Chapitre 54 : Inarrêtable

 

– Je te souhaite bonne chance, et si tu as besoin de quoi que ce soit, viens me voir !

Cela dit, Illeana et moi nous montâmes dans la voiture … ou peut-être devrais-je dire limousine ?

En la voyant pour la première fois, je pensais qu’elle était pour quelqu’un d’autre jusqu’à ce qu’Illeana me dise de monter à l’intérieur. Alissa et ses deux amis étaient déjà dans la limousine et m’attendaient. Alissa avait l’air de s’ennuyer et ne prenait même pas la peine de me regarder, mais cela ne me dérangeait pas. Il était évident qu’Illeana m’aidait pour m’octroyer une faveur, mais aussi dans l’espoir qu’une relation se construise entre moi et Alissa. Je ne savais toujours pas pourquoi elle faisait cela … après tout, je n’étais qu’un garde du corps normal travaillant pour la maison Greenwood, je n’avais pas grand-chose à lui faire gagner étant donné que je n’avais pas un statut social important …

– Je m’en souviendrais, merci.

Je souris à Illeana. Au final, nous nous utilisions afin d’atteindre nos buts respectifs. Son visage souriant n’était au final qu’un masque dissimulant ses véritables couleurs, et je n’étais pas bien différent. Personne ne l’était, le monde fonctionnait comme cela après tout.

Illeana hocha la tête et ferma la porte, me laissant avec Rupert, Alissa et l’autre fille dans cette grande limousine silencieuse.

Quelques secondes plus tard, le conducteur démarra le moteur et nous nous dirigeâmes vers ce Caïne. Je n’étais pas sûr de l’aide qu’il allait pouvoir m’apporter et je n’étais pas sûr de pouvoir lui faire confiance, mais je n’avais pas d’autre choix. Je faisais cela pour rester vivant après tout.

L’intérieur de la limousine était silencieux. Alissa ne parlait pas et se contentai de contempler le paysage à travers la vitre. Rupert gigotait en essayant d’éviter mon regard, il se souvenait probablement de notre première rencontre, alors je ne pouvais pas lui en vouloir. La fille légèrement plus petite que moi me regardait comme si j’étais transparent. J’avais du mal à comprendre cette dernière, qui paraissait m’ignorer mais aussi rester prudente à mon égard, comme si je risquais de lui sauter dessus à tout moment pour la dévorer. Elle avait des cheveux châtains lui arrivant jusqu’aux épaules et une peau pâle. Apparemment tous les vampires avaient cette caractéristique de peau pâle. Ses yeux étaient eux aussi marrons et je pouvais apercevoir des cicatrices sur son cou …

– Tanya, arrête. Tu le mets mal à l’aise.

S’exclama Alissa, sans même tourner la tête vers nous. La fille dénommé Tanya acquiesça, ferma les yeux un instant et détourna le regard.

– D’accord princesse.

Je laissai échapper un sourire amer et regardai à travers la vitre … La limousine roulait vite, sans le moindre obstacle sur sa route, et pourtant le trajet me parut durer une éternité. A part ça, je pouvais voir de nombreux bâtiments et piétons marchant dans la rue. Il n’y avait rien de vraiment spécial, mais j’étais fasciné par tous ces humains allants et venants, menant leur vie … Etais-je toujours l’un des leurs ?

Cette pensée me fit partir au loin, jusqu’à ce qu’Alissa me sorte de ma rêverie,

– J’ai entendu dire que tu vais brisé les bras et les jambes de Rupert lors de votre première rencontre.

Je me figeai tout à coup … Ce n’était probablement pas le meilleur début de conversation possible.

Je me tournai vers Rupert. Il parut paniqué en entendant Alissa mentionner l’affaire et essaya de regarder par la fenêtre pour éviter mon regard et celui de Tanya. Je me tournai à nouveau vers Alissa qui me regardait sans la moindre émotion. Elle avait l’air à mes yeux d’un papier blanc, et ses battements de cœur presque normaux me rappelaient qu’elle n’était pas une vampire normale. Elle était une vampire de sang pur, et même Leraje pensait qu’elle allait être une menace majeure à l’avenir, et que nous ferions mieux de la tuer … Mais j’avais refusé (pour le moment), car elle n’était pour l’instant qu’une adolescente normale.

– Oui, nous avons eu une petite dispute, mais tout est réglé maintenant, n’est-ce pas ?

Rupert hocha la tête, n’osant pas croiser notre regard.

Je souris, légèrement gêné.

Alissa quand à elle leva les yeux au ciel, ennuyée, mais je décidai d’ignorer son geste impoli.

– Sais-tu qui est ce Caïne ?

Demandai-je, car honnêtement, cela attisait ma curiosité.

– C’est un docteur sorcier, enfin c’est comme ça qu’il se décrit. Mais je le connais surtout comme un assassin, un gros buveur et un dragueur. Il vit à la périphérie de la ville, près de la nature. Il possède une large maison où il reçoit habituellement ses clients. Ma grand-mère a eu une fois recours à ses services …

Lorsqu’elle s’exclama cela, son visage se transforma en une grimace de dégoût … J’allais donc éviter de lui demander quel genre de ‘services’ sa grand-mère lui avait demandé. Je me contentai de soupirer puis de poser une nouvelle question à Alissa.

– S’il est vraiment spécialisé dans l’assassinat, comment peut-il m’aider ?

Alissa réfléchit un instant avant de me répondre,

– Je ne sais pas. Je l’ai juste vu travailler une ou deux fois, mais il lui arrive aussi d’accepter des jobs de garde du corps ou de chasseur de prime. Je ne l’ai jamais vu échouer … Ah, non, en fait, il fait de nombreuses erreurs, mais n’a jamais vraiment ‘échoué’. Il est très connu en ville et de nombreuses personnes ont recours à ses services. Il préfère l’assassinat, mais accepte parfois d’autres requêtes s’il en a envie. A part ça, je sais que la société des Fées est sur ses gardes le concernant, mais je n’ai jamais vraiment entendu parler de sa vie privée. Je sais juste que des rumeurs circulent, selon lesquelles il a des liens avec le seigneur démon de la ville.

Seigneur démon ? Etait-ce le chef des démons ou quelque chose du genre ?

– Tu parles d’Abrax ?

Demandai-je, confus. Un sourire moqueur apparut sur le visage d’Alissa qui me répondit,

– Il n’est qu’un sous-fifre, l’image de ce que les démons veulent nous montrer. Leur véritable leader opère dans une base et n’en sort jamais.

Il s’agissait là d’une information des plus utiles … Je me demande quel genre de liens Caïne avait avec eux ? Je me posai la question en baissant les yeux, mais Alissa me regardait toujours, et n’avait apparemment pas fini de parler.

– J’aimerais te poser une question. Comment es-tu entré dans le bureau la dernière fois ?

Je plissai des yeux et observai Alissa. Je pouvais apercevoir des signes de confusion et de curiosité dans son regard. Cela me fit rire, ce qui la surprit.

– Tu ne le sais pas ? Je suis juste entré, rien de plus facile.

Elle eut l’air sceptique, mais finit par soupirer. Elle savait probablement que je disais la vérité. Je me souvenais toujours de la douleur perçante que j’avais ressentie en passant à côté d’elle. Leraje avait raison, elle était dangereux, et je ferais mieux de ne pas lui tourner le dos.

Les 2 autres restèrent silencieux, même si Tanya avait l’air de vouloir me tabasser à mort d’après son aura. Ce n’était pas un désir de meurtre, mais une colère pure.

Tandis que j’étais sur le point de reprendre la parole, la voiture s’arrêta. Je regardai à travers la fenêtre et vis que nous étions arrivés près d’une forêt. Il y avait aussi un chemin pavé menant à de nombreux bâtiments. Il s’agissait de maisons, mais quelque chose paraissait étrange … Le chemin était craquelé et les arbres et la verdure étaient détruits. Une scène descriptible e
n un seul mot : chaos.

Alissa remarqua cela elle aussi et parut surprise …

– Est-ce comme ça habituellement ?

M’exclamai-je sur un ton comique …

– Non, et nous allons découvrir ce qu’il s’est passé.

Elle ouvrit la porte de la limousine et en sortit, ses deux gardes du corps sortant après elle … Je pensais vraiment que ce n’était pas une bonne idée.

Toutefois, je sortis à mon tour du véhicule et demandai au conducteur de retourner auprès d’Illeana afin de la mettre au courant de la situation. Il parut confus un instant, regarda à l’extérieur puis partit à toute allure, nous laissant dans la zone dévastée.

Après le départ du conducteur, je soupirai à nouveau avant d’invoquer la poignée de dragon noir dans ma main droite, prête à l’utilisation. Les 3 vampires virent mon arme mais ne dirent rien.

Nous commençâmes tous à marcher en suivant le chemin pavé, observant les rues qui paraissaient avoir été dévastées par une armée. Les maisons n’étaient pas intactes non plus, certains bouts de murs, portes, fenêtres ou même toits manquaient. Même l’intérieur des maisons était parfois ravagé … Que s’était-il passé ici ?

– Regardez par ici.

Alissa pointa du doigt l’une des portes qui était peinte en rouge … Non, ce n’était pas de la peinture … Je pouvais sentir l’odeur, il s’agissait de sang. Toutefois, je ne pouvais voir aucun corps dans les environs … Etait-il dans la maison ?

Je serrai toujours plus fort la poignée dans ma main et regardai tout autour de moi avec prudence. Le sang était frais, ce qui signifiait que cela s’était passé il y a peu.

Je me retournai vers Alissa qui fit de même. Elle paraissait décidée à découvrir ce qui était arrivé ….

*Boum*

Tout le monde regarda à gauche, légèrement effrayés par ce bruit. Apparemment une partie du sol s’était écrasé, mais non, ce n’était pas tout … Je pouvais entendre un son étrange et des mouvements … Quelqu’un … Ou quelque chose était là.

Je préparai la poignée et plaçai mon doigt sur le bouton.

Alissa et ses deux gardes du corps remarquèrent aussi les sons et Alissa fit un signe de la main en direction de l’endroit en question. Tanya acquiesça simplement et commença à avancer. Je voulais vraiment les prévenir qu’il s’agissait d’une très mauvais idée, mais ils avançaient déjà, alors je n’eus pas d’autre choix que de les suivre.

En nous approchant de l’endroit, le bruit s’intensifia petit à petit jusqu’à ce que nous atteignions une pile de décombres. Juste derrière, nous pouvions entendre un son humide. Nous nous trouvions maintenant dans le jardin d’une maison.

Personne n’osa regarder ce qui se trouvait derrière les décombres, mais Alissa donna un coup de coude à Rupert et lui chuchota d’aller voir.

– Pourquoi moi … ?

Murmura-t-il. Il paraissait effrayé au plus haut point … Le pauvre.

– Parce que je te le demande !

Répondis Alissa. Tandis qu’ils se disputaient, Tanya et moi nous nous regardâmes pendant un instant, la même idée à l’esprit …

Je fis un signe de la main et chuchotai,

– Les femmes d’abord.

Elle me lança un regard méprisant, puis nous regardâmes ce qui se trouvait derrière les décombres …

Mais tout d’abord, une petite description du jardin dans lequel nous nous trouvions.  Celui-ci était totalement vert et contenait quelques arbres et même une petit mare … Mais au milieu du jardin, l’herbe avait une couleur étrange … Un violet écœurant. De plus, tandis que nous nous approchions, le bruit devenait de plus en plus clair. Une odeur de fer emplissait l’air, il s’agissait de sang, sans aucun doute. Et lorsque je vis d’où il venait, je faillis laisser échapper un bruit de pur dégout.

– *Crunch* *Crunch* * Crunch*

Il y avait quelque chose … Son dos était tourné vers nous et sa couleur était rose ou blanche. Il n’avait l’air d’avoir aucun poil. Il était énorme, mesurant presque 3 mètres de hauteur, mais paraissait plus petit car il était penché sur son repas. Ses bras étaient longs et puissants mais ressemblaient à des branches. Ses mains étaient grandes et je pouvais voir des griffes attachées à chacun de ses doigts. Avec, il coupait des morceaux du cadavre, son repas, avant de les jeter dans sa gueule. Même les os furent dévorés. Le son des os se cassant dans sa bouche faillirent me faire vomir, mais je parvins à contrôler ma nausée … Son visage paraissait défiguré et extrêmement laid, et ses jambes aussi longues que ses bras. Ses pieds étaient larges, avec des ongles violets.

– C’est un loup-garou …

S’exclama Tanya surprise … Une minute ….

– Les loups-garous n’ont-ils pas une fourrure ?

Demandai-je confus. Cette ‘chose’ était complètement glabre, sans le moindre poil sur l’intégralité de son corps. Il ne portait qu’un jean déchiré dissimulant son entrejambe. Si je l’avais vu sans, j’aurais vraiment vomi tout le contenu de mon estomac …

En entendant ma question, Tanya hocha la tête mais n’avait pas l’air de pouvoir expliquer pourquoi celui-là n’avait pas de fourrure.

Je voulus dire quelque chose aux autre mais tout à coup …

*BANG*

Un coup de feu ! Cela ressemblait à un coup de feu … Cela venait de notre droite, pas très loin de nous, à peut-être 2 pâtés de maisons. Peut-être s’agissait-il de Caïne ?

C’était une chance à ne pas rater … Peut-être qu’il possédait les réponses à nos questions ! Ainsi, je me tournai à nouveau vers le monstre … et soupirai.

– HEY FACE DE CUL !

Criai-je dans sa direction.

– Qu’est-ce que tu fais fils de pute ?

Je sortis de derrière les débris. Tanya paniqua tout comme ses gardes du corps, mais ne fis rien de plus et resta cachée. Ils ne comptaient pas m’aider, mais cela ne me dérangeait pas.

Le loup-garou sans fourrure tourna son visage vers moi. Il ressemblait à un crâne couvert par une fine couche de peau et sans la moindre once de chair. Ses yeux étaient entièrement noirs et sa bouche et son torse étaient recouverts de sang et d’entrailles … Mon regard se tourna vers le cadavre … Les cadavres. Il s’agissait d’une femme et de son enfant, leur corps déchiré en lambeaux. La scène sanguinolente me surprit. Je ressentis pour eux un certain regret, mais rien de plus, ils avaient juste été malchanceux.

La bête me regarda avec ses yeux noirs sans vie, puis leva son museau au ciel et hurla.

– AWOUUUUUUH !

Tout à coup, d’autres hurlements se firent entendre aux alentours. Me rendant compte de ce qu’il essayait de faire, je m’empressai de ralentir le temps, puis activai la poignée noire de laquelle sortit un rayon doré, comme la dernière fois. En m’approchant du monstre, je lui délivrai une attaque rapide à la gorge, puis retournai à ma place originelle et remis le temps en marche.

– …

Il s’arrêta de hurler et resta sur place, figé. Toutefois, le temps était revenu à la normale, et je savais ce qui allait se passer. Je me mis donc à compter.

– 7 … 6 … 5 … 4 … 3 … 2 … 1 …

*Pchhhhhhh*

Tout à coup, sa gorge s’ouvrit en deux. L’effet avait prit 7 secondes à apparaitre, comme d’habitude, mais apparemment son système nerveux avait été endommagé directement après la remise en marche du temps.

Sa tête tomba au sol. Du sang rouge s’échappa de son cou comme une fontaine avant que son corps ne s’écroule à son tour.

Je me tournai vers l’endroit d’où provenait le coup de feu. La poignée noire en main, je me mis à courir dans cette direction. Je pouvais entendre des bruits de courses venant de l’endroit en question …

– Un en moins, et ce n’est pas terminé.

Murmurai-je. Plus rien ne pouvait m’arrêter !

 

Chapitre Précédent                                                                                                                            Chapitre Suivant

Accueil

Une réflexion sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 54

  • Avatar
    28 mars 2017 à 22 h 30 min
    Permalien

    Chips pour la mère et l’enfant T_T

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :