.

 Elle se dirigea en vitesse à côté de la petite fille et la bloqua contre elle, l’empêchant de bouger ou de parler. La petite fille en question ne bougea pas et continua à lancer un regard froid en direction d’Hestia. Pendant ce temps le majordome restait à sa place sans rien faire, il ne respirait même pas et ne parlait pas, comme s’il n’était là que pour décorer. J’arrêtai donc de le regarder.

– Maître James, je suis sincèrement désolé de l’impolitesse de ma sœur, veuillez la pardonner. Elle n’est pas à l’aise avec les étrangers mais peut parfois être très gentille.

Je me contentai d’acquiescer, sans la moindre rancœur. Elle aurait pu me traiter de bien d’autres noms que ‘’sac à viande’’, ce qui en disait long sur sa personnalité.

Hestia détourna le regard, croisant les bras visiblement contrariée. Chase la regardait confuse, jusqu’à ce que je lui explique,

– Il s’agit de ma subordonnée, elle restera avec moi ces prochains jours. Lorsque le ticket arrivera, j’espère que vous lui réserverez une autre place ?

Le sourire sur son visage s’affaissa légèrement en voyant Hestia. Elle n’avait pas l’air de l’aimer et je pouvais même ressentir une certaine hostilité de sa part, hostilité qui devint encore plus prononcée lorsqu’elle vit qu’Hestia portait exactement les mêmes vêtements que moi.

– Oui … c’est … aucun problème Maître James. Je préviendrais les esclaves et, à nouveau, permettez-moi de vous remercier d’avoir accepté ma demande égoïste. Maintenant, veuillez me suivre jusqu’à la salle à manger.

 La petite fille silencieuse tout ce temps parut confuse en voyant sa grande sœur me parler aussi poliment. La grande sœur en question se contenta de la serrer dans ses bras jusqu’à lui faire mal, ce qui lui fit pousser un petit cri mais aussi comprendre la situation. En même temps, elle baissa les yeux, tenant toujours son énorme ours en peluche.

Ainsi, Hestia et moi nous suivîmes Chase. Tandis que nous marchions, Chase essaya de commencer une conversation avec moi, mais je lui répondis brièvement, ne lui donnant aucune chance de continuer la conversation. En conséquence, une atmosphère froide s’installa, elle n’était ni gênante, ni hostile, mais plutôt froide et grossière. Hestia n’était pas non plus d’humeur à discuter et se contentai donc de me suivre en regardant tout autour d’elle d’un air curieux. En y repensant, elle n’en avait probablement jamais vu autant, j’étais la première personne à l’invoquer après tout.

Tandis que nous marchions, je repensai au temps qu’il me restait. Steward m’avait donné 2 jours, 2 jours qui se terminaient demain … Je n’étais pas sûr de terminer ma tâche à temps, et j’étais légèrement inquiet pour Stella. Mais en même temps, j’étais soulagé car elle était avec Leraje et Cecilia, je n’avais donc qu’à me concentrer sur ma tâche et en finir le plus rapidement possible.

Hestia parut tout à coup agitée et me donna un petit coup de coude.

– Jeune maître, nous nous approchons des 3 individus puissants dont je vous ai parlé. Je ne sais pas vraiment de quel genre de réunion il s’agit, mais vous devriez rester sur vos gardes, même si je suis bien plus puissante qu’eux. Restez donc toujours à côté de moi et méfiez-vous …

– Tu n’as pas besoin de me le rappeler Hestia.

Je soupirai, ce qui fit sourire Hestia.

– Bon, dans ce cas mettez-vous à l’aise et laissez-moi vous montrer ce que je sais faire !

Et voilà ses véritables intentions …

Ceci dit, nous arrivâmes enfin devant une large double porte, que Chase eut l’honneur d’ouvrir. La petite fille était toujours avec nous, son énorme ours en peluche dans les bras et son majordome mort derrière elle. Hestia en profita aussi pour se rapprocher de moi et pratiquement se coller à moi … Peut-être aurai-je dû lui donner quelques règles, comme avec Leraje, mais maintenant, il était trop tard.

– Si vous le voulez bien, Maître James.

Chase me sourit en ouvrant la porte avec ses deux mains, révélant ainsi une large salle à manger. Une scène des plus extravagantes apparut devant mes yeux : un énorme chandelier au milieu de la pièce ainsi qu’une gigantesque table accompagnée de quelques chaises. Des regards curieux se tournèrent vers nous, ceux de 5 individus, dont 2 assis à la table. Les deux invités étaient des femmes possédant une caractéristique commune avec Chase : des cheveux argentés. L’une des femmes paraissait être une adolescente tandis que l’autre était une adulte. Tandis que leurs regards contemplaient notre groupe, elles parurent particulièrement intéressées par mes yeux.

– Ahh, Sœurettes, bienvenue … comment allez-vous ?

Chase pénétra dans la salle à manger d’un pas décidé. En la suivant, je n’étais pas vraiment intéressé par la situation et me contentai donc de suivre ses instructions. Je ne regardai même pas les 3 hommes se tenant derrière les 2 femmes, car ils n’avaient aucune importance à mes yeux. Chase me montra ma place, qui se trouvait juste à gauche de la sienne, et Hestia s’assit à ma gauche, je finis donc entre les deux femmes. La petite fille prit place à l’extrémité de la table en ne lâchant toujours pas son ours en peluche. Hestia avait l’air de s’ennuyer et ne daigna même pas regarder les 2 autres femmes, son regard tourné dans une autre direction. En voyant les manières d’Hestia, les 2 femmes haussèrent les sourcils mais n’essayèrent pas de la corriger. Quelque chose n’allait pas, j’étais pourtant sûr qu’elles allaient commencer à lui faire la morale ou tout simplement l’attaquer à vue ; de ce que j’avais vu, les personnes ici pouvaient être tuées juste pour avoir éternué.

La femme adulte détourna le regard et me regarda d’un air intéressé. Même l’adolescente paraissait intéressée et m’observait avec un sourire malsain …

– Chase, pourquoi ne pas nous présenter à ton invité ?

Suggéra la femme adulte.

– Oui, tu as raison. Voici Maître James, il est l’acheteur du ticket de colisée et restera ici quelques jours.

– Bonjour.

M’exclamai-je sur un ton neutre. L’adolescente me fit signe en disant ‘’Salut’’ et la femme adulte sourit en hochant la tête.

– Bien, j’imagine que vous avez faims, alors commençons à manger.

*Clap Clap*

Chase se leva et frappa dans ses mains afin d’ordonner aux esclaves d’amener les plats. L’odeur de la nourriture emplissait l’air et plusieurs dizaines de chariots arrivèrent depuis la pièce adjacente. Les esclaves poussant les chariots commencèrent uns par uns à délivrer la nourriture devant nous et sur la table, couvrant celle-ci d’une myriade de plats à l’odeur divine. Cela ne leur prit qu’une minute à peine, après quoi ils partirent en vitesse. D’ailleurs, tous ces esclaves étaient des femmes, portant des vêtements assez révélateurs.

– Bien, mangeons !

Annonça Chase. Ainsi, tout le monde commença à manger. Même Hestia qui était silencieuse depuis un bon moment fut largement intéressée par la nourriture et la dévora, un large sourire sur son visage. Je respirai l’odeur de la nourriture dans l’air afin de vérifier s’il y avait des drogues à l’intérieur, pour découvrir qu’il n’y en avait pas du tout. Je e m’attendais pas à ce qu’il y en ait, mais être prudent ne pouvait pas faire de mal. Je commençai donc par boire une soupe … cela paraissait probablement bizarre à cause du masque sur mon visage, mais celui-ci possédait une ouverture invisible au niveau de la bouche afin que je puisse manger sans avoir à le retirer. Lorsque Chase me vit manger normalement, elle parut déçue un instant. Malheureusement pour elle, son plan n’avait pas marché.

Tandis que nous mangions, les sœurs se mirent à parler entre elles. Elles parlèrent des évènements actuels, ainsi que de leurs vies. Elles parlèrent même de choses dérangeantes, tel que du nombre de cadavre empilé quelque part, ce qui faillit me faire perdre l’appétit, et ce que bien sûr, Chase remarqua. Après qu’elles aient changé de sujet, les seules personnes qui ne parlaient toujours pas étaient moi, Hestia et la petite fille du nom d’Evangaline. Nous nous contentions de manger jusqu’à ce qu’au milieu de la conversation des sœurs, la femme adulte me pose une question. Nous nous étions tous présentés avant de commencer à manger, et son nom était Morgana, tandis que l’adolescente s’appelait Ashe. Moi qui espérais terminer tout ça sans avoir à parler ….

– Alors, Maître James, puis-je vous demander quelle est votre profession ? Oh non, attendez, j’ai peut-être déjà entendu votre nom quelque part …

S’exclama  pensive Morgana. Cela me surprit … Elle ne pouvait pas me connaitre, alors elle m’avait probablement confondu avec quelqu’un d’autre.

– Faites-vous partie de la Confrérie Brisée ?

Tout à coup, j’entendis un bruit de métal brisé. Je me tournai vers ma droite et remarquai que Chase venait de casser sa cuillère en deux et serrait les dents en foudroyant Morgana du regard. Puis, elle s’écria,

– Sale mégère … tu as planté un appareil d’écoute quelque part n’est-ce pas ?

Son accusation me surprit, mais maintenant, je savais pourquoi elle était au courant à propos de la Confrérie Brisée …

La femme en question ne répondit pas à la question de Chase et se contenta de sourire calmement. Même les autres personnes dans la pièce parurent surprises et me regardèrent, à la fois sceptiques et abasourdies. Ashe aussi me regarda de la même façon. Hestia quand à elle, regarda tout autour d’elle, confuse. La petite fille de son côté continuait à manger ses pâtes en ignorant complètement la situation. Peut-être ne nous avait-elle-même pas entendue, étant donné que le seul son audible dans la pièce silencieuse était le bruit qu’elle émettait en mangeant ses pâtes.

– Morgana, même si c’est vrai, penses-tu avoir l’autorité nécessaire pour poser une telle question ?

Rétorqua Chase avec dédain en regardant sa grande sœur qui continuait à sourire.

– Et penses-tu avoir l’autorité de me le refuser ? N’est-ce pas à la personne concernée de décider s’il veut répondre ou pas ?

Les deux femmes se tournèrent toutes les deux vers moi. Leurs deux expressions étaient complètement différentes, l’une était tendue tandis que l’autre était calme. Mais leurs regards me demandaient la même chose … Qui allais-je choisir ? J’avais l’impression d’être un mari trompant sa femme et venant d’être découvert par celle-ci. Et Hestia qui rigolait à côté de moi ne m’aidait pas vraiment.

Je soupirai puis ouvris ma veste pour en sortir le badge de la Confrérie Brisée avant de le poser sur la table, à côté de mon assiette. Tout le monde le regarda d’un air impressionné, à l’exception de la petite fille. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi un simple badge les surprenait tant, mais je devais continuer à jouer la comédie et me remis donc à boire ma soupe  en silence.

– Alors, quelle est votre profession Maître James ?

Demanda-t-elle avec curiosité, ignorant l’atmosphère pesante.

– Je suppose que je tue des gens ?

Répondis-je tranquillement en buvant ma soupe.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                Chapitre Suivant

Accueil

5 réflexions sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 65

  • Avatar
    20 août 2016 à 12 h 20 min
    Permalien

    La réponse qui tue XD bon le problème du repas avec le masque est résolue X)

    Répondre
    • Avatar
      20 août 2016 à 21 h 46 min
      Permalien

      Ouais, l’ouverture invisible au niveau de la bouche, tout s’explique xD

      Répondre
  • Avatar
    20 août 2016 à 14 h 10 min
    Permalien

    Continuer comme ça sa promet la suite x) par contre Hestia a bien dit je suis la 3eme a être invoquer MAIS OU EST LE 2eme ?????

    Répondre
  • Avatar
    20 août 2016 à 21 h 53 min
    Permalien

    C’est la petite qui pause la question a la fin?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :