Chapitre 59 : Le Pouvoir du Badge

 

Sur le chemin, la femme et moi nous n’échangeâmes pas le moindre mot et restâmes silencieux. Cette fois-ci, elle ne souriait plus, et je pouvais voir sur son visage des traces évidentes de tristesse, rendant ainsi la situation plutôt inconfortable. Mais je ne me plaignis pas et me contentai de rester silencieux afin qu’elle puisse avoir un peu de temps pour elle-même.

20 minutes plus tard, le véhicule s’arrêta enfin. La femme assise à côté de moi soupira lourdement, ouvrit la porte à sa gauche et sortit du fiacre. J’ouvrai les rideaux et vis l’entrée d’un large bâtiment. Devant cette entrée se tenaient de nombreuses personnes au visage froid. M’attendaient-ils ?

Après quelques secondes de plus, la femme ouvrit la porte à ma droite, mais cette fois-ci en ayant retrouvé son sourire passif. Je ne dis rien et regardai le groupe de personne qui me fixait du regard comme si j’étais déjà mort à leurs yeux.

Puis tout à coup, quelqu’un sortit de ce groupe d’un pas lourd. Les personnes à l’avant du groupe s’écartèrent pour former un chemin, et lorsque je levai les yeux, je vis une couleur argentée … De longs cheveux argentés … La personne s’approchant de moi était une femme. Elle avait quelques cicatrices ça et là ainsi qu’un cache-œil recouvrant son œil gauche. Elle restait toutefois assez belle, avec son œil bleu. Elle s’approcha de moi, un sourire sur son visage …

– Maîtresse Chase.

La femme venant de m’escorter se mit à genoux et baissa la tête. Je voulais lui dire de se relever car elle allait se salir à cause de toute la boue recouvrant le sol, mais en même temps, elle ne pouvait pas désobéir.

Je tournai mon regard vers la femme aux cheveux argentés. Elle ne regardait même pas la femme agenouillée devant elle et se contenta de m’observer de la tête aux pieds … Me jugeait-elle ? Probablement. Je voulais régler cela le plus vite possible et pris donc la parole,

– Je suis pressé, alors avez-vous le ticket, oui ou non ?

Je vis son sourire s’affaisser légèrement et la femme agenouillée à côté de moi trembla de peur. Les membres du groupe derrière la femme me foudroyèrent du regard, mais je les ignorai. Au moment où une personne allait sortir une arme, il allait recevoir la pire correction de sa vie, le tout sans même savoir ce qu’il se passe.

Mon regard resta figé sur la femme aux cheveux argentés. Si j’avais été envoyé ici dans un guet-apens, ils allaient être grandement surpris.

La femme aux cheveux argentés ne pouvait pas voir mon visage, seulement mes yeux qui étaient d’une étrange couleur dorée. Mais il n’y avait pas besoin de voir le visage de quelqu’un pour connaitre ses intentions : le regard suffisait.

– Tu en as les moyens mon grand ? C’est assez cher, et je ne vois là aucun sac d’argent.

Une étrange lueur rouge apparut dans ses yeux tandis qu’elle essayait de se moquer de moi, mais honnêtement, je voulais régler cette affaire le plus pacifiquement possible. Je pouvais juste m’introduire dans la résidence et prendre le ticket, mais le problème était que je ne connaissais pas son emplacement. En m’introduisant, je risquais donc de le chercher pendant longtemps sans même le trouver. La meilleure solution était donc de répondre à ses demandes et d’attendre qu’elle sorte le ticket. Et pour ça … Il me fallait de l’argent.

Une fois sa phrase terminée, je demandai au Clavicula de me donner quelque chose, et des particules de lumières apparurent autour de moi. La femme aux cheveux argentés parut anxieuse un instant mais n’avait pas l’air de vouloir sortir son arme en première. Après 2 secondes de plus, les particules disparurent, remplacées par 2 larges sacs noirs familiers contenant chacun 25 millions de dollars … C’était pratiquement 95% de l’argent que je possédais, et je ne pensais pas en avoir besoin un jour. Depuis ma sortie de prison et l’obtention d’un travail à haut salaire, je n’avais jamais rencontré de problème d‘argent car la plupart des choses dont j’avais besoin avaient été achetées en avance par la maison Greenwood et car Steward gérait avec brio mes économies et mon compte en banque.

La femme aux cheveux argentés regarda surprise les sacs noir. Elle n’allait probablement pas les ouvrir, et à la place, fit un signe de la main à la femme à côté de moi. Lorsque celle-ci ouvrit les sacs, elle fut abasourdie …

Moi et la femme, nous regardâmes le contenu du sac, qui était une large pile de billets … cet échange me gênait, mais je ne pouvais pas me permettre d’être radin. Si la quantité n’était pas suffisante, je n’aurais pas d’autre choix que de montrer l’objet que m’avait donné Caïne et voir ce qui allait se passer ensuite.

– 25 millions de dollars dans chaque sac, c’est assez ?

M’exclamai-je tranquillement. Je voulais faire semblant qu’une telle quantité d’argent n’était rien pour moi.

Mes mots surprirent davantage la femme aux cheveux argentée et je l’entendis avaler sa salive. Les personnes derrière elle étaient dans le même état et regardèrent silencieusement l’échange …

 La femme aux cheveux argentés, Chase, ne vérifia pas la somme et se remit à sourire. Je pouvais sentir un aura malsaine s’échapper d’elle.

– Oui, c’est plus qu’assez. Mais tu pensais vraiment pouvoir secouer un tas d’argent devant moi et compléter un échange équitable ? … Tu devrais savoir que cet endroit est célèbre pour …

Tandis qu’elle me parlait, essayant de m’intimider pour que je laisse l’argent ici avant de fuir, je commençai à en avoir assez et sortis le badge de ma poche avant de le lui montrer. Puisqu’elle se tenait juste devant moi, personne à part moi, l’escorte et Chase ne pouvait voir le badge. Les personnes derrière elle se demandèrent ce qu’il se passait en la voyant se taire après que j’ais sorti quelque chose de ma poche. Elle regardait maintenant le badge en silence, et même la femme qui m’avait escorté paraissait abasourdie.

– …

Chase fut choquée en voyant le badge, il marchait donc ! Je remerciai silencieusement Caïne pour son aide et rangeai en vitesse le badge dans ma poche.

– Tu comprends n’est-ce pas ?

Tandis que je rangeai le badge, la femme reprit enfin ses esprits. En m’entendant parler, le sourire pervers sur son visage disparut, remplacé par une grimace de peur tandis qu’elle serrait le poing. Son visage devint de plus en plus pâle. L’escorte qui se tenait à genoux à côté de moi baissa les yeux en tremblant, n’osant plus croiser mon regard.

– Je pourrais littéralement tuer tout le monde ici en une seconde sans même cligner des yeux. Vous n’aurez même pas le temps de vous rendre compte de votre mort, jusqu’à ce que votre âme atteigne les enfers, et même là-bas, je vous torturerai pour l’éternité. Alors ferme-la, Chase, car tu es devant quelqu’un de bien plus puissant que toi.

Murmurai-je. J’essayai de faire en sorte que ma voix soit le plus froide possible, et à ma grande surprise, cela fonctionna. La femme aux cheveux argentés se mit à trembler, ses deux mains maintenant serrées. Elle s’empressa de baisser la tête, ce qui surprit les personnes derrière elle.

– Je n’oserai pas, maître. Je suis sincèrement désolé pour mon impolitesse et mon ignorance quand à la différence entre nos statuts. Une simple servante telle que moi ne mérite pas votre présence et générosité … Vous n’avez même pas besoin de payer le prix du billet, maître …

Je vis des perles de sueur couleur sur son visage et même des larmes apparaitre dans le coin de ses yeux. Dans une telle situation, elle changeait complètement de ton, ce qui me donnait vraiment envie de rire …

Les perso
nnes derrière elle furent confuse mais ne parlèrent pas et ne bougèrent pas, certaines détournèrent même le regard.

Mes yeux se posèrent à nouveau sur Chase dont la tête était toujours baissée. Je la sentis trembler de plus belle.

– Tu peux prendre l’argent, considère ça comme un cadeau. En échange, je veux le ticket d’entrée tout de suite. Je pense être bien assez clément avec toi, jeune fille.

En entendant mes mots, elle se mit à transpirer à grosses goutes et me répondit en bégayant,

– N-Nous …. nous allons le … le faire venir tout de suite maître …. M-mais cela prendra du temps. Au … Au moins 2 jours …. avant que le ticket …. n’arrive.

Ses mots me surprirent légèrement … Donc dès le début, ils ne comptaient pas me remettre le ticket mais simplement me voler.

Je soupirai, ce qui rendit encore plus nerveuses les deux femmes à mes côtés … Ce badge était vraiment puissant n’est-ce pas ?

Je levai les yeux vers la maison et  m’exclamai,

– Je resterai ici jusqu’à ce que le ticket arrive.

Je passai ensuite à côté de la femme aux cheveux argentés qui se mit à me suivre. Un visage presque parfait sur le visage, elle répondit,

– C’est un honneur de vous avoir comme invité, mais je ne pense pas que notre établissement vous convienne. Je pourrais …

– Ce n’est pas grave, je ne m’attends pas à grand-chose de toute façon, alors je m’en fiche.

La femme aux cheveux argentés hocha la tête et continua à me suivre. Je vis apparaitre sur son visage un sourire heureux, ce qui me surprit légèrement …

Tandis que je me dirigeais vars  la maison, je vis que mon escorte ne me suivait plus. Je me retournai et remarquai qu’elle était toujours à sa place initiale, agenouillée et les yeux tournés vers le sol.

– Hey toi ! N’es-tu pas censée m’escorter ?

La femme en question fut surprise et me regarda. Je pouvais voir une ombre résiduelle de peur dans ses yeux, mais en même temps, un léger espoir … Je ne comprenais pas.

– Maître James … Vous ne devriez pas parler à un esclave aussi dégoutant. Je peux vous servir bien mieux que cet insecte, et même plus …

Sa dernière phrase était légèrement suggestive, mais je m’en fichais et lui répondis,

– Non, j’ai pris ma décision ! Ne me mets pas en colère jeune fille …

Elle se tut immédiatement et je présentai ma main à la femme qui parut surprise.

– Allez, nous n’avons pas toute la journée !

Elle hésita une seconde mais finit par acquiescer et prendre ma main, ce qui parut énerver la femme aux cheveux argentés. Tandis que nous nous dirigions vers la maison, personne ne me lança de commentaire narquois et personne ne me regarda de travers. Ils n’avaient pas vu le badge alors ils ne savaient pas qui j’étais, mais puisque leur boss me faisait preuve de respect et avait peur de moi, ils voulaient m’éviter le plus possible. Mais … il y avait toujours quelqu’un pour déroger à la règle.

Tandis que je marchais vers la maison, je vis un homme affichant une expression amusée. Sa jambe était placée bizarrement, et en arrivant devant lui, il tendit sa jambe pour me faire trébucher … Mais malheureusement (pour lui), c’était une mauvaise idée. Il allait servir d’exemple.

J’arrêtai le temps lorsqu’il plaça sa jambe devant moi, sortis mon épée plasma et coupai sa jambe tout entière, avant de continuer à marcher, de ranger l’épée dans le Clavicula et de remettre le temps en marche.

– Uhh …

– Quoi …. ?

– Il a … ?

Pendant que je me dirigeai vers l’entrée, les personnes autour de moi furent confuses en me voyant à un endroit différent tout à coup. Mais ils ne me posèrent pas la moindre question … Chase et mon escorte parurent confuses elles aussi et accélérèrent le pas pour me rattraper, jusqu’à ce qu’elles entendent un cri.

– ArgghhAHHHHH !!!

Quelqu’un cria de douleur et tomba au sol, tenant sa jambe maintenant coupée. La femme aux cheveux argentée et mon escorte s’arrêtèrent un instant et se tournèrent vers l’homme se tordant de douleur en tenant sa jambe ensanglantée. Les autres personnes présentes ignorèrent l’homme, le visage pâle, et se dispersèrent dans toutes les directions. Personne n’aida l’homme à se relever. Ils ne voulaient probablement pas être assimilés à lui. Chase le regarda avec dédain et ordonna à plusieurs hommes de se débarrasser de lui … Ce qu’ils firent.

La première personne à revenir à mes côtés fut mon escorte. Elle ne dit rien, et moi non plus, mais je l’entendis murmurer,

– Fort …

Je ne lui répondis pas et me contentai de continuer à marcher jusqu’à l’entrée.

 

En entrant dans la maison, je remarquai que celle-ci était plutôt luxurieuse. Un long tapis rouge jonchait le sol du hall d’entrée, et le mobilier était constitué des tableaux, petites tables et vases de fleurs ainsi que de sièges. En avançant, nous passâmes devant de nombreuses femmes, toutes extrêmement belles. Leurs habits, si l’on pouvait les appeler ainsi, n’étaient que des lambeaux recouvrant leurs parties intimes. Elles souriaient en baissant la tête afin de ne pas attirer l’attention et de ne déranger personne, mais je pouvais voir dans leurs yeux un profond désespoir, probablement dû au collier à leur cou. Certaines filles n’avaient pas l’air en bonne santé, mais personne n’allait leur venir en aide.

Je restai silencieux en traversant le long couloir, mon escorte, marchant à côté de moi, fit de même en baissant la tête. Elle avait peur, mais pas à cause de moi, à cause de la femme aux cheveux argentés … Chase, elle la foudroyait du regard et laissait même échapper un désir de meurtre. Afin d’aider un peu mon escorte, je demandai,

– Où est ma chambre ?

La question attira l’attention de Chase qui sourit avant de me répondre,

– Votre chambre sera prête dans moins d’une minute, Maitre James. Et si vous mangiez d’abord ? Vous devez être fatigué après votre voyage, et interagir avec des insectes vous a probablement stressé …

L’une des choses que j’avais remarqué était que Chase appelait ‘’Insectes’’ de nombreuses personnes. Elle utilisait apparemment ce terme pour toutes les personnes inférieures à elles. Mais puisque je possédait un rang supérieur, elle m’appelait ‘’Maître’’…

Je soupirai, ce qui la fit transpirer, puis j’acceptai son offre. J’avais faim et soif, en plus, j’allais devoir attendre 2 jours que le ticket arrive …

– Donne-moi une chambre, j’attendrai à l’intérieur jusqu’à ce que la nourriture soit prête. N’entre pas et ne m’appelle pas si cela n’est pas en rapport avec la nourriture. Je n’aime pas être dérangé.

 Après ça, Chase commença à me mener à travers la maison, m’expliquant des choses, me racontant que tout était incroyable ici. Je répondis simplement en hochant la tête sans même émettre de commentaire. Mon escorte ne parla pas du tout et continua à baisser la tête, comme le reste des esclaves ici. J’avais aussi remarqué qu’il n’y avait ici aucun esclave mâle, mêmes les jardiniers étaient des femmes et n’avaient même pas d’outils et d’habits convenables pour une telle profession.

Nous entrâmes dans les quartiers d’habitations, où était censé se trouver ma chambre. Apparemment j’allais rester temporairement dans la chambre de Chaise, qui était la meilleure chambre du bâtiment, jusqu’à ce que la mienne soit prête … Je voulais juste avoir une putain de chambre …

– Bien Maître James, votre chambre est …

Je passai à côté de Chase en ignorant son discours ennuyeux et tirai mon escorte à l’intérieur de la chambre avant de fermer la porte et de la verrouiller de l’intérieur. Je laissai échapper un long soupir et regardai autour de moi pour voi
r … 10 femmes différentes, portant toutes des vêtements révélateurs et agenouillées à côté du lit …

– …

Elles me regardaient, et je faisais de même … Pas dans un sens sexuel, mais plutôt l’air de dire ‘’Mais qu’est-ce que vous foutez ?’’ …. Putain, n’y avait-il pas de concept de vie privée dans cet endroit ?

 

Chapitre Précédent                                                                                                                            Chapitre Suivant

Accueil

Une pensée sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 59

  • 14 août 2016 à 19 h 17 min
    Permalink

    J’espère qu’il partira avec son escorte , et je sens que sa va plutôt saigner dans leur « manoir »

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :