Chapitre 64 : Glace et Nova

 

Je me tenais actuellement devant ma chambre. La poignée de la porte en main, je pouvais entendre des femmes discuter. J’entendis même le rire d’Hestia, avant d’ouvrir la porte.

En entrant dans la pièce, je vis des femmes souriantes et riantes, assises sur le lit. Lorsqu’elles virent quelqu’un entrer, elles paniquèrent un instant jusqu’à réaliser qu’il s’agissait de moi. Elle aussi visiblement soulagée, Hestia se tourna vers moi. Cette fois-ci, elle portait la robe qu’elle avait créée, mais je pouvais toujours voir la pointe de ses seins qui paraissaient érigés pour une raison inconnue. Elle me sourit,

– Vous êtes revenu jeune maître ; avez-vous profité de votre promenade ?

Je me contentai d’acquiescer en me dirigeant vers le canapé. En retirant ma veste, je me rendis compte que la température de la pièce était 2 fois plus élevée que depuis mon départ, et que maintenant, elle venait de devenir encore plus chaude. Pendant un instant, je me demandai ce qui pouvait bien causer ça jusqu’ à ce qu’Hestia me vienne à l’esprit.

Je me couchai sur le canapé, dans l’optique de faire une sieste. Le soleil était déjà levé et je pouvais me permettre quelques heures de sommeil de plus. De plus, Chase n’allait pas me déranger pendant mon sommeil, alors c‘était parfait.

Tout à coup, je me rendis compte qu’Hestia était là, assise sur le bord du canapé, à côté de moi. Le plus surprenant était que je ne l’avais même pas remarqué venir ici. Je vérifiai donc le lien entre nous deux et réalisai que j’avais bien remarqué sa venue jusqu’à moi, mais que je l’avais ignoré. Apparemment mon subconscient avait juste décidé qu’elle pouvait arriver jusqu’à moi sans que je la remarque, ce qui était plutôt inquiétant.

– Tout d’abord, arrête de me vouvoyer et de m’appeler ‘’jeune maître’’. Appelle-moi juste Dawn.

Lui murmurai-je. Depuis mon retour, je pouvais sentir sur moi le regard des femmes assises sur le lit. Elles paraissaient timides et je ne voyais pas la moindre once de haine ou de dédain dans leurs yeux. Elles agissaient même comme si j’étais une sorte de chaton fragile et délicat, prêt à se briser ou à fuir au moindre faux pas, ce que je n’étais pas bien sûr.

Hestia afficha un sourire amusé et je sentis la température de mon corps monter. Non … L’air autour de nous venait vraiment d’augmenter de 2 degrés …

 Je me tournai vers la femme en question, vêtue d’une robe noire et ne faisant rien pour dissimuler son corps divin. Heureusement que toutes ces années d’emprisonnement m’avaient apprises à me contrôler ; avec Stella à côté de moi, je ne pouvais pas me masturber, alors années après années, j’avais appris à bloquer toute pensée sexuelle. J’y arrivais en ignorant tout ce qui était en rapport avec le sexe et en me remplissant l’esprit d’autres choses afin de garder les ‘’démons’’ à l’écart. Mais maintenant, ma détermination était mise à rude épreuve face à cette femme que je venais à peine de rencontrer. Je pouvais sentir le mur que j’avais construit autour de ma tête s’affaisser secondes après secondes.

– Que veux-tu … ?

Demandai-je sur un ton forcé. La beauté aux cheveux rouges haussa les sourcils et se rapprocha de mon corps. Collant sa poitrine contre mon torse, son nez touchait presque mon masque. Je regardai à l’opposé afin d’éviter tout contact oculaire. Elle se tenait beaucoup trop près de moi, alors je la repoussai. Je ne savais pas ce que les femmes présentes dans la chambre allaient en penser où si elles allaient en parler à Chase, alors il valait mieux leur donner une telle image.

Tandis qu’Hestia se rapprochait toujours plus de moi, je sentis sa respiration dans mon oreille droite. Cela me chatouillait, mais je l’ignorai, ce qui la fit rire et m’enlacer toujours plus fort. De plus, sa poitrine était collé à la mienne, et je pouvais sentir des gouttes de sueur couler sur mon front tandis que la température montait, je ne savais pas si c’était la pièce ou moi, mais je savais qu’elle en était la responsable …

– Lorsque vous êtes parti vous promener, j’ai repéré 3 autres individus dans le périmètre. Ils sont forts, mais ne font pas le poids contre moi, alors pour votre sécurité jeune maître, vous devriez toujours rester avec moi jusqu’à obtenir l’objet que vous désirez tant.

Sa vois était douce et pleine de compassion, et l’information était utile, mais j’avais un problème avec sa façon de parler, comme si elle me considérait comme une personne faible … Je lui demandai donc,

– As-tu deviné comment je me suis échappé de ton étreinte ?

Un sourire moqueur apparut sur mon visage. Elle ne le vit pas, mais le ton sur lequel je venais de parler suffisait. En me regardant, confuse, elle parut tout à coup se rendre compte de quelque chose et grimpa sur moi, avant de bloquer mes mains et mes jambes avec son corps. Sa force était impressionnante pour un humain, mais bien sûr, je savais qu’elle n’était pas humaine. Hestia afficha un sourire séduisant, et commença à frotter sa jambe contre la mienne. A cet instant, j’étais heureux d’avoir ce masque.

– Voyons si vous y arrivez à nouveau sans que je ne le remarque, jeune maître … Cela me surprendrait, et je pourrais même vous donner une récompense si vous y arrivez … Bien sûr, je compte quand même vous récompenser si vous n’y arrivez pas …

*Toc Toc*

Tout à coup, quelqu’un toqua à la porte, et une voix retentit,

– Maître James, Maîtresse Chase souhaite vous rappeler qu’il y a un diner.

Paniquant, les femmes assises sur le lit s’empressèrent de retirer leurs vêtements. Elles étaient toutes restées silencieuses jusqu’à maintenant, et m’avaient regardé me faire molester par Hestia. Tout à coup, j’arrêtai le temps.

Je repoussai Hestia et touchai par accident sa poitrine, qui était, je devais l’avouer, très douce … Dans tous les cas, je la repoussai puis réarrangeai ma chemise. Puis j’enfilai ma veste et me plaçai devant la porte, avant de remettre le temps en marche et de l’ouvrir.

– Oui, j’arrive dans quelques secondes, pourriez-vous attendre ici un instant ?

La femme se tenant derrière la porte hocha la tête d’un air effrayé et je lui fermai la porte au nez.

Je regardai en direction du mur où était accroché l’horloge et réalisai qu’il était 6 heures. Le temps passait vraiment rapidement.

– Comment avez-vous … ?

Hestia était assise sur le canapé, complètement abasourdie et se demandant comment j’étais sorti de son étreinte et comment je m’étais déplacé jusqu’à la porte sans qu’elle ne le remarque. La voir ainsi me fit sourire. Pour la première fois, je pouvais enfin la faire descendre de ses grands chevaux.

– Nous partons Hestia, enfile quelque chose d’un peu plus présentable s’il-te-plait.

– Hey, je ne suis pas assez présentable comme ça ?!

Elle sauta du canapé et commença à me montrer ses courbes. Sa robe ne les cachait pratiquement pas, et paraissait plutôt coller à son corps et les souligner davantage … Rester avec elle était franchement dangereux.

 Je me retournai et attrapai la poignée de la porte.

– Tu sais très bien ce que je veux dire, oiseau ou humain, je te laisse choisir, mais tu dois rester correcte.

Ceci dit, je sortis de la pièce et rencontrai à nouveau la femme esclave qui était surprise de me revoir aussi rapidement.

 

– Point de Vue d’Hestia –

Je le regardai sortir de la pièce afin que je me change en privé. Il n’avait pas vraiment besoin de faire ça, l’avoir avec moi ne m’aurait pas raiment dérangé. J’aurais même préféré qu’il reste et me regarde …

Je soupirai. Je ne savais vraiment pas quoi penser de lui. Il était la première personne à m’invoquer en complétant les conditions. Il paraissait un peu froid au départ, mais je m’étais vite rendu compte qu’il avait ses propres moments et qu’il essayait d’éviter tout ce qui ne le concernait pas et ne lui bénéficiait pas. Il était un homme juste, ou plutôt devrais-je dire un garçon juste ?

Ses yeux étaient dorés et paraissaient m’aspirer, ce que j’adorais chez lui. Il avait des cheveux noirs mi-courts attachés en queue de cheval mais je ne pouvais pas vraiment voir son visage. Il allait probablement retirer ce masque après avoir complété sa tâche, mais à en juger par la couleur de sa peau et son odeur, il était très jeune, c’était d’ailleurs la raison pour laquelle je l’appelais jeune maître.

Je sentais aussi que je n’étais pas la première à avoir été invoquée ; je pouvais sentir 2 autres individus invoqués après avoir complété les conditions. Toutefois, je ne savais pas vraiment qui ils étaient et où ils se trouvaient. Laisser le maître seul était vraiment irresponsable de leur part. Mais en même temps, je pouvais deviner la raison de leur absence : le jeune maître avait probablement insisté pour venir ici seul, et il en avait la force. Même moi je n’arrivais pas à deviner comment il arrivait à échapper à mon étreinte, ce qui attisait encore plus ma curiosité.

Mais je ne devais pas essayer de le forcer, j’avais déjà appris avec mon attitude précédente qu’il y avait quelques sujets sensibles, comme ses parents par exemple.

Par-dessus tout, il était généreux avec les personnes proches de lui ou avec lui, et prenait pitié et aidait les personnes dans le besoin. Il pouvait clairement juger ce qui n’était pas suffisant et ce qui était trop exagéré, ce qui faisait de lui un jeune maître.

Il allait en apprendre bien plus en grandissant, et je comptais le suivre tout du long, le regarder et admirer ses actes et achèvements … Parce qu’il était mon premier. Il n’était pas le meilleur, ni le pire, mais le plus décent que je connaissais.

Je regardai en direction des femmes assises sur le lit. Elles paraissaient misérables et désespérés. Je savais que leur attitude actuelle se logeait dans la simple optique de plaire et de se faire remarquer par le jaune maître … Je n’aimais pas l’idée de le partager, mais j’étais un phénix, la justice était dans ma nature, même si celle-ci allait à l’encontre de mes désirs de femme. Je me tournai donc vers elles et donnai un conseil à la femme blonde paraissant être leur leader,

– Si vous voulez qu’il vous accepte, vous devez lui être utile.

Cela la surprit, mais elle comprit rapidement ce que je voulais dire et hocha la tête. Je pouvais voir une flamme apparaitre dans ses yeux. Tout cela allait devenir très intéressant.

Le jeune maître avait des inquiétudes et peur, mais il avait un esprit puissant que je portais haut dans mon estime.

Pensant ainsi, je me concentrai afin de changer de vêtements … Oh, je vais lui montrer quelque chose de présentable.

 

– Point de Vue de Dawn –

Je me tenais  à côté de l’esclave, attendant Hestia. Honnêtement, cela me faciliterait énormément la tâche si elle pouvait se changer en oiseau, mais la connaissant depuis peu, je savais que c’était impossible. Elle était têtue, arrogante et orgueilleuse. Elle ne regardait pas les autres de haut, mais jugeait sans la moindre pitié les personnes en dessous d’elle. Je savais qu’elle était gentille, mais que cette gentillesse avait une limite. De plus, ses changements d’humeurs étaient similaires à toutes les femmes que j’avais rencontré jusqu’à présent, à l’exception de Sera.

*Clic*

J’entendis la porte s’ouvrir et me retournai pour regarder Hestia.

– Suis-je assez présentable maintenant, jaune maître ?

J’observai pendant un instant ses vêtements. Elle portait une veste au dessus d’une chemise, ainsi qu’un jean rouge sombre. Ses bottes étaient elles aussi rouges sombre. Sa tenue était effectivement convenable, mais elle portait exactement les mêmes vêtements que moi, à l’exception de la couleur …

Je ne pus m’empêcher de soupirer et de lui faire un signe comme si j’abandonnais. Je préférais la voir dans cette tenue qu’avec une mini-jupe révélant ses jambes et attirant les problèmes. Sa tenue était donc présentable, mais je remarquai qu’elle l’avait légèrement rétrécie afin que ses courbes soient encore visibles. A part ça, tout allait bien …

*Clac Clac Clac*

Tout à coup, j’entendis des bruits de pas et me retournai vers ma gauche.

– Maîtresse Evangaline …

La femme esclave se tenant à côté de moi se pencha tout à coup en avant, son corps parcourut de sueur froide face à la petite fille tenant un énorme ours en peluche. Elle avait l’air d’avoir 8 ans, à peu près l’âge de Stella. Elle portait une robe noire à froufrous et avait les mêmes cheveux argentée que Chase, ce qui voulait dire qu’elle avait probablement un lien avec Chase.

Elle avait l’air de s’ennuyer et traversa le couloir jusqu’à s’arrêter devant moi d’un air confus. Derrière elle se tenait un homme avec une profonde cicatrice à la gorge. Sa peau était gris pâle et son regard passif. Une odeur de putréfaction émanait de son corps et de ses vêtements de majordome. Je devinai facilement qu’il était mort, ses yeux ayant perdu depuis longtemps leur couleur … Etait-il une goule ? Un zombie ? Un mort-vivant peut-être ? Je reçus une nouvelle confirmation que les vampires n’étaient pas des morts-vivants car ils ne sentaient pas aussi mauvais que cet homme.

– Hors de mon chemin, sac à viande.

Ordonna froidement la petite fille. Je sentis un frisson parcourir mon échine jusqu’à ce qu’une chaleur brûlante apparut dans mon dos … C’est-à-dire Hestia.

– Petite fille, tu devrais faire attention à qui tu parles si tu ne veux pas te faire brûler au 3ème degré …

Je pouvais voir des étincelles jaillir de leurs regards. Elles m’ignoraient complètement … L’une était froide comme la glace et l’autre était chaude comme une nova … Et maintenant ?

 

Chapitre Précédent                                                                                                                              Chapitre Suivant

Accueil

4 réflexions sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 64

  • Avatar
    19 août 2016 à 17 h 30 min
    Permalien

    OMG Je veux voir le prochain chapitre viiite >.< Merci :3 pour celui la ^^

    Répondre
  • Avatar
    19 août 2016 à 20 h 39 min
    Permalien

    2 autres? Leraje et c’est qui le deuxieme? C’est pas livi si?

    Répondre
    • Avatar
      19 août 2016 à 23 h 01 min
      Permalien

      Sa serait le plus probable , quand il est arriver dans l’école la directrice. Bien dit qu’il y avait deux personne dans le même corps et à se moment il n’y avait pas leraje donc ses sûrement elle X) mais sa veut dire que livi/nyx à était invoquer ou est complètement aux ordres de « jeun maître » se qui paraît un peu bizarre

      Répondre
  • Avatar
    19 août 2016 à 23 h 01 min
    Permalien

    Merci pour le chap espérons qu’il ne détruise rien X)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :